"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 22 mars 2013

Tabaqui cherche l’odeur…



Tabaqui, le chacal mendiant n’existe que par Shere Khan, le tigre boiteux sans lequel il n’est rien. Il en est le larbin obséquieux, le flatte, devance ses désirs, lui suggère des proies. Car il ne se nourrit que des restes de bas morceaux négligés par son maître et se pourlèche  à l’idée de tels festins à sa mesure
Peut-être vous souvenez-vous. C’est dans Le livre de la jungle de Kipling.

Par nature, le chacal se nourrit de charognes et de petites bestioles faciles à attraper. Il a horreur du risque et va au plus facile. De plus, avec sa dégaine un peu fluette de canidé au museau de renard, on le confond aisément avec un chien quand on le croise dans la rue. Et des Tabaqui, la cour en est pleine. Les caniveaux de Paris, notamment…
Le Tabaqui parisien (mais pas seulement) renifle donc le cul des chiens et des chiennes, c’est dans sa nature canine, on ne se refait pas. Mais pas de n’importe quel clébard ! Faut pas déconner quand-même !
Non, le Tabaqui se tient prudemment à distance respectueuse des molosses genre Fofana, des vieux clebs pontifiants genre P. Bergé, etc. Et ne va pas se frotter aux loups. Tabaqui renifle les culs des caniches, des cockers, des chiens-chiens de bonne famille. Ce qu’il cherche dans les arrière-trains de ses présumés semblables, ce sont les soupçons d’effluves nauséabondes qui trahissent le berger allemand ou le rottweiler cachant ses mâchoires de grand fauve sous les dehors rassurants d’un chien d’aveugle ou d’un chihuahua…     

J’en ai croisé un tout à l’heure. Il s’appelle Samuel Laurent. Il a 28 ans et c’est un geek passionné par internet, les jeux vidéo, la science-fiction, les mangas et autres sous-cultures ; et un touitteur compulsif. Surtout, son Shere Khan à lui c’est le mainstream politiquement correct en général et Le Monde en particulier puisqu’il y est journaliste…

Il a bien travaillé et rabattu pour son maître des proies que celui-ci apprécie, particulièrement en ce moment 

Le Monde point éffère a dont mis en ligne ce jeudi après-midi le remarquable et indispensable travail réalisé par notre Samuel. Qu’il en soit remercié.

Ça s’intitule :"Derrière la grande illusion de la manif pour tous". C’est découpé en chapitres "Des associations fantômes" – "La religion très présente" – "Des sites récents et souvent anonymes" (avec un tas de coquilles vides)… Avec des tartines qui suggèrent le complot d’esstrêmdrouate ourdi en vrac par Alain de Benoist et la communauté de l’Emmanuel, l’auteure d’une biographie de Jérôme Lejeune (rendez-vous compte !) et un musulman "aperçu à une réunion du FN", Robert Ménard et l’évêché de Toulon, une palanquée de grenouilles de bénitier et de candidats divers droite ayant fait flop aux dernières législatives… Le tout avec des graphiques et des camemberts en couleur. Les seuls références données en renvoi sont logées chez Mediapart ou Rue 89.

En menant son enquête d'investigation derrière son clavier, qu’est-ce qu’il a dû frétiller de la queue, le Samuel ! Il faut quand-même faire défiler douze pages-écrans pour tout lire… On attend qu’il nous fasse une belle étude sur la densité d’Act-Up et compagnie. N'y comptez pas trop.

Bref, la vérité est sortie du puits sans fond. Vous avez le scoop : La coquille est vide mais pleine de dangers qui font peur.

Le 13 janvier ce n’était qu’un hologramme…


Si vous avez du temps à perdre ou voulez à la rigueur relever les noms des copains, c’est .

7 commentaires:

  1. Je vais juste râler sur une chose : la SF et les jeux vidéos, sous-culture ?! Grrr ! Quand je pense à tous les jeux pourvus d'excellents scénarios qui ont, avec la littérature classique, contribué à nourrir mon imagination mais aussi ma réflexion, tout en ne brisant pas mon lien au réel...

    Pour le reste, hélas, les gens essaient par tous les moyens de débiner de manière assez malhonête les anti mariage gay.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Grr" : Vous pardonnerez bien la méconnaissance de la chose par un vieux schnock des riches heures de Jules Verne et des illustrés de cow-boys et indiens...

      Supprimer
  2. J'ai cessé de lire dès la première page ! J'admire votre patience !

    RépondreSupprimer
  3. Le chacal étant le fétiche des zouaves, vous me voyez marri par votre métaphore. J'eusse préféré, et de loin, la hyène, beaucoup plus expressive, et surtout beaucoup plus ressemblante.
    Pour le reste, c'est parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais sans doute pensé à la hyène pour parler d'Aymeric Caron par exemple. S'agissant d'un laborieux pisse-copie dont j'ignorais tout, l'image de Tabaqui m'est venue à l'esprit. J'ignorais que le chacal était la mascotte des zouaves ; on en apprend à tous les âges...

      Supprimer
  4. Hymne des Zouaves :
    "Pan pan l"Arbi
    Les Chacals sont par ici..."

    RépondreSupprimer
  5. Le plus intéressant, ce sont les commentaires outrés des lecteurs du monde qui disent "bon, d'habitude le journal est tandancieux, mais là, vous dépassez les bornes des limites !"

    RépondreSupprimer