"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 16 août 2013

Intermède en terrasse









                                   

Que mon
Flacon
Me semble bon
Sans lui
L’ennui
Me fuit,
Me suit,
Je sens
Mes sens
Mourants
Pesants,
Quand je le tiens,
Dieux ! Que je suis bien ;
Que son aspect est agréable !
Que je fais cas de ses divins présents !
Que coule ce nectar si doux, si délectable,
Qui rend tous les esprits, tous les cœurs satisfaits.
Cher objet de mes vœux, tu fais toute ma gloire,
Tant que mon cœur vivra, de tes charmants bienfaits
Il saura conserver la fidèle mémoire.
Ma muse à te louer, se consacre à jamais,
Tantôt dans un caveau, tantôt sous une treille
Répéter cent fois cette aimable chanson :
Règne sans fin, ma charmante bouteille ;
Règne sans cesse, mon cher flacon.

Poème trouvé dans "L’Almanach Catholique de la Suisse française" - année 1889 -

1 commentaire:

  1. Les catholiques Suisses du 19e siècle étaient de bons vivants... Qui l'eut cru ?

    RépondreSupprimer