"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 22 août 2010

11 septembre et produits dérivés…

En surfant sur GoogleImages...art con ( …tent de soi ?)

Odieux ? Non. C’est l’intention qui compte, n’est-ce pas ? Le connard qui a conçu dans sa tête et réalisé cette "œuvre d’art" l’a fait en toute innocence et était sûrement content de lui.
Que voulait-il montrer ? Illustrer au (?) degré l’interpellation de la société de consommation américaine par القاعدة (al-Qā'ida) ? Peut-être s’il est un chouia intello… Mais ça reste à prouver… Plutôt plus prosaïquement, plus vulgairement, plus banalement, satisfaire son narcissisme de connard voulant se la jouer dans la cour friquée du Pop Art en futur challenger d’Andy Warhol avec un zest de provoc’ de bon ton. J’imagine son contentement de soi-même en reposant son pistolet à peinture pour admirer son œuvre. Au point qu’il n’a pas dû se retenir de se masturber devant avant même d’appeler les critiques d’art canal habituel et d’en donner le tarif au marchand de sa galerie… C’est là la liberté incontestable de l’artiste, n’est-ce pas ?
Et moi, ma liberté c’est de dire ce que j’en pense. Pas ce que je pense de sa sous-merde de moulage uniformément badigeonné au colorant pour signalisation routière. Non. Ce que je pense de lui et ce que je lui souhaite. Qu’il bouffe du mouton halal et fasse le Ramadan jusqu’à la fin de ses jours… Mais pas dans son appart’ climatisé à porte blindée de Greenwich Village. Non. Qu’il bouffe son mouton la peur au ventre comme les Bahaïs à Chiraz, les Chaldéens à Mossoul ou les Coptes à Assouan. Ou encore, qu’il aille du côté d’Helmand bouffer sa poignée de ce riz qu’il ne donnerait même pas à son chien à New York et boire dans un verre Duralex douteux son thé noir brûlant infusé dans l’eau boueuse du ruisseau (no panic, elle bout en permanence dans le samovar…) en attendant que le khalifat local vienne lui acheter sa récolte de pavot pour une poignée de haricots en emmenant sa fille en prime…

Ouais… Il y a aussi le connard débile qui lui a acheté sa sous-merde en plastoc rouge pour "agrémenter" les abords de sa piscine javellisée… Vais lui payer du tourisme, moi… A flinguer… Non. J’imagine que cette tête vide doit avoir des circonstances atténuantes (mon côté chrétien, que voulez-vous, on se refait pas…) Doit être appareillé avec une de ces blondes décolorées (ou plutôt décolorées blondes) toute en jambes traitées aux UV, caricatures pour séries hollywoodiennes. Le mec fier de s’afficher au bras de sa plante verte dont il ne peut pas se débarrasser vu ce que ça lui coûterait chez le juge… Un faible donc. La connasse écervelée a dû lui dire : "Oh, chéri ! Comme c’est original ! Ça ferait bien chez nous ! " Et la larve a fait le chèque (frais de livraison en sus…) Elle aussi, qu’elle aille se faire foutre (quoi et où, j’ose pas dire…) De toute façon que ce ne soit pas dans sa piscine mais bien vers là-bas. Bâchée jusqu’aux yeux pour sortir tremper fugacement ses pieds dans une mare d’eau putride. Et allez, bon poids, excisée en prime…

Ceci-dit, bon, on est encore dans l’octave d’une solennité fêtant la Vierge Immaculée. Je me calme…

3 commentaires:

  1. Bonjour !

    On dirait du " Chris " !!!!.....subjuguée !!!!

    PS : je suis peintre et sculpteur ...et j'approuve tout en masse !

    RépondreSupprimer
  2. Hum... Ce sent plus le bricolage dans la cave et le collage photoshop, l'ombre de la bouteille n'est pas la même que la lanterne au mur. Pas très raccord non plus...
    Ca reste une création de connard cela dit.

    A.g.

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait. Ça saute d’ailleurs aux yeux. Mais ça n’en méritait pas moins (et même plus) un coup de gueule pour le principe…

    RépondreSupprimer