"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 2 mars 2012

Amandine a trente ans mais sans plus…

Elle a soufflé ses trente bougies la semaine dernière. Bon anniversaire Amandine !

Amandine ? Ça ne vous dit rien ? Nous, les vieux chnoks, on se souvient vaguement du faire-part de sa naissance dans les journaux et à la télé. Ne fut-elle pas le premier bébé-éprouvette né chez nous Apgar 10/10 ?
La télé s’est servie du rappel nostalgique de sa venue parmi nous pour introduire un documentaire retraçant trente ans de progrès et de lutte pour la procréation médicalement assistée, de rupture entre sexualité et parentalité. Joie !

Ouais… Je lui souhaite aujourd’hui d’être mère ou de l’être bientôt ; mais suite à des parties de jambes en l’air vécues autrement que sur une table gynéco sous l’excitant savoir-faire de l’instrument d’un opérateur ganté et masqué aux attentions toutes professionnelles. Je ne saurais en dire plus ici…

Car elle doit se sentir un peu has been par les temps qui courent… Après tout, en dépit des aléas techniques de sa conception, elle a eu une maman qui était sa maman et un papa qui était son papa… Elle a une parenté et n’a pas besoin de torturer le français pour se définir une parentalité. Trop simple… De nos jours, la technique ne s’embarrasse plus de ces aspects surannés. Comme l’écrivait sur Rue89 je ne sais quelle connasse : "Si la technique peut, c’est que la nature peut et donc la loi peut" (raisonnement imparable, non ?)

En la matière, les plus récentes avancées désormais parfaitement opérationnelles permettent de répondre à lettre lue aux désirs et exigences perso des 0,001% (je suis bon) de la population encore injustement brimée. C’est ainsi qu’on peut aisément extraire le noyau de l’ovule d’une femme A, virer le noyau de l’ovule d’une femme B pour le remplacer par celui de la femme A, faire féconder la dite ovule AB par le spermatozoïde d’un sieur C (dont on ne sait pas encore remplacer le noyau par celui d’un sieur D, je m’en excuse) puis injecter le zygote obtenu dans l’utérus d’une femme E, généralement une mercenaire anonyme permettant au(x) commanditaire(s) d’obtenir le produit recherché sans se farcir (sic) neuf mois de grossesse… Il ne reste plus qu’à livrer la marchandise au couple F & G en attente d’enfant… F et G pouvant être du même sexe, ou trans, ou seul, ou trois ou… Pourquoi les priverait-on de ce désir légitime ? Ce serait injuste, discriminatoire, une atteinte insupportable aux droitdlhoms

Bref, Amandine doit se trouver un peu paumée au milieu de toussa. Heureusement pour elle, elle est fâme comme dirait Marchenoir. Ce qui lui ouvre de grandes perspectives.

Car pour que les potes d’Efâ Chôli et de la maman de Térébenthine lui foutent un peu la paix, notre futur Président va forcément leur consentir des os à ronger qui ne mangent pas de pain pour ce qui est de faire payer les riches et de sauver l’euro. Le programme de ces dames est clair et Efâ Chôli en a précisé les mesures phares : Ministère du droit des femmes pour faire respecter l’égalité des sexes par tous moyens. Réouverture et multiplication des centres d’IVG et suppression de ce qui reste de la clause de conscience des médecins. Enfin, invalidation d’office des candidatures aux élections ne respectant pas la parité… Amandine a de la chance…

Oui et non. Car elle s’appelle Amandine. A-t-on idée… En dépit de son statut de fâme, ses origines trop banales et son suffixe éprouvette ne lui accordent aucun statut de minorité opprimée…

Qu’est-ce qui me fait dire ça ? Simplement que la couleur de peau d’Amandine et son prénom charmant quoique laïc sont par nature entachés de soupçons et le resteront quoi qu’elle fasse. D’ailleurs, elle a sûrement dû lire Tintin dans son enfance ; on n’est jamais assez attentif à ce qu’on laisse entre les mains des enfants…

Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) a trouvé décevantes et ambiguës les convictions antiracistes du PDG des éditions Casterman qui refuse d'ajouter à Tintin au Congo une préface précisant le contexte d’origine de la célèbre bande dessinée. Le CRAN maintient donc sa demande judiciaire d’interdiction de l’ouvrage ou, au moins, l’imposition d’un bandeau d’avertissement.

Il est curieux qu’Efâ Chôli n’ait pas pour sa part demandé l’interdiction de l’ensemble de l’œuvre d’Hergé, aussi honteusement dépourvue de la moindre trace de parité avec une marchandisation de la fâme subsidiairement illustrée par la seule catastrophique Castafiore et quelques bonniches en figuration…

J’attends ça avec impatience. Cela relancerait assurément la campagne de notre norvégienne nationale… Tiens ! Je vais lui donner un argument :


Non seulement cet insupportable jeune garçon est un affreux raciste, mais un macho content de lui :
Ne voyez-vous pas que ses porteurs sont manifestement de pauvres gamines ?
(oups ! j'avais commencé par écrire gonzesses !)

6 commentaires:

  1. Finalement, qu'est-ce qui nous reste?
    Tintin au Congo et le saucisson!
    Défendons pied à pied ces positions, une fois
    que nous les aurons laissées à l'ennemi nous serons vraiment foutus.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  2. SOUTIEN A MAURICE BOISART

    J'ai signé. Plutôt deux fois qu'une !
    Il faut soutenir l'Institut pour la Justice.
    Je rêve d'un pays où ce ne sont pas les petites frappes qui ont toujours raison contre les citoyens et leurs représentants locaux (les autres sont inatteignables et de toute façon, ils s'en foutent).

    RépondreSupprimer
  3. Tellement d'accord avec vous !!!
    Jouer aux apprentis sorciers au nom de...de quoi déjà ? ne fait pas progresser l'humanité. Si l'intelligence humaine est capable de prouesses incroyables , sans une morale solide qui la borne, elle est un danger que l'on ne mesure pas toujours.
    Quant à Tintin...je me fais du souci pour l'ensemble de l'oeuvre d'Hergé. Ce Tintin, raciste, sexiste et bien trop blanc n'a pas, dans le contexte actuel, un avenir très rose...
    Conservez soigneusement les albums en votre possession, ils risquent de devenir précieux...

    RépondreSupprimer
  4. Faites attention à vous, cher Plouc, le taulier qui est l'époux de la gouacheuse, n'aime que l'on utilise les dessins de Tintin sans lui demander sa permission donc des sous.

    Quant à Tintin, son compte est bon,digne enfant d'un rexiste.

    RépondreSupprimer
  5. "Si la technique peut, c’est que la nature peut et donc la loi peut"

    Putain là...
    Scotché !

    A.g.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef08/03/2012 15:27

      nouveau proverbe du post modernisme "femme veut , technique peut , loi ordonne"
      bien tourné , non ?

      Supprimer