"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 29 novembre 2011

Des cadeaux, du nécessaire, de la grippe et du superflu…

L’homo festivus boboïdus viagra, Egobody soi-même, le Khmer vert, le prof d’EMT syndiqué SNES à la retraite d’ESF, le genderoïde multifonction, l’électeur en primaire, la dame-pipi de Châtelet-les-Halles, le hallebardier de la Comédie-Française, la shampouineuse de chez Alexandre, le parapentiste en fauteuil roulant et son auxiliaire de vie à la gueule cirage pleine de blanches dents, l’acuraba lambda, et caetera… sont ces jours-ci logés comme vous et moi.

Oui, ça arrive ! Car nous sommes tous tracassés à des degrés divers par cette fièvre saisonnière : l’achat des cadeaux.

Il n’y a pas de vaccin contre ça comme pour la grippe. D’ailleurs, vu la concomitance des saisons, ils auraient pu faire un effort et nous en concocter un, livré "tout en un" ; il en on bien profité pour fourguer dedans les invendus H1N1 histoire d’écouler les stocks…

Bref, si la grippe est attendue de pied ferme, avec une impatience de tiroir-caisse par les généralistes et une appréhension de ligne Maginot par le budget des demi-journées de la Sécu, la fièvre décembriste des cadeaux, elle, est bien de retour…

Certains spécimens déviants mais non marginaux de l’espèce sont d’ailleurs atteints par la fièvre avec une intensité compulsive excédant parfois celle observée dans la fièvre des soldes. Ils auraient d’ailleurs tort de s’en priver puisque leur déviance est officiellement qualifiée de normalité et vivement encouragée comme acte citoyen favorisant la croissance (c’est à dire principalement l’aggravation du déficit commercial…) Mais bon…

Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés… En la matière, nous avons tous vécu, à un moment ou un autre en cette saison, l’angoisse de l’embarras du choix, voire, j’ose le dire, de l’embarras du prix… Sur ce dernier point, les marges de négociants comblés comme la TVA ne sont pas plus neutres que notre souci de ne pas aggraver notre réputation de réac en rêvant aux temps lugubres des deux oranges dans les petits sabots…

Certes, donner avec ostentation ne nous ouvre pas la porte du Salut, nous dit l’Ecriture. Mais ne pas donner avec discrétion, ça fait quoi ?


Et puis il y a aussi de plus en plus souvent l’embarras du trop plein qui n’a rien à voir et qui est pire encore que l’embarras du choix : celui qui vous fait dire : "- Que vais-je lui offrir ? Il a déjà TOUT ! "


Bon je ne suis pas chien, ma charité chrétienne me pousse à suggérer des pistes aux acurabas en général et, plus particulièrement aux fashion victims boboïdes et aux egoaddicts "parce qu’ils le valent bien"… Grâce à la gentillesse des dépliants publicitaires, je sais qu’ils ne manqueront évidemment pas d’idées mais j’ai quand même sélectionné quatre articles :


- Pour ceux qui se privent des joies hivernales de la glisse tant leur insupporte l’idée de ne pas rester tuned H24 : Le casque de ski avec connexion bluetooth inside (59€95)

- Pour ceux dont les performances natatoires souffrent de suspendre le temps d’un bassin l’écoute lancinante de leur rap préféré : Le MP3 étanche se fixant sur tous les élastiques de lunette de piscine (69€95)

- Pour ceux, enfin, qui ont besoin de surprendre en originalisant leur look pour compenser la banalité de leur sex-appeal : le cadran de montre "qui change" : Au choix le cadran illisible sans mode d’emploi (29€50) ou le bracelet sans cadran (59€)…


C’est la première semaine de l’Avent et ce sera tout pour aujourd’hui.

4 commentaires:

  1. Le bracelet sans cadran, génial!
    A quand la chaussure sans semelle, la voiture sans moteur ou la brosse à dents sans tête?

    RépondreSupprimer
  2. @ Aristide,

    Les voitures sans moteurs existent, on les appelle des caisse à savon.

    http://c-a-s-france.com/pages/bluerings_index.html

    Certes seulement dans ces descentes mais c'est quand même rigolo, n'oubliez pas mon amour immodéré de la bagnole.

    RépondreSupprimer
  3. Grandpas, vous êtes une encyclopédie automobile vivante.

    RépondreSupprimer
  4. @ Aristide,

    Je sais, il m'arrive de m'étonner moi même :-).

    Plus sérieusement, quand vous avez écrit que j'avais un amour immodéré de l'automobile , vous en pouviez savoir à quel vous étiez dans le vrai.

    Le plus drôle, c'est que je n'ai passé le permis que vers 34 ans et que je ne possède pas de voiture complètement inutile dans Paris.

    De plus, le gouvernement considère l' automobiliste comme un mouton.

    Sinon pour moi l'Automobile est une oeuvre d'art comme les oeuvres de Hieronymus van Aken [ɦijeːˈroːnimʏs fɑn 'aːkə(n)], dit Jérôme Bosch qui était un visionnaire.

    RépondreSupprimer