"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 30 décembre 2010

Bibi était encore vivante à Noël…

- Les visages de Taponier et Ghesquière ont été projetés hier sur l’Arc de triomphe pour marquer (fêter ?) leur premier anniversaire d’otages chez les talibans. Sûr que ça doit leur faire plaisir ; ou peut-être une belle jambe… A leurs geôliers aussi vu qu’à leurs yeux ça contribue sûrement à conforter la valeur du stock…
- A Téhéran, Sakineh, la femme adultère qui attend sa mise à mort (éventuellement négociable si les infidèles y mettent le prix) a peut-être entendu dire (c’est peu probable) que BHL, avec Roman Polanski et toute la litanie des médiacrates et des pipoles, jusqu’à Mazarine Pingeot, Christine Angot et Arielle Dombasle, se sont congratulés au Café de Flore en se roulant des pelles et en se passant la main dans le dos (j’ose pas en dire plus) pour le courageux combat qu’ils mènent inlassablement pour elle… Je la soupçonne de s’en battre l’œil sans que ça puisse calmer le stress de son angoissante attente…

- Moi, je finirai l’année avec une pensée pour Asia Bibi, son mari et ses cinq enfants.

« Ma voisine était furieuse parce que j'avais utilisé son verre et elle a déclaré qu'il était souillé parce que je suis chrétienne. Cela m'a énervée. Mes voisines ont insisté pour que je me convertisse à l'islam. Le ton est monté et elles sont parties en colère.» Une plainte pour «blasphème» a été déposée contre elle à l'instigation du mollah du village.
Le 8 novembre dernier, cette chrétienne a été condamnée à la peine capitale au nom de la loi sur le blasphème en vigueur dans la République islamique du Pakistan.
Des islamistes ont manifesté pour approuver le verdict en brûlant une effigie du gouverneur de la province du Pendjab qui avait demandé la grâce.
Dans quelques jours, le sort d'Asia Bibi sera tranchée : la Haute Cour de Lahore doit se prononcer en appel sur son cas.

Des mollahs ont d’ores et déjà proclamé que si la peine est commuée en appel elle devra être assassinée en prison. Et bien sûr aussi si elle est acquittée…

Pas de projection Place de l’Etoile pour le réveillon. Pas de champagne au Café de Flore. Ce n’est pas une journaliste assumant les risques du métier. Ce n’est même pas une femme qui était femme en plus de musulmane. Ce n’est qu’une mère de famille chrétienne. Tout simplement.

Ce sera mon dernier post 2010. Avec mes prières.
Les vôtres aussi, SVP…

mercredi 29 décembre 2010

Sandra Bullock a reçu son colis pour Noël…

Et j’en ai rien à cirer…

Ceci-dit, allez lire le dernier coup de gueule de l’Ubiquiste. C’est un ordre. C’est et pas ailleurs.

Et je n’ai rien à ajouter…

mardi 28 décembre 2010

Donnez-leur une seconde vie…

Ouais, Darty, Amazon, Virgin and co se sont calmés. Maintenant que le sapin est enfin débarrassé du monticule de boîtes aux vives couleurs emberlificotées de ficelles dorées qui lui écrasait ses pieds cruciformes mal équarris, ces braves gens ont cessé de m’abreuver de messages. Trop tard pour me fourguer des propositions d’achats last minute ! Las ! PriceMinister et eBay ont pris le relais… C’est qu’après avoir fait de la marge sur la vente de toutes ces boîtes, y a encore des commissions à se faire sur la revente de toussa… Y avait la bulle financière, la bulle immobilière, y a aussi la bulle de Noël, faut pas l’oublier… Ça marge plus que la bûche homonyme vu qu’il y a suffisamment de dindes pour faire tourner le manège…

Le Père Noël s'est trompé ? Revendez vos cadeaux dès maintenant !

La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq est pour l’instant le livre le plus revendu, Goncourt oblige ; souvent même avec son emballage d’origine et le papier-cadeau pas déscotché en prime… Faut que ça tourne ; tout baigne…

Pauvres bouquins qui se faisaient une joie de faire plaisir… Pour rasséréner les sentimentaux encore bourrelés de scrupules, tous ces braves cons-sommateurs chez qui la modernité a astucieusement remplacé la charité par la solidarité, l’humanité par l’humanitaire et la sensibilité par la sensiblerie, eBay a trouvé l’argument imparable :

Certes, perso je n’ai rien à revendre et leur truc j’en ai rien à cirer. Mais faudrait pt’être que je me dévoue, que je fasse un geste… Bon, je vais donc sur eBay chercher quelque chose à sauver, un truc qui attend mon affection comme le pauvre corniaud aux yeux si doux qui vous attend désespérément dans sa cage à la SPA…

Voilà :

La mauvaise vie
Frédéric Mitterrand
1,95 €
0 Enchère

Ma plus belle histoire, C’EST VOUS
Ségolène Royal
2,49 €
0 Enchère




Bon, je verrai l’année prochaine…

dimanche 26 décembre 2010

Le VBR-TPM de la semaine…

Ouais, il est de tradition en fin d’année d’évoquer les évènements qui ont ponctué le millésime. Ce peut être aussi l’occasion de se remémorer (le cas échéant avec un soupçon de tendresse nostalgique mais pas forcément…) l’existence résiduelle de tel ou tel VBR-TPM.
Je veux parler des Vieux Bonzes Récurrents Toujours Pas Morts (morts politiquement, peopeliquement, en tout cas médiatiquement, s’entend. J’veux pas la mort du pas-forcément-pécheur…) Les VBR, donc, à qui la gentillesse pas toujours désintéressée du pouvoir ou des média permet d’exister encore fugacement… Les VBR qui n’en finissent pas de quitter la scène ( le coté cour c’est par ici, le coté jardin c’est par là ; Allez ! Faites un effort…)

Aujourd’hui, parmi ces has-been, j’aurai la gentillesse de distinguer Michel Rocard qui mérite qu’on salue sa constance :

En dépit de (quelques) éclairs de lucidité ("Parmi les contraintes d’un gouvernement, il y a la Constitution, pas l’état général de l’atmosphère"), ce grand serviteur de la Ripoublique a su se laisser ridiculiser en réclamant (il y a plus de vingt ans) un droit à un environnement salubre tout en supportant ensuite de voir ériger avec sérieux et sans lui un principe de précaution et un droit opposable au logement qui ne mangent pas (trop) de pain. Paillasson piétiné par Mitterrand puis recyclé par Sarkozy pour jouer les utilités et enterrer mine de rien son propre enfant sans braquer le Grenelle à Borloo, il a eu récemment la chance de trouver un journaliste pour faire savoir :

"Je crois toujours à la taxe carbone"…

vendredi 24 décembre 2010

C’est Noël !

Eh oui ! Même si pour Bruxelles, Noël n’existe pas. Même si la Commiss… Kommandantur européenne a édité plus de trois millions d’exemplaires d’un agenda aux couleurs de l’Union pour les écoles secondaires, agenda portant mention des fêtes juives, hindoues, sikhs et musulmanes, mais d’aucune fête chrétienne ; pas même la Nativité que s'apprête à célébrer l’Europe entière. A la date du 25 décembre, il n’y a rien…

Et pourtant c’est Noël ! Alléluia ! Il est parmi nous !

Alléluia ! Les anges dans NOS campagnes…


jeudi 23 décembre 2010

Nouvelles de l’Intégranautarisme.

L’avancée irrépressible et continue de l’humanité sur la voie de son salut ne cesse de me rassurer et me réjouir. En dépit des embûches encore semées ça et là sur sa route par la bête immonde toujours féconde, guidée par le Danube impétueux de la pensée doitdelhommiste, se dressant à l’instar d’un héros stakhanoviste et combattant hitléro-stalinien à la volonté farouche qu’immortaliserait une Léni Riefensthal mahométane soviético-maoïste, venue du fond des millénaires les plus sombres et s’extrayant résolument de sa gangue de préjugés et de phobies du passé, l’humanité, donc, s’achemine à une vitesse accélérée vers le Paradis Terrestre, vers sa fin lumineuse donc, dans la fusion absolue du même et du différent, de l’indéfini et du fini, du néant et du quelque chose, du rien et du tout, du creux et du plein, du trou noir et du big bang… (excusez la logorrhée – NDLR…)

La route a été longue mais on en voit le bout. Contrairement à Moïse (משה موسى ) qui ne dépassa pas le mont Nébo, je sens que j’aurai la chance de connaître de mon vivant cette Terre Promise où coule le lait et le miel.

En effet, l’oxymore n’est plus. Le pervers et incapacitant va et vient soit disant ontologique de la pensée dialectique a été définitivement surmonté par l’homo postsapiens qui atteint enfin le nirvana de l’unité dans son identité plurielle. Tout va maintenant aller très vite…

L’alternative est désormais résolue entre l’intégration (déjà appelé hier de ses vœux par le peuple arriéré) et le communautarisme (hier encore négativement connoté) Certes, le communautarisme islamique est d’ores et déjà parfaitement intégré (socialement, doctrinalement, juridiquement, pénalement, budgétairement…) mais pouvait encore passer pour un cas particulier admis pour divers motifs avouables (repentance, etc.) ou inavoués (main d’œuvre, retraites, etc.) Il fallait encore stabiliser et homologuer l’avènement glorieux de l’intégranautarisme en inaugurant en grande pompe son application neutre à une autre communauté.

C’est fait.

Dans la commune de Rezé (Loire-Atlantique - 38 000 hab.) le lotissement du "Hameau du Breuil", dont le terrassement vient de débuter, se situera face à la déchetterie de la commune, près du périphérique nantais. Il accueillera exclusivement des familles Roms de plus en plus "sédentarisées" (pour "des raisons de santé ou économiques" précise l’adjoint PS à l’urbanisme) L’accès va être goudronné, l'éclairage public installé, les premières maisons vont sortir de terre en janvier, tout devant être terminé l'été prochain.

Ses futurs habitants ont obtenu de pouvoir garder leurs caravanes derrière ces maisons de location, où chacune pourra stationner sous un abri spécifique. "On veut bien s'insérer, mais sans renoncer à notre culture", explique l’un d’eux. "Chez les gens du voyage, on naît dans une caravane et on meurt dans une caravane".
La répartition des logements entre les différents clans familiaux a fait l'objet d'une longue concertation avec l'office HLM qui va gérer le lotissement ; "Nous avons fait en sorte que les regroupements se fassent par affinités, et que les gens choisissent leurs voisins" "Chez les gens du voyage, il y a souvent des problèmes entre familles, c'est la problématique n°1"…
"Seules des toilettes extérieures à la turque manquent au projet" déplore une habitante de 36 ans. "Chez les gens du voyage, on ne partage pas nos WC avec nos invités", explique-t-elle. "Si on n'a pas ces toilettes, alors il ne faudra pas s'étonner de voir du papier toilette dans les champs".

Que c’est beau !

Par ailleurs, le monde continue de tourner et de nous administrer la preuve que l’indignation (toujours légitime par ailleurs) n’est définitivement plus de mise pour tout ce qui conduit à plus d’intégranautarisme. C’est ainsi que la traite négrière atlantique n’est enfin plus stigmatisée (le vilain mot) Certes, les temps ont changé (on n’arrête pas le progrès) Fini les bateaux quittant l’Afrique chargés jusqu’à la gueule de noire main d’œuvre pour assurer aux Amériques un bon rendement de ses champs de coton ! Vive les charters quittant l’Afrique ultramarine chargés jusqu’à la gueule de la noire future main d’œuvre qui assurera les retraites et acquis sociaux de l’Afrique boréenne

Nous vivons une époque formidable !

mercredi 22 décembre 2010

Marché de Noël ? Noël pour le Marché...

"Dans une société socialiste, Noël n’est autorisé que dans les seules conditions dictées par le capitalisme"…
Et pour le Marché, tout est bon pour vendre n’importe quoi. Et c’est forcément "adapté aux circonstances"…

Je venais juste de lire le dernier papier de Fromage quand m’est arrivée une nouvelle rafale de messages commerciaux voulant me convaincre que je n’ai pas fini de garnir le pied du sapin…

L’autre jour, je n’avais pas donné suite aux propositions de DARTY vu que les mines antipersonnelles n’étaient pas vraiment au catalogue… Cette fois-ci, c’est VIRGIN :

J-3, vous n’avez pas d’idées cadeaux ? découvrez nos propositions !

et dans la foulée Amazon.fr qui, après ses Coran, me relance
Livres : les indispensables de cette fin d’année

(livraison gratuite)
en me proposant en tête de gondole le calendrier des bogoss
(pour causer comme Vertumne) :


tant qu’à faire, je préfère mon calendrier de l’Avent à moi
(à droite si vous avez des doutes…)

mardi 21 décembre 2010

Ma crèche…

A l’heure où les responsables de la Croix Rouge britannique confirment que le personnel des 430 boutiques chargées de récolter des fonds a reçu ordre d’enlever tout signe de la fête chrétienne car ils pourraient offenser les musulmans ; à l’heure où l’on enlève les sapins des écoles et les crèches des lieux publics pour satisfaire le néant présumé rassurant de la sacro-sainte laïcité, je suis passé chez Suzanne, où l’on croise assez souvent le bon sens au coin du feu… Et j’en suis ressorti avec l’envie de vous parler de ma crèche.

Car ma crèche n’est pas comme les autres. Parce que c’est la mienne, évidemment, mais surtout parce qu’elle a son histoire. Elle n’est peut-être pas plus parlante pour les tiers, je vous l’accorde, que celles de bien d’autres crèches familiales aux beaux santons du commerce ( les Carbonnel sont mes préférés) établies avec Amour par des couples pour leur premier enfant puis étoffées au fil des générations.

D’abord, elle n’est pas comme les autres parce qu’elle est unique. Ses santons façonnés de façon peut-être un peu malhabile par des mains fatiguées et sans doute désespérées sont d’une glaise qui a manqué un peu de cuisson par souci d’économiser la consommation du four de la cuisinière. Ils n’en sont que plus fragiles et leurs couleurs non vernies commencent à souffrir de l’érosion du temps.
Pourtant, on sent bien la patte d’une artiste dans la gestuelle des personnages.

L’histoire de ces petits bonhommes de terre cuite est intimement liée à certaine page de notre Histoire dont on se garde bien de célébrer la mémoire. On sortait alors de la Libération (avec un L majuscule je n’ai pas besoin de préciser laquelle…) Ou plutôt, on n’arrêtait pas d’en sortir…

Quelques mots sur ma famille, tout d’abord, pour situer le contexte : Je ne sais pas d’où je sors mais je sais qui sont les miens, ceux par la grâce de qui je suis ce que je suis. Des gens "middle class" plutôt modestes qui ne se sont pas spécialement distingués durant ces heures glorieuses. Mais ce sont les miens…
- Bien sûr, ils ont pleuré et prié en fermant les yeux pour les malheureux que la Gestapo a pendu un jour devant eux par strangulation. Mais quoi qu’on en ait dit, ils savaient bien in petto que ceux-là n’étaient qu’un gang d’assassins crapuleux rançonnant l’arrière-pays. Ils ont depuis leur plaque de héros gravée dans le marbre. …
- Bien sûr, ils ont répondu à l’appel et tenu un poste de secours pour les FFI une fois amorcée la débandade des occupants. Mais ils ont pleuré en assistant impuissants, par le soupirail du poste, à l’agonie du petit polonais que j’évoque dans mon blabla de pied de page…
- Bien sûr, ils ont planqué des juifs chez eux plus d’une année durant au risque d’y passer. Mais ceux-là, une fois l’affaire réglée, sont partis sans un mot et, soi dit en passant, en emportant les petites cuillères... Pas de risque d’obtenir un certificat pour la médaille des justes…
Ma famille, donc. Une vraie famille française.

Et ma crèche dans tout ça ? J’y viens. Elle est née d’une femme. Un jour, les FFI ou présumés tels ont embarqué son mari. On ne l’a jamais revu. Elle a fait le tour des prisons, officielles ou non ; en vain. On ne se préoccupe pas des bavures des vainqueurs. Après tout, il devait bien avoir quelque chose à se reprocher… Point barre. Plus de revenus, tout le monde lui tournait le dos, pas question d’embaucher la femme d’un collabo, même pour faire des ménages. Une pestiférée… Noël se profilant à l’horizon, elle s’était mise à fabriquer des crèches pour essayer de les vendre et gagner trois sous. Personne n’en a voulu, surtout venant d’elle. Elle était au bout du rouleau. Et j’étais arrivé à la maison. Pour mon premier Noël, ma famille lui a acheté sa première crèche. Peut-être la seule qu’elle a vendue ; pour son Noël…

Je me souviens de l’étable et des maisons autour. Faites en cartons fort d’emballages, elles étaient magnifiques avec leurs toits de tuiles romaines rouges (en carton ondulé) On mettait une ampoule dedans qui éclairait les croisés des fenêtres. Il y avait aussi les grands cyprès vert sombre aux pinceaux en coton compacté. L’ensemble était criant de vérité…
Je dis je me souviens car il y a eu des moments difficiles… Il y a eu ces messieurs silencieux qui venaient évaluer ce que nous avions à vendre… La collection de timbres de l’aïeul, etc. Il y en a eu un à qui la crèche a plu. Sans doute cadrait-elle avec la taille de ses propres figurines pour revendre un ensemble ou décorer sa vitrine. Il a acheté tout le "foncier" de la crèche (et aussi l’éléphant et les deux chameaux aux flancs de feutrine rase) Ça m’a pincé le cœur. Mais il fallait… Et puis, je devais bien avoir douze ans ; j’étais grand, j’étais fort…

Mais il nous restait les santons ; l’essentiel, donc.

Nous avons bricolé une petite grange à foin pour abriter Marie, Joseph, le bœuf et l’âne avec la mangeoire de terre cuite. Rien que de la récup’. Et même maintenant, le santon de l’instituteur aux lunettes à la Marcel Achard ne sort jamais de son linceul de papier de soie ; en souvenir de ma mère. Elle ne le mettait jamais et m’avait dit qu’il lui faisait penser à un "boche". En fait, je sais bien qu’il lui rappelait un prof de cette infâme pension où ses parents qui ne voulaient pas d’enfants l’avaient fourrée tant d’années, vacances comprises…

Aujourd’hui, ma crèche est prête. Demain, mes petits enfants arriveront. Je sais qu’ils vont se précipiter pour revoir la crèche. Je sais que je les regarderai regarder la crèche et je sais aussi ce que je me dirai :

- Que je suis le plus heureux des hommes et que j’emmerde le monde entier.

Amen.

lundi 20 décembre 2010

Baptême civil et singeries bisounoursiennes…

Heureusement que Didier Goux néglige dailymotion pour ses Moderneuds, il me l’aurait piqué celle-là !

Mort De Rire hier soir en visionnant un truc…

C’est vrai que je râle parfois de ne pouvoir insérer direct des vidéos ici. Faut dire que lors de l’apparition du numérique et cetera desunt, le Plouc était déjà d’un âge où les neurones sont peu enclins à monter de nouveaux logiciels en mémoire centrale. De plus, il répugne à dépenser ses sous pour ça… Tant pis ; je sais que vous savez faire : Z’avez qu’à pousser le mulot de la paume pour mettre la flèche sur le lien (oui, le "ICI" en bleu épais…), foutre une claque au mulot avec votre index (côté gauche si vous êtes droitier ou l’inverse, c’est shadok) et la bobinette cherra… Ouais, ça dure 10 mn, faut se les farcir mais je ne voulais pas vous en priver…

De quoi ? D’une vidéo de 2006 découverte par hasard. Peut-être du déjà vu pour vous mais bon, moi je découvre. Choc hilarophylactique donc, pour moi qui suis bon public. Mais rire de ce genre étrange, de plus en plus fréquent, hélas, où l’irrépressible cruauté zygomatique du fâcho qui sommeille en moi s’accompagne d’un je-ne-sais-quoi de lassitude devant l’incurabilité de la connerie et même d’un zest de compassion attristée pour les malades en phase terminale.

Bon, faut que je vous montre ça. Au choix, vous pouvez flemmardement cliquer ICI ou alors copier le lien
http://www.dailymotion.com/video/x1ewjh_bapteme_news#from=embed
dans une nouvelle page de votre navigateur comme on dit (moi je préfère, ça permet de zapper de l’un à l’autre…)

Vu ? "Le jour se lève à Olonne sur Mer ! "

- Le maire gaucho de service empêtré dans ses hésitations de vocabulaire m’a fait un peu pitié…
- Le curé-parrain n’est pas mal non plus… Ses références aux auteurs sont solides (Sartre, Aragon…), ses références bibliques nettement plus floues mais qui le lui reprocherait ? (normal, on lui a jamais donné de bréviaire ni à lire les psaumes ; le pauvre doit se rabattre sur les éditos de Tarras dans Golias et le bulletin d’Education Sans Frontières qui consent par mansuétude à passer les rares communiqués de l’as been évêque de Parténia )
- J’éprouve une affection compatissante pour l'aînée qu’on "baptise". Son regard interrogateur me semble empreint d’une perplexité fort compréhensible : Quitter son Angola natal où l’UNESCO et l’Europe consacrent des paquets d’euros à la conservation des grands singes pour tomber dans ces singeries hors sol… Tout ça pour ça !
- Quant aux parents des "baptisés", ils ne savent pas trop… Certes, ils en profitent, mais qu’est-ce que ça cache ?

- La totale, c’est la bolcho-marraine cacochyme qui fut "première femme maire de France et communiste". Si fière d’avoir comme compère le curé, trop jeune pour qu’elle l’ait bouffé du temps de sa splendeur… Elle s’accroche la vieille. Avoir été, ne plus être et essayer d’être encore.
Après avoir probablement signé toutes les pétitions réclamant le droit à l’avortement et le droit à l’euthanasie, c’est pathétique de la voir s’accrocher à la vie :
"- Viens dans mes bras" souffle-telle timidement et vainement à sa filleule…
Surtout - lapsus révélateur d’une angoisse autocentrée d’athée scientifique sentant déjà la charogne ? – j’ai adoré sa déclaration au micro où elle se félicite que la famille de sa filleule (mordillant sa tétine) "pourra vivre sa fin de vie en France"…

Bon, c’est finalement plus triste que marrant.

dimanche 19 décembre 2010

Noël, fête de la Con-sommation !

ÇA URGE ! Dépêchez-vous de faire vos dernières courses (foie gras, etc.) et, surtout, n’oubliez pas les cadeaux pour les uns et pour les autres ( ceux que vous avez invités au réveillon et ceux qui vont s’y inviter de toute façon… )

DARTY est là pour vous dépanner. Peut-être même aussi (qui sait…) si vous êtes xénoréticent…


AH OUI ! J’oubliais. Peut-être êtes-vous plutôt bisounours. Pour vos auto-invités de dernière minute, Amazon.fr peut encore vous dépanner avec des cadeaux tout à fait adaptés aux circonstances…

samedi 18 décembre 2010

Le Camp des Saints se restreint…

C’est une année "paire"… Pour fêter ensemble le mémorial de l’Incarnation (dans la crèche sous les étoiles, pas dans une maternité de la Générale de Santé, vous l’aurez compris) tout le clan du Plouc va prendre la route. Tout le Clan, donc, avec armes, bagages, femmes, enfants, gnards, gros ventres, chariots, cages à oiseaux, cartons à chapeaux, etc., poussé par Favonius* et Aquilon* (mais pas par Auster*) va converger vers notre douar d’élection.

Le Plouc himself a donc anticipé, quittant sans regret son douar de cantonnement pour monter vers sa Jérusalem à lui, histoire de préparer les lieux (et approvisionner le chantier…)

Evidemment, tout évolue. Et, bien sûr, le dit douar d’élection a un peu changé depuis 37 ans que le Plouc y passe l’essentiel de ses vacances et même près du tiers de son temps depuis bientôt 10 ans (merci la pré-retraite à l’insu de son plein gré…) Et si à ses deux mille (vrais) indigènes et quelques centaines de résidents secondaires sédimentés s’ajoutent "en saison" quelques milliers de guignols, tout ceci reste très raisonnable…
D’autant plus raisonnable que cette invasion saisonnière est majoritairement familiale et quasi exclusivement le fait de guignols bien de chez nous… L’été dernier, d’ailleurs, bavassant ici sur je ne sais plus quel sujet (le Ramadan je crois) j’écrivais que "au-dessus de 800 m d’altitude, le CPF se fait rare…" C’est un fait tout à fait avéré.

Or donc, ce matin, descendant faire quelques courses au village, je suis passé à l’office du tourisme prendre le dépliant du programme d’animation, toujours plein de merveilles pour les enfants (stages de construction d’igloos, chasses au trésor vraiment pédagogiques, etc.)

Ouais… Pour accueillir nos chères têtes blondes fraîchement débarquées, je lis :
Jeudi 23 décembre - Spectacle de rue – 18h30 :
"Zora Toufik & le Salam Sound System" Zora princesse d’un désert lointain est en quête d’un "Gazou". Accompagnée de ses fidèles serviteurs Toufik sur Trich son autruche et Salam sur son triporteur ; ils déambulent à la recherche d’un prince pour Zora. Gratuit…

Bon, pour le programme, c’est tout vu : Se vautrer dans la neige pour les plus petits, vérif’ du matos de ski pour les plus grands, puis expédition-trappeur en forêt pour retrouver les traces de la cabane construite par leurs parents quand ils avaient leur âge. On descendra au village pour la messe de minuit…
_______
* Favonius : fils d’Eole, dieu du vent d’ouest
* Aquilon : fils d’Eole, dieu du vent du nord
* Auster : fils d’Eole, dieu du vent du sud (qui avait très mauvaise réputation dans la mythologie…)

vendredi 17 décembre 2010

Indics et supplétifs, collabos et kapos…

Quelques news de la dure vie quotidienne de ces braves gens…

Rappel de diverses dates historiques (qui n’ont rien à voir…) :


Le 12 février 1933, à Berlin, après le "changement de chancelier", la police régulière se révélant incapable de maintenir l’ordre, les SA (organisation privée partisane à l’origine des troubles) sont officiellement légitimés comme auxiliaires légaux de la police d’Etat. Rappelons que les SS ont débuté comme supplétifs des SA

Le 5 mai 1979 à Téhéran, après le "changement d’exécutif", un décret confie aux Gardiens de la Révolution (organisation privée partisane concurrente de beaucoup d’autres) une compétence générale en matière de police et de "renseignement" en lui attribuant des moyens équivalents à ceux de l’armée et supérieurs à ceux de la police…

Le 1° décembre 2010, à Paris, après le "remaniement", le ministre de l’Intérieur signe avec la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), une convention de coopération en vue d’échanges d’informations dans la lutte contre les dérives racistes, notamment sur l’Internet mais pas seulement. Il faut un début à tout…

La Licra missionnée pour surveiller l’Internet…


Cette convention engage les deux parties (donc l’Etat et une organisation privée et de fait partisane) à une action commune pour les trois prochaines années…
D’après la Licra, « cet accord consacre un important volet à l’échange d’informations entre le ministère et la Licra afin d’être capable de mieux quantifier, qualifier et appréhender les phénomènes racistes »
Le président de la Licra a défini cette convention comme « un outil de combat pour agir à la fois contre le racisme idéologique porté, de manière certes marginale mais violente, par des groupuscules politiques et contre un racisme qualifié d’ordinaire tel qu’il est vécu par un trop grand nombre de nos concitoyens »
La convention prévoit que la Licra aura en charge de proposer une approche nouvelle dans la sensibilisation des agents de police et de gendarmerie dans leur mission...

Renvoi d’ascenseur entre gens de bonne compagnie…


Ah oui ! Par ailleurs, un Observatoire du racisme serait créé et sa conduite en serait confiée sous peu au Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN)…

Souvenez-vous que le 20 septembre dernier le CRAN avait attaqué perso M. Michel Bart, directeur de cabinet du ministre de l’intérieur, pour "incitation à la haine raciale" suite à la fameuse circulaire sur les camps de Roms. Or, la procédure choisie était juridiquement des plus faiblardes : Il appartient au plaignant de démontrer "l'incitation à la haine raciale". Pour que la justice établisse le délit d’incitation, il aurait fallu que le CRAN prouve la volonté de "publicité" du dir’-cab’… Or le plaignant n’avait à produire à l’appui de sa plainte qu’une circulaire interne d’instructions administratives techniques adressées à des subordonnés, ne leur enjoignant en rien de sortir de leurs fonctions légales et frappée du sceau confidentiel ! On allait tout droit à la gifle pour un CRAN débouté sans autre forme de procès…
La logique aurait voulu que le haut fonctionnaire accusé et sa hiérarchie (le ministre, voire plus haut…) laissent pisser et attendent sereinement que Patrick Lozès, président autoproclamé du CRAN, se prenne la claque attendue…
Ben non ! Est-ce par aimable gentillesse, voulant éviter au CRAN de perdre la face ? Ou plutôt par pétoche maladive d’entendre les merdia crier à la soumission des juges à l’exécutif ? Suite à la citation directe envoyée au dir’-cab’ et sans attendre l’audience préliminaire de conciliation prévue pour le 23 novembre, le dit M. Bart s’est fendu d’un courrier au plaignant "faisant part, à titre personnel, de ses regrets et de la sincérité de ses sentiments antiracistes…", accompagnée, pour rajouter une couche, d’un courrier du ministre himself "s'engageant à la création d'un Observatoire sur le racisme" (création suggérée dans un "rapport" remis en mars par Lozès à Hortefeux…) Trop content de se sortir ainsi gagnant de son merdier, le CRAN a illico retiré sa plainte…
Gagnant, car cet Observatoire s'inscrira dans un vaste "plan national contre le racisme" qui sera lancé au printemps. Composé d'une "dizaine de personnes", il "commandera des études" et produira "un rapport annuel". Et "normalement", le président du CRAN devrait en être l'heureux président… Tout baigne…

Et une couche de plus, une…

Vous savez tous, au moins grâce à la clameur outrée des autorités morales, que se tiennent ce samedi à Paris les Assises internationales sur l’islamisation de nos pays.
Du fait des vociférations de la Communauté du Bien – Canal habituel (CCIF, Parti des Indigènes de la Ripoublic, MRAP, LICRA, SOS Wouacisme, etc.), des chantages et menaces même pas voilées au doux motif bisounoursien de risques de trouble à l’ordre public et des delanoësques demandes formelles d’interdiction par M. le Maire es qualité, la Préfecture de Police est bien emmerdée : En effet, rien ne l’autorise, juridiquement, à interdire cette horreur…

Heureusement, il y a encore des fonctionnaires assez consciencieux pour s’encrasser les poumons en soulevant la poussière des archives ! Il y a l’article 9 de la loi de 1881 sur la liberté de réunion ! Déjà peu utilisé sous la 3° République et tombé en désuétude depuis des lustres, cet article permet à des fonctionnaires de police assistant es qualité à une réunion d’intervenir “en cas de propos inacceptables”. Vu ?

PS : N’oubliez pas : La délation, c’est mal. Un signalement, c’est bien ; c’est citoyen.

En passant…

Si vous vous intéressez à la France au moins et plutôt plus qu’à la Côte d’Ivoire, passez donc lire le papier commis tout à l’heure par notre ami Ali علي chez Bouteille à l’Amer.

Et je n’ai rien à ajouter.

jeudi 16 décembre 2010

C’est pas demain la Suisse…

Ça vient : "Les citoyens européens pourront proposer des initiatives."

Les députés européens devaient voter hier à Strasbourg les modalités pratiques d’un nouveau « droit d’initiative citoyenne »
Les Vingt-Sept et le Parlement européen sont en effet tombés d’accord sur les modalités de cette participation et la manière concrète de permettre à un million d’Européens d’exercer un « droit d’initiative citoyenne » pouvant déboucher sur de nouvelles législations communautaires.. Pas de précipitation cependant, une fois les règles votées, il faudra qu’elles soient transposées dans les droits nationaux ; les États auront douze mois pour s’exécuter…
Concrètement, ça va se passer comment ? Un « comité des citoyens » devra enregistrer l’initiative auprès de la Commission qui jugera, dans les deux mois si la demande est recevable. Le million de signataires requis devra provenir d’au moins sept pays de l’UE. L’exécutif européen devra vérifier la recevabilité des signatures et les signataires obtiendront une réponse dans les trois mois. Donc, pratiquement, on ne peut pas envisager de lancer une première initiative citoyenne avant fin 2011, début 2012…

Bien sûr, Greenpeace himself a d’ores et déjà déposé plus d’un million de signatures pour un moratoire sur toute nouvelle autorisation d’OGM. Evidemment, elle n’a pas été rejetée comme prématurée ; la gauche du parlement est claire sur ce point : "il faut que ses promoteurs la gardent, il serait inadmissible de les forcer à recommencer une fois qu’on aura appliqué les détails nécessaires"

Ah oui ! Il faut que les requêtes restent dans les clous des compétences législatives du parlement européen et, surtout, qu’elles soient conformes aux Valeurs de l’UE. « Une demande de rétablissement de la peine de mort, par exemple, ne sera pas recevable, car contraire aux principes fondamentaux européens »
Bon, vous avez compris les mecs. Pas question d’histoires de voiles, de minarets ou de remugles nauséabonds...

Faudrait pas vous croire en Suisse tout de même !

mercredi 15 décembre 2010

Dépendance : Une chance pour la dépense…

Jacques Bichot a publié le 3 Décembre sur Liberté Politique un article dont voici le début (un peu contracté) :

La réflexion publique sur la prise en charge de la dépendance s'engage sous de mauvais auspices : en déconnectant ce « cinquième risque » de l'assurance vieillesse, dont il devrait constituer un segment, on va ouvrir la fenêtre aux dépensiers auxquels la loi du 9 novembre a (presque) fermé la porte.

Comme souvent, l’astuce consiste à cadrer le débat de façon à en exclure la ou les vérités de bon sens. S’agissant de la dépendance des personnes âgées, voici la vérité que l’on occulte : devenir dépendant est une étape normale du processus de vieillissement, une étape par laquelle les êtres humains passent majoritairement avant de mourir, si bien que sa prise en charge relève tout naturellement de l’assurance vieillesse – dont on ne peut augmenter indéfiniment la facture.

L’assurance vieillesse fut à l’origine une assurance dépendance

Initialement, les pensions de vieillesse constituèrent une assurance contre le risque de ne plus pouvoir vivre de son travail, et par conséquent de ne plus être indépendant. Le dôme des Invalides se dresse au dessus du quartier des ministères, mais nul ne semble se souvenir que sa construction fut motivée par la volonté de fournir une fin d’existence décente aux serviteurs de L’État devenus incapables d’exercer leurs fonctions. L’invalidité, conséquence de blessures de guerre ou de la sénescence, est la première raison d’être de la retraite.

Celle-ci a depuis considérablement élargi ses fonctions : elle permet de bénéficier de très longs congés payés à un âge où il est encore possible de croquer la vie à belles dents. Les « jeunes retraités » exercent des activités bénévoles, voyagent, s’amusent, se cultivent, consacrent du temps à leur famille et à leurs amis : fort bien ! Mais est-ce une raison pour oublier que la retraite est aussi destinée aux personnes dont, l’âge venant, l’arthrose rend les déplacements difficiles, dont la vue baisse, dont l’ouïe décline, dont le cœur devient fragile, dont les vertèbres subissent des tassements successifs, dont les neurones ne fonctionnent plus correctement, ou qui luttent avec difficulté contre un cancer ou une maladie de Parkinson ?

La dépendance n’est pas réservée aux personnes âgées : on peut naître aveugle ou trisomique, perdre l’usage de ses jambes à 20 ans, souffrir d’une sclérose en plaques à 30 ans, ou être rendu inapte au travail à 40 ans par un accident ou une maladie. Mais ces inaptitudes accidentelles ne doivent pas être confondues avec celles qui proviennent du vieillissement. Leur couverture relève d’une assurance contre le handicap, contre les accidents de la vie. Cette garantie fait partie de l’assurance maladie et invalidité ainsi que de l’assurance accidents du travail et maladies professionnelles, tandis que les incapacités venues avec l’âge relèvent logiquement de l’assurance vieillesse.

Diviser pour dépenser

Pourquoi alors vouloir créer une branche spécifiquement destinée à un soi-disant « cinquième risque » ? Tout simplement parce qu’un risque nouvellement reconnu échappe à la discipline budgétaire qui s’impose à la couverture des risques anciennement étiquetés. Traiter la dépendance des personnes âgées dans le cadre de l’assurance vieillesse aboutirait nécessairement à des réformes de celle-ci plus vigoureuses que la loi du 9 novembre 2010 : il faudrait en effet trouver dans un relèvement de l’âge moyen de départ à la retraite les ressources requises pour réaliser les améliorations souhaitées de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Les dépensiers veulent éviter cela.

lire la suite… (article complet)

dimanche 12 décembre 2010

Didier Goux, le Petit Futé…

Le rêve secret de tout un chacun est de trouver la martingale du job peinard, du business qui marche et prospère tout seul, qui marge à mort sans qu’on ait à se fouler et qui n’est pas prêt de craindre le déclin ou l’obsolescence…

Comme le syndicaliste se plaignant du manque de moyens, notre ami Didier ne perd pas une occasion de se lamenter qu’on ne sait plus quoi faire pour caricaturer la modernité, vu qu’elle est toujours plus caricaturale que les caricatures qu’on oserait en faire. Il aime se faire plaindre… Ouais… Il n’empêche que lui, le bon créneau, il l’a trouvé en douce, le petit malin.
Il a bien tout essayé avec sa palanquée de blogs pour multiplier les marchés de niches. Y aurait de quoi faire un bel organigramme en nuage comme pour les participations croisées d’une multinationale. Mais c’est du boulot. A propos de niches, tenez, sa meute de gâteux doit lui coûter un max en bouffe sans lui rapporter le moindre cachet de cover-boy chez 30 millions d’Amis
Mais même d’un cerveau de grincheux-réac peut surgir la réponse à la lancinante question de mon premier alinéa. Il a suffi pour cela d’une fréquentation assidue des CSP et autres Célestes (comme Renaissance et Lumières nous furent consenties par les munificences islamo-ottomanes, c’est bien connu…) D’où sa nouvelle succursale adaptée au format twitter !
Plus de soucis ! Il a trouvé la machine à billets avec moteur à mouvement perpétuel !
Le plan de charge est assuré sans avoir à se fouler jusqu’à Apocalypse, chap. XX, verset 12

Non seulement la matière abonde, mais elle est gratuite, elle s’offre toute seule comme une grande, toute prête à se prêter ; même pas besoin de se baisser pour la ramasser, et pas besoin de rewriter ou de commenter.

Tenez, par exemple, la Démocratie Participative, la Démocratie Réelle (le PS, quoi !) sont avides d’offrir leurs appas sans droits d’auteur, suffit de euh… piocher dedans selon ses goûts…

Le mois dernier, par exemple, le Forum des idées du Parti socialiste a publié un rapport concocté par "la crème de la crème" des experts (dixit Libé) qui ont bossé dessus pendant un an. Ça s’intitule “La ville au XXIe siècle. Pour une nouvelle société urbaine” et on peut y piocher gratos !

Vous préférez quoi ? L’intermodalité ? La multimodalité ? L’interopérabilité ? L’intercommunalité ? Vous aimez mutualiser ? Vous la voulez comment la ville ? Faites votre marché :
- « lieux humains, intenses et tranquilles »
- « faire vivre des artistes dans la ville… sans l’agression extérieure que représente le bruit »
- « La ville doit redevenir le lieu de l’invention de l’intérêt général. »
- « bâtiments flexibles » et « territoires en mouvement » (je sens qu’il y en a un qui fume en cachette, je sais pas quoi…)

Et les habitants, vous les voulez comment ?
- « vecteurs pour l’émergence de nouveaux projets »
- ayant le « Droit pour chacun à produire la ville »
- « La mémoire des territoires est autant celle des lieux que celle des familles qui y habitent » (aujourd’hui)

Et les incidents du genre de cet été à Grenoble ? Y a un paragraphe (court) pour ça intitulé « Une ville pacifiée » :
- Ce sont les « inévitables conflits et embrouilles qui émaillent la vie de tout groupe humain ».

Ah oui ! J’oubliais. C’est en cohérence avec le projet socialiste de démocratie réelle (des « villes 100 % délicates ») :
- « des villes intenses traversées de toutes sortes de mobilités, qu’il s’agisse de transports, d’idées échangées, de fibres numériques et de lieux où l’on peut prendre son temps »

Pour creuser plus, cf. le papier de Xavier Raufer dans V.A.

samedi 11 décembre 2010

Le double lauréat du jour…

Du jour seulement, ne nous avançons pas trop…

Le Vacuitude Award du jour

Benoît Hamon pour avoir eu le courage de dire :


"Les candidats du Parti doivent être compatibles avec le projet du Parti"

Il est bien ce garçon ; on dirait qu’il a compris des trucs…

Et le Totalitairitude Award du jour

Pour sa réponse à la question "- Le projet du PS pour l'égalité réelle pourra-t-il être amendé par le candidat socialiste en 2012 ? " :


"- Bien sûr. Ce travail peut-être enrichi, mais je ne vois guère de substitut possible… Quant à la préoccupation de son chiffrage, elle est prématurée."

En voilà enfin un qui sait ce qu’il veut ! Mais on avait déjà compris…

jeudi 9 décembre 2010

Vaine reptation de larve obséquieuse…

C’est vrai que ça tourne déjà en boucle et que d’autres m’ont doublé pendant que (là : x ) j’avais laissé refroidir le clavier pour aller faire les courses du pauvre veuf solitaire. Mais bon…

Moi, j’ai vu tout de suite une image. Peut-être déjà vue dans un de ces films en noir et blanc des grandes heures du résistantialisme épurationniste. Je vois très bien la scène dans un salon minable de sous-préfecture :
Debout, sanglé dans son uniforme impeccable, beau comme un fils de Wotan ou un éphèbe d’Arno Breker, un jeune SS-Obersturmführer tire discrètement sur son élégant fume-cigarette tout en jetant distraitement un regard de mépris amusé au tas informe qui gigote devant sa botte. Pourtant, lui, Günther, il ne se souvenait pas avoir demandé quoi que ce soit à ce tas, ni de l’avoir convoqué, ni même de savoir que "ça" existait (encore qu’il s’en doutait un peu…)
"Ça", c’était un tas de viande animé qui avait mis son costard du dimanche pour venir le voir ; le costard qu’il gardait propre pour aller à la tenue de la Loge pendant que sa bourgeoise allait à confesse. Un tas qui ne perdait rien de sa superbe dans la rue, se rengorgeant de sa supériorité de notable de canton nourri aux mêmes mamelles que Mr Homais. Mais dans ce petit salon, le tas tremblait de toutes ses babines et boudins de graisse ; il avait besoin d’un bon d’essence pour son petit commerce, ou d’un laisser passer pour rejoindre les pensionnaires de Mme Anaïs après le couvre-feu… Pour ça, il était prêt à vendre père et mère (au propre) et son fion (pas seulement au figuré) …

Image désuète et ressassée ? Ouais… On a la même image remastérisée en couleur.

On a un Christian Le Bras, figurez-vous (pardon pour ses nombreux homonymes que je sens un peu gênés) Ce quelconque tas contemporain à la gueule hyperlambda, ça le gratte de devenir un notable de sous-préfecture (non, non, c’est pas pour ça, vous n’y pensez pas ! c’est pour l’Europe durable, gnagna, etc.) Il doit forcément zieuter sur les prochaines cantonales, horizon indépassable du Rastignac andropausé de canton…
Faut se faire connaître… et montrer patte blanche aux troupes d’occupation… (x)

Ouais… Le site mahométan Al-kanz qui se veut respectable et propre sur lui a la politesse condescendante de ne pas ricaner ouvertement en crachant son mépris et se contente d’écrire :

"Après les ‘salamalikoum’ du maire communiste de Grigny à l’occasion des deux Aïd, voici les vœux de Christian Le Bras, coordinateur du groupe Europe-Ecologie/les Verts pour la commune de Grigny. Cette affiche a été prise ce matin près du centre-ville de cette ville de l’Essonne. Nous sommes aujourd’hui le 1er muharram 1432 de l’Hégire, muharram étant le premier mois de l’année.
Rappelons qu’il n’est pas d’usage, en islam, de souhaiter la bonne année qui ne revêt aucun caractère particulier, ni festif ni autre
."

La gifle n’en marbre que plus les bajoues du vieux con.

Oumma, Afrique boréenne ou Reich pour mille ans, images parfaitement symétriques…

mercredi 8 décembre 2010

Aujourd’hui, Fête de l’Illuminée Confusion

Solennité majeure, fête de 1° classe - couleur liturgique : or (en barre)

A Lyon, ce soir, ostension du Saint Sacrement


Merci qui ?

Merci Mgr Gérard Collomb, primat des Gaules,
Merci Mère Najat Belkacem, chaisière du sanctuaire.

Sainte Electricité et Sainte Numérique,
Vierges et martyres consacrées à Saint Festivus,
Saint Business, Saint Kilowatt et Saint Déficit,
Vous tous, Saints et Saintes de notre mère Laïcité,
Merci…

NB : Comme acte de contrition, vous lirez le billet moisi de ce jour de Don Formaggio (futur docteur de l’Eglise)et aussi ceci.

mardi 7 décembre 2010

Le choc du jour…

Du jour seulement, ne nous avançons pas…


Ce matin, en buvant mais pas encore déplissé ni vraiment réveillé, un malencontreux zapping radiophonique m’a occasionné un choc hilarophylactique grave ; d’où la moitié du bol de café sur la table et l’autre dans mes fosses nasales...

Si vous ne le saviez pas, je vous l’apprends. Pendant que vous vaquez bestialement à vos occupations récurrentes, inconséquents que vous êtes, sachez qu’a lieu en France

…le colloque de la "psychiatrie citoyenne"

Ce sera tout pour aujourd’hui…

lundi 6 décembre 2010

L’Afrique, notre avenir…

Etre Africain, voici ma Voie,
Mon Espérance et mon Destin
.

L’actualité n’en finit pas de nous administrer la preuve que l’Afrique reste toujours l’Afrique (ce qui rassure, quelque part, dans ce monde mondialisé qui évolue plein pot et sans repères…)

Pour l’heure, c’est la Côte d’Ivoire qui retient l’attention et meuble les débats audiovisuels pour maintenir le niveau d’emploi des médiatiques incontournables et le volume de jactance rémunérée des voix autorisées.

Voilà un pays longtemps montré en exemple qui avait tout pour être raisonnable. Ayant bénéficié au départ de trente ans de développement économique et de stabilité politique, encore adossé à ce qui en reste (activité et infrastructure), en dépit des aléas de cours des matières premières et des crises mondiales, il s’en sort mieux que ses voisins. Au point d’être un pôle d’immigration pour la région. En outre, il a tout pour plaire à nos chères autorités morales : Institutions plus ou moins calquées sur le modèle occidental, "pluralisme" de la vie politique, "diversité" (pluralité ethnique et 20% d’étrangers – mais qu’importe : vu de chez nous, sont bien tous blacks donc gentils, hein ?)
Bref, tout baigne… Ben non. Pourquoi ? A cause d’un méchant, évidemment : Laurent Gbagbo, un affreux qui conteste les suffrages du peuple. Un monstre à la Bokassa ; le tribunal international n’est pas loin… Heureusement, il y a un gentil qui s’appelle Alassane Ouattara. Celui-là, c’est un sérieux, ancien vice-président du FMI (il est du sérail) Et puis c’est un ancien Premier ministre d’Houphouët-Boigny, l’homme de l’âge d’or local et de la stabilité politique – bon pour les affaires – (stabilité de "consensus national" genre parti unique de fait, mais bon, n’y regardons pas de trop près…) En plus, il est musulman, donc forcément respectable… Bien sûr, la planète entière le soutient.
Au sud (bien garni d’observateurs étrangers) Gbagbo a le plus souvent été assez largement en tête, avec des scores électoraux bien nuancés, comme chez nous ; c’est rassurant pour la maturité politique des citoyens ; c’est charmant...
An nord (contrôlé militairement par les partisans de Ouattara), ce dernier bénéficie partout de scores nord-coréens, jamais moins de 95%… Curieux, non ? Mais le contrôleur ad hoc de l’ONU est formel : "- Ça ne fausse rien". Faut dire que c’est un chinois, un diplomate détaché de Pekin…

Perso, je n’en ai rien à foutre. Mais ça illustre parfaitement que derrière la façade, dès que les choses sérieuses sont en jeu, l’Afrique reste toujours l’Afrique.

Et puis, il y a Haïti ! Car à y regarder d’un peu près, on constate que les petits Etats insulaires et souverains des Caraïbes, qu’ils soient anglophones, hispanophones ou autres, relèvent de la sphère "latino-américaine" (y compris la République Dominicaine) Tous sauf un : Haïti. Aux dires des experts eux-mêmes, Haïti relève à n’en pas douter de la sphère "africaine", le seul dans la région. Et il fait tache…
S’agissant de la situation présente (et passée) de ce pays, j’écoutais récemment à la radio bavasser des gens aussi raisonnables et nuancés que peu suspect de racisme et néo-colonialisme que le réacteur en chef du Point et le directeur de la revue jésuite Etudes. Et j’entendais des propos tels que : "- On ne sait pas très bien où ça va aller mais il faut y aller…", "- Il faudrait une tutelle internationale", "- Il faudrait un pouvoir fort de la communauté internationale pour au moins quarante ans…"

Perso, au-delà de la compassion humanitaire (humanitariste ? chrétienne ?) ça me démange de dire "- Qu’ils se débrouillent !"

Ouais… Au demeurant, toute l’Afrique (et pas seulement les deux entités exemplaires évoquées ci-dessus) bénéficie d’un atout considérable : c’est une grande exportatrice de la plus inestimable des richesses, celle des hommes… et de leurs Valeurs
Ils ont encore de vastes espaces à défricher et coloniser (en compensation des terres arables que leur vole les Chinois), l’Afrique boréenne notamment…

« Il n’existe aucune garantie que les protections qui prévalent dans les sociétés occidentales seront préservées dans celles qui deviennent non-occidentales. Aucune raison historique ne force à croire que des gouvernements basés sur les libertés individuelles survivront à la disparition des peuples occidentaux. L’Afrique post-coloniale est révélatrice. Dans sa plus grande partie, le continent Noir retourne à ses mœurs ancestrales, renforcées par une infusion d’armes occidentales modernes, comme cela a été montré par les carnages somalien et rwandais. Ce qui bouleverse notre très profond sens de la compassion est compréhensible. Mais le sentimentalisme ne devrait pas nous aveugler quant aux implications à long terme que cela aura sur notre propre survie. De même que de donner de la nourriture à des populations incapables de se nourrir ne fait que hâter l’inévitable catastrophe démographique, déverser en Occident des populations du Tiers Monde accélère simplement la transformation de l’Occident en une extension du Tiers Monde. »
L’urbaniste canadienne Jane Jacobs - Retour à l'âge des ténèbres (2005)

samedi 4 décembre 2010

SIDACTION ! TELETHON ! CANCON !!

Quelques trucs comme ça vient…

On avait déjà les lâchers de ballon pour "sauver" une iranienne condamnée à mort. Mercredi dernier, on a eu droit à la Journée du SIDA avec concerts, etc. Je dis la journée "DU Sida" parce qu’on ne sait plus trop si c’est CONTRE le Sida ou une fête récurrente comme la fête des mères ou Halloween. Et quand Act Up s’en mêle, parfois façon Sida Pride, ça tourne au carnaval… Aujourd’hui et demain, c’est le Téléthon ; sur fond de spectacles et "performances" sportives ou festives pour entretenir le suspens : va-t-on battre le record de passages à la caisse ? Et puis, il faut en être ; mon banquier est partenaire du Téléthon, comme il est partenaire de Rolland-Garros…

Toutes ces manifestations compassionnelles, parfaitement légitimes en dépit de leurs dérives, sont tellement médiatisées qu’elles ont malheureusement occulté d’autres actualités brûlantes. Je pense notamment à une manifestation citoyenne essentielle qui, par son ampleur et son efficacité, pèsera lourd pour l’avenir de la planète, de son réchauffement et de ses échanges commerciaux.

Je veux parler du Sommet de Cancon.

Le Sommet de Cancùn (conférence internationale sur le changement climatique sous l'égide de l'ONU) qui se déroule actuellement a en effet été "doublé" (et invalidé) aujourd’hui par le contre-sommet de Cancon dont il ne faut pas négliger l’importance.
A Cancon (Lot-et-Garonne, 1.300 habitants) donc, capitale française de la noisette, les participants au contre-sommet ont afflué nettement moins nombreux que lors de la précédente édition mais d’autant plus décidés à débattre gravement. Avec, notamment, la participation de José Bové et Cécile Duflot, de conseillers scientifiques d'Attac, de représentants du Parti de gauche et de ce qui reste du PCF, le contre-sommet s’est réuni sous la halle de l'ancien marché aux veaux où la soupe chaude et la batterie fanfare faisaient office de chauffage. Après visite des stands des associations et des produits du terroir, divers débats ont eu lieu sous un petit chapiteau et un concert a clôturé les travaux.
Les mêmes thèmes ont été abordés à Cancùn et à Cancon, je peux vous l’assurer. Sous les mêmes angles et avec les mêmes conclusions, ça, c’est moins sûr. C’est même pas sûr du tout. En tout cas, on peut d’ores et déjà se convaincre que les décisions prises à Cancon et les intentions formulées à Cancùn auront toutes autant d’effet que le jet d’urine d’un chiot sur un parcmètre.
Jugé à l’aune de l’efficacité, les deux sommets sont donc d’égale importance. A un poil près cependant : selon mon envoyé spécial, Cancon était nettement plus convivial que Cancùn (quoique moins sécurisé…) Et ça, ça m’inquiète…
Parce que derrière l’ambiance bon-enfant de ce genre de manif écolo-alter-chose, un fois les lampions éteints, il reste les organisateurs : de tristes figures dépourvues des doutes que même un Fouquier Tinville aurait pu avoir. On peut croiser les mêmes à Act-Up…

A ce propos, pour en revenir aux moyens de "lutte" contre le Sida, voici quelques images d’actions combattantes hyper efficaces pour terrasser le VIH :

vendredi 3 décembre 2010

Alors je ne joue pas…

"- On vous a fait beaucoup de mal, dit-elle…
"- Du mal ? A moi ? Il y a si longtemps. Avant ma naissance.
"- Avant ?, je ne comprends pas, Frédéric.
"- Je suis professeur d’histoire. Je sais que les civilisations passent. La mienne, on me la cassée avant que je naisse. On m’a cassé mes jouets avant Noël. Alors je ne joue pas. Je témoigne pour mes jouets cassés. (…) La civilisation de la paternité, qui durait depuis les débuts de l’humanité, est terminée. Je ne voudrais pas vous choquer, Mademoiselle ; tous les enfants qui naissent de nos jours sont des bébés-éprouvettes : l’éprouvette-nation, l’éprouvette-école, l’éprouvette-télévision, l’éprouvette-sécurité sociale. Ce n’est pas nécessairement mal en soi : je suppose que Dieu ne tolèrerait rien qui fût entièrement mauvais, mais c’est là un monde où je n’ai vraiment rien à faire que de témoigner d’un autre."

Vladimir Volkoff – Le professeur d’histoire (1985)

mercredi 1 décembre 2010

Protection des espèces menacées…

Non, je ne me permettrai pas d’évoquer la protection des espèces menacées, domaine réservé de Greenpeace qui s’en soucie (peut-être…)

En revanche, pour apporter ma modeste contribution à la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, soutenir la courageuse campagne de Mme Royal en faveur de la fraternisation sans risques et suggérer à nos concitoyens d’éviter les dépenses superflues, il m’a semblé nécessaire de promouvoir cette pub d’une marque qui contribue bien plus que les découvertes de Pasteur à la survie de l’humanité.

mardi 30 novembre 2010

Support indépassable de l’Avenir…

(qu’il ne faut jamais insulter, oui je sais…)


" Protégez-vous avec le préservatif Désir d’Avenir ! " *

" Soutenir les idées de Désirs d'avenir, c'est aussi les porter ! " *


* (slogans authentiques du site…)

lundi 29 novembre 2010

Instrumentalisation de la générosité

Samedi prochain on va se farcir le Téléthon ©

Hormis mes visites chez les Présumés Coupables comme dit Hank, je sors assez peu (sur la toile…) mais je ne me prive pas de faire aussi des détours par d’autres lieux dès lors que ceux-ci sont lucides

Et je prends la liberté, aujourd’hui, de relayer le billet ci-dessous publié samedi dernier par Authueil :
__________

Je suis allé ce matin faire mes courses chez un marchand de surgelés dont le nom commence par un "P". J'y ai vu des petites affichettes annonçant une opération promotionnelle : pour l'achat de produits signalés par un petit logo, la société s'engageait à donner 10 centimes d'euros au téléthon. Cela m'a écœuré !
Cette opération est tout bénéfice pour le commerçant, qui écoule ainsi davantage de produits, qu'il a pris soin de commander en plus grand nombre, donc avec un prix plus intéressant, ce qui augmentera sa marge. Ca se trouve, l'augmentation de marge atteint ou dépasse 10 centimes par produit. Et si cela ne suffit pas à rentabiliser financièrement l'opération, le crédit d'impôts pour "don et mécénat" s'en occupera, permettant au passage d'atteindre le plafond des dons dans le courant du mois de décembre. En plus de gain financier, le commerçant s'offre une belle campagne d'image auprès de ses clients, voire du grand public s'il décide de faire un peu pub, notamment lors du téléthon, où je ne doute pas que son nom sera abondamment cité dans les remerciements, donc hors quotas "parrainage et publicité". Le téléthon y gagne, puisque rien que grâce à son image positive auprès du grand public, il reçoit un don qui sera sans doute substantiel. Il valorise ainsi la marque "téléthon", annonçant la surenchère avec les concurrents, qui se sont montrés assez agressifs, ainsi que la prochaine étape, le téléthon tout le mois de décembre, partout et non plus seulement sur certaines chaînes de télévisions pendant quelques jours.
Le très grand gagnant, c'est quand même le système marchand, dont le but est de nous faire consommer tant et plus, en nous scotchant pour cela devant les médias de masse qui ne sont là que pour faire de la promotion de produits (et notamment ceux des industries dites culturelles, qui sont surtout des industries du divertissement) Pour que la machine tourne toujours, il faut sans cesse l'alimenter. Pour cela, tout est bon à récupérer, y compris la générosité, le don, qui ne sont pourtant pas à priori les valeurs premières de la société de consommation. C'est qu'aujourd'hui, on ne vous prescrit plus seulement de consommer des produits, mais aussi des "valeurs" qui sont avant tout des postures. L'essentiel, c'est que vous mettiez la main au porte-monnaie, que vous soyez présents devant les écrans pour que la pub rapporte.
Ce matin, je me suis bien gardé d'acheter les produits signalés par le marchand de surgelés. Par contre, à la sortie de mon supermarché habituel, j'ai fait quelques dons à la banque alimentaire, qui tenait un stand. Cela représentait le tiers de mon caddie, en valeur. Sans reçu fiscal, de manière totalement anonyme et gratuite. C'est ça la vraie générosité...

Samuel
_____________

A ces propos, du temps où j’avais passagèrement émargé au Rotary (le maillage des relations, que voulez-vous…) je me rappelle avoir dû à ce titre faire la manche devant les supermarchés au profit de la banque Alimentaire. C’était riche d’enseignement sur… les donateurs. A valeur (faible) égale, les jeunes déposaient des produits industriels souvent superfétatoires, de grignotage, parfois périssables ; ils en avaient l’habitude… Les autres, des pâtes, du riz… Et les plus vieux ce dont ils se souvenaient avoir manqué : du sucre, du café, parfois de l’huile (les plus généreux)

Moi, Plouc, quand je tombe maintenant sur une collecte, je donne. Et je donne exclusivement des boîtes de conserve. Ça se garde et peut se stocker, c’est bien. Mais pas n’importe quelle conserve : lentilles aux lardons, cassoulet, choucroute

Bref, faut qu’y ait du porc ! Au moins, je sais à qui ça profite…

Enfin, bon ; je vous ai soufflé le truc…

dimanche 28 novembre 2010

Interculturalité, horizon indépassable…

Il m’est arrivé plusieurs fois de parler ici de la Belgique et j’ai expliqué pourquoi dans un précédent billet. Cette construction artificielle (c’est comme Israël : encore un coup des Anglais qui voulaient un truc neutre en face de Londres…) ne tient debout que grâce à l’absence factuelle d’Etat et à une cohésion résiduelle du "vivre ensemble" dont le seul ciment sont la Sécu, le régime des retraites et ces genres de choses… Bref, une magnifique illustration de l’Europe actuelle dans ses œuvres et un laboratoire de son avenir…

Dans ce gentil royaume, donc, le louable souci de ravaler la façade (il n’y a plus que la peinture qui évite le délitement des murs…) a conduit le gouvernement fédéral à instituer en mars 2008 une commission chargée de formuler des recommandations « en vue de renforcer la réussite d’une société basée sur la diversité, le respect des spécificités culturelles, la non-discrimination, l’insertion et le partage des valeurs communes » et d’organiser des « Assises de l’Interculturalité » qui se sont tenues à Bruxelles. Son comité vient de rendre son rapport.
Qu’un gouvernement totalement impuissant à unir la diversité culturelle entre Flamands et Wallons réunisse des Assises en vue de recommandations interculturelles fondées sur la non-discrimination, j’ai failli m’en étouffer de rire. Ouais… Mais l’Interculturalité quand-même ! IN-TER-CUL-TU-RA-LI-TÉ ! (vous rigolez ? copiez-le cent fois !)

Bon. Puisque Assises il y a (non, restez assis), jetons un œil sur les recommandations du rapport final ; c’est beau : Un monument enfin élevé à la gloire du droit des peuples à l’inculture ! N’est-ce pas, en effet, le plus parfait, le plus achevé des droit-de-l’homme que celui d’être débarrassé de sa culture ? (ça doit faire partie des droits acquis non négociables, assurément)
Il s’agit, bien évidemment de "revoir, renouveler, et si nécessaire abroger les approches existantes en matière de droits de la personne"

A ce titre, le "Comité" des Assises s’est penché sur le "point sensible" du calendrier des jours fériés perçu par beaucoup comme un patrimoine historique intégré aux acquis sociaux. Certes, mais "le calendrier civil donne une place prépondérante aux fêtes chrétiennes qui fournissent six jours fériés légaux sur dix. Cette situation crée une inégalité de traitement entre les chrétiens et les personnes qui ont une autre conviction philosophique ou religieuse". Le comité préconise donc :
- De conserver les cinq jours fériés suivants: 1° janvier, 1° mai, fête nationale, 11 novembre et "25 décembre" (donc un seul chrétien – et encore, disons "d’origine" chrétienne…) Exit, évidemment Toussaint, lundi de Pâques, Assomption, Ascension et lundi de Pentecôte….
- De permettre à chacun de choisir librement deux jours flottants, selon sa culture ou sa religion (bonjour le chantier…)
- De créer trois nouveaux jours fériés non religieux qui pourraient coïncider avec des journées internationales célébrant la diversité et la lutte contre les discriminations (par ex. : J. des femmes, J. contre le racisme et J. mondiale de la diversité culturelle…)
Je me garde de commenter…

Ce magnifique rapport recèle bien d’autres avancées vers la lumière. Si vous ayez du flou dans la comprenotte, bouffez-en encore quelques trucs en vrac :

- Des fois avec un léger strabisme de bon aloi : "Le Comité s’inquiète de voir que des élèves remettent en question de façon agressive le contenu de certaines matières. Mais ce constat doit être situé dans un contexte plus large : Il est pour partie lié à la pénurie de professeurs de sciences…"

- Des fois avec un doigt d’hypocrisie (mais c’est pour la bonne cause) : "La Cour européenne des droits de l’Homme confirme que l’abattage rituel est un « rite », pratique religieuse essentielle protégée à ce titre par la liberté de culte. Donc, l’animal doit être anesthésié avant d’être abattu, sauf pour les cas rituels…"

- On plus franchement dit : "Conformément à l’objectif d’interculturalisation, l’apprentissage de certaines langues doit être proposé à tous les élèves. Pouvant être utiles à tous, elles font partie du patrimoine symbolique des élèves issus de certaines minorités, même s’ils ne les parlent pas.

- S’agissant de la "mémoire" : "Celui dont l’histoire n’est pas reconnue, caricaturée ou niée peut se sentir lui-même nié. Sur un plan symbolique, le Comité recommande d’inscrire cette reconnaissance de façon visible dans l’espace public et d’écarter les dénominations qui blessent les personnes issues des pays anciennement colonisés."

- Et, côté subventions : "Le Comité recommande aux autorités politiques d’aider les « médias communautaires» à se stabiliser dans la durée… (Passez à la caisse, braves belges !)

Je m’arrête là. Y a aussi les "quotas" et ce qu’ils appellent (j’adore) les signes convictionnels (petites croix de cou et niqhab même combat…) etc.

Sont en avance mais pas de beaucoup… On n’a plus que 18 mois à attendre et on va les rattraper. Suffit de laisser passer les élections de 2012, à cause de tous ces ploucs qui nous retardent. Si Sarko s’en tire, on pourra enfin avoir Borloo à Matignon avec un beau Grenelle de la Diversité. Si c’est les autres itou. Puisque c’est indispensable pour la mondialisation, horizon indépassable…

samedi 27 novembre 2010

Demain, 1° dimanche de l’Avent…



Un enfant va nous être donné…


Il est déjà parmi nous,
nous l'attendons,
nous l'espérons...



Putain !


LAISSEZ-LE VIVRE !




______________

PS - Non ! Celui-là, ci-dessous, n’est pas Celui qu’attendent toujours nos frères juifs qui n’ont toujours pas compris le film. C’est plus prosaïquement the last work in progress dans la lignée du Plouc. Yeah !

jeudi 25 novembre 2010

Abattage rituel et bon usage de la Police…

Avec ma marotte des journées, je ne vous entretiendrai pas aujourd’hui de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Non seulement je me sens odieusement indifférent à ce dossier, mais j’y flaire, une fois de plus, un chouia de fumet de repentance obligatoire ; ça suffit comme ça. En revanche, je n’avais pas oublié de célébrer à ma manière la Journée internationale de la tolérance le 16 novembre dernier. A ma grande confusion, je réalise que j’ai oublié d’évoquer quelque chose de beaucoup plus important ce jour-là :

العيد الكبير - l’Haïd el Kébir, quoi !

Mardi 16 novembre, on sacrifiait le mouton…
Chez nos amis russes, cela se passe plutôt bien, voire en toute convivialité, dans les régions de la Fédération à majorité musulmanes turcophones. Normal, c’est déjà l’Oumma… En revanche, en pays orthodoxes, ça fait des vagues :

L’an dernier, à Moscou, sacrifice d’un mouton dans le bac à sable d’un square. Cette année, outre des femmes empêchées de rentrer chez elles ou d'aller à leur travail par des hommes refusant qu’elles passent à côté d’eux pendant la prière, des cadavres de moutons traînés dans les rues et d’autres égorgés attachés près d’un arrêt de bus…
En province, des animaux sacrifiés devant une église ou des égorgements à la chaîne organisés devant une garderie…
Résultat : Le ras-le-bol des "natifs" monte…

Heureusement, pas de ça chez nous !!

Comme vous le savez, nous avons une police digne de ce nom. Et, notamment, les fonctionnaires des CSI. Entendez les "Compagnie de Sécurisation et d'Intervention", c’est à dire des costauds formés aux violences urbaines, en charge de perquisitions, interpellations au domicile, etc. Z’ont du boulot…
Et bien figurez-vous qu’à Nanterre, d’après le syndicat Alliance de ces messieurs, la CSI 92 a assuré la mission de filtrer les quidams venus chercher leur carcasse de mouton à l’abattoir certifié halal avec la consigne d’orienter les clients vers les caisses les moins encombrées comme de charmantes hôtesses d’accueil dont bien des supermarchés s’abstiennent de s’offrir les services… Ah oui ! J’oubliais ! Les circulaires du ministère rappellent qu’il faut chercher les "gisements de productivité", identifier et supprimer les tâches indues, faire la chasse aux "gardes statiques" inutiles devant les ambassades, édifices publics (ou privés), etc.

Rien à voir !

La police est dans son rôle. Sa mission régalienne, sociale et, surtout, citoyenne n’est-elle pas de veiller attentivement à la tranquillité publique ?
Or, la tranquillité publique nécessite impérativement d’éviter tout ce qui peut troubler ; tout ce qui peut réveiller de bas instincts heureusement endormis chez les masses laborieuses Avec Domicile et Assiette Fiscale Fixe
D’où, évidemment, les abattoirs discrets financés par les ADAFF, etc. Mais ça ne suffit pas. Faut que ça se passe vite, sans attroupements, sans queues comme au temps des tickets de rationnement (HLPSDNH, z’avez pas connu…)
Et puis c’est tout à fait normal ; on détache aussi des flics les soirs de match, c’est pareil…
Circulez ! Y a rien à voir ! (la preuve : même le Plouc, bon citoyen, n'a rien remarqué)

Surtout, cachez-moi ça ! Faudrait pas que ces connards de souchiens bas de plafond finissent par se poser des questions nauséabondes

P’têtre bien que Medvedev et Poutine savent ce qu’ils font. Mais ce sont des affreux. Nous pas…

mercredi 24 novembre 2010

Retour aux HLPSDNH…

Moscou 1917, Rome 1922, Berlin 1933, Pékin 1949, Pyongyang 1953, Phnom Penh 1975… Paris 201X ?


Que fait SOS Racisme ? Que fait le MRAP ?

Article 225-1 du code pénal :
Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, (…) de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

( merci à Dixdiag pour l’idée)

Vous noterez le choix de la date de la manif des indigènes dont il s’agit : le 8 mai prochain (ils s’y prennent tôt) Donc, ils n’ont probablement pas l’intention d’aller déposer une gerbe sur la tombe du Céfran symbolique en cette "Journée du souvenir et de la réconciliation en l'honneur des morts de la Seconde guerre mondiale" (oui, oui, c’est le titre…) A moins que ce soit Houria Bouteldja qui ranime la flamme. Ce serait chic de sa part…
Figurez-vous que, ce jour là, ce sera aussi la Journée internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (ne l’oublions surtout pas celui-là, ça pourrait servir en queue de manif…) Et puis aussi la Journée mondiale du commerce équitable (mais ils ont sûrement déjà donné…)
Le plus surprenant, c’est qu’ils n’ont pas choisi le lendemain. Le 9 mai, figurez-vous, sera la Journée mondiale des oiseaux migrateurs. En plus, c’est au printemps, quand ils remontent… Mais j’oubliais, ce sont des indigènes d’ici…

DICO : "Un indigène est une personne qui est anciennement originaire d'un pays et qui en possède la langue, les coutumes et les usages, avec une connotation qui n'est pas raciale mais culturelle."
Ce sont donc bien des indigènes de la République. Normal. La République, c’est pas la France ; faudrait pas confondre.
Au fait, finalement c’est quoi la République ?

lundi 22 novembre 2010

Karachie la capote et le pouvoir de la presse.

Propos sans queue ni tête

L’autre soir, sans doute ramolli par la douceur angevine et quatre heures de TGV, j’ai consenti à accompagner le prochain patriarche de ma tribu (quand j’aurai passé l’arme à gauche) à une sauterie sur invitation qui s’est révélée une des plus dormitives que nous ayons l’un et l’autre vécu : La soirée inaugurale du SCOOP ; entendez le Festival International du journalisme d’Angers, placé cette année sur le thème : "La Presse et le Pouvoir… Le pouvoir de la presse" C’était la 25° et dernière édition en ces lieux qui ont vu la chose naître et prospérer avant son déménagement à… Lille l’an prochain, le maire socialo-centriste ayant sucré la subvention, comme par hasard juste après que la cheville ouvrière du dit festival ait fait, comme le fiston, le choix qu’il ne fallait pas aux dernières municipales… Bref, vu le contexte, on espérait un peu d’animation. Las ! On s’est farci une belle brochette d’huiles "incontournables" tels que Roland Joffrin, Szafran de Marianne, Gerbaud de Reporters sans Frontières, etc. sous la houlette compréhensive de la Chabot soi-même animant le débat. On aurait mieux fait d’allumer la télé...

La seule chose que j’ai retenu, en passant, c’est la remarque d’un quidam que je vous livre en gros : "- Les politiques, maintenant, c’est comme un chirurgien qui opère en ayant autour de lui toute la famille du patient qui commente l’opération en temps réel…" Bon, ça suffisait pas pour mériter le déplacement…

Pourquoi je cause de ça ?

Ben, avant de reprendre mon TGV ce matin, j’ai jeté un œil distrait sur les titres à la une des quotidiens au kiosque de la gare. Pour Le Monde et Libé, il n’y en a que pour Karachi (non y a pas de faute d’orthographe dans le titre…), Pour La Croix et le Figaro, c’est Benoît XVI qui tient la vedette. Pour La Croix, on comprend ; pour le Figaro aussi vu son art consommé pour éluder…

Reste la lancinante (?) question du pouvoir de la presse… En quoi la vérité (si elle sort) sur les dessous de Karachi incitera les lecteurs du Monde et de Libé à voter plus qu’ils ne le feront de toute façon pour le candidat encore ectoplasmique de la gauche en 2012 ? Les lecteurs du Figaro retourneront-ils plus à la messe d’apprendre que le discours du Magistère sur le bout de latex évolue dans la forme (j’ai dit la forme, pas le fond…) ? Et quand Libé annonce quasiment à ses fidèles lecteurs, comme si c’était fait, que le Pape va démissionner, qu’est-ce qu’un lecteur conscient et organisé de Libé en a à foutre ?

Bref, je dis ça, je dis rien… A plus…