"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 7 mars 2012

L’essentiel est toujours et encore dans l’affiche…

L’affiche politique, je veux dire l’affiche partisane, qu’elle soit électorale ou thématique revendicative, qu’elle émane d’un parti ou d’un groupe de pression de la société civile, l’affiche politique donc, nous en dit toujours beaucoup plus que la lecture au premier degré du message concocté dans les cuisines des communiquants pour toucher la cible visée (en général le QI de l’acuraba moyen)

Avant de poursuivre la lecture de ce billet et pour vous mettre dans le contexte, vous pourrez aller lire (ou relire pour mes plus vieux visiteurs pas encore lassés) successivement mes deux premiers papiers sur le thème en juin puis juillet 2010.

C’est fait ? Bon. Venons-en à aujourd’hui et observons les extraordinaires progrès réalisés depuis la mise en valeur de la chute de reins d’Halina Wawzyniak :

En fervents soutiens de Hollande, les guignols de l’ADMD à qui je souhaite de tous mourir dans la dignité, vont faire un buzz avec leur campagne d’affiche relayée par toute la presse esbaudie. C’est toujours ça qui ne sera pas comptabilisé dans les comptes de campagne du capitaine de pédalo. Cette compagne est exemplaire des plus récentes évolutions de notre modèle sociétal :
On remarquera tout d’abord que pour intéresser la "cible" (vous et moi) à une grande cause nationale, la seule façon de la convaincre est de lui montrer que ça pourrait bien lui arriver personnellement et concrètement. Non pas forcément à lui personnellement, bien sûr, tant egobody se pense éternel (et puis on ne sait pas trop s’il serait d’accord…) En revanche, en lui rappelant visuellement que ça pourrait arriver à ses proches, on lui met sous le nez qu’il va au-devant d’emmerdements perso si ça traîne et qu’on se demande pourquoi on le priverait d’abréger cette contrainte d’entretenir un grabataire à la maison ou à l’hosto.
Pour être efficace, il ne faut évidemment pas mettre en scène des guignols judicieusement choisis sur les press-books des agences de mannequins. Il faut illustrer ça par des visages connus qui parlent. Donc piochés parmi les préférés des Français ? Simone Veil ? Yannick Noah ? Djamel de Bouse ? Non ! Anne Sinclair non plus. DSK bouffé par le sida ? Ségolène Royal par une hyperplasie cérébrale ? Non ! D’ailleurs, en matière de respect du droit à l’image, il y en a de plus égaux que d’autres…

Alors évidemment, on revient à la vieille bonne formule du bolchévique avec le couteau ensanglanté entre les dents. Mais en version soft ; nous sommes en Bisounoursland. Bonne occase de stigmatiser les méchants. Evidemment la méchante-méchante structurelle et le méchant-méchant conjoncturel. Mais aussi le méchant qui-ne-veut-pas-mais-qui-finira-bien-par-se-laisser-faire-et-dont-on-aimerait-avoir-quelques-électeurs-au-final…

On observera que le pré-cadavre le plus avancé, c’est Marine, c’est la seule à avoir le faciès de la fin. Côté couleur et lumière d’ambiance, c’est l’affiche la plus sinistre… Les deux mecs s’en sortent mieux. Celui qui semble en meilleur état apparent c’est Sarko même si l’image est la plus sombre : Encore une certaine tonicité et une présence, on dirait que le mec ne souffre pas physiquement, on doit encore pouvoir le mobiliser comme disent les soignants. Celui-là, il faudra le finir, il ne partira pas tout seul… En revanche, Bayrou semble plus flagada et s’abandonner à d’amers pensées. Pourtant il n’a encore perdu ni ses muscles ni sa graisse...

Bref, voilà comment les Mengele stagiaires et nettoyeurs de tranchées de l’ADMD voient la sélection des souffrants en phase terminale. Vu les mecs ? Dès que, todos sentimos humanos conservados comme disait Antonio Machado, vous en serez à trois jours à vous vider par tous les bouts avec un petit défaut de rythme cardiaque, méfiez-vous des seringues qui passent…

D’autre part, comme il n’est pas question pour l’ADMD et le PS de promouvoir la limitation de l’âge des vieux pour redresser les comptes de la Sécu et des caisses de retraite ni, bien sûr, de favoriser l’euthanazie des adversaires politiques, mais de rendre un dernier service dans la dignité, je ne comprends pas le choix des mannequins.

Pour "toucher" affectivement, émotionnellement, efficacement l’ensemble de l’électorat, d’un bord comme de l’autre, n’aurait-il pas fallu nous montrer dans un lit médicalisé encombré de tuyaux et monitoring, un François Hollande tant aimé, décharné et cadavérique nous regardant droit dans les yeux en nous suppliant :

"- Je vous en prie, achevez-moi ! "

" Ne laissez pas lui voler son ultime liberté ! "

5 commentaires:

  1. Sinon, on pourrait aussi représenter
    Hollandouille grimaçant, à genoux, sodomisé
    par un grand noir.
    Pour faire la promo du mariage homosexuel,
    ce serait chouette, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je passe parce que c'est vous. C'est une maison respectable et bien tenue, ici...

      Supprimer
    2. Le slogan est tellement facilement adaptable...

      Mon Dieu, vous m'avez donné une idée terriblement sale : il faut la faire, cette affiche !

      Supprimer
  2. kobus van cleef08/03/2012 15:39

    mais elle est très bien marine sur l'affiche
    un peu pâlotte , peut être
    on a envie de s'assoir sur la fauteuil visiteur et lui tenir un peu la main , un peu de conversation
    "tu vois , ils ont rien pigé , ces nullards, mais le coup d'après , ce sera bon , on va leur ouvrir les yeux , les oreilles , la comprenette "
    et puis si elle a un tensiomètre et un oxymètre de pouls c'est qu'on espère encore quelque chose pour elle , pas vrai ?
    pour le reste en plus de hanchois grollande miltant pour le mariage gay , on pourrait avoir éfa choly pour le trans-sexualisme , genre affiche la figurant en pédé cuir , casquette nazie , bénouze en skaï moule bite , accalifourchonnée sur un gros cube et déclarant "laissez ma personnalité rejoindre ma vraie identité"
    ça aurait un effet boeuf pour la reconnaissance des fleurs bleues dans les corps de brutes et des hommes virils dans les enveloppes de midinettes
    (en pratique , on sait que ces gonziers sont , en général , de pauvres malades qui ont trouvé ce moyen pour faire chier leur entourage)

    RépondreSupprimer
  3. kobus van cleef08/03/2012 19:50

    rectifions "qui n'ont trouvé que ce moyen pour faire chier un max leur entourage"
    car les transsex sont quand même de très grands malades
    d'ailleurs ils n'expriment qu'un malaise
    si tel est le cas quel besoin d'une chirurgie lourde ?
    de traitements hormonaux éprouvants? d'un accompagnement psychiatrique disproportionné?
    avouez quand même que ça relève plus du phénomène de foire que de la réintégration dans la normalité....
    mais je l'imagine assez bien dans ce rôle , la dame verte

    RépondreSupprimer