"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 13 janvier 2012

Le stade suprême du socialisme…

Pensant à ceux d’entre vous qui n’ont que rarement le temps de parcourir les pages d’Atlantico.fr, j’éprouve l’envie d’intercaler ici quasi in-extenso le billet de Serge Federbusch publié mardi dernier :
____

Ne pouvant rien faire, François Hollande a le courage de ne rien dire. Saluons cet exemple de cohérence en politique ! (…)

Acceptant d'entrée les contraintes de l'Union européenne, François Hollande, s'il devait devenir président de la République, après une ou deux épisodes psychodramatiques avec madame Merkel tout au plus, rentrera dans le rang. Il l'a déjà dit : il ne pourra rien faire, les Français devront subir au minimum deux ou trois années de rigueur avant d'hypothétiques lendemains qui chantent à voix très basse. Du reste, ses promesses sur l'embauche de fonctionnaires ou la fusion CSG-impôt sur le revenu sont déjà abandonnées.

Dans ces conditions, il est fort logique qu'il n'ait rien à faire espérer ni même à formuler. Son intelligence, presque son génie, consiste à donner à son impuissance le nom d'honnêteté. Il ne prendra pas les Français par surprise : il ne les prendra pas du tout.

Et si François Hollande n'était au fond que l'incarnation de cet Etat humble que Michel Crozier appelait de ses voeux dans son essai : "Etat modeste-Etat moderne" en 1998 ? S'il était une sorte de Mario Monti et de Lucas Papademos ayant réussi à gagner des élections afin de rassurer les puissants du monde entier sur le caractère désormais inoffensif de cet exercice démocratique éculé ? L'immobilisme, stade suprême du socialisme ?

Il est vrai qu'après un hyper-président taxé d'agitation, un infra-président frappé de stupéfaction fait figure, en soi et pour soi, d'alternative. On nous promettait la fin de l'Histoire, se profile au moins celle de la politique. La mondialisation a-t-elle donné le dernier mot aux marchés financiers ? A observer le candidat socialiste, la réponse est oui. Puisque la démocratie occidentale est une machine à arbitrer entre les pouvoirs de nuisance, celui qui est censé détenir "le" pouvoir doit tendre à une neutralité telle qu'elle le rend transparent.

La méthode Hollandaise ayant fait ses preuves durant les "primaires citoyennes", ses pourfendeurs risquent d'être déçus du peu d'effet de leurs attaques. Culbuto a la vie dure. Comme il a réussi à éliminer Martine, Arnaud et les autres, il est en bonne voie pour se débarrasser de Nicolas, François bis et les autres. François Mitterrand restait dans l'ambiguïté, François Hollande restera dans le vide, son être confinant au néant, l'étatique à l'extatique. Un vrai président-philosophe !

Un gauchiste de mes amis me soutient qu'Hollandus Elyseis finira par paniquer quand le réel le rattrapera et que des émeutes réveilleront son quinquennat. Fidèle aux traditions social-démocrates, il fera tirer sur la foule. Il faut vraiment être un gauchiste pour penser des choses pareilles ! Je prétends au contraire qu'en offrant aux Français un vote qui équivaut à une abstention, il réconciliera ceux qui ont déserté les urnes avec la politique.

La France va mal, elle a besoin de morphine. La narcose collective porte un nom et elle a un visage, le faciès poupin d'un anesthésiste qui se penche sur la table d'opération sans qu'on sache où est passé le chirurgien. Et dire qu'on n'a même plus d'argent pour se faire assurer !

Serge Federbusch

5 commentaires:

  1. Ahah! pas mal, pas mal du tout. C'est bien vu.

    RépondreSupprimer
  2. Sergio Federbusch travaille pour Sarkozy,ou l'UMP puisque Atlantico est affiliée au grand parti de la France unie derrière son président aux 3 AAA disparus. Franchement, ce type pense réellement que son poulain vaut mieux qu'Hollande ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le comparatif entre le patron baigneur protecteur des pédalopèdistes de la piscine Molitor et le champion de l'auteur n'est pas l'objet du papier...
      Ne boudons pas notre plaisir...

      Supprimer