"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 7 juin 2013

Le théâtre ordurier des bien-pensants…



Fait divers de castagne entre tarés qui se ressemblent et se la jouent. Plus la faute à pas de chance… Pourquoi Delanoë a-t-il fait planter ce poteau à la con justement là sur ce trottoir ? Et le principe de précaution, bordel ! Quelle bonne occase pour déglutir un communiqué outragé ! Un de plus ! Bergé pond sa merde, Valls en fait des tartines, NKM y va de son bouquet de fleur et Hidalgo mouille sa culotte en dépit de sa ménopause… On n’instrumentalise pas, on s’indigne, nuance ; padamalgam… On n’en espérait pas tant ! C’est vrai, quoi : Malik Oussékine ça commençait à faire réchauffé ; c’est bon de temps en temps de renouveler le stock. Clément est mort, bêtement dans la fleur de l’âge. C’est con mais de quoi se plaindrait-il ? Il est désormais un héros, un martyr, on va donner son nom à une impasse… Au lieu d’aller pointer à Pôle Emploi ou de finir sa vie comme attaché de 1° classe dans un quelconque ministère des droits indéfinis… Au moins, il "sert"…      

Qu’en dire de plus ? Juste ça :

Obscurité

"…
J'ouvre la fenêtre mais la nuit pue la mort et la haine. Une haine créée et entretenue par un système dont on peut percevoir le ricanement au travers du souffle aiguë du vent. Un rire entêtant et macabre qui se réjouit de nouvelles jeunes vies brisées sur l'autel d'une guérilla qui ne sert au final que les intérêts des conseils d'administration et des dynasties bancaires. Et toutes les bonnes âmes, excitées par l'odeur du sang, de sonner l'hallali, d'exiger des têtes, des procès, des « mises en pièces »... Il est bien loin leur sourcilleux refus des « amalgames », leur digne et précautionneux respect de la « présomption d'innocence » et leur goût si prononcé pour les « circonstances atténuantes »... Ca crache, ça postillonne, ça vomit! Le cadavre encore tiède ne les intéresse qu'à mesure qu'il sert leurs vils intérêts et permet d'entretenir la sourde guerre civile chargée de les débarrasser des quelques cœurs encore rebelles qui refusent la soumission et l'avilissement.
Alors que tant de jeunes français sont morts, dans l'indifférence et le silence absolus, poignardés pour une cigarette, tabassés à mort, lynchés, poussés au suicide, la république prétendument égalitaire s'épanche dans une belle union braillarde et outragée pour instrumentaliser le tragique décès de l'un de ses petits soldats, manipulé comme tant d'autres. D'ailleurs, l'hommage dithyrambique et unanime rendu par tous les corps constitués, les institutions et les médias, à la victime ouvrira peut-être les yeux de certains jeunes égarés dans le même camp qu'elle, car il semble difficile, après cela, de continuer à se prétendre et se croire les ennemis jurés et redoutés de l'Etat et du système.

La moiteur de la nuit devient étrangement glaciale, les frissons se mêlent à la transpiration. Ce soir, les salauds ont encore marqué des points et leur joug écrase un peu plus l'horizon..."

A moy que chault ! 6 juin 2013


6 commentaires:

  1. Je prends volontiers le pari sur l impasse à son nom sous 2 ans ; tiens peut-être même l année prochaine, le 6 juin 2014, pour " ne pas oublier ".
    Les cons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef07/06/2013 12:46

      pourquoi se contenter de si peu ?
      panthéon , d'emblée !
      avec stéphane faisselle !

      Supprimer
  2. La photo résume tout : une bitte et une poubelle

    RépondreSupprimer
  3. Et personne n'ira voir d'un peu plus près ce qu'est cette "vente privée" de frusques à la mode "j'te frappe si tu ne penses pas comme moi", dans un appartement privé.
    Vente apparemment surveillée par des vigiles, quand même, puisqu'il paraît qu'il leur oont dit d'aller se castagner ailleurs.
    Et ces frusques, elles sont fabriquées par des clandos au-delà du périphétique ?

    Cette "vente privée" ressemble fort à un piège, en plus.
    Il était inéluctable que les "frères ennemis" se rencontrent (se rencontrassent, je sais).
    Et au vu de la douceur angélique des "antifas", il était normal que le sang coulât:

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/06/les-veilleurs-de-montpellier-inébranlables.html

    Ah les braves petits gars innocents et candides, étudiants "modèles", qui s'énervent devant les veilleurs et les traitent de fascistes et de nazis ! (F comme fascistes et N comme nazis", les cons ! padamalgam, qu'ils disent ^^);
    Papa et maman savent que fiston va déconner contre les veilleurs au lieu de préparer sa prochaine fiche de lecture pour sa conf' de méthode ?

    RépondreSupprimer
  4. Ouais, tout ça en dit long sur le niveau à sciences pipeau.

    RépondreSupprimer
  5. Le répugnant visage de la gôche dégouline de partout !

    RépondreSupprimer