"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 2 décembre 2011

Paris sur scène…

Fêter l’entrée en chrétienté d’un neuvième fruit de ma lignée et, profitant de cette réunion plénière du clan, fêter l’annonce de l’arrivée prochaine d’une dixième version du produit, voilà qui justifiait que je "monte" à Paris en dépit de ma réticence habituelle à la chose. Sans recourir à l’eau baptismale plus que nécessaire, la fête fut fort convenablement arrosée et je ne vous en conterai rien.

Toutefois, figurez-vous que, chose exceptionnelle, j’ai profité de l’occasion pour traîner quelques jours en ces lieux où je limite habituellement mes passages à des week-ends très "chargés", voire à de simples traversées souterraines et essoufflées entre les gares de Lyon et de Montparnasse…

Bref, je vous ai ramené quelques cartes postales achetées au vol et légendées par le Persan débarquant en ambassade que je suis en quelque sorte à Paris :



CIRCUIT COURT…

Big Mother a le souci de la proximité. Elle va au devant de chacun
pour simplifier la tâche et faciliter la vie à tous ses petits

et aux acteurs des grandes filières économiques…


PARIS SUR CRISE :

Quelques observations épistolaires d’un mien ami Persan de passage hier sur "les Champs"…

On voit bien que le réchauffement climatique est une réalité. Les malheureux horticulteurs et pépiniéristes de ce pauvre pays en sont réduits à utiliser des tiges de fil de fer et des boules de Noël en plastoc pour tenter d’agrémenter des bassins remplis d’eaux usées croupissantes. La sécheresse doit être terrible dans les déserts en friche de la Beauce et de la Normandie…

En ces temps de rigueur, ça serre le cœur de voir ces tristes files d’attente d’acurabas étiolés aux cabas vides. Serrant frileusement leurs tickets de rationnement dans leurs mains livides, c’est dans l’espoir d’obtenir quelques pauvres hardes pour se protéger du froid qu’ils piétinent et avancent timidement sous les injonctions aux accents monomotapiens de vigiles impassibles…

En ces temps restriction, c’est plus triste encore de voir tous ces hommes désœuvrés, jeunes encore ou dans la force de l’âge, contraints d’attendre des heures aux portes de palais aux grilles de bronze et d’or. Peut-être obtiendront-ils ainsi au moins la toque ou la casaque de l’écurie d’un nabab dont j’écorche le nom (Abercombine et Fripe, je crois) Car il leur faut absolument porter la livrée aux armes d’icelui, puisque sans cela ils ne sont rien…

Mais en ces temps de chômage, tout n’est pas perdu : J’ai eu la vision fugace de deux héroïnes du XXI° siècle diplômées des meilleures madrasas de Pôlemploi se rendant vaillamment à un entretien d’embauche chez dame Nature…

Tout n’est pas perdu, disais-je, car en dépit de la misère sus-évoquée, grâce notamment aux actions pertinentes de Big Mother, il suffit de devenir Parisien pour se voir ouvrir en grand toutes les portes de l’Europe (ses portes et aussi ses placards, ses chambres à coucher, ses tiroirs et ses tirelires)

J’observe que beaucoup s’y emploient et je suis fier de voir qu’une compagnie de boutres volants du golfe persique en est le sponsor.

En revanche, je trouve curieux le choix du mannequin retenu pour illustrer cette réclame. Il ne correspond pas du tout à ce qui me semble être le segment de clientèle le plus intéressé et le plus recherché…


Mais bon, à chacun son second degré…

6 commentaires:

  1. Pour ceux qui n'ont pas encore compris que la France est un pays de cons, il suffit d'en
    observer attentivement la Capitale.
    Merci de l'avoir fait.

    RépondreSupprimer
  2. On a les mêmes dans toutes les grandes villes régionales.
    Ptet pas "le car-information et accueil" de la police quand même.
    Ca je dois dire que je ne l'ai jamais vu.
    Les cars-accueil pour les prostitués, oui (je mets volontairement le masculin pluriel, parce que… vous avez remarqué qu'il y a de plus en plus de mâles ?).
    Nous sommes tous des vendus qataris.

    RépondreSupprimer
  3. Non, Carine, nous n’avons pas toussa dans nos grandes villes de provinces. C’est sûr que le guichet ambulant pour "dépôt de plaintes" est une spécialité du Rond-Point des Champs Elysée converti en "marché de Noël" : la plus forte concentration au m² de touristes et pickpockets…
    Mais pas seulement… Le must c’est la contemplation des queues devant les nouvelles boutiques judicieusement inaugurées pour les fêtes : Devant Marks et Spencer, 1° boutique réouverte en France depuis dix ans, quasi exclusivement des plus de 50 ans bien classiques nostalgique du siècle précédent… Et le plus jouissif, c’est devant "Abercombie & Ficht" ! Le concept qui a lancé la marque, c’est le "snobisme par la rareté" : Ni franchises ni distributeurs ni e-commerce. Une seule boutique (puis deux) ! Jusque-là, servir d’homme (ou femme) sandwich à la marque montrait (en principe) qu’on avait fait ses courses à Londres ou à New York… Et voilà qu’ils ouvrent à Paris (un luxueux hôtel particulier des Champs, conforme au concept "très privé") Ce qui va tuer la poule : Il fallait voir les couples bobo friqués qui en sortaient, tout fiers de leurs achats, sans se rendre compte qu’au lieu de n’être rien, ils seront dorénavant pas grand chose. En effet, dorénavant le moindre ziva du Neuftrois qui fait dans le shit demi-gros va pouvoir s’offrir la fripe même pas contrefaite et ne s’en privera pas !

    RépondreSupprimer
  4. AbercRombie§ficht

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour la correction.
    Abercrombie & FiTch ^^

    RépondreSupprimer
  6. Fitch OK désolé

    RépondreSupprimer