"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 27 février 2014

Evolution du zoo…



Oui, je sais, il va bien se trouver un connard pour grimper sur sa chaise avec des petits cris de tarlouze effarouchée tant machisme, sexisme et toussa font déraper l’odieux réac sur des restes de bananes imaginaires… Mais bon.

 Il se trouve que j’ai repensé ce matin à une anecdote fort ancienne qui, tout à la fois, m’avait fait me plier de rire et suscité chez le grand dadais adolescent que j’étais alors, une de mes premières interrogations hautement philosophiques sur la connerie humaine.

Situons le contexte : C’était dans mon douar d’origine pendant la campagne des législatives de 1962 qui fut un raz de marée gaulliste. Et moi, brave garçon, je faisais campagne pour Jacques, alors en piste pour un premier mandat de député. C’était sans compter avec l’apparition de Diomède, un parachuté sorti du chapeau avec le label pousse-toi-d’là-que-j’m-y-mette de l’UNR-UDT gouvernementale. (Diomède fut évidemment élu pour un petit tour de cinq ans puis disparut bien vite des écrans radars locaux au profit de Jacques)

Un jour, ma mère rentre à l’appart’ et m’annonce que je-ne-sais-plus-qui (la coiffeuse ou l’épicière) l’avait bassinée en faveur de Diomède pour qui elle allait voter à pied, à cheval et en voiture. Pourquoi ? Parce que, et seulement parce que, la femelle en question le trouvait bel homme, séduisant et tout et tout…    

Pourquoi ai-je repensé à ça ? Parce qu’en cette période de municipales, j’ai trouvé ce matin dans ma boîte aux lettres le dépliant de propagande de Gérard Collomb (non-non, ça n’a rien à voir)

Resituons le contexte : En mon douar de cantonnement, bien que n’ayant jamais voté pour elle, j’avais la chance d’avoir depuis treize ans Nathalie comme maire d’arrondissement. Jeune et fringante socialo longtemps chouchoutée par Gérard, Nathalie a pris de la bouteille et, notamment depuis deux ans une liberté de plus en plus à gauche de gauche écolo en agaçant Gérard. Exclue du PS et maire sortante, elle va remettre ça à la tête d’une liste improbable s’opposant à celle de Collomb. J’ignore où ça en est (je m’en désintéresse) mais la victoire finale de la liste Collomb désormais conduite par Odile ne fait guère de doute dans l’arrondissement :

Nous allons donc  changer de maire(sse) et je découvre ce matin dans ma boîte la tronche d’Odile :
 

9 commentaires:

  1. Cette Odile, c'est une blague?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sachez, cher Monsieur, que vous êtes ici dans une maison sérieuse. La qualité de nos produits n’est, certes, pas toujours avérée, mais l’origine de nos matières premières toujours scrupuleusement vérifiée et "traçabilisée"…
      Bon, nous ferons preuve d’indulgence pour votre manque de confiance que nous espérons passager…

      Supprimer
  2. Elle a du chien tout de même l'Odile!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvée ! Odile Belinga, avocat : http://www.barreaulyon.com/fiche-avocat/detail/odile-belinga Elle a changé de coiffure et le résultat est... Euh... http://www.saladelyonnaise.com/huit-locaux-de-campagne-et-un-cyclopousse/

      Supprimer
  3. Je ne savais pas que Le Plouc-Emissaire habitait le 1er!
    Le quartier où on se prend des seaux d'eau quand on a le malheur d'y passer avec des ballons bleus et roses!
    La belle Nathalie a été mise en examen en décembre dernier pour occupation illégale d'un collège désaffecté et complicité de violence sur représentant des forces de l'ordre. Un destin à la Duflot :)

    RépondreSupprimer
  4. Bon, c'est simple : si l'électrice vote pour le plus beau entre deux hommes, il suffit que l'électeur vote pour la plus laide entre deux femmes... En fait non, ce n'est pas simple du tout.

    RépondreSupprimer