"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 6 novembre 2013

Oraison funèbre pour deux fachos inconnus



J’en ai fini à la Toussaint avec ce pari à la con d’écrire un feuilleton. Mais je n’ai pas retrouvé pour autant le goût de suivre les actualités. Avec leurs lots de bêtises, d’incompétence et de suffisance gouvernementale, d’émotionnel bisounoursien à arrière-pensées carriéristes et de bricolages puérils, elles sont toujours aussi déprimantes et donnent plus envie d’aller cacher dans un trou sa honte d’être Français que de s’essayer à faire un billet. Que faire ? S’essayer à écrire une grande fresque genre l’Iliade et l’Odyssée sur le retour en bateau via Lampedusa et le quai d’Orsay de Léonarda, vierge et martyr partie en avion ? Ou risquer un billet d’humour noir obscure et inacceptable sur la juteuse économie de rançons réalisée - au dernier tarif - grâce au meurtre de deux journalistes de la radio de service pudique (2 fois 5 millions d’euros…) ?

Ben non. Tiens ! J’ai tellement le goût à rien que j’ai omis pour la première fois cette année d’apporter des chrysanthèmes à Madame Plouc pour fleurir son appart’ au cimetière. Notez qu’elle s’en fout. J’ai assez souvent oublié de rentrer avec des fleurs de son vivant que je sais qu’elle a l’habitude… Mais je me devrais pour elle de tenir mon rang et ma réputation de poor lonesome widower a dû en prendre un coup dans le village…

Puisque je parle de morts, plutôt que des deux salariés de RFI qui ont reçus suffisamment d’éloges funèbres sans que j’en rajoute, je vous invite à avoir une pensée pour Manos et Giorgos, deux "nazis™" inconnus dont la vie s’est arrêtée sans que ça chagrine quiconque.

Je me contenterai pour ça de relayer ci-dessous un récent papier de A moy que chault :          
___

"A Athènes, deux jeunes hommes sont morts du fait de leurs idées.
Voilà qui, j'espère, ravira tous les nobles esprits et les rebelles « nuancés » qui n'ont eu de cesse que de dégueuler sur le mouvement au sein duquel ces jeunes gens militaient et qui, jusqu'à preuve du contraire, s'est surtout distingué par ses distributions de nourriture à la population, sa solidarité de terrain, une opposition concrète à l'immigration clandestine (plus virile, il est vrai, qu'un brillant billet contre la mondialisation dans un magazine sur papier glacé) et sa présence physique face aux antifas dans la rue. Les mêmes qui ne passent pas à une seule journée sans dénoncer la désinformation, la stigmatisation et la diabolisation qui règnent dans notre doux hexagone soumis à la « dictature socialiste », n'ont pas hésité à relayer, sans plus d'informations que celles des médias officiels, les pires crapuleries (néo-nazis, satanistes, psychopathes...) courant sur l'Aube Dorée, pour surtout s'en distinguer (Nous : Fins et subtils réactionnaires. Eux : Gros bourrins nazis). Parce que ça puait le peuple, les prolos, les cheveux courts, la vraie misère sociale et la violence inhérente au chaos ambiant... Assez loin il est vrai d'un brunch parisien pour débattre des avantages comparés d'Alain Finkielkraut et de Renaud Camus...
Avec leurs excès et, peut-être, leurs erreurs, Manos et Giorgos étaient des révolutionnaires. Ils ont été abattus à l'arme automatique devant le local de leur mouvement. Drame qui ne risque pas d'arriver à la sortie d'un colloque du Cercle Péguy ou d'un dîner des Joyeux droitards contre l'impôt socialiste méchant, mais qui permet aussi de distinguer qui est vraiment anti-système et identifié comme tel par celui-ci."

14 commentaires:

  1. vous êtes l'un des rares (sinon le seul...) a vous rappeler d'eux, merci...

    RépondreSupprimer
  2. Robert Marchenoir07/11/2013 21:11

    Oui, enfin les gens d'Aube dorée sont vraiment des nazis. Pas simplement parce qu'ils sont à droite ou à l'extrême-droite. Parce que leur chef est effectivement un nazi revendiqué. Certes, cette revendication date d'avant la création d'Aube dorée, mais enfin c'est toujours le même bonhomme. Qui était proche du régime des colonels.

    Aube dorée déclare vraiment que les Juifs sont à l'origine des maux du monde. Aube dorée cite vraiment les Protocoles à la chambre des députés comme un livre de référence.

    Je rappelle que les nazis ont déjà exterminé la quasi-totalité des Juifs de Grèce.

    RépondreSupprimer
  3. Robert Marchenoir07/11/2013 21:29

    D'autre part, ce culte stupide et malsain de la virilité en politique, dont A moy que chaut se fait le porte-parole, et qui est en réalité le culte de la violence, est typique du fascisme et du nazisme.

    Si le socialiste d'extrême-droite, adolescent prolongé et déboussolé, qui tient ce blog, tient tant à se démarquer du nazisme, il pourrait peut-être commencer par ne pas mesurer la justesse du combat politique à l'implication des militants dans des bagarres de rue.

    Le Hamas aussi se livre à des distributions de nourriture. Les Frères musulmans aussi tiennent lieu de "services sociaux". Cela ne les empêche pas d'être des mouvements totalitaires, violents et oppresseurs, composés de voyous et de bandits.

    Le fléau de l'immigration de masse est tel, en Grèce, qu'un mouvement politique avait un boulevard pour s'y opposer, sans se compromettre dans l'antisémitisme virulent et abruti qui est le leur, ni la violence et peut-être même le meurtre (dont ils sont officiellement accusés).

    La Grèce a subi le joug islamique pendant des siècles. Les Grecs sont parfaitement conscients des risques de l'islam, contrairement à de nombreux Occidentaux. Il était facile de jouer là-dessus.

    Aube dorée a gaspillé cette chance. Ils ont joué les fachos (qu'ils sont vraiment), oubliant que le système politique grec est lui aussi assez facho, la démocratie étant très récente dans ce pays, contrairement au mythe antique complaisamment étalé dans les médias.

    Ils ont donc été décapités par un gouvernement qui n'a pas hésité à utiliser contre eux des méthodes à la légalité douteuse, les mêmes qu'ils emploient contre les immigrés.

    Tout comme le Front national de Jean-Marie le Pen, Aube dorée porte une lourde responsabilité historique face au peuple qu'elle prétend représenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que souscrire à votre commentaire en me plaçant sur l’étagère des "grands principes"…
      J’en retiens comme pointe : "sans se compromettre dans l'antisémitisme virulent et abruti qui est le leur, ni la violence"
      Ce sont les deux questions essentielles : La violence ? Elle viendra (reviendra) de toutes façons, c’est anthologique… Qui fera quoi ? Avec qui ?
      L’antisémitisme ? Le "fait hébreu" ne se "normalisera" que lorsqu’on voudra bien finir par donner à la Shoa une date de péremption…

      Supprimer
  4. Robert Marchenoir08/11/2013 00:32

    Mon premier commentaire a disparu. J'y expliquais qu'Aube dorée est un authentique mouvement nazi, son fondateur se réclamant explicitement du nazisme à une époque où il n'était pas aussi connu qu'aujourd'hui.

    D'autre part, j'aimerais bien savoir ce que vous entendez par "donner à la Shoah une date de péremption". La Shoah est un événement historique. L'histoire n'a pas de "date de péremption". Seuls les tyrans cherchent à effacer de l'histoire les événements qui ne cadrent pas avec l'idéologie qu'ils cherchent à imposer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que l’Histoire EST comme il fait jour à midi. Chercher à la tordre d’une façon ou d’une autre est toujours le symptôme avant-coureur d’une volonté d’imposer un ordre tyrannique totalitaire. Et l’hystérie mémorielle à géométrie variable en vigueur aujourd’hui est en mode dégradé un signe toujours présent de cette volonté. Hier encore pour célébrer 14-18…
      Je vous accorde volontiers que ma phrase était trop elliptique et provocatrice. La Shoah EST. Point. Sachons-le et tirons-en les enseignements. Ce qui devrait avoir une date de péremption, ce n’est évidemment pas le fait historique, c’est le rôle théâtral orienté qu’on lui fait jouer aujourd’hui jusqu’à la nausée. C’est devenu un totem et tabou insupportable qui bloque et interdit comme blasphématoire toute réflexion, toute analyse ic et nunc sur les enjeux d’aujourd’hui pour demain, aussi bien sur la place et le rôle de la communauté juive que sur un tas d’autres domaines comme les formes de gouvernement, le communautarisme, le relativisme culturel, la repentance systémique, la légitimité du droit de se défendre, de conserver sa propre identité, etc. La Shoah est un fait historique. Point. La Vie ne s’est pas arrêtée à Auschwitz.

      Supprimer
    2. le sieur "Marchénoir" va finir par nous expliquer qu'il est petit fils de déporté, fils de déporté et déporté lui-même... pour nous convaincre de l'absolue vérité de la choua. Pour Aube Dorée, nos Kamarades grecs sont eux bien conscient de QUI sont les responsables de l'immigration/invasion en Europe et combattent le Mal a la racine, de plus je lui ferai une prédiction, Aube Dorée prendra le pouvoir, comme nous en France...

      Supprimer
  5. Robert Marchenoir09/11/2013 00:07

    Plouc : nous sommes d'accord.

    Jaguar : je ne suis pas juif, mais vous, vous êtes un bel abruti antisémite. Et encore un de ces mégalomanes ridicules, grands guerriers anonymes derrière leurs claviers, qui disent "nous" au lieu de dire "je". Pour votre information, Aube Dorée n'a aucune chance de prendre le pouvoir en Grèce. Aube dorée est un résidu du régime des colonels, et les Grecs en ont soupé, de la dictature, figurez-vous. Ils ont connu la botte ottomane, ils ont connu la botte nazie, ils ont connu leurs propres dictatures militaires locales, leur guerre civile... Figurez-vous qu'ils ont envie de vivre libres, prospères et en paix, comme tout le monde, et qu'ils ne se sentent pas spécialement représentés par des voyous néo-nazis.

    Depuis l'effondrement du régime soviétique, ils n'ont plus la menace communiste à leurs portes, non plus, ce qui change complètement l'équation.

    RépondreSupprimer
  6. "Marchénoir", le style prétentieux que vous utilisez pour essayer de faire passer votre message est révélateur pareil pour votre mépris affiché pour les nationalistes grecs mais la ou le bât blesse c'est que pour n'avoir jamais mis les pieds en Grèce vous ignorez completement la réalité locale... cela hélas ne vous empeche pas d'ergoter vos conneries de pilier de bar antifa pour essayer de vous donner un peu d'importance... Les faits sont têtus, vous le verrez dans un proche avenir..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1° Jaguar : Re-j’attends de voir et merci d’en rester là.
      2° Marchenoir : Merci de ne pas en rajouter encore une couche ; on a compris.
      3° Je mets sur off pour les éventuelles suites de cet "échange" qui n’apportent aucune valeur ajoutée à l’épitaphe de A moy’… Si ça doit vous vous aider à bander, allez "sur le pré" plutôt que sur le clavier.

      Supprimer
    2. Antauro Humalla11/11/2013 05:01

      ATHENES (NOVOpress) – Alors que les médias s’emballent systématiquement pour le moindre militant d’extrême gauche dont l’un des ongles est incarné, ils passent sous silence l’assassinat abject dont ont été victimes des militants du mouvement nationaliste grec Aube dorée il y une dizaine de jours. Ou pire, salissent leur mémoire. C’est ce qui a poussé le père de Giorgos Fountoulis, l’un des militants assassinés, à rétablir la vérité lors d’un entretien. Extraits.



      Giorgos Fountoulis, militant d’Aube dorée assassiné, n’était pas le diable
      « Je suis fier de mon enfant, je suis fier de ses idées ». « Mon fils était un enfant aimant, un garçon avec un cœur d’or, qui n’a jamais de mal à personne, pas même à une fourmi. Il espérait en quelque chose de mieux. Il était dégoûté par tout le système politique, et il a éprouvé au sein de notre famille toutes ces choses qu’ils nous ont infligées, avec leurs décisions, leurs réductions de salaires, les réductions de tout, leurs impôts, toutes les difficultés que nous connaissons pour pouvoir acheter des médicaments et des soins, il était déçu. Oui, je suis d’accord : il est allé à l’Aube dorée dans l’espoir de quelque chose de mieux. »

      Mais surtout pour Lampros Fountoulis, « Giorgos n’était pas un fasciste. Je sais qu’ils essayent de le présenter comme un fasciste. Je sais quel genre d’enfant j’ai élevé, et [lors des funérailles], avec ces milliers de personnes qui se tenaient à nos côtés et nous ont honorés sur le chemin pour l’accompagner dignement à sa dernière demeure, j’ai été touché. Je pensais que j’étais le seul qui connaissait mon garçon aussi bien, mais toutes ces personnes doivent l’avoir bien connu pour lui rendre un tel hommage. »

      Enfin, revenant sur l’assassinat de son fils : « Non, il n’a pas été ciblé, la fusillade a été aveugle, ils voulaient les tuer tous, ils voulaient du sang, cela aurait pu être moi personnellement, cela aurait pu être n’importe qui d’autre marchant à travers cette place à ce moment-là. (…) Je suis fier de mon enfant, je suis fier de ses idées et je n’ai rien d’autre à ajouter.»

      Une vidéo circulant sur Internet montre Giorgos Fountoulis en grand frère très attentionné à l’égard de sa sœur trisomique, une réalité qui brise l’image de monstre que certains voudraient lui coller.

      Publié le 10 novembre 2013

      Supprimer
  7. ..et a part d'avoir une symphatie certaine pour Aube Dorée j'aime bien Mussolini et Franco, c'est grave docteur ??

    RépondreSupprimer
  8. kobus van cleef11/11/2013 14:19

    Mais il était très bien, vot' feuilleton
    On attend la suite, c'est tout

    RépondreSupprimer