"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 24 octobre 2013

Sarah, bourgeonnement d'une femelle...



Ses parents l’avaient appelée Solène et elle avait horreur de ce prénom.

Ils n’ont jamais compris pourquoi. C’était un couple de leucodermes autochtones tout à fait très comme il faut. Lui était encore jeune prof’ de SVT quand il a rencontré sa compagne venue faire son stage d’élève-professeur de français moderne dans le même collège à Maubeuge. Ils avaient très vite cohabité et fini par se pacser après son deuxième mois d’aménorrhée. Revenus par ancienneté à Paris dont ils étaient originaires, ils avaient la chance d’habiter un appartement coquet du parc immobilier de la Mutuelle des Educateurs, rue du Tibet-libre dans le 20°. Ils échappaient ainsi à la contrainte d’habiter un pavillon en placo’ à rembourser sur trente ans au milieu des Dupont-la-joie aux terminus des RER…
Bien que fidèle et hétéro, donc désespérément désuet, ce couple d’enseignants sans histoire et syndiqué avait toujours milité au comité Toi qui viens, sois notre chance et "fait" toutes les grèves et les manifs’ de la Bastille à la Nation. Lui ne manquait aucune réunion spontanée des collectifs d’indignation et elle donnait des cours de soutien individuels aux Enfants de la nouvelle Euro-Méditerranée. Soucieux de donner la meilleure éducation à leur fille unique, ils suivaient attentivement sa scolarité et lui faisaient partager autour de la table familiale leurs soucis pour l’avènement de la sociale avec une confondante bisounourserie.        
Comment pouvait-il leur être arrivé une chose pareille ?

La gamine était bonne en classe mais avait un caractère rebelle qui commença à s'affirmer avec l’adolescence. Il ne s’agissait pas pour elle, comme souvent, de prendre le contre-pied systématique de ses parents. Bien au contraire. Elle les trouvait trop mous du genou dans leurs convictions, avec une volonté d’aller plus loin encore, dans l’action sans faire aucune concession.
Après ses années de fillette tranquille à l’école Jacques Prévert, on l’inscrivit au collège Nelson Mandela de la rue Missak Manouchian. Pour situer, c’était le lendemain de son entrée en cinquième que le prof principal avait infligé à sa classe une minute de silence à la mémoire de Paul Gerbé décédé la veille. C’est donc à Delenda Nelson, comme maugréait dans sa barbe le vieux Principal revenu de tout, qu’elle commença à suivre une bande d'allumées. Des petites hystériques aux hormones non régulées qui passaient leur temps à mettre le bronx en classe et à susciter des débuts de grèves en cour de récréation. Le tout en postillonnant des slogans auprès desquels les harangues éructées quinze ans plus tôt par l’ancien ministre Mélenchon seraient passées pour des homélies du Pape Benoît XVI.
C’est au cours de cette période qu’elle imposa aux profs de l’appeler Sarah ; prénom qu’elle s’était choisie elle-même. Elle déniait à quiconque le droit de l’appeler Solène, prénom dont l’usage trahissait "une volonté petite-bourgeoise de maintenir l'insupportable chape de plomb de la soumission aux règles écrasant ma liberté…"
Une fois en seconde au Lycée Stéphane Hessel, elle sollicita son admission au sein du mouvement semi-clandestin des GAF. Lorsqu’elle apprit qu’elle était cooptée, elle pensa que c’était le plus beau jour de sa vie.

Les GAF, les "Gouines Antifa" comme leur nom l’indique, menaient des actions courageuses et risquées indispensables pour l’avenir de l’espèce : Vandaliser les dernières églises encore ouvertes, taguer les bâtiments municipaux, racketter et tabasser à dix contre un ceux qui n’affichaient pas de conscience sociale, etc. Et cela en bénéficiant  de la passivité débonnaire de flics dépêchés sur place pour assurer leur protection contre d’éventuelles agressions par des bandes de nervis obscurantistes. Eventualités toujours virtuelles, les seuls étant venus une fois les importuner ayant été une brochette de traîne-savates plus foncés qu’obscures à la recherche de jeunes toubabes avides, c’est bien connu, de frétillements clitoridiens et plus si affinité.  Ils ont été déçus.      

Solène Sarah passa ainsi ses trois années de lycéenne dans l’action, non sans rouler subsidiairement des pelles à des palanquées de connasses.
C’est en arrivant en fac que les choses commencèrent à se gâter.

Les GAF n’imposaient plus leur loi. Elles n’étaient plus là que la moins musclée des multiples composantes des forces de progrès. Quant à l’Uneffable-Idée officielle, elle n’avait pas plus de poids et de volonté que François Hollande, un éphémère polichinelle dont elle se souvenait que ses parents parlaient encore parfois à table quand elle était toute petite. Désormais, pour agir, elle qui n’avait jamais négocié devait composer avec les diverses sensibilités du collectif "unitaire" auquel elle avait évidemment adhéré…
( à suivre...)

3 commentaires:

  1. kobus van cleef24/10/2013 13:35

    j'y suis
    le flinguage de scheumen lui a été imposé comme rite initiatique
    à l'issue de la révolvérisation, elle pourra grimper dans l'organigramme de l'organisation ( de simple porteur-e de tablier à , par exemple ,chevalier porte glaive ou chevalière porte couilles ou sous sous sous sous maîtresse....)
    bien......les jeunes révolté-e-s voire arrivistes de cette farine sont apprécié-e-s en haulieu ( comme il existe un haut mal ) , pas pour exercer des responsabilitées, mais comme chair à canon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'écrivez pas la suite, c'est pas la peine...

      Supprimer
    2. kobus van cleef24/10/2013 17:36

      mais j'ai pas l'intention d'écrire la suite
      c'est votre chez vous , je me garde bien d'être si discourtois
      je ne fait qu'émettre des hypothèses
      et repréciser certains trucs
      tiens ,comment la flicaille de base s'est elle démerdée avec nos fruits d'afwique qui quémandait une 'tite allocation pour se purger de l'horrible vision du mort tout frais ? sur le mode "et kès qu'on voit pas de nos jours dans not' pauv' fwance msieur l'agent"
      difficile pour l'enquéteur de les envoyer chier...quoique , il y a trois décennies un bref "estimez vous heureuses de pas avoir morflé une bastos perdue" aurait suffit mais en 34...

      Supprimer