"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 7 août 2013

Les mômes servent à tout en général…



et aux enfumeurs entrepreneurs de panique morale en particulier…

Petit chouchou hyper sponsorisé par Benetton qui adore les campagnes publicitaires provoc’, le tartiste cubain Erik Ravelo fait se pâmer toutes les clientes friquées des boutiques Benetton de New-York à Tokyo avec ses installations en pelotes de laine à la gloire du Kâma-Sûtra. Mais on s’en fout.
Ce cher Erik ne pouvait évidemment pas en rester là. Soucieux de satisfaire son bailleur de fonds qui n’a d’autre souci commercial que de paraître citoyen militant, il fallait qu’il contribue par sa créativité à la lutte contre l’exploitation des enfants qui sont intouchables comme chacun sait… Il a donc commis une série de sept visuels particulièrement innovants. Souvent au second degré, voir au troisième mais toujours avec de gros sabots bien explicites, chaque visuel illustre un des risques majeurs, systémique, présent à chaque coin de rue que courent les enfants. Il n’y en a pas d’autres. Passons-les en revue :

On y voit quoi ?
- Une image de petites asiatiques s’abrutissant de nuit sur des machines à coudre ou de garçonnets trimant dans des mines ? Vous n’y pensez pas !  
- Des gamins Africains de douze ans avec des kalasch’ plus lourdes qu’eux, enrôlés comme tueurs par des chefs de guerre bien gras ? On allez-vous chercher ça ?
- Des fillettes pré-pubères de l’Arabie profonde dans le lit de leurs maris sexagénaires, contents d’eux et qui les répudieront le lendemain en se référant à la sourate x ou y ? Mais taisez-vous !
- Une paire d’homos amerloques confondant droit à l’adoption et achat de jouet sexuel ? Insupportable amalgame !

Bien sûr que non ! Les sept plaies de l’enfance, les seules à éradiquer, sont illustrées comme suit :

- Un touriste occidental et une petite fille de type asiatique. Pas besoin de vous faire un dessin.
- Un soldat Syrien (de l’armée régulière, des fois que vous auriez des doutes) avec une fillette en costume local. Bon, rien ne dit s’il va la violer ou la passer au gaz moutarde, on vous laisse choisir…
- Un “chirurgien”, toujours de type occidental, un scalpel dans la main droite, avec un garçonnet qui a une ligne de pointillés dessinée sur l’abdomen. La glacière à prélèvements étant à gauche de l’image…
- Un genre gangster maniaque des armes à feu, toujours de type occidental, avec une fillette de type amérloque “caucasienne” lambda. Allez savoir pourquoi…
- Un travailleur de l’industrie nucléaire avec un petit garçon au look suffisamment leucémique pour qu’on l’imagine irradié…
- Ronald, le clown emblématique de Mc Do, avec un petit garçon obèse manifestement victime de la malbouffe que le clown l’invite à ingurgiter…
- Enfin, ne l’oublions pas, le môme destiné à être atrocement torturé, défoncé, démembré, toussa ; sacrifié en holocauste à la pédophilie dont on sait d’où elle vient et de nulle part ailleurs…

Cette dernière, n’en doutons pas, sera la plus diffusée, la plus relayée, la plus représentative des dangers que courent tous les enfants de par le monde. Cette dernière, donc, je ne l’accrocherai pas aux cimaises de mon salon. Parce qu’elle va de soi tant elle est aujourd’hui banale. 
Vous irez la voir .

En définitive, Erik Ravelo a bien travaillé. C’est un vrai tartiste subventionnable et subventionné à honorer, à arroser, à décorer et à piedestaliser (génuflexion essvépé) En effet, il sait copier-coller servilement et sans invention la doxa de l’indignation institutionnelle, mieux encore que les plus laborieux peintres figuratifs de l’ère stalinienne :
Avec courage, bravant tous les risques pour sa carrière et sa vie, il sait nous montrer où sont les seuls et vrais dangers pour les enfants des hommes : Ce sont les blancs occidentaux et, surtout, surtout, les catholiques en général et leur clergé en particulier…
     
    
Ah oui ! Il a aussi oublié celle-là :

5 commentaires:

  1. Excellent billet même. Même si je me permets d'utiliser, pour voir, la photo que tu ne mettras pas dans ton salon

    RépondreSupprimer
  2. Merci de dénoncer ce scandale. Chez Benetton c'est hélas coutumier.

    Je boycotte Benetton depuis longtemps, après une campagne de pub, immonde, je n'achète plus rien chez eux!

    RépondreSupprimer
  3. Heureusement que le virus dont parle Paul-Emic va nous débarrasser définitivement des blancs.
    Pouakkk...

    Et j'ajouterai Benetton dans mon cul de basse fosse.
    Il y sera en excellente compagnie, avec le maire de truc la chose, celui qui dénonce Kristian au monde entier... sans savoir que c'était de la fausse alerte.

    RépondreSupprimer