"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 23 mai 2013

Reprenons le cours des choses…



Ouais, c’est vachement important, vous savez.

- Au terme de plusieurs mois de négociations avec les intéressés, l’indispensable Marisol Touraine, sinistre de la Santé, a signé un décret publié hier matin au Journal officiel. Entrant en vigueur dès aujourd'hui, il vise à instaurer la transparence entre les industriels et les professionnels de santé pour mettre un terme aux conflits d'intérêts entre médecins et laboratoire pharmaceutiques. C’est cool…
Désormais, qu’il s’agisse de repas, congrès, voyages, d’autres invitations, de déplacements, rémunérations touchées à divers titres ou de la remise d’un livre, tous les avantages d'une valeur supérieure ou égale à 10 euros octroyés par les industries pharmaceutiques ou cosmétiques à un professionnel de santé devront être déclarés et rendus publics.
Non seulement l'Agence nationale de sécurité du médicament pourra les contrôler, mais tous ces avantages supérieurs à 10 €, donc éminemment suspects, seront regroupés sur un site internet public.
Et notre sinistre des cartes Vitale et de l’AME réunis a insisté avec gourmandise en rappelant "qu’en cas de fausse déclaration, les amendes pourront aller jusqu'à 45 000 euros"…

C’est vrai qu’il faudra bien financer le surcroît d’effectifs et de moyens nécessaires pour l’Agence et le développement du site… On causera une autre fois du lobbying des grands groupes étrangers de la pharma’ auprès des élus et des cabinets ministériels. Le Gouvernement tient le cap : il "conduite sa com’ les réformes"… D’ailleurs, vous voyez, il n’y a pas que les élus du peuple qui devront enlever le slip…   

- La Cour des comptes vient de pondre un rapport exprimant carrément, certes avec des mots choisis, que le Gouvernement a tout faux en matière de projet de recrutement pour l’Education Nationale ou ce qui en tient lieu. On attendait avec impatience la réaction de Peillon Vincent. On l’a eu hier au Sénat :
Sur les effectifs, la Cour se trompe car le Gouvernement actuel conduit les réformes… Sans dire un mot sur l’organisation des ressources humaines du Mammouth, Dieu le Fils le prouve. La preuve que la Cour se trompe, c’est que son rapport ne porte que sur la gestion des enseignants par le gouvernement précédent. Et surtout, surtout : Les embauches vont permettre d'assurer "la continuité du service public"…

Ah ! La continuité du Service Public ! Le changement dans la continuité ! Forcément c’est maintenant ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire