"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 27 novembre 2013

Uriner dans le violoncelle n’améliore pas le son…



A fortiori quand les instruments à vent pissent dans les cordes frottées pour marquer leurs territoires…
(oui, je sais, c’est n’importe quoi mais au point où on en est…)

Faut dire qu’en jouant sans partition l’orchestre sainte-panique en résidence chez nous offre au monde un taux de fausses notes inégalé depuis que Lucius Domitius Ahenobarbus dit Néron s’essaya à la lyre pendant que Rome brûlait. Encore celui-ci y arrivait-il tout seul.
On se demande comment font ces musiciens professionnels pour obtenir un tel résultat. Ils sont pourtant tous diplômés du Conservatoire de Solferino, disposent de tous les pupitres sans exceptions et ont même enrichi le bastringue en ajoutant des pédales au piano double-queue…

La raison, il n’y en a qu’une : Ils ne jouent pas pour le public ! Ils jouent exclusivement pour les seules oreilles des musiciens et des pensionnaires de leur propre conservatoire d’origine. Il n’y a que ceux-là qui comptent pour eux. Et tant pis pour la foule des autres abonnés ayant dû payer leurs places d’avance pour cinq saisons.   

Et ça ne marche même pas ! Nous en avons eu un parfait exemple avec la présentation récente de Leonarda, opéra hystéro-baroque enchaînant des scherzos molto vivace pour s’achever sur un grotesque ma non troppo ! Mais-pourquoi-donc ? Le directeur musical est-il aussi nul ? On le dit et on a tort. Il connait son métier (hélas) mais n’écrit sa musique qu’au jour le jour au gré des mictions incontrôlées de l’orchestre. Ça finit donc forcément à tous les coups en eau de boudin bidet…

Tenez, prenez le premier violon ; Moscovici je crois qu’il s’appelle. Et arrêtons de parler musique. Il est parti en fanfare à Pékin récupérer tout un tas de contrats quasi-décrochés par le Pédalonaute lors de son récent voyage officiel. Il est depuis rentré discrètement par la porte de service, la queue entre les jambes et les mains vides. Totalement vides… Et il n’y est pour rien. Oui, pour rien.

Mettez-vous à la place des chinetoques : Ils voient un type se disant ministre des finances venir la gueule enfarinée chercher des investissements chinois à faire en Fwance. Alors que, dans le même tempo :
- Son Premier ministre de chef annonce une remise à plat totale de la fiscalité que son ministre des finances apprend par les journaux ; et lance sans débander des consultations sur cette mise à plat avec on ne sait trop qui pour on ne sait trop quoi sans y convier le dit ministre des finances à qui il revient d’expliquer toussa à Bruxelles, Pékin et ailleurs…
- Son subordonné en charge du Viagra industriel rappelle bien fort qu’il n’y aura pas un rond pour ce qui n’est pas made in Fwance
Autant dire qu’en bon pères de famille, les chinetoques ont décidé d’attendre de voir…

Et tout ça pourkoi ? Pass’kil a fallu en urgence trouver un truc pour calmer les prébendiers de l’orchestre inquiets de l’inversion de la courbe du fromage.
Et tant pis si Mosco’ était alors à Pékin ; ça pouvait pas attendre huit jours. Surtout qu’en y réfléchissant un peu plus, même l’orchestre aurait compris que c’était complètement con. Il aurait alors fallu trouver autre chose…

Alors, Mosco’ est rentré bredouille, les mains dans les poches pour que ça ne se voit pas trop. Sûr qu’étant un des trois ou quatre des trente-huit de l’orchestre à n’être pas complètement incompétent, il va finir par se chercher une sinécure à la commission de Bruxelles avant que ça pète.

Bon, cépatou, d’ici-là va falloir continuer à meubler. Ce soir on fait la fête à la Mutualité :

"Grand meeting de défense de la République contre les extrémismes"  

 Ce sera déjà ça. Pour la suite on verra bien…

5 commentaires:

  1. Mosko était à Pékin ? Et pas un seul de nos gauchistes médiatiques pour bruyamment rappeler le message de liberté de la France pour tous les dissidents chinois !
    C'est la Chine ou eux ont beaucoup changé en 18 mois ?

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les droits de l'Homme ne sont plus ce qu’ils étaient, il faudrait leur affecter quelques emplois aidés

      Supprimer
  2. vous êtes caustique moussieu Amike...


    Popeye

    RépondreSupprimer
  3. kobus van cleef27/11/2013 22:47

    J'ignorais que Moscou-Vichy fut allé quémander quelques piécettes à Beijing
    Éconduit comme un malpropre....
    Mais ça, personne s'en est vanté
    On comprend mieux lorsqu'on sait que l'intitulé du ministère de l'inculture est"ministère de l'inculture ET de la communication"
    Tout est dans ce"ET"


    Tiens, Zavez remarqué qu'en bientôt 18 mois, les seuls trucs où les hautes intelligences qui président à nos destinées se sont vraiment données du mal, sont deux trucs qui se passent sous la ceinture ?
    Le mariage de nos frères paydays et la future criminalisation des michetons

    Là, on peut dire que ça leur parle !
    Faudrait peut être les psychanalyser ,ces gars là, des fois qu'on se rende compte que tous les mâles chez eux rêvent de passer à la mairie déguisés en mariée et que toutes les femmes redoutent d'arpenter les trottoirs ( séquelles psychologiques de campagnes électorales difficiles)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. redoutent ... redoutent ... ou y aspirent secrètement ?

      Supprimer