"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 25 novembre 2013

Le pouvoir socialiste et les milices privées…



Je viens de finir de lire le dernier roman de John Le Carré juste après le déjà ancien "Katiba" de Jean-Christophe Rufin. Manifestement, comme l’était Gérard de Villiers, les auteurs qui, à un titre ou un autre, sont très proches des sources du réel, accordent depuis les guerres d’Irak une place de plus en plus grande dans leurs scénarios aux sociétés de sécurité privée. Et ce n’est pas pour rien. De plus en plus, corsetés dans leurs législations droidelommiènnes, les Etats sous-traitent non seulement la protection mais aussi le renseignement et les opérations borderline dévolues aux forces spéciales à des boîtes privées aux finalités purement commerciales… ou non. Qu’elles revêtent parfois la houppelande du Père Noël sous le vocable "ONG" ne change rien à l’affaire…

Contrairement à ce qu’un vain bisounours pense, la Ripoublik Fwançaise use - et dorénavant abuse - du recours à ce genre de sous-traitants qui s’en mettent plein les poches. Et non pas pour compenser les réductions budgétaires drastiques imposées à ses forces armées et à sa police, mais pour fliquer ses propres citoyens sur le territoire national !
Notre ami Koltchak nous en donne un bon aperçu ici. Une fois le renseignement transmis aux autorités (morales ou non), les milices antifa "traiteront" l’objectif avec une célérité expéditive dont est incapable la police entravée par le boulet judiciaire de l’état de droitCébien.

Ouais. Reste à payer les salaires de tous ces braves gens qui contribuent à notre sécurité. Bien sûr, il y a la méthode qui consiste à se faire facturer des études bidon ou de signer des conventions de coopération comme avec la LICRA, missionnée pour surveiller internet ou proposer des actions de sensibilisation des policiers (). Mais ça ne va pas chercher loin…

Le must, vous vous en doutez, ce sont les subventions !

Regardez le budget de SOS Ouacisme (celui de 2009, dernier publié…) :

·         65 % de ses ressources proviennent de subventions publiques :

- 80 000 € du Ministère de l’Éducation nationale  
- 40 600 € du Ministère de la Jeunesse et des sports 
- 40 000 € de la Mairie de Paris
- 35 000 € du Conseil régional Ile De France
- 30 000 € du Conseil Développement de la vie associative (CDVA) :
 Ce bidule créé par décret a pour mission 1°- De proposer les priorités au ministre dans l’attribution aux associations de subventions destinées : - à titre principal au financement d’actions de formation tournées vers la conduite du projet associatif, au bénéfice des bénévoles responsables ou adhérents ; accessoirement de réaliser des études ou expérimentations. 2°- D’instruire les demandes de subvention présentées
Et enfin :
- 348 000 € du FASILD et de l’ACSE !
Le Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Discriminations (FASILD) est un établissement qui finance des opérations en faveur de l'intégration des immigrés et de populations considérées comme telles dans la population française.
L'Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des chances (ACSÉ), créé par une loi de 2006, remplace le FACILD (qui existe toujours) pour toutes les actions  de ce dernier qui ne sont pas liées à des actions de participation à l'accueil des populations immigrées

On pourrait y ajouter "16.934 € de "Rire contre le racisme" Il s’agit certes du reversement de recette d’un évènement annuel "sans but lucratif" organisé conjointement par SOS Truc et l’UEJF, mais dont tous les sketchs ont été ensuite diffusés par France4 - et donc facturés à cette chaîne… publique.

·         20 % proviennent ensuite de subventions sur fonds privés :
- Pierre Bergé et sa fondation : 100 000 €
- La Fondation Ford : 72 724 €
Organisation philanthropique américaine parfaitement en ligne avec le programme d’affaiblissement culturel mené par les ambassades US par la promotion des jeunesses immigrées en Europe.

·         15 % seulement des ressources proviennent de l’activité :
- 66 649 € de "Dons divers"
- 40 170 € des "Dîners des parrains" (recettes soutirées au boboïdisme people lors de dîners de gala)
- 10 450 € de… ventes de tableaux (?)
Et, ne les oublions pas…
- 18 669 € de cotisations des adhérents soit… 2 % du budget…

Voyons maintenant les dépenses :

- 144 489 € de Matériel et fournitures (bureaux, informatique, site internet, etc.
-   77 796 € de facture téléphones portables et box internet  
-   60 290 € de frais de déplacement
-   33 930 € de frais de séminaire
-   10 000 € de frais de Recherche et Développement  (LOL) et…
-     1 608 € de contraventions au code de la route (abus de bien social caractérisé)

Soit 36 % des "recettes". Les quelques 575 000 € de différence ne doivent guère représenter que le cumul annuel des salaires brut des permanents de la firme…

Bien évidemment, ce budget n’inclut pas les délégations régionales…

Je ne sais plus quelle est la date de libération fiscale. Mais quoi qu’il en soit, pour l’année 2009, vous avez cessé d’apporter votre contribution quotidienne à SOS Ouacisme le 25 août… Soyez remerciés pour ce geste d’adhésion au Pacte Républicain et pour votre participation à la vigilance citoyenne…

1 commentaire:

  1. Merci
    redoutablement intéressant ainsi que le lien de l'amiral K*
    à conserver dans les fichiers tout proches
    je pense que cliniquement cette extrême ou Ultra ( nouveau terme apparu avec l'affaire Méric et du tireur de photo Graphe ) gauche est délirante et mérite des soins appropriés

    RépondreSupprimer