"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 8 mai 2013

Après la Suède, tout le monde descend…



Je m’affiche, m’impose et me fout que ça te gêne.
Mais ça me gêne quand tu me regardes…

J’ai tout de suite pensé à Anders Behring Breivik. Allez savoir pourquoi… Et puis, manque de pot, c’est un Norvégien. Mais bon ; pour moi, toussa la haut c’est pareil…

De quoi je cause ? De la Suède. Sans doute après la Belgique (hormis l’Afghanistan qui ne joue pas dans la même cour) est-ce le pays auquel j’ai consacré le plus de billets. C’est en effet, avec le non-pays qu’est la Belgique, un des laboratoires les plus performants où, dans l’éternel présent sans souci d’avenir, s’expérimentent sur vaste échelle les dernières techniques d’amélioration de l’espèce humaine humanoïde.  

- La Suède, donc, nous avait déjà apporté beaucoup. Plus encore que de la considération envieuse de leurs voisins et amis, les parents de Pop bénéficient désormais de l’assistance attentive et empressée des services sociaux comme des media impatients de tirer à la ligne façon conte de fée sur la façon dont leur fils enfant grandit en âge et en sagesse...
- Cette chère Lotta  a su nous faire partager les immenses progrès dans la maîtrise de l’altérité qui se concrétisent dans la douceur pastel de son lebensborn
- Enfin, ne l’oublions pas, la Suède nourrit en son sein - la chanceuse – le Vänsterpartiet ! Lequel, n’en doutons pas, conduit la Suède vers l’horizon radieux d’un éternel futur, avant-garde guidant l’humanité sur la voie de son Salut…

En passant de la pré-maternelle[nouvelle appellation en attente] à la Terminale (la bien nommée), le programme vient de franchir une nouvelle étape considérable avec une aisance de gazelle. Comparativement, les transpirations réformatrices de Vincent Peillon font penser aux efforts déployés par un quadriplégique pour tenter sans succès d’enjamber une taupinière…
Le gymnase d’un lycée de Stockholm vient en effet d’inaugurer le premier vestiaire neutre destiné aux élèves transsexuels ou ne se définissant ni garçons ni filles
Il a suffi que trois élèves se battent (sans s’abîmer ni le bec ni les ongles) pour l’obtenir. Porte-paroles de l’association LGBT, queer, etc. de l’établissement, ces trois jeunes gens personnes ont exposé leur revendication au Conseil des élèves ; lequel a voté une résolution en ce sens et la direction s’est exécutée sans moufter. Pour ne pas m’avancer trop, je dirai juste que l’un(e) des trois jeunes a un prénom à consonance féminine et les deux autres masculines… Ils voulaient "un vestiaire 100% gender pour les étudiants ne souhaitant pas s’identifier en tant que mâle ou femelle ou se sentant mal à l’aise avec les stéréotypes".
Ce troisième vestiaire dans le gymnase du lycée Södra Latin a donc été inauguré lundi avec un pictogramme multi-sexe encore inédit collé sur la porte…

Ceci-dit, depuis lundi, ce local collectif aménagé à grands frais n’a rien d’un vestiaire d’équipe ; ni de rugby, ni de biches basketteuses, ni de… je sais pas. Il prouve en tout cas que la minorité ci-devant stigmatisée  est bien une minorité vu la file d’attente… Car il faut prendre son tour un(e) à la fois : Les homos mâles version stylistes de haute-couture ne se sentent pas vraiment entre eux pour changer de slip devant leurs homologues version biker son of anarchy… Quant aux si gentils transsexuels, ils-?-elles ne se sentent pas à l’aise pour enlever le haut de concert avec des lesbiennes au look de camionneurs…

Bref, nous bénéficions-là d’une manifestation fulgurante des progrès réalisés dans le domaine du respect de la différence, de l’indifférenciation des sexes et des comportements. La preuve absolue que c’est bien la fusion dans le même, quoi qu’en disent quelques rares grincheux réacs, qui est tant désirée, tant attendue, tant espérée par tous dans le rêve métissé d’un éternel futur !

Des ventres libérés remercions la Science,
Gloire au gender parfait au sperme sans semence…


3 commentaires:

  1. J'avais repéré cette "avancée sociétale" et j'ai voulu en faire un petit billet un court instant. J'y ai renoncé : à quoi bon...
    J'ai bien fait puisque vous vous êtes mis à cette tâche pour un résultat réjouissant. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. je me ferais bien petite souris pour aller voir l'ambiance qu'il règnera dans ce vestiaire, jardin d Eden des Temps Nouveaux où tout le monde sera pareil. C'est beau.

    RépondreSupprimer
  3. pourquoi ne pas décider une bonne fois pour toute de couper tout ce qui dépasse chez les uns et les autres?
    ah la connerie ne dépasse pas ...merde!
    j'ai souvent pense que le nucléaire ferait crever la planète et la connerie de genre va le faire en moins longtemps !
    amitiés

    RépondreSupprimer