"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 14 février 2012

Cartographie des acteurs du changement…

Dans la salle d’attente de l’excellent Dr Dxdiag, experte en musulmanose diffuse proliférante, l’ami Nouratin s’interrogeait hier sur les motivations du comportement abscons des malades confrontés par chance au "nécessaire accueil" de cette forme si enrichissante de septicémie.
La réponse à votre questionnement, cher Nouratin, doit être nuancée ; elle diffère, me semble-t-il, selon les catégories de porteurs du germe. Tentons une ébauche de classification :

Je mets de côté sur l’étagère les penseurs divers et variés, tous ces clones et bâtards au petit pied des maîtres du soupçon, qui ont contribué ces dernières décennies à démolir les barrières immunitaires ; ils sont morts ou momifiés dans leur mandarinat. Occupons-nous des vivants.

Les acteurs :

1° D’abord, il y a la caste attalienne (pour faire simple) : la phinânce pour Hollande et Mélenchon, les élites mondialisées de Davos, Bilderberg etc., les milieux apatrides comme aurait dit De Gaulle, qui sont aux manettes derrière les pantins articulés de l’estrade. Pour eux, le job se résume à l’ardente obligation de faire tous les jours la culbute : aujourd’hui j’ai un, demain il faudra que je fasse deux, après demain quatre, et puis huit, donc dans un mois cinq cent trente-six millions huit-cent-soixante-dix mille neuf cents quelque chose… (refaite le calcul…) Ils ne sont pas cons et paient assez cher leurs prévisionnistes pour qu’ils se taisent. Ils savent donc depuis les premiers jours de la décadence que les "développés" ne savant plus ce qu’ils sont ni ce qu’ils veulent être et ne font donc plus d’enfants. Comme il leur faut toujours plus de producteurs toujours plus flexibles et beaucoup plus de consommateurs pour faire plus de fric, la seule solution est pour eux le "remplacement" démographique, c’est scientifique comme le socialisme du même nom. Nouvel avatar du communisme, avant-garde devant accélérer l’Histoire, la caste attalienne doit accélérer le remplacement par tous moyens : l’OMC, l’ouverture des frontières et l’égalité parfaite promue et célébrée entre des individus interchangeables, qu’ils soient Corréziens ou Sri-Lankais, hommes, femmes, transsexuels, nés d’un tube à essai ou cul de jatte, de préférence métis pour qu’il n’y ait pas d’histoire de revendications catégorielles ; tout ce qu’on veut pourvu qu’ils produisent et, surtout, consomment… Point barre.
Cette catégorie d’acteurs sait et c’est en toute conscience qu’elle agit dans son intérêt à (?) terme… Ceux-là finiront étouffés par leur propre sang ; mais c’est pas demain la veille et Dieu seul sait par qui ils seront remplacés…

2° Les pantins de l’estrade. C’est-à-dire nos "gouvernants" quels qu’ils soient. Ils n’ont aucun pouvoir, sinon dans les marges que veut bien leur laisser la caste attalienne, marges qui se résument aux questions de société et à quelques moulinets de bras droidelhommiens dont la caste n’a rien à foutre et laisse donc d’autant mieux pisser que ça favorise l’homogénéisation évoquée plus haut et ne lui coûte pas un rond….
Pour ces gouvernants, impuissants et réduits à se tordre les mains dans une stressante perplexité, le job se résume à un seul objectif : "Pourvu que ça dure" (au moins autant qu’eux…) avec quand même (ne soyons pas méchant) le souci de préserver les intérêts matériels (bestialement et exclusivement matériels à court terme, n’en demandons pas trop…) des populations dont ils ont la charge. Pratiquement, ça veut dire quoi ? Ça veut dire faire en sorte que demain soit comme aujourd’hui (pour après-demain on verra…) Mais pour qui ? Pour ceux qui sont ici maintenant, et plus précisément pour ceux qui contribuent le plus à la stabilité du Bronx (et votent le plus) aujourd’hui. Les politiques économiques de l’UE et singulièrement de l’Allemagne sont à cet égard exemplaires : Malheur aux jeunes ménages qui s’endettent pour leur premier trois pièces ou pour celui qui veut entreprendre ! Mais sécurité assurée pour les retraites des séniors et pour les rentiers de tous poils ! Comment faire ? Simple ! De la dette autant qu’il en faut et des immigrés accueillis à bras ouverts pour financer toussa ! Après on verra… Plus tard… De toute façon ce sera à d’autres de gérer cette merde. C’est d’ailleurs pour ça qu’on pousse en avant, qui les Nora Berra et autres Rachida, qui les Najat Belkacem et autre Harlem ; ils se démerderont, ils seront entre eux…
Cette catégorie d’acteurs sait mais considère que "c’est comme ça" et qu’elle n’y peut rien… Pour en être arrivé là où ils en sont, il n’y a rien à en espérer ; il faudra faire avec ou arriver à les remplacer (dur…)

Les figurants :

3° Les permanents du spectacle. En vrac : Femmes-tronc de la télé, Claire Chazal suceuse pommadeuse du mâle en déroute, Sophie Aram éructante mouilleuse de culotte jouissant de réinventer Hitler, hommes-tronc de foire, Ruquier de mes deux, Ardisson de je ne sais ; les experts en tout de France-cul… Et puis les pisseurs de papier par petites gorgées, mercenaires stipendiés de Libé-Demorand-Rothschild, du Nouvel Obs-Joffrin et des sanibroyeurs, de l’Express-Christophe Barbier-petit-ramasseur-de-balles-de-Roland-Garros- ayant-fait-une-poussée-de-croissance-cet-été, du Point-F.O.Gisbert- F.Pinault, du Figaro-Mougeotte-Hersant et j’en oublie un max… Enfin, ne les oublions pas, LE Béachelle et tous les mecs dont je ne retiens pas les noms qui postillonnent dans les micros qu’on leur tend en s’inquiétant surtout de savoir s’ils prennent bien la lumière et qui pourront toujours abréger en disant : "-Vous voyez ce que je veux dire", sachant que l’obséquieux de service n’osera jamais leur rétorquer "-Non, je ne vois pas"…
Tous ceux-là ne sont pas concernés par la question ; ils font le job qui leur garantit la porte blindée de leur appart à Neuilly. Il se trouve que ce job est de vendre la soupe de la mondialisation heureuse ouverte à tous les vents. Et bien soyons les meilleurs vendeurs ! Le mandarin pour acheter plus grand à Gordes, le jeune gratteur au fond du couloir pour montrer qu’il est bon et mérite son CDI…
Les plus vieux ont connu autre chose mais ne veulent pas le savoir ; l’important c’est la soupe. Les plus jeunes ont des circonstances atténuante : on les a nourri au vivrensemblisme-touspareilliste-repenti depuis le biberon. Et ce sont maintenant des lobotomisés de la deuxième génération. Ceux de la prochaine ont de la chance : eux auront bénéficié du genre et du Monomotapa au collège sans devoir attendre le CFJ, des vrais gosses de riches je vous dis, même ceux qui sortiront des accélérateurs de particules genre Sce-Po Descoings ! Ils seront donc encore plus performants…
Cette catégorie de figurant sait ou croit savoir mais ce n’est pas son problème… Si le vent tourne (on peut rêver) il n’y aura pas vraiment besoin de les rééduquer…

4° Les intermittents du spectacle. Il y a de tout là-dedans : le prof d’EMT à la retraite syndiqué SNES d’Education Sans Frontières, la grenouille de bénitier du CCFD, la chaisière du NPA, la tricoteuse qui se voudrait pétroleuse, le travailleur social détaché, le militant subventionnaire de Droit Au Logement, la chic fille du Restau du cœur, le militant Modem qui a des vapeurs, le syndicaliste professionnel en crédit d’heures, la faucheuse d’OGM au ventre saturé de progestérone de synthèse, la porte-parole à voile et à vapeur du collectif des trans employé(e)s des impôts… Et toute la piétaille des assocs’, oui les assocs’, le vivier de la démocratie fwançaise. Et les collectifs à sit-in ou à pétitions… Ouais, ils sont venus, ils sont tous là. Comme le chien de Pavlov, ils sont toujours dispos au premier coup de sonnette pour exprimer leur soutien, leur solidarité… Leurs aboiements sont nécessaires pour que les permanents cités plus haut puissent se rengorger dans leur vanité et leur illusion d’être des rebelles institutionnels ; ils sont aussi utiles pour fermer le caquet aux éventuels pantins de l’estrade qui pourraient avoir comme un doute. C’est l’adhésion active de ces figurants, de ces hallebardiers d’opéra qui valide la politique des pantins et les rassurent d’avoir fait le bon choix.
Ceux-là sont convaincus qu’ils savent. Rien de pire que cette espèce-là : Ne cherchez pas à les convaincre. Ils y croient et beaucoup sont trop honnêtes pour réfléchir. Ils vous tueraient comme si vous étiez des cafards malfaisants si vous osez leur dire qu’il fait jour à midi…

Les spectateurs-supporters :

5° Les intermittents de la lumpenjet-set. Ceux qui rêvent d’être de la caste attalienne et la singent en en ramassant avidement les miettes sous la table. Ce sont souvent des boboïdes parisianistes, des friqués sans souci de fin de mois qui font du patin à roulette le vendredi soir after work, s’encanaillent en achetant un loft à Belleville, dînent chinetoque, se pacsent avec une Marocaine (le must tendance) et prennent un week-end en RTT à Essaouira dans un Riad sécurisé. Ils trouvent que l’ouverture aux autres c’est fun et que les tajines c’est moins ringard que le pot-au-feu. Rien de plus légitime puisque, comme le disait Marcel Gauchet, la vie privée est dorénavant le seul horizon spontané des gens…
Ceux-là croient savoir. Ce sont eux qui ont le plus gagné au remplacement de la morale par le légal : ça les exonère de leurs vices et la loi a toujours profité aux bourgeois. De toute façon, le paraître étant pour eux plus fort que l’être, leur niveau de connerie est directement fonction du sens du vent…

6° Et puis il y a les indignés intermittents de base. Je ne parle pas des "indignés" médiatiques, ça c’est nouveau et vient de sortir mais c’est déjà fané. Non, je parle de tous les braves acurabas qui suivent les infos à la télé ou ne suivent rien du tout sinon dans l’Equipe. L’exemple type, c’est la mère de famille bien-de-chez-nous qui va tous les jours chercher son môme à la sortie de l’école. Et puis un jour elle se fait accoster par une espèce de harpie échevelée qui n’est pas du quartier et vient lui fourrer un tract dans la main en lui racontant la nouvelle : Le petit Mamadou, là, le petit tout frisé, tout gentil, oui celui qui tape un peu trop sur ses petits camarades mais c’est pas grave et bien normal, il exprime sa souffrance de ne pas parler français. Et bien le petit Mamadou est sans papiers et doit être expulsé. Vous vous rendez compte ! Du coup, la brave dame compatit, essuie une larme, s’indigne ; elle se souvient vaguement d’avoir distraitement entendu le sermon du curé sur l’accueil de l’étranger ; elle signe la pétition, elle donne des sous pour le petit et elle va suivre la harpie pour manifester devant la sous-préfecture…
Ceux-là ne savent pas. Leur connerie résulte assez directement du remplacement de la sensibilité par la sensiblerie et de la réflexion par l’émotion. On a du mal à leur en vouloir, placés qu’ils sont pour leur bien sous perfusion H24 des cocktails de chimio distillés par les permanents du spectacle. Ils ne seraient pas trop difficile à rééduquer, mais à condition de changer le disque… Dur…

7 commentaires:

  1. "Ils y croient et beaucoup sont trop honnêtes pour réfléchir. Ils vous tueraient comme si vous étiez des cafards malfaisants si vous osez leur dire qu’il fait jour à midi…"

    Je suis tombé sur ce genre de funeste personnage il y a peu.
    Avec plusieurs amis nous voulions monter un journal pour la fac. Dociles, nous allons demander des subventions. Lors de l'entretien, l'une d'elle avait lu notre journal. Avidement. Sans le lire évidemment, juste pour y trouver de quoi nous rentrer dans le lard (pardon, dans le muscle.)
    Nous avions écrit une phrase latine qui disait "La sodomie est le meilleur moyen de contraception."
    Horreur.
    Heures les plus sombres de notre histoire.
    Pogrom et camps de déconcentration !

    "Mais dites moi ca ne serait pas un peu homophobe cette phrase ?"

    Personne ne lui a rétorqué que selon cet angle on pourrait aussi considérer la nature comme homophobe. Elle vivait dans un monde incréé, où tout est de la main de l'homme. La nature ? De l'idéologie qui ne dit pas son nom !

    Je doute que nous ayons une quelconque subvention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A moi qui fut nul en latin et étranger à cette discipline après la 5°, j'aimerais bien avoir la phrase en latin... (ça peut servir dans un billet...) Merci

      Supprimer
  2. Alors là, merci! Je n'en attendais pas tant.
    Magistrale analyse qui mériterait une large
    publication...bon, d'accord.
    En attendant ça répond admirablement et de la
    manière la plus exhaustive qui soit, à la
    question. Evidemment, ça n'incite pas à l'optimisme...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  3. Épatant !
    Juste une remarque au sujet des derniers de la liste :
    Très important le coup de la pétition. Qui refuserait de signer pour la non expulsion d'un gosse croisé à la sortie de l'école ? On dit oui pour ça et puis... on est "ficelé".
    C'est une technique de manipulation connue dans la vente : il suffit de faire accepter à quelqu'un quelque chose qu'il peut difficilement refuser, puis d'attendre : les gens adaptent presque toujours leur comportement en fonction du comportement qu'ils ont eu auparavant, quand bien même on leur aurait un peu "forcé la main".

    RépondreSupprimer
  4. Les points de suspension dans le titre sont largement justifiés à la lecture de de l'article...
    Le découragement me guette quand je vois le niveau de désinformation dont on est les victimes (presque) impuissantes. Voir à cet effet "le journal des résistants du 13 février (autopsie d'un reportage).
    Comment des analyses différentes pourraient-elles être audibles alors que la propagande est présente partout?
    Avoir raison ( car c'est évident l'avenir nous donnera raison)avant tout le monde, ne me console même pas...

    RépondreSupprimer
  5. "La sodomie est le meilleur moyen de contraception."

    Fabuleux !!!!

    RépondreSupprimer