"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 30 décembre 2011

Ethnocentrisme, quand tu les tiens…

Devant ce genre de truc qui fait gagner des sous aux loueurs d’espaces publicitaires, certains se navrent, se chagrinent, se lamentent, s’exaspèrent ; d’autres (comme moi) oscillent entre le sarcasme et l’envie de kalasch… D’autres, enfin, s’esbaudissent : "Oh ! Comme s’est gentil et convivial !"…

Devant quoi ? Devant ces reptations de larves obséquieuses qu’on nous donne à voir désormais à chaque occasion et pas seulement lors du Ramadan…

Les fêtes populaires programmées à l’occasion des réjouissances et animations de fin d’année du calendrier grégorien sont pour beaucoup le prétexte d’en remettre une couche qui, à trop vouloir prouver, nous fait voir le vrai visage des bons apôtres :


Mais de quoi se mêle le SPÖ ? L’avatar autrichien de notre PS nous montre là son total mépris pour les légitimes coutumes et traditions ancestrales de la diversité-qui-est-une-chance-pour-l’Autriche. Grüss Gott !

C’est gentil de souhaiter à tous de joyeux jours de fête et une bonne nouvelle année à vivre ensemble et à fêter en commun. Mais fêter quoi ? Les adeptes de l’étoile de David en pain azyme comme ceux du Croissant en semoule collante, qu’en ont-ils à foutre de ces fêtes ? Pourquoi vouloir leur imposer comme à la fête des voisins la corvée d’aller, des jours ordinaires pour eux, se mêler et faire risette à ceux qui se reconnaîtront peut-être (en réfléchissant bien) dans cette espèce d’étoile filante en pain d’épice et sucre-glace ?

Ayons d’ailleurs une pensée pour ducon, communiquant probablement austro-bobo et socialo-internationaliste mais néanmoins en culotte de peau, qui a concocté ce présumé symbole d’identité visuelle d’on ne sait trop quoi mais si un peu quand même... Le pauvre a dû transpirer pour respecter le cahier des charges : Etoile de David & Croissant étoilé, no problem, mais pas de croix ni rien de ce genre pour ne choquer personne ! Pas de poisson stylisé des catacombes, ce sera pour plus tard ; et pas même de père Noël Coca-Cola. Alors quoi ?

Bingo ! Certes, l’étoile guidait les rois-mages de la vieille légende du folklore heureusement révolu, mais bon, ça peut passer vu qu’elle guidait de sages étrangers (encore que sage et étranger, ça fait un peu pléonasme…) Le brave garçon a donc recyclé en douce l’étoile en carton humblement recouverte de papier doré qui pend encore au bout d’un fil de pêche au dessus de… comment on dit déjà ? ah oui, la crèche dans des églises vides et les appartements clos de quelques réacs résiduels… Bref, il a fait ce qu’il a pu mais on n’en sort pas…


Bon, je m’égare… Là n’est pas l’essentiel et le torrentiellement scandaleux.


Nos bons apôtres vivrensemblistes réalisent-ils qu’ils nous montrent leur vrai visage de nervis oeuvrant pour la bête toujours féconde ? De nostalgiques nauséabonds des Heures Les Plus Sombres De Notre Histoire ?

Voyons les choses en face, quitte à désespérer Mélenchon : Avec leur air, mine de rien, de lustrer leur salive à la brosse à reluire sur les bottes de l’Autre, Messie incomparable nous apportant, mieux que l’or, l’encens et la myrrhe, tous les possibles du rêve métissé d’un éternel futur, horizon indépassable, les socialos danubiens veulent absolument imposer avec insistance aux divers qui ne demandent rien (de ce genre…), non seulement de supporter, mais de participer, d’adhérer, d’adopter avec enthousiasme de passéistes us et coutumes locales !


Ces socialistes soi-disant ouverts au multiculturel, ne sont à l’évidence que de vulgaires intégrationnistes qui avancent masqués ! Pire ! Ce sont des assimilationnistes… Cf. Nos ancêtres les gaulois, etc.


A côté de ces odieux suppôts de l’obscurantisme le plus abject, Jörg Haider était à n’en pas douter foncièrement convaincu de la légitime dignité de l’identité de chacun puisque lui, au moins, œuvrait avec ferveur pour le respect de la différence !

jeudi 29 décembre 2011

La couche-culotte acteur du changement…

Réduire les inégalités liées au genre requiert une éducation appropriée. A cet égard, la Suède nous montre la voie dès avant l’école maternelle. Les crèches développent désormais une éducation asexuée où les enfants apprennent qu’il n’y a aucune différence entre ‘il’ et ‘elle’. Et les parents sont très contents.

Lotta, la directrice de la crèche, au beau visage de prêtresse viking dont le regard se voile parfois subrepticement d’un je-ne-sais-quoi de chienne de garde de Mauthausen, nous explique avec une douceur très pédagogique :


"- Il n’y a rien de mal en soi à dire ‘il’ ou ‘elle’. Mais nous adultes qui les utilisons nous sommes imprégnés de stéréotypes de vieilles traditions. Nous classifions et faisons la distinction entre garçon et fille, homme et femme. Nous voulons prendre de la distance avec ce schéma. Nous voulons que les enfants changent. Mais ils n’ont pas besoin d’être rééduqués, c’est à nous adultes de corriger notre pensée."


Alors ont leur apprend à dire quoi aux mômes ? J’ai cru comprendre qu’ils doivent dire quelque chose qui veut dire ami(e). Faut espérer qu’en suédois ce soit un substantif neutre


Mad…Euh, Mons… Euh… Ah oui ! Chose ! ça va ? j’ai bon ?

Quand la lumière submergea le monde en 1792, pour s’adresser à quiconque et à n’importe qui il fut de bon ton de dire Citoyen ! Or, il ne saurait être question aujourd’hui de dire Citoyenne, ce serait rabaisser la femelle… Alors même que la tendance est à féminiser les noms de profession (docteure, auteure, etc…) Démerdez-vous avec ça…

On observe en revanche que les bolcheviques étaient plus conséquents : Camarade ! Avec mention pour la version fourmis chinetoques ou coréennes : tout le monde avec le même bleu de chauffe érotofuge. On va y revenir…

Ou alors quoi ? Problème…

___


2013 : Le Starbuks Café sur la Grand’Place… Il y a du monde. Ici au moins il n’y a pas trop de jeunes, enfin vous voyez ce que je veux dire… Il y a surtout des étudiants et des jeunes professionnels bien propres sur eux. Et très peu de seniors, enfin je ne sais pas avec toutes ces personnes de grande maturité qui bénéficient des liftings, implants et traitements rajeunissants pris en charge par la Sécu et qui s’habillent comme une teen ou Justin Bieber…

L’ambiance est conviviale, c’est à dire décontractée-coincée comme c’est désormais le cas dans tous les établissements accueillant du public depuis l’interdiction du tabac et de l’alcool, la vente exclusive de boissons sans sucre ni édulcorant de synthèse et, surtout, l’entrée en vigueur de la loi sur le Respect comportemental citoyen du vivre-ensemble


Un grand dadais boutonneux cogite :


La fille là-bas, va falloir que je me décide à l’aborder. Faut que je trouve quelque chose… Bon euh - Vous habitez chez vos parents ? Non ! ça ne va pas ! Jamais je ne dirais ça à un mec, enfin à quelqu’un ayant l’apparence de mon genre. Cette formule absconse et surannée, c’est donc seulement pour s’adresser à une fille, enfin à une personne ayant l’apparence de l’autre genre…

Donc, même si c’est involontaire de ma part, en disant ça à cette fille que je ne connais pas, je lui attribue arbitrairement son genre.

Ça ne va pas. De plus, en lui demandant si elle habite chez ses parents, je lui attribue arbitrairement des parents, c’est une atteinte à sa dignité ; peut-être n’en a-t-elle qu’un, ou peut-être trois, ou cinq… Et puis, pourquoi je dis elle, moi ? Pourquoi pas il en pensant mentalement à cette personne ?

J’aimerais pouvoir me confier au Plouc-em’ et lui demander son avis. C’est un vieux schnock qui est malgré tout de bon conseil. Mais je ne le ferai pas car je ne veux pas lui faire courir de risques. Pensez-donc ! Il pourrait tomber sous le coup du nouveau délit pénal : Recel de complicité d’intention de propos discriminatoire !


Bon, c’est pas tout, faut y aller… Alors je lui dit quoi ? Essayons…

"- Euh, Vous ! Puis-je vous offrir un verre d’eau light ?"


Elle (je dis elle faute de trouver mieux) se retourne, le regarde et lui envoie dans les gencives :

"- Toi, tu habites toujours chez tes parents…"


C’est avec des trucs comme ça qu’on en vient à ne plus pouvoir amorcer le préalable nécessaire pour faire des enfants…


Donc, si plus d’enfants, plus besoin qu’ils changent…


No problem…


Juste un truc : Fort de son souverain mépris d’immonde raciste, le bobo nordique construit son rêve en Lego et Playmo sans se soucier des points de vue de Fadéla et de Mamadou.

Mon drame existentiel à moi, c’est que je voudrais tant voir sa gueule quand Karim et Mamadou seront aux manettes et, tout à la fois, je ne voudrais surtout pas…

mercredi 28 décembre 2011

L’inconnue de Madame Gaspard…

(titre à la con qui ne parle qu’à moi, évidemment….)


Non, ce n’est pas le titre du prochain Brigade Mondaine. Quand j’étais môme, je ne saurais dire en quelle année, il y avait eu un important séisme à Madagascar. Les french doctors n’existaient pas encore et les ONG se limitaient alors à la Croix-Rouge (sans Croissant), au Secours Catholique et Secours Populaire. Bref, le bon temps où les choses étaient simples…

Par le bel après-midi d’un samedi sur le trottoir de la grand’rue commerçante, en binôme avec un pote, en uniforme de boy-scout en culottes courtes, le Plouc-em’ secouait son tronc sous le nez des passants en clamant à tue-tête et distinctement :

"- Pour les sinistrés de Madamgaspar ! M’sieurs-Dames ! Pour les sinistrés de Madamgaspar !"

Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, les deux jeunes zigotos menaient en fait de leur propre chef une enquête anthropologique et sociologique sérieuse et documentée : Combien de temps faudra-t-il pour qu’une grande personne leur fasse aimablement remarquer qu’ils n’avaient que trop distraitement déchiffré la carte de géographie alors encore présente dans toute salle de classe bien tenue… Il était même prévu d’essayer de garder son sérieux et de demander alors à la grande personne si soucieuse de parfaire nos connaissance d’avoir l’amabilité de nous épeler le patronyme de la malheureuse île malgache…


Les passants étaient fort nombreux et au fil des heures les troncs s’alourdissaient très convenablement au bout des jeunes bras préadolescents. Toutefois, l’interpellation tant attendue, la remarque tant espérée ne vint jamais…


Qu’en conclure ? Que le passant lambda, l’acuraba générique donc, pense avoir compris l’essentiel et ne prête aucune attention aux détails forcément secondaires…

Manifestement, il se contente de réagir à un stimuli phonétique compacté pavlovien : Il a cru entendre "Madagascar" et Madagascar = catastrophe = besoin humanitaire = don = je donne = j’ai bonne conscience = …

Il n’a pas entendu "Madame Gaspard"… Entendre "les sinistré(e)s de Madame Gaspard" (+ ou -) = les filles de Madame Gaspard mises à la rue par Marthe Richard = besoin humanitaire = je me souviens de la petite Lola qui les avait si tendres = je donne pour qu’elle ne reste pas sans travail =… C’est pas tout à fait pareil…


Lien

Pourquoi je vous cause de ça aujourd’hui ?


Parce que Paul Emic a attiré mon attention sur un papier publié il y a un mois dans un journal de la Réunion et que je m’empresse de vous relayer ci-après pour ceux qui ne l’auraient pas déjà lu chez lui ou ailleurs :

[CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR AGRANDIR…]


- On se souviendra que l’excellent Ravalomanana fut élu président de Madagascar en 2002 lors d’un scrutin très contesté et tardivement reconnu par la communauté internationale après un coup de pouce très compréhensif des Etats-Unis. Affairiste confondant largement le budget de l’Etat et la caisse de ses entreprises, il finit par démissionner, en 2009 sous la pression populaire et lâché par l’armée, nous sans avoir tenté de se maintenir durant de longs mois et avoir fait tirer sur la foule... On notera que sa politique – intérieure comme étrangère – fut tout au long de ses mandats fortement connotée anti-française


- Quant à Dame Joly, on notera que sur les quelque 70 lignes de contenu que lui consacre Wikipédia, 10 portent quand même sur la période de huit ans où elle s’était éloignée de la France. Sur le lot, il y a trois lignes denses pour traiter des dix mois qu’elle a passés à pondre un rapport sur la criminalité financière en Islande et évoquer par le menu les félicitations que ça lui a valu. En revanche, les trois pleines années qu’elle a passées auprès de Ravalomanana sont expédiées en une seule ligne se contentant de citer le titre de sa fonction de conseiller…


Mais c’est sans importance. L’acuraba lambda s’en tient au stimuli phonétique compacté pavlovien : Eva Jolie = mano pulite = lave plus blanc = chasse aux affreux = honnêteté foncière = …


Pourquoi la presse de révérence nous en dirait–elle plus (que rien) sur cette séquence de sa "bio" ? Faut pas embrouiller l’électeur, c’est déjà assez compliqué comme ça, n’est-ce pas ?

lundi 26 décembre 2011

Dernières minutes avant…

Pour le pied du sapin, c’est maintenant râpé.

Mais restent les étrennes, il faut vous rattraper

Pour fêter sous le gui l’entrée en deux mille douze.

En ces derniers instants, envoyez votre flouze !


Soldats-consommateurs, l’Euro dépend de vous,

Votre consommation, seul moteur de croissance,

Fait rempart de vos ventres pour sauver la Nation

Et même les profits de leurs fonds de pension…


Dernières minutes avant d’entrer en deux mille douze,

Il est juste encore temps de passer vos commandes

Pour qu’elles vous soient livrées avant qu’il soit trop tard,

Avant qu’elles ne puissent plus engraisser "weight watcher"

Pour séduire de vieux beaux dépourvus d’héritages…


Avant qu’il y ait plus de taxes, de TVA

Et de contributions pour l’impact carbone

Sur les derniers smartphones et écrans plats chinois.

Quand vous ne trouverez plus de "made in Turkey".

Ni même de kérosène pour la semaine chez FRAM,

Et quand devra fermer le Virgin Mégastore…


Que ferez-vous alors ? Profitez-en encore :


[Les retours, demandes de remboursement ou d’avoir ne seront plus tolérés après les "Fêtes"]


N’attendez pas les soldes…

vendredi 23 décembre 2011

Derniers jours avant Noël…

Retour aux sources…


Ça se passait aux ides d’aprilis vers l’an 23 du règne d’Auguste (à la louche…) Encore toute jeune fille, Maryam (מרים), fille de Joachim, regardait son test de grossesse qui était positif…


Elle était émotionnée mais n’était pas perplexe : Ce Gabriel, un beau gosse un peu diaphane qui était passé la voir le mois dernier avait dit vrai. Elle l’avait cru. Et c’est peut-être bien parce qu’elle avait cru que c’était arrivé… Mais quelle histoire ! Avec un petit voile d’inquiétude tout de même car elle ne savait pas encore que ce foutu Gabriel (qui n’y était pour rien) allait aussi en toucher un mot à son fiancé, Joseph (יוֹסֵף) un artisan en menuiserie-charpente de Nazareth (même qu’il a quelques succursales, y compris près de Cotignac…), et que Joseph aussi allait le croire et accepter de "faire comme si"…


Quand même, ça craint… Les vieux de la synagogue vont rouler des gros yeux tout en marmonnant, le nez dans les rouleaux de la Torah. Leurs fichus sur la tête, les femmes du village vont insister en lui proposant les services du Planning familial et l’IVG en TGV. A son âge, n’est-ce pas, la grossesse est un sinistre au sens que les assurances donnent à ce mot… Même que c’est écrit noir sur blanc dans le manuel de SVT de la fille de la voisine… En plus, rendez-vous compte, on n'a jamais vu le père !!


Rien à foutre ! Je vais le garder ce môme ! On l’appellera Yeshoua (ישע). Yeshoua bar Youssef le Nazaréen. Vous verrez, il sera rabbi et il emmerdera les cons jusqu’à la fin des temps !


Les mois ont passé. Je sens qu’il vient. C’est pour demain m’a dit une matrone qui a l’œil. Et le Formule1 qui est surbooké… Même pas une tente Décathlon à nous prêter, on les réserve aux indignés. Quant aux urgences, il ne faut pas y compter ; elles sont débordées avec tous les shootés à je ne sais quoi et tous les petits bobos domestiques des bobos fébriles à l’approche des fêtes du solstice d’hiver…Vont pas se déplacer pour une traînée qui s’est faite sauter on ne sait trop par qui avant le mariage !


Et j’ai de plus en plus de contractions… Heureusement, il y a l’abri poubelles là bas au fond du parking… Avec Joseph on se débrouillera…

___


C’était il y deux mille ans et des poussières…


Heureusement, elle l’a gardé.


Un enfant nous est donné.

Ici et maintenant, laissez-le vivre !

___

Joyeux Noël à tous.

jeudi 22 décembre 2011

Flash-info de Salut Public !

Bon, nous avions fini par retirer le crêpe noir de nos vestons. Le deuil, un peu ça va…

Ça faisait bien maintenant plus de trois mois qu’il avait chargé sa main gauche de nous faire savoir qu’il s’était suicidé en plaçant lui-même sa tête sous la guillotine, ce qui était la moindre des choses en ce qui le concerne…

Ben non ! Max est ressuscité ! Il nous revient et c’est du lourd !

mercredi 21 décembre 2011

Calendrier Sans Identité Fixe…

Le mois dernier à Paris, je petit-déjeunais dans la cuisine chez un de mes fils. Ce que faisant, je déterre accessoirement un truc dépassant du petit tas de courriers, factures et autres publicités qui encombre le coin de table dans les maisons bien tenues. Tiens ! dis-je, tu as acheté le calendrier des Scouts De France ?

Debout, prêt à partir bosser dans son costard de commercial, le fiston prend l’air dégoûté du type qui s’est fait couillonner et laisse tomber :

"- Je me souviens trop à quel point je me faisais chier à essayer de vendre ce truc quand j’étais jeune ; du coup l’autre jour j’ai eu pitié d’un pauvre gosse dans la rue et je lui en ai acheté un…" Puis il ajoute : "- Prends-le, débarrasse-m’en et surtout lis-le. Sûr que tu vas aimer !"…


Je viens d’y repenser et je le retrouve au fond de ma valise…


C’est beau comme l’antique. Chaque page met évidemment en exergue un maître mot et je commencerai par vous les énumérer pour que vous puissiez vous en imprégner : Accompagner les Autres – Evoluer – Humilité – Partager – Solidaire – Aimer – Agir – S’engager – Recevoir – Donner – Handicap - Fêter et… Témoigner.

Jusque là, rien à dire !


Chaque mois fait la promo d’un légume naturel et rappelle un événement essentiel auquel le mouvement scout participera : Le Sommet de la terre à Rio, "Earth Our" le 24 mars (chaque citoyen, ville, collectivité est invité à éteindre ce jour-là ses lumières pendant une heure pour interpeller sur le changement climatique…), promo de leur collection "Habiter Autrement la Planète", etc.

Sur la présentation du mouvement, on apprend qu’il contribue à l’éducation des jeunes et à leur engagement dans la vie sociale avec les valeurs d’entraide, fraternité, service, respect, oser le partage et préserver la nature… Bon. J’ai pas trouvé un mot sur ce qui fait (faisait ?) la spécificité de la pédagogie du scoutisme et le distingue des colos, clubs sportifs, garderies et autres structures pour enfants et adolescents : A chaque âge et chaque stade de maturité, devenir responsable de soi-même et se sentir responsable et (déjà) éducateur des plus jeunes ou plus novices que soi…


Et puis le calendrier évidemment ! Lui ne fait pas la même impasse que l’Union Européenne pour celui de 2011.

Il y a bien les fêtes chrétiennes, 15 au total : Epiphanie, Chandeleur, Annonciation, Rameaux, Jeudi saint, Vendredi Saint, Pâques, Lundi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Assomption, Toussaint, Jour des morts et Noël plus le Jour de la Réformation pour ne pas oublier les parpaillots… On se demande pourquoi on en a plus que les juifs et les musulmans (11 chacun) C’est discriminatoire !


Mais au moins j’ai appris des choses et je me demande si les auteurs du calendrier n’ont pas fait des efforts méritoires dans la recherche de fêtes de 3° classes pour arriver à mettre tout le monde à peu près sur un pied d’égalité :


Côté mosaïque, on a évidemment Pourim, Pessah, Roch’Achana, Yom Kippour, Soukot et Hanouka. Mais je découvre aussi Chabbat Bechalah’ Tou Bichvat, le jeûne du Tamouz, Tich be Hav, Sim’at Tora. Et ça fait même douze puisque avec leur calendrier lunaire à la con, en 2012 le jeûne du 10 Tevet tombe à la fois le 5 janvier et le 23 décembre…


Côté muzz’, on a évidemment le 1° jour du mois de Ramadan, le dernier idem, Aîd el Fitr et Achoura ; mais aussi Mawld an nabi, Lailat al Miraj, Lailat al Bara’a et Waqf al Afra. Et on a même ajouté le 1° Muharam alors que le premier de l’an est un jour ordinaire en Islam ! Sans doute pour qu’ils aient autant de jours évoqués que les Juifs, question de non discrimination…


En référence au poids relatif (actuel…) chez nous des communautés de cultures chrétienne, musulmane et judaïque, on notera qu’on nous prévient de l’entrée en Ramadan mais qu’il est inutile d’évoquer le Mercredi des Cendres pour l’entrée en Carême… De même, les deux tombant le même jour en 2012, c’est sûrement par politesse que Lailat al Qadr prend le pas sur l’Assomption…Quant au poids relatif intra-chétien protestants versus cathos, c’est sûrement pour ne choquer personne que la fête de l’Immaculée Conception est passée à la trappe, moins importante assurément que le lundi de Pâques ou la Chandeleur…


Que dire des fêtes laïques de la République ? Certes, le 14 juillet est bien là. Mais le reste ? Le jour de l’an, le 1° mai, le 8 mai et le 11 novembre sont bien indiqués en petits caractères à la place du saint du jour, mais sans le fond coloré des autres jours cités plus haut ; avec celui des jours ordinaires… D’autre part, faire manifestement tant d’efforts pour trouver un max de fêtes religieuses diverses et oublier les bouddhistes ! Et que dire des pauvres agnostiques, libres penseurs et autres anticléricaux ? Je sais pas, moi ; on aurait pu mettre au moins quelque chose comme la bataille de Valmy pour rasséréner les francs-macs’ et assimilés !


Vous allez me dire que je pinaille. Je vous l’accorde. Mais je n’aurais pas pensé écrire ce billet si, quelque part en bas à droite de la 23° page sur les 24 de leur calendrier, en petits caractères au milieu d’un paragraphe évoquant en passant une fois le nom de Jésus-Christ juste avant d’embrayer sur la fraternité vécue au quotidien et la contemplation de la nature, les Scouts de France n’avaient pas écrit, une fois, une seule fois, ce que j’avais presque fini par oublier :


Que c’est un mouvement catholique

mardi 20 décembre 2011

Epuisement mental, etc.

Brèves de tout, de rien et de n’importe quoi…


Epuisement mental…

- Le Soleil de la Nation s’est éteint samedi, bercé par le tremblement cadencé et ferroviaire de son train privé alors qu’il se rendait sur le terrain pour prodiguer ses conseils. Un accident vasculaire cérébral, que voulez-vous… Le nord-coréen est une langue très riche en nuances. Les termes médicaux se traduisent différemment selon le sujet concerné. Pour le de-cujus en cause, AVC se traduit : "épuisement physique et mental"…


* Curieusement, les pays voisins ne mettent pas les drapeaux en berne mais réveillent les états-majors en plein week-end alors que Jack Lang n’a pas prononcé d’oraison funèbre…


Feu nucléaire

- Présidentielle : Boutin menace Sarkozy "d'une bombe atomique"


* La démocratie chrétienne à l’école de l’autocratie coréenne ? L’Elysée a-t-il convoqué le Conseil de défense et de sécurité nationale ?


La braguette du conférencier…*

[* Titre à la con, c’est la faute à XP]

- Dominique Strauss-Kahn part en Chine faire une tournée de conférences.

"Non, il n'est pas émissaire de François Hollande auprès des autorités chinoises. Si François Hollande veut engager des discussions avec les autorités chinoises, il le fera lui-même", a déclaré Benoît Hamon, porte-parole du PS.


* Le plus dingue – ou le plus ridicule - c’est que le PS ait besoin de le faire savoir. Sans doute dû aux rares occasions qu’il a de dire quelque chose... Quant à Dominique, il faut bien qu’il ramasse de quoi payer ses avocats. Grosse valeur ajoutée intellectuelle attendue par les chinetoques…


La Fwançaise de l’année…

- Selon un sondage CSA, Anne Sinclair est la personnalité féminine qui a le plus marqué les Français en 2011.


* Qu’en dire ? Sinon qu’il ne reste qu’une chose à faire : Accorder le droit de vote aux étrangers. What else ?


Verte campagne ou l’horreur est dans le pré…

- Outre la création d’un million d’emplois verts, l'eurodéputée-candidate Efa Chôlii a proposé que la Cour Pénale Internationale se dote d’une section "chargée de poursuivre et réprimer sévèrement les crimes écologistes."


* On va vers l’imprescriptibilité des crimes contre le verdissement de la planète bleue et le concept de génocide étendu à tous les biocides constatés ou soupçonnés, qu’il s’agisse des animalicides ou des végétalicides (sauf les ogéhemicides…) ainsi qu’aux minéralicides, sans oublier certains technicides qui restent encore au stade embryonnaire comme les éoliennicides

[Ndlr : Tiens ! Je viens à l’instant de commettre un insecticide au ras du clavier…]


Quo Vadis, koh-lanta ?

- La journalope : "- Moundir, comment s'est passé ce mariage avec Inès ?"
Ducon répond : "- Très, très bien. Il y a eu neuf mois de préparatifs et au final, le mariage est passé tellement vite qu'on n'a pas eu l'impression d’en profiter."


* LOL…

dimanche 18 décembre 2011

La conscience de velours.

Václav Havel n’est plus. Il est parti ce matin continuer sa vie autrement comme disait Madame Plouc…


Les clopes, que voulez-vous…

J’aimais bien ce mec, il était trop… Je retiens notamment de lui que, catholique non-pratiquant étant alors président de la république, il s’était confessé auprès du Pape Jean-Paul II lors de la visite de ce dernier et l’avait fait savoir par communiqué officiel… Pas le genre Chirac, quoi !


Il avait collectionné les prix et distinctions littéraires et humanitaires, mais il avait échappé à la honte de se voir attribuer le Nobel de la Paix…


Il n’échappe malheureusement pas le jour même de sa mort à l’inévitable déclaration à la presse de l’inénarrable Jack Lang qu’on risquerait d’oublier : Après avoir exprimé son immense chagrin, le Jack n’a rien trouvé de mieux à dire que "- Au Panthéon des grandes figures morales de la vie publique contemporaine, Vaclav Havel est sans doute avec Nelson Mandela l'une des personnalités les plus marquantes…"


Mélodie Nelson...

Rien ne lui aura donc été épargné…

Perso, je retiens cette citation de Václav Havel :


"L espérance n’est pas la conviction que quelque chose finira bien ; c’est la certitude que quelque chose a un sens quelle que soit la façon dont elle finit."

samedi 17 décembre 2011

CNAP, CNAP, CNAP !!

Applaudissons le Centre National des Arts Plastiques (CNAP) si nécessaire ! Depuis plus de deux siècles, cette vénérable institution tient le rôle autrefois dévolu pour l’essentiel au monarque : Celui de collectionneur achetant des œuvres d’art pour le compte de la Nation. Regroupant 90 000 œuvres et complété en moyenne par 500 nouvelles pièces par an, ce patrimoine est inaliénable comme toute propriété de l’Etat. Si plus de la moitié du stock est en dépôt dans des musées ou meuble les palais nationaux, le reste nécessite le prochain doublement des 6 000 m² d’entrepôts dédiés à sa conservation. On notera que cela est distinct et n’a rien à voir avec les acquisitions des Fonds régionaux d’art contemporain ou des musées et autre Centre Pompidou qui sont par ailleurs autonomes pour leurs achats (et leurs conneries…)

Le CNAP, donc, a eu l’ heureuse idée de présenter à Lille dans une exposition "collector" une sélection de 200 œuvres contemporaines acquises depuis vingt ans. Joie !

A n’en pas douter, ça valait un AR en TGV. Pensez-donc ! Une expo collector, substantifique moelle de 20 ans d’acquisition d’œuvres d’art par l’Etat ! Pour nous quoi ! Avec nos sous, d’accord, et raison de plus d’en profiter.

Avec quand même un fond de zest de soupçon de doute vu qu’il s’agit d’art comptant pour rien. Mais bon, de mon voyage d’étude de l’an dernier*** je n’avais pour l’essentiel retenu que des expos privées ou des investissements de collectivités territoriales dont le goût n’est pas toujours sûr… Là, c’est l’Etat qui décide et paie en direct : c’est du sérieux !

Je vous en rapporte donc quelques cartes postales :

Voilà la pièce maîtresse, le joyaux de l’expo retenu pour illustrer l’affiche. Pauvre bête… Elle commence à se miter… Elle est timide, se demande ce qu’elle fait là et ne sait plus où se fourrer. On la comprend… Car l’artiste fait bien les choses et n’a pas perdu la tête : C’est une œuvre réaliste et il a fallu faire un trou dans le parquet pour loger le cerveau, le bec, etc. Ça nous épargne au moins le regard fixe et cruel dont est coutumier ce genre de volatil. On rebouchera le trou après… On comprends mieux qu’aucun collectionneur privé n’ait surenchéri sur l’Etat français pour l’installer dans son salon…


La Joconde est dans l’escalier ! Mine de rien, cette œuvre dans laquelle l’artiste s’est totalement investi, illustre avec une exceptionnelle profondeur de sens les avancées de l’art contemporain : Désormais, Lisa Maria Gherardini n’est plus qu’une utilité des temps figuratifs encore réclamée par quelques japonais du troisième âge. On la supporte comme la concierge, bien obligé. Pendant qu’elle passe la serpillière dans l’escalier, on peut garnir les cimaises en faisant plaisir à la Réunion des Artistes Subventionnés ; Léonard, lui, n’a plus besoin de rien…

Restez assis ! J’ai trouvé ça magnifique : admirez ces lignes épurées ! Le potentiel d’exégèse du travail de l’artiste justifie cet achat en faveur de l’emploi : Ça fait du plan de charge pour les critiques d’art, les experts, les conservateurs, les commissaires d’expos, les historiens du design, les sociolo-bavasseurs et pisse-copies de la presse spécialisée. Ils ont là de quoi tirer à la ligne mille pages sur les relations et les copulations entre société de consommation, fatigue et besoin de s’asseoir du consommateur, son vieillissement, l’offre et la demande d’achats et de repos aux caisses de la grande distribution, etc. Sans oublier l’espérance de fauteuil roulant, horizon indépassable…

Surtout, attention avant de vous asseoir ! Non seulement on ne pose pas son cul sur la diversité en générale et la biodiversité en particulier, mais il importe de garder un minimum de distance pour contempler l’œuvre de l’artiste témoin de son temps : La nouvelle Arche de Noé ! Outre l’incarnation de Bisounours dans sa diversité en peluche, nous avons là toute la richesse du gender et de la polysexualité ! Les couples bibliquement classiques sont encore résiduellement présents mais tigres et lions se font la gueule. Les crocos triolisent, la panthère s’auto-satisfait et le gentil dauphin dominant honore la tortue… Enfoncé le LGBT ! Voici venu le temps du désordre salvateur et de l’Amour universel !


Merci au CNAP de nous avoir acheté ce magnifique symbole ! Je ne sais pas ce que ça veut dire "officiellement", mais ça saute aux yeux : Immeubles, habitat des acurabas dans les villes de grande solitude…

Home, sweet home = Frigo et congélateur !

La bannière étoilée dans tous ses états. L’artiste a merveilleusement su exprimer en une œuvre unique la fusion existentielle du surendettement souverain, des subprimes, de l’océan de dettes, de la Bush connection et de l’Obamania way of live… Mikado et tréteaux, il faudra ranger tout ça après l’expo.

Faut quand même un peu de figuratif pour instruire les enfants des écoles. Ou du moins pour permettre aux enseignants de prendre un peu l’air, bon prétexte pour sortir les apprenants de la garderie et les emmener promener… Les mômes aiment ça. Et puis David et la Vénus de Milo en version figurines moulées genre Tintin, Goldorak ou Lara Croft, ça parle mieux que la marbre aux graines d’acurabas. Par ailleurs, en réunissant les deux personnages de son œuvre, l’artiste a magnifiquement illustré la supériorité de la femme sur l’homme qui, aussi beau gosse soit il, n’a manifestement qu’un pois chiche dans l’occiput. Car de se voir ainsi admiré dans sa plastique de plastique, comment David peut-il ne pas se dire comme sa voisine : "- les bras m’en tombent…"


*** : Ici, et

jeudi 15 décembre 2011

Catéchisme élémentaire pour les nuls…

Pour changer un peu de registre…



Dans le ventre d’une mère, deux fœtus jumeaux et vieillissants discutent. L’un est croyant, l’autre non…



« Bébé-Athée : Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?
- Bébé-Croyant : Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement existe. Et nous sommes juste ici pour devenir forts et prêts pour ce qui nous attend après.
- B-A : Tout ça c'est insensé. Il n’y a rien après l’accouchement. Et tu peux t'imaginer toi, à quoi une telle vie pourrait ressembler ?
- B-C : Eh bien, je ne connais pas tous les détails. Mais là-bas il y aura beaucoup de lumière, peut-être même de joies. Et par exemple là-bas on va manger avec notre bouche…
- B-A : Mais c’est n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et c’est ça qui nous nourrit. Et de cette autre vie, il n’y a encore eu aucun revenant. La vie se termine tout simplement par l’accouchement.
- B-C : Non ! Je ne sais pas exactement à quoi va ressembler cette vie après l’accouchement mais dans tous les cas nous verrons notre maman et elle prendra soin de nous.
- B-A : Maman ? Tu crois en maman !? Et où est-elle ?
- B-C : Mais elle est partout ! Elle est autour de nous ! Grâce à elle nous vivons, et sans elle nous ne sommes rien. Elle veille sur nous à chaque instant.
- B-A : C’est absurde ! Tu l’as déjà vue toi ? Moi non plus ! C’est donc évident qu’elle n’existe pas. Et puis, si elle existait vraiment, pourquoi ne se manifeste-t-elle pas ?
- B-C : Eh bien, je ne suis pas d’accord. Car, parfois lorsque tout devient calme, on peut entendre quand elle chante... Sentir quand elle caresse notre monde... Je suis certain que notre Vraie vie ne commence qu'après l’accouchement.
- B-A : Moi je suis surtout convaincu qu'après l'accouchement il n'y a rien. Ton truc est tout simplement irrationnel. »