"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 28 février 2011

Une journée sans ? Faut pas rêver !

Donc, demain c’est « La Journée Sans Immigrés : 24h sans nous ! » Notez-le bien au 1° mars sur vos calendriers perpétuels. Ça va devenir un truc récurrent, institué, comme la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (le 21 mars), la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage (10 mai), la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie (17 mai), la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement (21 mai), la Journée mondiale de l'Afrique (25 mai), la Fête des mères, la Journée mondiale de l’enfant africain (16 juin), la Fête de la musique, la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites du Régime de Vichy (16 juillet), la Journée internationale du souvenir de la traite négrière (23 août), la Journée du patrimoine, la Journée internationale de l’écrivain africain (7 novembre), l’arrivée du Beaujolais Nouveau, la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien (21 novembre), la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage (2 décembre), le Téléthon, la Saint-Valentin… J’m’arrête, suis pas payé à la ligne…

Donc, bref… Je lis la prose de ces braves gens qui vont s’arrêter de travailler et… de consommer demain :
"Le 1er mars 2010, des milliers d’immigrés ont cessé de consommer et de travailler “pour rappeler l’apport essentiel passé, présent et futur de l’immigration pour l’Europe dans son ensemble.” Ce mardi 1er mars 2011 poursuivons notre action citoyenne contre la stigmatisation des immigrés…"

C’est sûr qu’on va en entendre parler au 20h. Je ferais presque le pari qu’il se trouvera bien quelques guignols médiatiques pour arborer le petit ruban jaune en studio. En revanche, je ne suis pas trop inquiet pour notre quotidien. Bien sûr, on nous dira mardi soir que le mouvement a été plus suivi que l’an dernier. Facile ! De l’aveu même des organisateurs les manifs de l’an dernier ont rassemblé 7 000 âmes (en additionnant la France entière) Ils feront mieux. Mais les éboueurs passeront, les caissières seront à leur poste chez Carrefour et Ikéa, les trottoirs et les quais de métro pas plus jonchés de restes gras, canettes et préservatifs que les autres jours. Et il n’y aura pas plus (ni moins) de divers dans les rues que d’habitude aux heures ouvrées.

Pourquoi ? Parce que la grande majorité de ces braves gens n’ont rien à foutre de cette célébration qui n’a que deux objectifs : 1° maintenir une pression qui assure les fins de mois des agitateurs professionnels et autres présumés syndicalistes issus de la diversité. 2° donner une occasion de frissonner aux retraité(e)s de l’Educ’ Nat’, andropausés/ménopausées qui, l’an dernier déjà, constituaient le socle des dites manifs. Avec Sarko, ils n’ont plus que ça pour bander. Faut pas les en priver…
En revanche c’est une bonne occase pour les Identitaires qui ne feront peur qu’aux bourgeois institutionnés.

L’an dernier, d’ailleurs, un tour-opérateur marocain s’était payé une pub en bannière de je ne sais plus qui (genre Yahoo ou Hotmail) pour dire à peu près ceci : Profitez de cette journée "morte" pour aller voir la famille au pays ! (faut dire que c’était un lundi : pont de 3 jours)
Ouais… J’ignore s’il a rentabilisé sa pub, mais ça n’a pas dû chercher loin. La "clientèle cible" n’est pas du genre a se payer un week-end à Essaouira en RTT comme le delanoesque homo postsapiens (festivus boboïdus xénophilius et fort peu erectus, i repeat)…

La catégorie ("marginale", je fais gaffe !) des ceusses qui roulent en BMW ou dealent dans les cages d’escalier ont plus important à faire que d’aller faire le singe sous une banderole avec Houria Bouteldja, Sophie Marceau et un prof d’EMT syndiqué SNES à la retraite…
Et la catégorie de tous ceux qui bossent, clean ou au noir, avec ou sans papiers, ne va pas se permettre de perdre une journée de gagne-pain. D’ailleurs, l’Imam n’en a pas parlé. C’est donc sans importance. Ils ne se sentent pas stigmatisés, eux, ils sont bien entre eux dans les quartiers. Ils font des gosses. Encore un peu de temps et tout leur sera donné par surcroît…

dimanche 27 février 2011

Iñigo, de la guerre à sa guerre…

C’était la première fois qu’Inigo écoutait un homme pour apprendre de lui. Dom Chanon parlait peu. « Je n’aime pas beaucoup que l’on parle de Dieu », disait-il. Fichées dans le silence, quelques phrases résonnèrent pour longtemps dans l’esprit d’Inigo. Qu’il fallait chercher Dieu au plus profond de son cœur, et non en dehors de soi ; qu’il ne demandait pas de sacrifices ; que, le monde étant déjà peuplé d’idoles, il ne convenait pas que les chrétiens y rajoutassent celle de Dieu ; qu’il ne fallait pas redouter l’étrangeté de ce qu’il allait découvrir s’il rentrait en lui-même pour entendre cette parole qui le formait, qui était lui ;que rien ne lui serait demandé qui passerait ses forces, mais qu’il fallait prendre garde de ne pas confondre sa volonté et celle de Dieu ; qu’à la fin nous serions peut-être jugés plus ridicules que coupables ; qu’on ne cessait pas de se convertir, et que c’était chaque jour qu’il fallait écarter le voile des apparences, tendu devant nous depuis la Chute. Inigo lui ayant expliqué son projet d’aller à Jérusalem, il ne le découragea pas, mais cita en souriant : « Que d’autres aillent à Jérusalem ; toi, va jusqu’à l’humilité et la patience. Ceci en effet, c’est pour toi sortir du monde, cela t’y enfoncer.» Inigo entrevit que nul exploit ne le rapprocherait de Dieu, et surtout qu’il était inutile qu’il prétendit conquérir un amour qui lui était accordé avant même qu’il existât.

François Sureau – Inigo. Portrait – ( Gallimard 2010 )

vendredi 25 février 2011

Un peu de recul avant le match III

Que voulons-nous pour notre avenir ? Quel objectif stratégique ? Si nous nous accordons sur les fins, quelle option tactique ? Eternelle question ontologique de l’adéquation des moyens aux fins…

Que faire ? En suite logique du précédent billet sur le sujet (ICI), je vous invite à aller lire l’argumentation développée par Philippe Lemoine chez lui.

Ce sera tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal…

mercredi 23 février 2011

Des ambassades embarrassées…

Non, je ne vous parlerai ni de notre ambassadeur en Tunisie ramenant la queue entre les pattes ni de ses nombreux collègues blêmissant et se tordant les mains de perplexité faute de savoir quoi dire au quai d’Orsay sur le printemps arabe… Je n’ai pas non plus l’intention d’écrire une suite aux romans de Roger Peyrefitte…

J’ai tout simplement découvert l’existence des ambassadrices de la laïcité. Kékséksa ?

Notons au passage que le rôle principal d'un ambassadeur – et donc d’une ambassadrice - est d'entretenir pour le compte de son pays une relation diplomatique avec une entité souveraine autre (parfois nommée puissance étrangère) Je ne trouve pas d’autre définition dans le dictionnaire, mais bon…

Bien sûr, en citoyens conséquents, vous vous souvenez tous de cet évènement considérable qui fera date : le vote de la loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public ; loi validée par le Conseil Constitutionnel, promulguée par le Président de la République, publiée au JO et tout et tout…
Loi pipeau comme d’hab’ qui, soi-dit en passant, ne survivra pas au premier contentieux qui se présentera. Le moins futé des avocats ne se privera pas de profiter des nouvelles possibilités qu’on lui offre de poser la question préalable de constitutionnalité. Or la dignité, seul fondement valable de l’interdiction en cause, est une notion qui n’est pas définie dans la Constitution (tiens, ça me rappelle quelque chose du côté du fœtus…)
Bref, ladite loi prévoit une période de médiation pour permettre aux femmes qui portent le voile intégral de réfléchir.
Période de six mois au terme desquels la loi entrera en vigueur ; donc le 11 avril ; donc dans moins de deux mois…

Vous vous doutez bien que depuis quatre mois tout est mis en œuvre pour que cette période de médiation soit employée au mieux afin de diffuser information et explications auprès des dames mahométanes porteuses de niquab ou burqa et d’emporter, sinon leur adhésion, du moins leur relative compréhension.
Par naïveté, j’avais imaginé quelque campagne de sensibilisation dans les CAF ou les hôpitaux, seuls lieux autres que les centres commerciaux fréquentés assidûment par les dames en question. Idiotie de ma part, évidemment.
La sensibilisation des intéressées ne peut se faire qu’en one to one avec des spécialistes !

Et revoilà nos ambassadrices !

Elles sont quinze. Pas une de plus, pas une de moins, en charge d’assurer la pédagogie nécessaire auprès des dames mauresques en sac poubelles ; lesquelles partirent 387 et par un prompt renfort se virent 2 000 lors du dernier rapport… Quinze ambassadrices donc. Formation ? Recrutement ? Silence radio. Missionnées par qui ? Ça on sait : Par Ni putes ni soumises, assoc’ à qui l’Etat a confié l’exclusivité du job aux termes d’une convention où NPNS s’engage à intervenir dans 13 communes d’Ile de France et 9 villes de province contre une subvention de 50 000 € (merci Fadéla, alors encore secrétaire d’Etat…)
Reporting ? Suivi ? Là aussi, silence radio ; "pour ne pas exposer des femmes pouvant être en danger ou gêner la libre parole…"
Les quinze malheureuses gonzesses, pardon ambassadrices, font ce qu’elles peuvent (sans doute) en bricolant sans ligne directrice, sans objectifs assignés, sans… rien ? Embarrassées, elles avouent parfois ne pas toujours savoir quoi répondre aux questions qu’on leur pose sur la loi. Faut dire à leur décharge que la circulaire précisant concrètement comment l’interdiction sera mise en œuvre n’est toujours pas sortie…

Bon, en attendant ça fait toujours quelques rémunérations en CDD versées à des femmes méritantes. C’est le cas, par exemple, de Loubna Ahmed al-Hussein. Souvenez-vous, c’est cette journaliste soudanaise condamnée au fouet pour avoir porté un pantalon en public. Elle a quitté clandestinement le Soudan (sous un niqab justement) et vit désormais en France, comme de juste. C'est bien sûr l’une des 15 ambassadrices…

J’attends le 11 avril avec un frétillement jouissif. Nous vivons dans un monde formidable !

mardi 22 février 2011

La câlinothérapie.

C’est avec une cruelle jubilation que Muray enfilait sur le fil de sa prose les nouveaux métiers que le moderne a multipliés pour notre confort présumé (agents d’ambiance, médiateurs de voisinages, assistantes et souteneurs psychologiques oeuvrant en cellule ou non…)
Je ne me souviens pas, en revanche, (mais je suis loin d’avoir tout lu) qu’il ait évoqué un métier (ou fonction) pourtant indispensable au fonctionnement harmonieux de nos plus hautes sphères au principal et de nos vies prosaïques pour plus que l’accessoire. En effet, à l’instar du bourrelier en sellerie d’équipage, du bronzier de marine ou du restaurateur de poteries Ming, il y a des métiers qui ne trouvent plus d’apprentis depuis longtemps et dont le savoir-faire se perd irrémédiablement. Je pense notamment aux métiers d’hommes d’Etat (de femmes aussi, c’est pas moi qui dicte les règles du français), voire simplement d’hommes politiques (d°), sans pour autant qu’on manque de politiciens…

Sans doute apparu il y a déjà 35 ou 40 ans, ce métier dont Muray aurait pu nous parler avec profit, a heureusement permis de combler le vide laissé par la disparition (aussi brutale que celle des dinosaures) du métier d’hommes d’Etat et des métiers connexes exercés par leurs bras droits (et par leurs bras gauches pendant qu’on y est)
Bénéficiant d’une formation professionnelle dispensée par nos plus grandes écoles (mais pas seulement) ce métier fortement créateur d’emploi assure des débouchés de décideurs à tous les niveaux, y compris et surtout au plus haut, et meuble de ses experts tous les tiroirs de la société.
Que ce soit à l’Elysée, dans les ministères, les syndicats, les médias ou les associations, quel que soit le titre de la fonction occupée, tous les acteurs ont dû se recycler et exercent ce nouveau métier :
celui de "gestionnaire d’émotions"…

Mon attention s’est portée sur ce métier à la lecture du dernier numéro de Valeurs Actuelles. Peut-être inspirée par le succès à 3 € du gâteux cacochyme hamasophile (mais ça n’a rien à voir), Sophie de Menthon, présidente du mouvement Ethic, y commet une tribune intitulée "Arrêtons de nous indigner". La voici, un peu abrégée :
__

La gestion de l’émotion populaire est devenue une des composantes majeures de la gouvernance française, caractéristique d’un pays trop gâté et d’un vieux continent.
Usés par notre histoire, blasés, nous manquons de ressort, d’instinct de conquête et de survie ; le confort moral a émoussé notre énergie. Seule notre capacité à nous indigner est intacte, mais de quelles indignations s’agit-il ? Ne s’agit-il pas plutôt de soubresauts envieux et de révoltes égocentriques, symptômes d’une mauvaise humeur chronique ?
Nous sommes en permanence submergés par des vagues d’émotion stérile. Margot n’a jamais autant pleuré. Nos indignations s’accompagnent, se soignent et se nourrissent de la recherche délectable d’un bouc émissaire. On désigne, on montre du doigt, on s’achemine en rangs vers la place de Grève. On réclame des mesures, des coupables, des sanctions et des lois… pour les autres. Nos élus sont devenus des spécialistes en “câlinothérapie”. Ils ont peur de rater le 20 heures où ils se précipitent avec leur trousse de potions législatives prometteuses d’un “plus jamais ça !”. Ils finissent par guetter le drame du jour pour s’en faire un tremplin médiatique. La compassion est devenue le socle d’une politique sociale dont le care est la meilleure traduction.
Au lieu de s’occuper de la France, il faut veiller à l’humeur des Français, sécher les larmes, être au premier rang des enterrements et rivaliser dans la satisfaction des griefs ; plaindre les moins aisés, les étrangers, les souffrants, les jeunes, les vieux, les surdoués, les moins doués, les artisans, les classes moyennes, les banlieues, les fonctionnaires… et même les “petits” patrons ! Et puis forcément, puisqu’on nous plaint autant, c’est que nous sommes à plaindre.
Nous nous enfonçons dans la demande d’une politique compassionnelle qui fait de nous collectivement des handicapés inhibés par les difficultés de l’existence. Plus question de demander un “effort” (non remboursé par la Sécurité sociale), que ce soit pour arrêter de fumer, travailler plus dur ou renoncer à un “congé” maladie… La responsabilité individuelle s’est diluée dans la recherche de l’assistanat sous toutes les formes possibles. Nous revendiquons le statut de victimes de la vie en général. La volonté s’efface, on préfère l’excuse de la fatalité, de l’impossibilité ou du déterminisme.
De la même façon que les parents cèdent et couvrent désormais leurs enfants de signes extérieurs d’une richesse qu’ils n’ont pas, de peur de ne pas être aimés, les politiques ont peur de ne pas être aimés de leurs électeurs et les couvrent de cadeaux non financés. Ce comportement nous ruine psychologiquement et matériellement, ne satisfait personne, n’empêche pas la déprime et nous enferme dans un sentiment d’impuissance. Nous ne sommes pas vraiment gouvernés, mais traités à coup de “potions” (primes, prestations sociales, etc.) en contrepartie de mesures de rétorsion (nouveaux impôts, nouvelles taxes) qui servent évidemment à remplir les caisses vides mais qui ont surtout une valeur symbolique de “correction” des inégalités…
(…)
… Allons-nous enfin renoncer à nos tristes records : ceux de la consommation de médicaments, de jours non travaillés, de psychotropes, de labyrinthes fiscaux, de scolarité décevante et de béquilles en tout genre ? Alors oui, indignons-nous ! mais de notre propre démission.

(article complet)

lundi 21 février 2011

La Diversité s’est incarnée à Bondy…

Bondy, icône d’un monde communiant dans la Sainte Trinité du "Progrès", du "Moderne" et du "Pluriel" !

Toujours plus confortable, toujours plus festif, toujours plus coloré… Regardez comme c’est beau :

Rue de Bondy, 1910…

Collège de Bondy, 1960…

Marché de Bondy, 2010…

Motorisée par le Danube de la pensée drouâdelommiste, l’humanité poursuit son avancée irrépressible et continue sur la voie de son salut.

Les clercs laïcs, les docteurs de la Loi, tout le clergé dévoué au culte théocratique et obligatoire de la Nouvelle Espérance, ses ayatollahs et ses archimandrites, chacun selon son espèce, tous, donc, vous enseignent les articles de foi ainsi que les rites et dévotions nécessaires à notre Salut. Et vous connaissez tous par cœur le premier des Commandements : Tu t’ouvriras à la Diversité. C’est le premier des Commandements qui conditionne tous les autres articles du Décalogue : Tu n’amalgameras point ; Tu aimeras ton lointain comme toi-même ; Tu ne commettras pas d’exclusion ; et cetera desunt…
C’est à ce prix que l’humanité s’achemine à une vitesse accélérée vers le Paradis Terrestre, vers sa fin lumineuse donc, c’est à dire vers l’alpha et l’oméga de la Sainte Diversité dont on espère l’avènement. Nous attendons Sa Venue dans la gloire. Et l’accomplissement de sa copulation cosmique avec la Sainte Egalité, dans la fusion absolue du même et du différent, de l’indéfini et du fini, du néant et du quelque chose, du rien et du tout, du creux et du plein, du trou noir et du big bang…

Comme les apparitions de la Vierge en moult lieux aux temps révolus des HLPSDNH, de jubilé en jubilé les images successives du réel de Bondy nous font entrevoir la permanence des fins dernières de la Diversité. Comme la dictature du prolétariat n’était qu’un stade intermédiaire vers l’avènement du communisme réel, stade ultime ; comme le purgatoire l’antichambre du Paradis ; comme la démocratie prolo-bobo-bourgeoise la prémisse de la Charia en Egypte ; etc. la Diversité n’est que la pratique cultuelle nécessaire en ces temps perturbés pour retrouver la paix, la sérénité et le confort dans l’Homogénéité toujours renouvelée.

En 2010, Bondy est redevenu presque aussi homogène qu’en 1960 ou en 1910… On est sur la bonne voie…

Je comprends mieux cette volonté commune à César et au clergé du culte impérial de glorifier le métissage. Comme le fils prodigue ou la brebis perdue, les collégiens homogènes de 1960 et leurs descendants ont aussi droit au Salut. Et la seule chose qui leur reste à faire pour être sauvés, c’est de se fondre dans la nouvelle homogénéité, dans un magma café au lait dont la jeune séduisante et fictive Pocahontas des studios Disney nous donnait déjà l’image il y a quinze ans…

samedi 19 février 2011

Le Bisounours Award de la semaine…

est attribué au Gouvernement Berlusconi, tant décrié. Il mérite bien cette distinction (qui n’est pas un lot de consolation)

Quand, en moins de trois jours, une colonne étrangère forte de cinq mille hommes débarque sans y être invitée sur votre territoire ;
Quand, après analyse, votre ministre de l’intérieur déclare explicitement que ce pourrait n’être qu’une avant-garde, "Cette vague en provenance du Maghreb pourrait arriver facilement à 80 000 personnes"…
Que fait le gouvernement italien ?

– Il décrète "l'état d'urgence humanitaire"…
_________

Et, ne chipotons pas, donnons le Bisounours Award du jour à Hervé Morin. Disons que c’est par gentillesse pour lui faire un peu de pub en vue des présidentielles de 2012. Il me rappelle trop le chien du concierge de la boîte où j’étais alors encore jeune cadre plein d’avenir : une sorte de demi-chihuahua rase-mottes prématuré long comme trois filtres de Malboro… J’avais fait mettre en haut du perron une pancarte "Attention au chien !"
Comme son maître s’en étonnait, je lui avais répondu : "- Décision du CHSCT. Cause possible d’accident du travail. On risque de très mauvaises chutes en descendant l’escalier vu qu’on peut pas voir votre clebs quand il est dans l’angle mort d’une contremarche…" (bon, c’est vrai que j’avais enlevé la pancarte le lendemain matin avant l’arrivée du patron…)

Ceci-dit, distinguer Hervé Morin mais pourquoi ? Cherchons…

Ah oui !

Interrogé par les journalistes sur les sondages donnant Marine Le Pen en forte hausse à 20 % des intentions de vote, il a réussi à placer ces deux phrases dans la même réponse, presque dans la foulée sans reprendre sa respiration :
"- Les sondages sont la preuve que la majorité ne doit pas aller sur ce terrain" et
"- Cette cote d'alerte nous impose de répondre aux préoccupations des Français"

Finalement, il serait peut-être bon au 2° tour…

vendredi 18 février 2011

Est-ce que mon tour viendra ?

Je, soussigné, N… alias Le Plouc-émissaire (ce sera fastoche à la police de l’Empire du Bien de me trouver derrière mon adresse IP…) déclare et affirme solennellement :

"- La plupart des homosexuels pédophiles sont des blancs et des curés, c’est comme ça, c’est un fait."

Je persiste et je signe.

Bon, je commence à compter mes économies et à mettre de côté vu que je connais le tarif :

Provocation à la discrimination (mais pas diffamation ??), etc. 2 000 € d’amende avec sursis, OK mais aussi prévoir 1 000 € de dommages et intérêts à Act Up, 1000 € à l’association Duchnok et 1 000 autres à la Conférence des Evêques de France. Plus les frais de justices et mon avocat, ça va chercher dans les 9 000 € à raquer. Non compris les 2 000 en sursis à ajouter à ce qui me pend au bout du nez à la prochaine (qui ne saurait tarder…)

Et alors ? Ça vient ? Personne n’y trouve à redire ? Ça ne scandalise personne ? Putain ! C’est quoi ce pays ?

Où elle est cette assignation ? J’attends…

"- La plupart des trafiquants sont des █████ et des ██████ , c’est comme ça, c’est un fait."
Oui, je sais, c’est pas ça que j’ai dit. Et alors ?

Cf. ICI et

jeudi 17 février 2011

Il n’est plus sous garantie…

- Rien de plus fugace et éphémère que les "posts" sur la toile. Souvenez-vous : Blanche-Neige en chemise de nuit d’un blanc virginal (et bonnet phrygien itou) quoique engrossée on ne sait trop par qui, vantait alors le Grand Emprunt… Qui s’en souvient ? C’était il y a un an. Vu son profil gravide, le marmot doit bien avoir huit ou dix mois maintenant… Nulle dépêche d’agence ne nous a montré la bobine du marmot, question de teint de peau sans doute… En son temps, quand Ségolène mettait bas, ça valait le coup. Pour Marianne, non. Ça n’intéresse ni Closer ni la grand-mère de la fille-mère ; faudrait pas qu’on se pose des questions qu’y faut pas…

- Sur le net, j’utilisais ma boîte mail et commandais mes billets de train. Comme tout le monde… Puis, durant ce temps d’oisiveté mélancolique qui a suivi le décès de la femme de ma vie, une relation quelconque m’a conseillé un jour d’aller lire un texte en me donnant le lien. Et de lien en lien j’ai commencé à lire…
J’ai découvert alors une diablesse séductrice, parfois intimidante, toujours fière, quelquefois péremptoire, agaçante, ébouriffée, multiple, désordonnée, pinailleuse, exigeante ou bordélique, à l’humeur vive ou l’humour noir, exaspérante souvent (pour moi) par sa culture et la variété de ses munitions, usant avec autant d’aisance que de vivacité de références-cultes propres à diverses générations qui n’étaient pas la mienne… Une diablesse polymorphe capable, tour à tour, de s’indigner comme un (pas si) vieux fromage moisi, de proférer des sentences comme le Prince de ce monde entre le Maître et Marguerite, hier encore de chevaucher à la hussarde en lisant du Vigny (ce qui me manque) et, demain, d’inventer encore et encore du neuf avec l’Ancien et la Tradition. Et toujours imprégnée de cet enivrant parfum qui fait fuir les cons. Bref, une diablesse fascinante répondant au nom bizarre de Réacosphère…
En admirateur timide quoique plus très boutonneux, je me suis mis à lui tourner autour… Et je n’ai pas résisté à l’envie de me risquer à l’aborder… A poster un premier commentaire, quoi ! (à vrai dire, prudent, j’étais allé m’entraîner dans le boudoir de madame Elisabeth L, ce dont je me suis vite lassé…)
Puis, las de me contenter de "sortir avec", j’ai fini par lui rentrer dedans… Enfin, par créer mon blog…

- Occasion d’exprimer ma reconnaissance à mes parrains et marraines (ils se reconnaîtront) qui ont eu l’indulgence de me raccrocher à leur blogroll avec des effets très positifs pour l’audience marginale de ma petite boutique.

- Bon prétexte, aussi, pour lâcher le clavier et aller m’ouvrir une bonne bouteille (Haute Côte de Beaune 2005, je ne vous en garderai pas)

mardi 15 février 2011

Tony, Yvan et Florence en leurs hôtels…

- Mis en examen pour "enlèvement suivi de mort" d’une jeune fille de 18 ans prénommée Laetitia, Tony Meilhon a fait une tentative de suicide en détention dimanche. Le pauvre chou a ingéré le "kit d'hygiène" distribué à chaque détenu, soit une dose de lessive (5 ml), 10 ml d'une crème à récurer et 12 cl d'eau de javel diluée à 2,5%, puis s’est dépêché d’en informer le surveillant… L’intéressé, "dont le pronostic vital n’a à aucun moment été engagé", y a gagné d’être dorloté 24 h en chambre sécurisée à l’hôpital de Rennes…
Il n’a pas motivé son geste par les faits qui lui sont reprochés, mais par sa volonté de dénoncer l'insuffisance de calories des repas fournis par la prison. Il est vrai que le pauvre "mangeait plus que les autres" De plus, cet adepte de la musculation devait souffrir un peu de manque d’exercice…
La direction de l’établissement a cru devoir se fendre d’un communiqué soulignant qu’au contraire, "les rations qui lui sont journellement données sont en quantité supérieures à celles distribuées aux autres détenus."

Cela mérite sûrement que l’on diligente une enquête administrative approfondie pour déterminer quel conflit d’intérêt se cache sous ce traitement de faveur. En outre, je m’étonne que les pensionnaires de la maison d’arrêt de Vézin-le-Coquet n’aient pas encore déclenché une mutinerie pour dénoncer cette injustice et revendiquer des rations plus consistantes…

- Reconnu assassin du préfet Erignac il y a treize ans, Yvan Colonna, 50 ans, actuellement en réclusion criminelle à perpétuité (sortie à prévoir en 2020…), souhaite se marier. Sa future est une visiteuse de prison "qu’il connaissait avant." Sa demande a été transmise au parquet. On attend l'autorisation de l'administration.

Dès l’obtention de l'autorisation, la direction de la prison de Fresnes fixera la date du mariage et l'organisation des festivités… Il est vrai que M. Colonna sera jugé une troisième fois en mai prochain suite à la cassation l’an dernier de son procès en appel. Tous les espoirs lui sont donc encore permis pour sa lune de miel…

Ah ! Les jolies colonies pénitentiaires,
Merci papa, merci ma mère


- Florence Cassez a moins de chance. Elle est en cabane chez des moustachus à sombreros assez peu regardants et dont les penales ne valent pas Fleury-Mérogis. Peut-être ne l’a-t-elle pas volé, sans doute aussi l’a-t-elle un peu cherché. Résidant là-bas depuis un bail, mariée à un natif chef de gang spécialisé dans les enlèvements, séquestrations, extorsions de fonds, avec cadavres accessoires, etc. Bref, cette jeune femme naïve et fraîche de 36 ans en a pris pour un sacré paquet, excessif sans doute, et… on se rappelle qu’elle est française…

On s’est demandé si on n’allait pas déclarer la guerre au Mexique… C’est juste si on n’a pas rappelé notre ambassadeur. Le président Sarkozy demande au Mexique son transfert en France. Comme on l’avait fait il y a 25 ans pour Dominique Maire épouse Prieur, capitaine à la DGSE, en taule à Auckland en service commandé… Florence Cassez nouvelle figure emblématique de la France en 2011. Pourquoi pas nouveau modèle pour la Marianne en plâtre des salles de mariage. On a les icônes qu’on peut ; ou qu’on mérite…

J’ai découvert à cette occasion que cette année en France, c’est "l’Année du Mexique" (c’était déjà l’année du lapin et, surtout, l’an 1432…) Elle ne sera pas annulée (ouf !) Notre Président de la République a solennellement annoncé qu'il l'a dédiait à la Française emprisonnée au Mexique. On parlera d’elle à chacune des manifestations culturelles programmées. Presque tous les jours donc. Putain ! Ça nous coûtera ce que ça nous coûtera, mais qu’on se dépêche de la récupérer ! On va quand même pas en prendre pour soixante ans à voir sa tronche à la télé et sur les façades des mairies…
Bon, d’ici là, ça nous changera peut-être un peu des reporters en Afghanistan…

lundi 14 février 2011

Face au Gender – anecdotes du front…

Monsieur M. a des certitudes…
Monsieur M. n’a pas de problème d’identité…
Monsieur M. est convaincu que les filles doivent s’habiller en princesses et les garçons en chevaliers…

Précisons que Monsieur M. exerce ses activités et déploie ses initiatives en petite section de maternelle…

Vendredi, sortie de l’école, vive les vacances de printemps !
La maîtress… pardon, la professeur des écoles, réjouie et rassurante, annonce la bonne nouvelle :
"- Aujourd’hui, Monsieur M. s’est déguisé en fée. Tout va bien ! "

Voile d’incertitude et d’inquiétude dans le regard de Madame Mère…

Sur le chemin du retour, Monsieur M. précise : "- Aujourd’hui, je me suis habillé en chevalier… Et même que j'avais des ailes dans le dos ! " Et il développe…

1° conclusion : La maît… prof. des écoles sous contrat sait que tout mélanger est une valeur positive et qu’elle a bien travaillé :
Monsieur M. fait des progrès
2° conclusion : La maît… prof. des écoles confond tout et n’y comprend rien.

3° conclusion : Monsieur M., lui, sait bien que la fée Clochette est une fille, que nos ancêtres les Gaulois avaient des ailes sur leurs casques et que si elles sont accrochées ailleurs, on s’en fout, c’est pas grave…
Monsieur M. est angélique

Et ça, Monsieur Plouc ça le rassure : Monsieur M. est dans les temps (les vrais)… La lignée est dans la ligne…

samedi 12 février 2011

"Les magistrats ne sont pas responsables…"

"Les magistrats ne sont pas responsables des crimes en France" (ni des délits, ni des incivilités, ni des crottes de chien sur les trottoirs), c’est le président de l’Association des magistrats instructeurs qui le dit.

Ben oui, c’est évident. Les responsables sont bien connus : Le premier, c’est le pouvoir exécutif qui impose le manque de moyens. C’est indiscutable. Le second, implicite celui-là, c’est la société génératrice d’injustices.
En corollaire, évidemment, l’appareil judiciaire est blanc comme neige et victime des odieuses manœuvres de défausse du premier responsable. Accessoirement, les justiciables auteurs présumés de faits présumés délictueux le sont aussi, victimes de la violence de la société…

C’est tout ? C’est un peu court… Curieusement, on se garde bien d’évoquer, même fugacement, même timidement, la responsabilité du pouvoir législatif : l’usine à gaz montée depuis les lois Guigou et complétée, renforcée, densifiée, complexifiée, saturée d’année en année pour garantir les sacro-saintes libertés individuelles des citoyens et assimilés.
A cet égard, les magistrats ne sont évidemment pas responsables des résultats.
Tenez par exemple, en passant : Il y a quinze jours deux jeunes ont braqué une pharmacie, emportant la caisse et le sac d’une cliente. Piégés par la vidéo-surveillance ils ont été identifiés et arrêtés le jour même. Agés de 17 et 14 ans, déjà connus pour respectivement 11 et 4 faits délictueux, ils sont ressortis libres le lendemain de leur garde à vue. "L’enquête se poursuit"... C’est la loi…

Mais les magistrats ne sont-ils vraiment jamais responsables ?

Voilà un autre fait divers tellement banal et récurrent que Reuters n’en aurait pas fait une dépêche si le hasard n’y avait pas mêlé le nom du Sourire à visage humain.

Je veux parler de la gamine de 16 ans (enceinte et Roumaine…) qui avait eu la mauvaise idée de faire la une en s’intéressant le 1° décembre à l’appartement de Ségolène Royale. Ou plutôt, qui est soupçonnée d’avoir participé au cambriolage (j’adore le qualificatif soupçonné, ses empreintes – elle était déjà fichée – ayant été relevées sur place ; c’est beau la présomption d’innocence…) Retrouvée vite fait (là on met le paquet, des fois qu’on soupçonne un nouveau Watergate…) dès le 5 décembre, elle avait été mise en examen dans le cadre du cambriolage et le juge l’avait placée sous contrôle judiciaire dans un centre éducatif fermé (CEF) Dès la sortie du tribunal, elle a faussé compagnie à l’éducateur du CEF venu la chercher. Quant à son complice, âgé de 13 ans, il s'échappera du CEF dès le lendemain…

Figurez-vous qu’elle a été interpellée la semaine dernière lors d'un cambriolage dans le 9-3. Etant inscrite au fichier des personnes recherchées et présumée récidiviste, le Parquet a demandé la révocation de son premier placement sous contrôle judiciaire et son placement en détention provisoire.
Mais le juge des libertés et de la détention (JLD) a refusé et, bis repetita, l'a placée sous un second contrôle judiciaire dans un centre éducatif fermé (CEF) Bien évidemment, alors qu'elle sortait du bureau du JLD, elle a faussé compagnie à l’éducateur du CEF venu la chercher. [NDLR : c’est pratique le copié-collé…]

Je crois que dans des temps très anciens et heureusement révolus, il existait ce qu’on appelait le délit de rescousse, délit consistant à porter assistance à un détenu pour qu’il puisse échapper à la maréchaussée. Les peines encourues pouvaient tenir compte de la gravité des faits reprochés à l’individu soustrait au bras séculier et cela pouvait, le cas échéant, conduire l’auteur de la rescousse à la potence…

Mais les magistrats ne sont en aucun cas responsables de leurs actes. C’est le prix à payer pour garantir l’indépendance de la justice. Pour l’indépendance de la corporation judiciaire sûrement. Pour celle de la Justice, je ne sais pas…

jeudi 10 février 2011

Du côté de chez le Plouc ( 2012 – 9 )

Fin décembre.

Donc, nous avons attendu les casques bleus. A tout prendre, on espérait un peu toucher des Népalais. Je sais bien qu’on raconte qu’ils ont importé le choléra à Haïti mais bon… Peste ou choléra, autant être en bonne compagnie.
Fut un temps où, pas si loin d’ici, un de nos refuges de montagne a été tenu un paquet d’années par une famille de l’ethnie Sherpa arrivée chez nous Dieu sait comment ; efficaces, tranquilles et sympas. De toute façon, un fermier d’ici qui traie ses vaches Abondance à l’estive aura toujours plus d’affinités électives avec un montagnard qui fait son beurre au lait de yak qu’avec un traîne-savate ramasseur de cacao…
Les Népalais, on voit à peu près à quoi ça doit ressembler. Les autres aussi d’ailleurs… Justement…

Manque de pot, on a eu droit aux Ivoiriens. Ils sont d’abord restés en bas avec une logistique à l’américaine et des consignes strictes. Il est écrit dans leur manuel "n’acceptez jamais un verre d’eau d’un autochtone, il pourrait vouloir vous empoisonner". Ceci-dit, leur manuel est en anglais et ils ne comprennent que le dioula et le français (variante de Yamoussoukro)…
Leur première mission a été de dégotter des divers prêts à "témoigner" de quelque atrocité. L’ambiance et l’imam aidant, bien sûr ils en ont trouvé… Maintenant, ils doivent contrôler l’arp (les alpages au delà des épicéas, quoi !) On y constate l’absence de divers, chose éminemment suspecte et donc lieu de retranchement probable de réfractaires au consensus d’Istanbul, forcément…

Ils sont donc "montés"… Personne ne les a attendu pour rentrer femmes, bétail et enfants, même pas l’idiot du village qui a toujours voté Lutte Ouvrière ; les plus pressés étant les trois cons qui votaient PS (ou MODEM dans leurs bons jours…)
Ne souhaitant pas s’aventurer dans les ruelles, le chef du détachement a fait chercher le maire pour l’interroger sur la place, debout comme un suspect dans l’axe de la 12,7 sur affût de son VAB repeint en blanc. Ne trouvant rien à tirer du maire, il est parti vers le village suivant en laissant sur place une demi-section avec deux jeeps, à charge pour elle de contrôler la commune…

Harnachés comme des mulets avec treillis brousse, gilets pare-balles et saladiers bleus mais en se gelant les burnes, les cirages prennent leur temps pour ratisser les hameaux l’un après l’autre avec une lenteur toute africaine. Pour l’instant, à ce qu’on dit, les dégâts se limiteraient à quelques poules et bouteilles de prune. Je sais bien qu’on raconte aussi une sombre histoire avec la givrée à tatoo-piercing qui se teint en rousse et se la joue bimbo. Mais je la croise toujours en pleine forme et, de toute façon, celle-là elle est pas du pays… Ils ne sont pas encore montés jusqu’ici.

Tout à l’heure, j’ai croisé le berger, mon seul voisin à la morte saison. Un jeune. On ne s’est rien dit. Juste un regard, on s’est compris. Il a rentré sa compagne et son môme qui doit bien être en CP maintenant. Et rentré ses brebis aussi, on aura du fromage cet hiver…

C’est le 31 aujourd’hui et voici venir l’heure mauve, moment fugace d’éclairage sublime où le glacier et les névés contrastent avec leurs écrins de roches ocre sombre avant que tout cela ne tourne au terne gris bleuté ; moment apaisé de douce oisiveté clôturant la journée. Que vouloir d’autre ? Niente di più !

J’ai relu les lettres de mes enfants. Je n’ai pas voulu qu’ils viennent, c’est trop tard. L’un est parti pour l’Ecosse où il est attendu à bras ouverts. Les Highlands sont un peu comme ici ; moins accidenté mais même végétation, le gain en latitude compense la perte en altitude... Et le Parlement d’Edimbourg a refusé de transposer les lois de Westminster. C’est pas le Londonistan. Les autres sont partis pour l’Irlande où ils on déjà leurs marques, peut être avant d’aller plus loin.
Ils ont raison. Ils sont en charge d’âmes et en charge de l’Avenir. Comme leur a dit leur mère avant de mourir :
"L’avenir, ce n’est pas ce qui va arriver, c’est ce que vous allez faire…"

Je me suis servi un Highland Park 15 ans d’âge (la bouteille touche à sa fin) et m’attarde à écouter tinter contre le cristal le glaçon d’eau de source qui s’agite dans le liquide doré. Pris d’une impulsion, idiote peut-être, j’ai ressorti de sa poussière Le Camp des Saints de Jean Raspail (l’édition 1973, quarante ans bientôt…) Une envie d’en relire juste la dernière page pour retrouver les mots exacts de cette phrase d’un vieux prince Bibesco :

"La chute de Constantinople est un malheur personnel qui nous est arrivé la semaine dernière."

J’ai reposé le bouquin et les lettres à ma droite sur le guéridon. Avec le colt 45 ACP en guise de presse papier…
Et devant moi, sur la table basse, fidèle, le Riot Mossberg cal. 12, dégraissé, approvisionné…

Là-bas, au travers des arbres, j’entrevois la fumée rassurante de la cheminée du berger. Lui aussi est assis devant l’heure mauve. A nous deux, on a une vue complète de la route qui monte en serpentant. Sans angles morts…
Les cirages monteront par la route. Pas de risque qu’ils s’aventurent à travers champs dans la neige jusqu’aux cuisses…

Bon, il est tard.

Demain je vous téléphone, pour les vœux…

Se Dio lo vuole

FIN

mercredi 9 février 2011

Irrésistible transition… (2012 –8)

Novembre.

- Sur le "territoire relevant de sa responsabilité" (fidèle au jargon de Jospin, Martine Aubry ne dit jamais "la France", tout au plus "ce pays") la Première Ministre (titre officiel) est désormais confrontée à la nécessité de gérer le vivre ensemble de 68 millions d’ACURABAs (Administré-Consommateur-Usager-Résident-Assujetti-Bénéficiaire-Ayant-droit) dont moins de 50 millions sont, de fait, plus ou moins "administrés" et guère que le tiers éventuellement "contributeur fiscal"…

- Faisant grand cas des inquiétudes des pays africains, l’ONU a voté à une écrasante majorité une résolution condamnant la France (seules la Russie, la Hongrie, la Grèce et Malte ont voté contre) Des sanctions et mesures d’embargo sont adoptées et une mise sous tutelle internationale envisagée. Pour protéger les minorités visibles de notre pays d’un risque de génocide, la FICTIF est constituée à la hâte ( Force Internationale de Contrôle Territorial et d’Interposition pour la France) Elle est dotée dans un premier temps de 9 000 casques bleus devant se déployer aux points de friction les plus chauds entre les diverses populations. Cette force, dont les coûts d’entretien seront facturés à la France, dispose de contingents aimablement fournis par la Turquie, la Côte d’Ivoire, la Libye, le Népal et le Honduras.
Un Haut Commissaire des Nations Unies pour la France est évidemment désigné. Bernard Kouchner a eu beau invoquer sa (nouvelle) nationalité tunisienne et son expérience acquise au Kosovo, il n’a pas eu le poste finalement attribué à John Nowfucking, un diplomate des Bahamas ami personnel d’Obama.

- Sous la pression de nos amis, partenaires et alliés (notamment de l’Allemagne), Aubry (avec Sarko tenu en laisse) s’est rendue à Munich, pour y rencontrer Nowfucking et les principaux chefs d’état européens.
La France était au banc des accusés. Au terme des pourparlers, et pour que rien ne change, nos dirigeants s’engagèrent à se plier quoi qu’il arrive aux directives de l’ONU. En contrepartie, ils ont reçu l’assurance que l’embargo commercial prévu se limitera aux échanges culturels avec les chrétiens d’Orient.
La crainte d’être privé des produits manufacturés asiatiques étant levée, le soulagement fut grand dans l’hexagone et, à Roissy, c’est une foule en liesse qui accueillit nos dirigeants à leur retour de Munich…

- De plus en plus décrédibilisé par l’inanité de ses moulinets de bras en faveur d’un 61° plan de paix en Palestine et par ses vaines rodomontades contre l’Iran et la Corée du Nord, Barack Obama a besoin de se refaire… Le dossier français est pour lui une occasion rêvée. Après avoir sermonné les concubins Aubry-Sarko à Camp David, c’est à Istanbul qu’il a réuni tous les protagonistes sous la double présidence de lui-même et du roi Abdallah d’Arabie Saoudite, gardien du Lieu Saint. L’homme du gagner plus et la dame des 35 h en sont revenus soulagés d’avoir signé sans trop de casse le "Consensus d’Istanbul" tant souhaité par Obama. Lequel traité a illico été ratifié à l’Assemblée Nationale par 415 voix contre 142.

- Aux termes du Consensus d’Istanbul, les quartiers seront les points germinaux de ZPPN - Zones de Protection des Peuples Neufs – (on a préféré Peuple à Minorité et Neuf à Emergent…) Zones "devant évoluer progressivement vers une autonomie de transition." Autonomie déjà acquise de fait et transition vers quoi ? Ça n’est pas écrit mais tout le monde a compris. D’ailleurs, l’équipe de têtes d’œuf qui assiste Nowfucking est rôdée aux découpages et coloriages sur les cartes avec une grande expérience acquise au Kosovo, en Bosnie et sur le dossier israëlo-palestinien. Et avec Sarko-Aubry, le dossier s’annonce moins coriace qu’avec Perès-Netanyahou…
- Les ZPPN devront être rapidement complétées par des ajouts territoriaux afin de donner aux Peuples Nouveaux l’espace nécessaire pour s’ébattre et se développer en pleine conformité avec les Droits de l’Homme. L’extension de leur espace vital sera négocié au prorata des deux ensembles de populations afin d’aboutir à un juste équilibre des densités démographiques. Il est entendu que pour ne pas insulter l’avenir, la pyramide des âges sera prise en compte : les moins de 20 ans compteront double, les plus de 60 pour moitié, les bénéficiaires d’allocations dépendance et les militaires français restant à tuer en Afghanistan pour zéro. Les périmètres seront évidemment définis en tenant aussi compte d’une juste répartition des infrastructures et des équipements collectifs. Les troupes d’interposition de la FICTIF y tiendront la main…

- Sceptique devant ce que j’en lisais dans la presse, j’ai voulu aller me renseigner à la source. Ayant tapé « http://www.gouvernement.fr/ » j’ai obtenu ceci :





[ © fromageplus.wordpress.com ]

Pris d’une sorte de lassitude, je n’ai même pas haussé les épaules et j’attends…

Décembre.

- Les casques bleus sont désormais déployés comme prévu. Conformément aux consignes reçues de protéger les ZPPN, leurs armes et leurs yeux sont tournés du côté souchien ; lesquels Souchiens sont les seuls dont on fait les poches aux check-points…
- Selon Novopress citant une source belge, Caroline Fourest se serait rendue dans une ZPPN avec sa carte de presse pour assister au congrès des Indigènes de la République. D’abord refoulée "au faciès" par les casques bleus, elle aurait obtenu un laisser-passer de l’officier libyen au vu de ses états de service. Personne ne l’a revue depuis… C’est vrai qu’elle est encore absente ce soir à l’émission qu’elle co-anime avec Tarik Ramadan chaque samedi à la place des variétés de Patrick Sébastien… Un journaliste d’Al Jazeera aurait retrouvé sa petite culotte et une de ses chaussures 400 m au delà du check-point dans les latrines d’un hypermarché délabré et désert, vidé jusqu’à l’os par le voisinage après avoir été fermé pour pollution porcine…

- Vu à la télé, John Nowfucking est ce genre de black grand échalas un peu voûté aux paluches qui n’en finissent pas et toujours sapé comme pour une réception à Buckingham. Pure produit de la diplomatie onusienne, c’est un homme considérable, convaincu, con…(je sais plus) et confit de certitudes. Il a une vision du monde idéalement duale et sans nuances. Pour lui, il est évident qu’entre le Bien et le Mal, circulez ! Y a rien à voir… Son pote Barack lui ayant montré où était le Bien, le reste se qualifie de soi-même… Donc, toutes les revendications des divers sont indiscutablement légitimes et les réticences des faces de craie d’en face ne sont en aucun cas autre chose que de louches manœuvres à visées racistes ou crapuleuses…
- Ainsi, John Nowfucking s’est avisé qu’il y avait curieusement de vastes poches de territoire où les divers font largement défaut. C’est le cas, par exemple, dans le coin retiré de mon douar d’élection. Dans celui-ci, notamment, aucun trouble significatif n’a été signalé. Consultant les archives, Nowfucking a constaté avec surprise que pour l’élection de Sarko, une seule voiture avait brûlé en 2007 et seulement cinq cette année (dans la banlieue "rouge" de notre seule ville de 12 000 âmes en bas dans la vallée…) Pour lui, ce calme inhabituel ne peut être dû qu’à la terreur que les autochtones font sûrement régner sur quelques malheureux divers… Il a donc décidé de nous envoyer une compagnie de casques bleus pour y mettre bon ordre…

(à suivre la dernière page de mon journal…)

mardi 8 février 2011

L’égalité réelle montée en sauce (2012 –7)

Octobre.

- Afin de satisfaire les revendications des quartiers et, surtout, pour tirer d’affaire notre ami Bouteflika et son pays à l’économie exsangue et la démographie explosive, la libre circulation des personnes et des biens entre la France et l’Algérie est désormais effective. Pour d’évidentes raisons d’équilibre diplomatique, des pourparlers sont en cours pour en étendre le bénéfice au Maroc et à divers pays subsahariens (pour la Tunisie, c’est déjà fait depuis l’an dernier en compensation de notre honteux soutien à Ben Ali)
L’affaire étant déjà dans la seringue depuis qu’Harlem Désir est notre ministre des affaires étrangères, la PAF, en manque d’effectifs, a fermé les yeux tout l’été sur le brusque quadruplement des rotations de ferry entre Alger et Marseille où les centres d’accueil de la CIMADE sont débordés. D’ores et déjà, le parc Borely et la pelouse du stade vélodrome sont devenus des bidonvilles de tentes. Les mères de famille du quartier du Prado, rangeant poussettes et trottinettes, ont dû se résoudre à garder les enfants enfermés à l’appartement. En revanche, les supporters de l’OM ne l’entendent pas de cette oreille et commencent à sortir les calibres des cabanons de jardin avec plus que la bénédiction de ce qui reste du "milieu" de souche, lequel a toujours quelque chose à gratter les soirs de match…

- Les zones tampons entre les quartiers et le reste des agglomérations sont devenues des no man’s land de décharges que ne traversent que les divers, libres d’aller partout au contraire des souchiens interdits de quartiers. En centre-ville, si vols et agressions relèvent toujours de la banalité du quotidien, les affrontements sont rares car les nouveaux arrivants, comme les divers déjà sédimentés, ne se déplacent qu’en groupe. Ce qui rassure les autorités…
- On raconte qu’en Ardèche des bouseux locaux tiennent des barrages volants sur les routes montant de la vallée du Rhône. Les véhicules chargés de zivas sont brutalement refoulés, fusils de chasse à l’appui. Il y a des fascistes partout… Le plus grave aux yeux des autorités, c’est que dans ces cas-là les gendarmes regardent ailleurs…

- De jour en jour, la situation se détériore à la grande indignation du gouvernement. Dans la Drôme une bande de "touristes" ayant banalement voulu dévaliser une propriété viticole en ouvrant le feu à la kalachnikov s’est heurtée à une riposte inattendue faisant un tué dans ses rangs. Inculpé pour meurtre et détention d’arme, le viticulteur a été libéré par la foule qui a mis le feu au tribunal avant de se répandre en ville pour se livrer à d’odieuses ratonnades sans réaction des forces de l’ordre… Le Monde et Libé s’étant émus de cette affaire, Martine Aubry est allée extraire de l’Elysée son locataire prostré et l’a traîné à la télé pour qu’il condamne fermement de tels agissements et ordonne à son bas peuple de rentrer à la niche…
Pour toute réponse, on entendit au-dessus des villes monter la rumeur générée par l’immense éclat de rire (jaune ?) de centaines de milliers de téléspectateurs… Cette nuit-là, ce ne sont pas les voitures qui ont brûlé, mais quelques préfectures, perceptions et tribunaux et, surtout, des locaux multiples et variés affectés aux associations d’aide aux "migrants"…

- Devant cette situation, les représentants des wilayas des quartiers ont été reçus dans l’heure par le gouvernement. Celui-ci a dit "comprendre leur inquiétude" mais a éludé "pour l’instant", sans oser dire non, leur réclamation insistante de recevoir pour assurer leur défense la part leur revenant, proportionnellement à leur poids dans le pays, des moyens de l’armée en armes et munitions…

- Suite à une remarque de Viviane Reding, commissaire européen à la justice, pour favoriser une justice de proximité prenant mieux en compte les préoccupations quotidiennes de la population et la réconcilier avec une institution judiciaire décriée pour son laxisme, les tribunaux coutumiers apparus dans certains quartiers voient leur existence reconnue. Pour répondre aux nouveaux besoins qui en découlent, les magistrats des cours d’appel sont invités à étudier la Charia au titre de la formation continue.

- Le ministre du travail, la mine réjouie, annonce une baisse très significative du nombre de jours de grève et se félicite des meilleures dispositions du patronat. Il est sûr que la multiplication des faillites et liquidations judiciaires a contribué à transformer des milliers de grévistes en chômeurs… D’autre part, nombre de fonctionnaires en grève ont été mis d’office en congé payé à durée indéterminée et ont donc repris le travail…

- En affirmant que l’amertume de leur bouteille n’est pas due à l’alcool mais à une citronnade parfaitement halal (comme d’hab’, ils racontent n’importe quoi…) et surtout grâce à leurs prénoms, Ali et Mouloud échappent à la fermeture sur plainte du MRAP des sites à l’enseigne Johnny Walker carte rouge

- L’Allemagne a décrété unilatéralement qu’elle ne considérait plus la France faisant partie de l’espace Schengen et qu’elle en tirait les conséquences. Tous les autres ont suivi, même l’Espagne de Zapatero. C’est contrariant… Au nom de l’Union européenne, Herman Van Rompuy a mollement tancé l’Allemagne pour son égoïsme puis s’est précipité aux toilettes pour pisser. On en est resté là…

- En cette fin octobre, plus les souchiens se replient et laissent du champ libre aux divers, plus ces derniers prennent le monde à témoin qu’on les étrangle.
- Parallèlement, des conflits se multiplient à l’intérieur des quartiers pour le contrôle de zones de chalandise de l’économie souterraine. Il en résulte des affrontements violents, de plus en plus souvent à l’arme de guerre. Qu’ils soient le fait de bandes maffieuses organisées ou de milices religieuses rivales, les adversaires se discriminent sur des bases ethniques (congolais, algériens, maliens, turcs, etc.) Les combats qui font de nombreuses victimes s’accompagnent parfois de vraies boucheries laissant des charniers de gens achevés à l’arme blanche…
- Toutefois, le "politiquement correct" pratiqué par les agences de presse gomme scrupuleusement les raisons et les spécificités de ces faits navrants. Toujours évasifs les journalistes ignorent quels sont les auteurs ; au mieux, ils s’interrogent (peu…) En revanche, comme il leur faut bien tirer à la ligne pour fournir le nombre de signes réclamé par les rédactions, ils s’attardent avec sollicitude sur l’identité des malheureuses victimes. Bien sûr, il n’est pas question de donner d’indications discriminantes (des qualificatifs cutanés par exemple…) mais pour mieux s’apitoyer, on indique la nationalité ou, à défaut originaire de…
- C’est là que ça devient jouissif : Ce voile pudique sur les causes et les auteurs de ces crimes conduit la presse internationale à une interprétation non dénuée de bon sens. Puisque, semble-t-il, les pouvoirs publics français sont à ce point dans l’incapacité d’identifier et d’arrêter les coupables de telles atrocités, c’est qu’ils sont complices ! D’où la seule explication possible : ces horreurs sont le fait de la xénophobie viscérale du Dupont la Joie à béret et baguette si prompt à se laisser infecter par le populisme raciste du Front National… Qui d’autre aurait pu faire ça ?
- Et hop ! Obama en fait le reproche à Sarkozy. Cécilia Malmström nous menace de sanctions européennes. Et cerise sur le gâteau, le roi d’Arabie Saoudite suggère qu’on force le "blocus" français pour ravitailler et libérer ces enclaves de malheureux, à l’instar du pont aérien du temps du blocus de Berlin…

- L’Europe refuse de regarder ça de plus près car "ces questions relèvent des états membres" Quand ça va mal, chacun chez soi, chacun pour soi…
- L’OTAN commence à se faire du souci. Si la France se délite, il est urgentissime que la Turquie intègre l’Europe pour compenser…

- Surtout, à l’ONU, un groupe de pays africains craignant pour la sécurité de leurs ressortissants en France vient de saisir le Conseil de Sécurité qui s’est réuni en urgence sans que la France ose y mettre son veto…

La brigade a bien travaillé en cuisine. Le plat va sortir du four…

(à suivre…)

lundi 7 février 2011

Fêtes et défenestrations (2012 – 6)

18 juin matin : La France se réveille avec 577 députés (comme d’hab’) : 3 non inscrits, 6 indépendantistes d’outre-mer, 4 Front National, 9 centristes, 65 UMP (dont 19 strictement UMPop) et… 490 "gauche et verts unis" (dont 401 PS)…

On entre en cohabitation alors qu’on y était déjà… Feux de joie, 20 000 voitures brûlées (à la louche…)

- Carla se fait la malle avec Beigbeder pour les Etats Unis. Ils y sont accueillis à bras ouverts par DSK et Anne Sinclair qui offrent à cette occasion une réception de 400 couverts (faut qu’ils en profitent, doivent rendre l’appart’ à la fin de l’année…)
- Après trois heures d’antichambre, Rachida Dati est reçue à l’Elysée par un secrétaire de cabinet qui lui appelle un taxi.
- Borloo en recherche d’emploi signe avec une université de l’Oregon pour 6 heures de cours par mois contre 180 000 dollars l’an (j’ai pas noté dans quelle discipline)

- Le Président reçoit longuement Martine Aubry chargée de former le gouvernement.

- Le nouveau gouvernement est un savant dosage très équilibré ; c’est bien. Aux écologistes l’industrie (Yves Cochet), l’éducation (Cohn-Bendit), l’énergie et les transports. A la diversité le commerce extérieur (Lozès) et la politique de la ville (Bouteldja) Tout le reste aux socialos (Benoît Hamon à l’intérieur)
Le discours de politique générale ne s’écarte finalement guère de celui de Borloo en mai ; les "milieux autorisés" sont rassurés…

- Sur l’initiative de la base de la CGT, du syndicat SUD et du NPA les grèves repartent de plus belle pour exiger des hausses de salaire, la retraite à 55 ans pour tous et l’instauration du droit opposable à l’emploi. Mélenchon qualifie le gouvernement de fantoche. Marine Le Pen veut prendre le pays à témoin mais est quasiment interdite d’antenne…

- La fille de Guy Sorman (Joy son prénom je crois, non ce n’est pas une héroïne de film porno) est invitée par le ministre à produire un rapport sur le nécessaire enseignement du gender à l’école élémentaire.

- Pendant ce temps-là, la dernière église encore ouverte dans les quartiers est fermée par la milice locale pour raison d’insalubrité porcine.

Juillet.

- En raison de la chaleur et dans un but humanitaire, les préfectures fournissent les camions-benne et recrutent des éboueurs pour évacuer les ordures ménagères des quartiers vers des communes plus résidentielles qui en feront leur affaire par solidarité.
- Ce mois-ci, pour la première fois, le total des recettes fiscales directes ou indirectes collectées dans les dits quartiers s’élève à zéro €. Un minaret de 110 mètres est en construction sur la dalle d’Argenteuil..
- Le défilé du 14 juillet est supprimé dans un souci d’économie. La flamme a été furtivement ranimée par un vieux schnock à breloques et béret aidé par un type plus jeune aux cheveux courts. Ils se seraient ensuite fait copieusement tabasser par une bande de zivas sous l’œil indifférent des passants. Est-ce possible ?
- Le Président de la République ne sort plus guère de l’Elysée. Martine va de temps en temps lui faire signer des papiers…

Août.

- Surprise ! Négligeant ses habitudes bling-bling de yacht sous les tropiques (il est vrai que plus personne ne lui fait signe) Sarkozy passe ses vacances enfermé à Brégançon ; avec (quand même) une stagiaire disponible…
- Dans les stations balnéaires et des petites villes touristiques on signale de nombreux accrochages avec parfois des échanges de coups de feu entre bouseux du cru et jeunes des cités bénéficiant des chèques-vacances tout compris dont le ministère de la ville a largement arrosé les banlieues "dans un souci d’apaisement"…

- Le mensuel Causeur publie un article duquel il ressort qu’en cas de brusque disparition de tous les députés élus, toutes tendances confondues (dans des crashs d’avion par exemple), l’Assemblée Nationale alors constituée de tous leurs suppléants se composerait à 89 % de députés "issus de la diversité" Pour "incitation à la discrimination", les Indigènes de la République obtiennent en référé la saisie du journal et le retrait de l’article sur le net.
- Lors du jugement sur le fond, Elisabeth Levy et Causeur seront condamnés solidairement à verser 4 000 € de dommages et intérêts à chacune des 143 associations s’étant portées partie civile.


Septembre.

Sur le plan législatif, ça travaille dur…
- La réforme du Code Pénal votée à la hussarde prévoit, entre autre, un nouveau délit de "complicité de recel d’intention de propos discriminatoire"
- Celle du Code de Procédure Pénale précise les conditions de délivrance par les forces de Police de l’Attestation qu’il convient dorénavant de remettre à chaque interpellé dans la première minute de son interpellation afin d’éviter les contrôles au faciès : Elle doit préciser explicitement les motifs ayant conduit à l’interpellation. Une rédaction fautive ou fallacieuse du motif est un vice de procédure justifiant la remise immédiate en liberté, même en cas de flagrant délit de meurtre ou d’attaque à main armée. Toutefois, dans un souci de simplification des actes administratifs, le texte prévoit que la remise de l’attestation n’est obligatoire que pour les interpellés manifestement issus de la diversité ou s’en réclamant. L’interpellant peut s’en dispenser et la refuser dans les autres cas.
- On en a enfin fini avec le serpent de mer de l’indépendance de la justice. Le juge d’instruction, maintenu, dépendra d’une Haute Autorité indépendante dont la composition est déléguée au Syndicat de la Magistrature. Le Parquet est supprimé ; dans un noble souci de simplification et de suppression des étapes inutiles, les réquisitions seront prises par le juge de la détention et des libertés…

Les agences de notation ont dégradé la signature de la France. Les banques ne prêtent plus aux particuliers. Octobre s’annonce chaud…

(à suivre…)

samedi 5 février 2011

Désastres et dépendances (2012 – 5)

6 mai – 20 heures : Marine Le Pen 35,4 %. Nicolas Sarkozy réélu avec 64,6 %…
- Soulagement perceptible dans tout l’établissement (y compris au FN…) : Le système reste le système et l’histoire suit son cours

- Soirée d’élection à la télé copiée-collée d’il y a 5 ans avec quelques nouvelles têtes (Ségolène et Villepin ont disparu dans le Triangle des Bermudes…)
- Soirée calme en ville : l’air de Paris est juste obscurci par des fumées de combustion de gazole, ferraille, plastique et pneumatiques sous un vent dominant de N/E. Même les anti-brouillards ne servaient à rien et les hôpitaux ont été débordés par les insuffisants respiratoire. 42 décès. On n’a pas donné d’explications…

7 mai : Jean-Louis Borloo est nommé Premier Ministre. Entretien de passation de pouvoir de 7 minutes 18 secondes avec François Fillon qui rentre immédiatement à Saumur au volant de sa Lamborghini pour se détendre les nerfs.

- Mis au frigo jusqu’à la fin des élections, Stéphane Hessel fait son entrée au Panthéon avec Guy Môquet pour faire bon poids. C’est Frédo qui tient la rose de tonton, Sarko voulant se différencier de l’homme de Jarnac. Thème du discours présidentiel : la résistance farouche du peuple uni contre la peste brune… et blonde.

- Il s’agit maintenant de préparer les élections législatives au mieux des intérêts de… euh… la majorité présidentielle. Borloo constitue un gouvernement resserré. Pour ne pas allonger, je ne vous donne pas la composition de ce staff intérimaire en CDD pour six semaines. Je signale quand même qu’au titre de la société civile (et pas d’Europe Ecologie) Philippe Meirieu y entre comme ministre de l’Education Nationale… Accessoirement, Jean-Luc Benhamias obtient un strapontin pour récompenser son ralliement…
- Dans son discours de politique générale, Borloo annonce sa volonté de convoquer un Grenelle du Métissage et de la Diversité, un Grenelle du Logement pour tous et un Grenelle de l’Identité Sexuelle et Familiale. La perspective d’un Droit opposable à l’Emploi est vaguement évoqué… En outre, la prochaine assemblée élue sera saisie d’un projet de loi instituant à l’avenir un quota de 50% de divers pour les candidatures…

- Evidemment, tout ça a du mal à passer chez la piétaille UMP contrainte d’applaudir le nouveau vizir du calife… Et la bronca se met à enfler avec la question des investitures. Comme à leur habitude, Sarkozy et Claude Guéant revoient toutes les copies à l’Elysée avec une nette propension à faire des fleurs à l’esprit d’ouverture et aux plus dociles. La coupe commence à déborder et c’est le clash : sans prévenir le patron, Jean-François Copé annonce que les investitures UMP ne seront pas attribuées à l’Elysée, mais au siège de l’UMP par ses instances ad hoc. La "droite populaire" jubile, les "pragmatiques" (pour ne pas dire les invertébrés) paniquent… Il s’ensuit un vrai sac de nœuds. Finissent par sortir du couffin des candidats estampillés "Majorité Présidentielle" (UMPré), d’autres griffés "Mouvement Populaire" (UMPop) ou les deux dans une petite majorité des cas… Donc avec concurrence au 1° tour dans une grosse minorité des cas… On voit d’ici les risques, vu la barre de 12,5 % des inscrits nécessaire pour, au mieux, se maintenir au second tour… dans des triangulaires. Rien n’y fait : le torchon brûle entre le troupeau trotte-menu de ceux qui plient le dos en portant (pas bien haut) le programme d’Alterprogrès Sociétal pour garder leur siège et ceux, moins nombreux il est vrai, pour qui ça suffit comme ça… Les premiers accusent les seconds de faire le jeu du FN en le banalisant et se font accuser par ceux-ci de faire le jeu du FN en lui donnant du grain à moudre. Les média s’en donnent à cœur joie…

- En face, après quelques jours de flottement, sonnée par ce nouveau "21 avril" pourtant annoncé, la gauche s’est ressaisie. Après quelques vigoureuses explications de gravure et épurée de la ségolène-attitude, elle a resserré les rangs et se présente quasiment unie devant les urnes…

- Pendant ce temps-là, les grèves n’en finissent pas de perturber la vie quotidienne. Des circuits parallèles se mettent en place. Non seulement les entreprises se sont organisées pour se passer de la Poste et de la SNCF, mais les particuliers développent toutes sortes d’astuces et de martingales pour se passer des transports urbains. Collèges et lycées fonctionnent à 10 %, nombre d’écoles primaires sont occupées par les parents qui assurent cahin-caha les enseignements de base. Le ministre a beau demander et les juges autoriser, les préfets refusent de faire évacuer les écoles depuis qu’à Evreux les CRS ont été reçus à coups de fusil par des papas de garde que les grèves rendaient disponibles…

Dans les quartiers, les fortifications sont bien avancées. Les autochtones ont sont partis et les indigènes respirent mieux… Là, au moins, les services publics fonctionnent, dans la scrupuleuse application des ordres de la wilaya et des fatwas des imams. C’est un moindre mal…

Loin de toutes ces basses contingences, les états-majors politiques continuent leurs petites querelles picrocholines.

10 juin – 20 heures : Bérézina pour l’UMPré et l’UMPop… Hormis dans quelques fiefs solides préservés, là où ils se concurrençaient les deux sont éliminés. Là où le même homme cumulait les deux étiquettes, il se trouve généralement réduit à jouer le 3° homme dans une triangulaire avec le PS et le FN…
Pour faire barrage au FN, les UMPré pur jus appellent illico à voter pour la gauche, chez les autres ça flotte. Quelques UMPop conscients appellent à voter FN pour éviter une Chambre soviétique… Ils sont évidemment solennellement condamnés par le Président de la République…

(à suivre…)

vendredi 4 février 2011

Fureurs et rectifications (2012 –4)

22 avril – 20 heures : Marine Le Pen et… Nicolas Sarkozy !

Le Pen 19,8% - Sarkozy 19,5% - Martine Aubry 19,2% - François Bayrou 9,0% - Marie-Ségolène Royal 8,1% - Cécile Duflot 7,8% - Jean-Luc Mélanchon 6,9% - Olivier Besancenot 5.5% - Dominique de Villepin 2,1% - André Gérin 1,5% - Hervé Morin 0,3% - Kevin-Ibrahim Ducon (LGBT and Co) 0,2% - Nathalie Arthauld 0,1%… On ferme !

- Soirée funéraire à la télé : Livides, les animateurs savent bien que les résultats de St Pierre et Miquelon ne suffiront pas à Martine Aubry pour se refaire d’un demi-point… Défilé des incontournables venant signer le registre… Non, venant bavasser encore un peu par obligation, les politiques de l’opposition n’ayant même plus la force de s’envoyer des noms d’oiseaux entre eux… Mines réjouies de Borloo sortant d’un brushing et des sakozistes (hormis Copé qui semble assez dépité et Fillon resté en Mayenne) Péroraisons des experts, sociologues et sondeurs qui savent tout expliquer… On signale juste un peu d’animation à TF1 avec une bousculade dans les couloirs entre seconds couteaux des compétiteurs de la gauche rassemblée… Une escouade du GIGN est partie dare-dare assurer la protection rapprochée de Ségolène calfeutrée chez elle. C’est sa porte-parole Delphine Batho qui prend tous les coups (tu l’as voulu, tu l’as eu ma fille…)
- Nuit calme : à peine 12 614 incendies de voiture répertoriés vers minuit. Le taux de CO² dans l’air de Seine St Denis atteint le double de la normale saisonnière. La couche d’ozone en prend un coup…

23 avril :
- Villepin annonce qu’il part pour Londres et appelle tous les Français à le suivre. Son communiqué passe en page huit d’Aujourd’hui en France et fait la Une du bimensuel L’éclaireur de Mende.
- Dieudonné se trompe de train et part pour Sigmaringen.
- Frédéric Mitterrand se trompe d’avion et part pour Tunis au lieu de Bangkok.
- Première manifestation "spontanée" contre le fascisme : Des syndicalistes en "crédit d’heures" encadrent un défilé de retraités et 3° âge réchauffant leurs os à la nostalgie de 68 en scandant "Ni Effhaine ni Sarkôô !"…
- Le corps enseignant décide la grève illimitée pour permettre aux étudiants, lycéens et collégiens de se joindre aux cortèges. On cherche des bénévoles pour y accompagner les enfants des écoles…
- Stéphane Hessel est décédé cette nuit-là. Son cœur a lâché. Jack Lang a solennellement déclaré que "les retombées criminelles des visées haineuses de la famille Le Pen ne resteront pas impunies." En fait, le SAMU et son défibrillateur sont arrivés trop tard à cause des barrages d’émeut… d’indignés. Sarkozy envisage des obsèques au Panthéon…
- Plus ou moins vite dans la journée les communiqués tombent : du PS au MODEM et d’Europe-Ecologie au PCF, on appelle à voter Sarkozy "en se bouchant le nez"…

24 avril : Mardi noir où la conscience citoyenne cherche ses petits…
- Dans un discours aussi violent qu’indiscutablement argumenté, Jean-Luc Mélenchon renvoie la responsabilité du désastre autant aux socio-traîtres vendus au confort bourgeois qu’à la clique Uémmpélepénocompatible, commis et fourriers de la haute finance et des coffres en Suisse. Si Bayrou voulait faire turbuler le système, Mélenchon, lui, se donne la mission historique de le faire voler en éclat. Le peuple exploité ne peut attendre cinq ans de plus et il faut un vrai choc salutaire pour déclencher la lutte finale… Pour provoquer le bordel nécessaire à l’avènement du Grand Soir, il appelle solennellement à se boucher le nez et… à voter Marine Le Pen.

- Il s’ensuit 24 heures de silence atterré d’un bout à l’autre de l’éventail politique. France Télévision se met en grève pour ne pas avoir à commenter. On fait état d’une nette augmentation du nombre de suicides…
- Les manifs anti-FN redoublent d’ampleur avec cette nouveauté inattendue d’y voir Mélenchon pendu en effigie enlacé avec Marine. Le plus jouissif étant quand même de voir des petits gauchos avec kiffiehs et cheveux sales brandissant des caricatures de Merluche le couteau entre les dents…
- Aucune organisation ou groupuscule ne rate l’occasion de se montrer dans les manifs, protestation rimant avec promotion. L’autre jour, rue de la Ré, j’ai vu une banderole "Femmes hétéros dans la lutte avec les LGBT" Dessous et derrière (sic) il y avait une demi-dizaines de spécimens érotofuges du genre névrosées célib’ à aller se faire mettre le samedi soir sous les ponts par tous les vérolés du Congo…

- Mais la vie continue sur fond d’hystérie à la mode 21 avril 2002 puissance² (Chirac passait encore, mais Sarko !) Parallèlement, de discrètes mesures sont prises pour retirer des quartiers tout ce qui pouvait encore y traîner comme forces de l’ordre ainsi que divers personnels de services publics trop exposés. Pour maintenir l’ordre républicain dans ces zones sensibles et éviter toute "provocation", carte blanche est laissée aux milices locales qui se sont "spontanément" constituées. Celles-ci, d’ailleurs fort bien équipées, ont confirmé leur capacité à assurer la police. Elles ont aussi entrepris sans attendre les travaux de fortification nécessaires pour protéger les populations de ces territoires des attaques génocidaires que ne manquera pas de mener le prochain gouvernement, quel qu’il soit…

- La vie continue, donc, et il reste dix jours de campagne pour le second tour… Sûr d’être réélu malgré ce connard de Mélenchon, Sarko sent qu’il ne fera pas le score de Chirac en 2002. On attend un niveau record de bulletins blancs et nuls. Et la crainte de faire moins du double des voix de Marine est insupportable pour son ego.
Bien sûr, son business-plan était prêt pour ce duel avec la Madelon d’Hénin-Beaumont, tout axé sur le barrage à la xénophobie et à l’europhobie. Mais, selon lui, il faut en rajouter une couche pour séduire "la gauche"... Conscient des contraintes de la crise, de la mondialisation et du niveau de la dette, il n’est pas question, pour rester crédible, d’en lâcher plus qu’il ne l’a déjà fait sur l’économie et le pouvoir d’achat. Alors sur quoi ? Ne voyant le "peuple de gauche" qu’à travers le filtre déformant du boboïsme parisien, il ne lui reste que les "questions de société"…
- Tout y passe : mariage homo, suppression de la mention discriminante du sexe sur la carte d’identité, gratuité des distributeurs de préservatifs dans les collèges, centres aérés, internats et lieux de détention, une salle de shoot sécurisée dans chaque commune de plus de 5 000 habitants, "kit accélérateur de fin de vie assistée dans la dignité" pour le 4° âge dépendant à héritage et coûteux pour la Sécu et les caisses de retraites, partage de l’autorité parentale avec la mère porteuse et/ou la concubine de la marâtre, procréation assistée par ordinateur, etc.
- Et, surtout, promesses de mesures volontaristes pour accélérer le sens de l’histoire : "La France a toujours été métissée. Elle ne doit pas faiblir. C’est sa vocation et son avenir"…

- Dimanche 6 mai – midi : : Ciel sans nuages et ensoleillé, un peu frais, participation en baisse…

(à suivre…)

jeudi 3 février 2011

Brèves radiophoniques…

L’actualité vient perturber quelque peu la publication en feuilleton des notes de mon journal de l’an prochain et je m’en excuse. J’ai tort d’écouter la radio au petit dej’, ça disperse…

1 - Ouvrant le poste, j’attrape cette fin de phrase : "… décès d’un de nos plus grands écrivains contemporains". Je tends l’oreille ; de qui y causent ? – d’Edouard Glissant ! C’est qui ce mec ? (je suis inculte en littérature, je sais…) Du coup, je me rencarde…
A n’en pas douter monument de la littérature du XX° siècle, prix Renaudot 1958 dont tout le monde se souvient, c’est un écrivain martiniquais de 82 ans, je ne vous l’apprends pas. Son œuvre a été marqué par son opposition à la guerre d’Algérie, son militantisme contre le racisme, le colonialisme et pour le rappel constant de l’esclavagisme. Il avait signé un manifeste contre la création du ministère de l'Immigration et de l'identité nationale et manifestait une grande dévotion pour Barak Obama, incarnation pour lui de la créolisation du monde.
"Il restera à jamais parmi nous pour ses odes à la diversité du genre humain, antidotes de tous les préjugés et les racismes", a déclaré Martine Aubry. Pour le secrétaire national du PCF, "Il savait lire le monde dans ce qu'il portait de meilleur"
Le président Sarkozy a salué "un homme qui aura marqué la pensée de notre temps de son empreinte énergique, pugnace et exigeante."

Va falloir dare-dare que je commande ses œuvres complètes sur Amazon.fr pour boucher les trous laissés par Céline sur mes rayonnages… Euh ! non… Je vais attendre que ça sorte dans la Pléiade ; les tranches feront mieux à l’œil…

2 - Un "schizophrène dangereux" britannique âgé de 26 ans qui avait poignardé un jeune homme dans un ascenseur et s’est évadé en novembre d'une unité psychiatrique d'Irlande du Nord, a été recruté par l’Education Nationale pour enseigner l’allemand dans un collège et un lycée des Alpes-de-Haute-Provence.
Il n'a quand même tenu que guère plus d’un mois…

Tout baigne…

Les indigènes sont dans la plaine (2012 –3)

Mars.

- L’autre mercredi sur France 2, Guillaume Durand recevait Face aux Français la divine Houria Bouteldja (une telle idée ne serait pas venue à Laurent Ruquier bien que Zemmour vienne d’être remplacé par Alain Soral ; ça ne se fait pas…) Rebondissant sur une question auto-présumée humoristique de Durand (l’élection présidentielle, of course…), devant l’animateur au sourire un peu forcé et opinant du chef, applaudie par les guignols des gradins, cette chère Houria s’est lancée dans une brillante démonstration de l’insoutenable discrimination dont les Indigènes de la République étaient victimes en politique de la part des hypothétiques Français de souche. Bref, non seulement la notion de parité admise pour les sexes ne l’était pas pour la diversité, mais la règle des 500 parrainages par des notables bouseux de villages était une louche manœuvre d’exclusion des nouvelles forces vives du territoire…

- Libé, illico relayé par le Monde, s’est emparé du sujet. Et depuis huit jours, la télé ne désemplit pas d’interviews et débats ayant pour têtes d’affiche la belle Houria, Rokhaya Diallo, Lilian Thuram de "République multiculturelle et post-raciale", etc. Sans oublier Patrick Lozès, fils de son papa Gabriel qui fut ministre du Dahomey, lui-même ci-devant béninois et quasi-ministre virtuel de la République. Bien sûr aussi, ni Jack Lang (de plus en plus ravagé malgré les liftings) ni Villepin ni Besancenot ni BHL ne ratent ces occasions de se faire voir…

- On ne parle plus que de ça. Et dans l’établissement, à gauche comme à droite, pas question d’apparaître en retrait avec le risque d’être qualifié de franchouillard-ringard-fermé-nostalgique des hlpsdnh… Sarkozy annule des rendez-vous au G 38 pour recevoir chacun de ces braves dès lors qu’ils sont un tant soit peu foncés. Avec les familles des otages assassinés et des victimes découpées par des récidivistes, ça lui fait du boulot… Quant à la gauche, elle ne peut dire non aux revendications légitimes… Chacun promet qu’une fois élu, il fera ce qu’il faut en matière de quotas et de parrainages, quitte à modifier la Constitution pour virer cette clause surannée de l’égalité des citoyens devant la loi…

- Pendant ce temps, en ressortant, outre la laïcité républicaine (air connu), les vieilles lunes de l’égalité citoyenne et des excès de la discrimination positive, le FN monte dans les sondages au détriment de tous les autres…

- Hier à la Procure, Miss Pepper dédicaçait son pavé de mille pages : "XP, Ilys et le Petit-Jésus" publié chez Desclée de Brouwer…

Avril.

- Chacun suit son business-plan. Pour Sarko, c’est un astucieux mélange de critique de la finance apatride, de volontarisme et de vigilance à l’international brassé avec un bilan pas si nul, les opportunités de l’incontournable mondialisation et un droit à la consommation pour les plus précaires, version moderne de la poule au pot d’Henri IV…
- La concurrence de Ségolène pousse Martine à tenter de faire des mamours à Mélenchon ; celle de Martine pousse Ségo à tenter de faire des mamours à Bayrou… Toutes les deux (et tous les autres) ne se privent pas non plus d’envoyer des bisous à Houria, Lozès et consorts Aucun ne semble avoir percuté que l’onéreuse campagne de com’ de décembre dernier pour faire s’inscrire les quartiers sur les listes électorales avait fait flop…
- Il n’empêche que la Royal décroche. En dépit des ventes de préservatifs, les moyens logistiques et humains de Désir d’Avenir ne font pas le poids face à l’appareil du PS dont elle a été exclue. Surtout, l’accusation d’être responsable d’un nouveau 21 avril, martelée chaque jour par le PS, la coule progressivement…
- Bayrou se contente de quelques meetings boboïdes et compte sur ses interventions de la campagne officielle à la télé pour apparaître comme le recours. Faut dire que ses finances ne sont pas flambantes…
- Marine a dû en rajouter une couche dans l’antiracisme pour calmer le jeu après une sortie de papa qui la ramène encore parfois quand y faut pas, bien qu’il soit désormais en chaise roulante. Faut dire aussi qu’il tient toujours les cordons de la bourse…
- Ah oui ! J’oubliais… Villepin s’est fait filmer pour la télé en "visite de terrain" sur la dalle d’Argenteuil, vite fait, 4 minutes à 6h du mat’ avec douze figurants bronzés. On l’a vu aussi à une "réunion Tupperware" chez la comtesse Marie-Zéphire de Rohan-Macommode… Avec la campagne à la télé, j’ai découvert l’existence d’Hervé Morin…

- Ces prochains jours, dans un remarquable élan citoyen, le peuple responsable et éclairé va s’exprimer et on ouvrira les urnes…

- Alors, tu accouches ? Oui, çà vient… On voudrait bien en être à "cinq francs p’tite paume" et bientôt savoir la couleur de ce qui va sortir… Dans les maternités de Gennevilliers, c’est assez fastoche ; mais là…
Les instituts de sondages font profil bas : Ils sont quatre, voire cinq, à se distinguer du lot mais se tiennent tous à 1 % près les uns des autres et l’ordre change à chaque vague d’enquête… Qu’en dire ?

- Dimanche 22 avril – midi : : Ciel gris, très fortes participations…

(à suivre…)

mercredi 2 février 2011

Nouvelles du front et de l’arrière (2012 – 2)

NDLR : Sauf incidence directe sur les évènements évoqués, les passages sur l’international, l’économie, le monétaire et la kultur ont été supprimés ; c’est assez long comme çà et vous verrez l’année prochaine...

Fin janvier.

- Du côté de ce qu’on appelle la majorité, le business-plan navigue une fois de plus à vue ; le pragmatisme c’est bien mais faudrait quand-même savoir où on va… Bien sûr, on sent le double ouf ! : Non seulement exit DSK (ce qui a coûté un max) mais deux candidates socialos, c’est le top ! Vu la déculottée aux cantonales de l’an dernier (2011, i repeat…), la crainte d’un "21 avril à l’envers" s’estompe un peu… Celle-ci avait fait renoncer à la tactique initiale du deal avec Borloo dont la candidature devait éliminer le risque Bayrou. D’où l’aigreur du dit Borloo qu’on cherchait à placardiser à Bruxelles. Mais rien n’est simple. Avec deux socialos en course on ne peut plus le contraindre à s’effacer et retour à la case départ. Va falloir s’arranger avec lui, d'autant que les sondages placent toujours Sarko en 3°, voire en 4° position… Presque plus grave encore, avec les deux femelles du PS on a les deux options en même temps : le à gauche, gauche et la tentation au centre. Avec une seule, n’importe laquelle, on aurait pu savoir quoi mettre derrière l’Alterprogrès societal… Là, non.

- Du côté de Marine Le Pen, on capitalise et trace le sillon en jonglant avec le savoir-faire plébéien d’icelle dans un savant mélange des grands classiques du parti avec les bienfaits de l’état providence et des clins d’œil appuyés aux nouvelles forces maghrébines qui sont la chance de la France éternelle… Comme Vae Victis l’écrivait il y a plus d’un an : "- Soit le FN reste marginalisé et l’histoire suit son cours, soit le FN devient le système et l’histoire suit son cours."

- Du côté des Verts, la qualité des numéros du cirque justifient qu’on aille s’asseoir sur les gradins. Soucieux comme DSK de ne pas écorner son aura d’icône incontestable en se mouillant dans ce merdier, Nicolas Hulot reste prudemment aux abonnés absents. Toujours candidate faute de mieux et naufragée par les sondages, Eva Joly s’est complètement grillée : Ayant précédemment réclamé en vain l’exclusion de Noël Mamère (j’ai pas compris pourquoi) elle a battu tous les records lors du meeting de samedi soir. S’étant sentie implicitement critiquée par le discours de Cohn-Bendit, elle s’est précipitée sur lui pour lui lacérer le visage de ses ongles griffus tout en l’insultant en norvégien. Lequel rouquin lui a derechef retourné une gifle et cassé ses lunettes devant la salle et les média… Bref, le comité d’Europe Ecolo Etc. réuni à huis clos vient d’annoncer que ce sera finalement Cécile Duflot qui portera leur couleur homogène. On raconte qu’elle aurait emporté l’affaire de haute lutte grâce à un coup de genou dans les couilles d’Yves Cochet…

- Mélenchon ne cesse d’en appeler au Grand Soir, au rassemblement des masses sous son nom et à l’éviction au bout des piques de tous les sales affameurs de la classe ouvrière. Camarade, entends-tu monter le bruit sourd des bottes, nikes et babouches des nouveaux prolétaires précaires et divers qui, tel un tsunami de sueur et de sang, va pulvériser le mur d’argent ? Subsidiairement, il commence à se rêver finir devant les deux social-traîtresses et la gamine vert vêtu…

- Besancenot, n’étant pas arrivé, cette fois-ci, à boucler tout à fait ses 500 parrainages, appelait encore avant-hier à boycotter les urnes. Au final, discrètement aidé par certains, il se ravise et sera candidat… De même, bien que n’ayant pas de pognon mais ses signatures, André Gerin y va aussi malgré la fureur de Mélenchon. Suivi avec enthousiasme par une poignée de fossiles un peu marteau, il compte bien couler pavillon haut pour sauver l’honneur du léninisme momifié. Je n’en parlerai plus…

- Didier Goux vient de pondre un excellent billet technique sur la régurgitation-remastication chez les ruminants…

Février.

- Les candidats battent la campagne… Sarko bouffe du kérosène pour être partout à la fois et à la télé en même temps jusqu’au début de la campagne officielle. L’hypothèque Borloo étant levée (celles de Fillon et Copé aussi mais on s’en doutait), lui qu’on disait foutu se retrouve seule alternative entre le FN et la gauche, hormis Villepin inaudible et Bayrou qui ne sait toujours pas où il est.

- Visiblement, avec Sarko bas dans les sondages et le duel fratricide Martine-Ségo, Bayrou caresse l’espoir de finir second derrière Marine. Et hop ! C’est gagné ! Ouais… Mais s’il n’est que 3°, à qui se vendre pour décrocher Matignon ? D’où une campagne chèvre-choux… Sa dernière innovation : trimballer dans ses meetings son copain Jean Lassalle sur une civière avec perfusion et tout et tout… Le brave Jean fait en effet actuellement une grève de la faim pour exiger qu’un fonds souverain chinois reprenne le garage-épicerie de Lourdios-Ichère (Pyrénées Atlantiques) dont le tenancier prend sa retraite…

- Côté socialo, jusqu’à la dernière minute, nombre de bobos et gogos espèrent encore la venue du Messie du FMI, ses disciples ayant réuni les parrainages nécessaires "au cas où" Une lueur d’espoir aurait bien brillé dans leurs yeux lorsque jeudi dernier un juge de Washington DC a eu la lubie de déclarer la mise en faillite de la FED et de désigner le directeur du FMI comme liquidateur. Trop de boulot en perspective pour le confort de leur champion pensaient-ils. Peine perdue, Reconnu sinon respecté dans 187 pays, avec ses 496 000 dollars annuels nets d’impôts pour manager une boîte où la France n’a voix au chapitre que pour 4,8 % du tour de table, Dominique s’accroche à son fauteuil comme l’arapède à son rocher…

- Duflot exhibe partout sa fille Térébenthine (4 ans) pour attendrir l’électeur et tenter de calmer les perturbateurs.
Faut dire que, ayant commencé sa tournée par un nouveau parc d’éoliennes, elle avait été reçue par les fourches des riverains... Depuis, c’est différent ; ses meetings en zone urbaine sont tous perturbés et ça prend chaque fois plus d’ampleur. En effet, les imams dénoncent vigoureusement "la prostituée exhibitionniste ayant insulté l’Islam en déclarant à la presse aimer le confit de porc ; ce qui, certes, est encore son droit de kouffar dans ce pays, mais relève de la sphère privée" Elle ne comprend pas…

Mars.

Mois du dieu de la guerre, du djihad donc…

(à suivre…)