"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 13 février 2014

Ségolène n’a pas suffi…



J’évoquais ici l’an dernier, presque jour pour jour, l’aventure industrielle chère à Ségolène Royal pour tenter de sauver les emplois d’Heuliez. Il suffisait de faire entrer la collectivité publique au capital pour redresser toussa à grands coups de désirs d’avenir et de thunes des contribuables fwançais en général et de Poitou-Charentes en particulier.
A peine trois mois après, le tour de table se défilant déjà, on refilait la patate chaude à une agitée franco-coréenne, espoir d’avenir. Y avait qu’à baisser de 30 à 40% le prix de vente des bagnoles déjà allégé par des subventions publiques, d’imposer encore plus aux services publics et à la clientèle captive (sic) d’acheter les bagnoles, de réclamer aux fournisseurs qu’ils réduisent leurs prix de plus de 30% et achètent eux aussi des caisses, pour afficher une prévision de ventes au rythme de 10 à 12.000 voiturettes par an à l’horizon premier trimestre 2014. Nous y sommes…

"- En théorie, cela devait fonctionner" a dit la direction…
800 véhicules auraient été vendus en 2012 (dont au moins 500 à la centrale d’achat de la fonction publique) et… seulement 201 ont été immatriculées en 2013. Il y en aurait, dit-on, environ 300 en carnet de commande mais la trésorerie est à sec, les investisseurs (y compris Coréens) invités à remettre au pot regardent ailleurs, les salaires sont versés avec retard au compte-goutte et les fournisseurs qui ne livrent plus assignent à tout-va…

Bref, bonne fille, le Tribunal de commerce a prononcé hier la mise en redressement productif judiciaire jusqu’au 12 août, ce qui a le mérite de geler les créances des fournisseurs. Lesquelles s’évaporeront doucement au profit des créanciers privilégiés et super-privilégiés, c’est-à-dire l’Etat et les six mois de salaires d’avenir à venir de braves gens contraints de se tourner les pouces mais dont l’ajout aux statistiques du chômage se trouve judicieusement différé après les élections. Et l’inéluctable liquidation ne viendra s’ajouter aux autres que le week-end du 15 août où chacun a la tête à ses vacances dans la vacance générale. Cébien 

L’ex ex du pédalonaute a bien évidemment regretté "qu’au niveau national il n’y ait pas une politique plus affirmée de soutien au véhicule électrique, alors que c’est un marché d’avenir en plein développement"

Où est Montebourg ? Où est Ayrault ? Heureusement que le pwesident est parti s’acheter la Silicon Valley… 

4 commentaires:

  1. Heuliez était le dernier carrossier français, il commença par transformé des carrioles tirées par des chevaux et véhicules commerciaux coms plus prestigieux disparme les autobus.

    Comme ses concurrents plus prestigieux, tel Chapron, il ne pu trouver dans la production automobile française des châssis a habillé de superbes carrosserie, il les a rejoints;

    Requiem in pace

    RépondreSupprimer
  2. https://www.youtube.com/watch?v=pPjYq9LoG3M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La censure et le protocole de céans, aussi arbitraires et byzantins qu'à la cour de l'impératrice Théodora, stipulent qu'on ne relaie pas de liens émanant des "anonymes". Toute règle ayant ses exceptions, ça ira pour cette fois compte tenu du dossier...

      Supprimer
  3. kobus van cleef14/02/2014 14:38

    Ha Maverdave !
    Encore planté ?
    Ça ne fait que la troisième faillite....
    Autant dire rien du tout.....
    Ça devrait faire rigoler le mari de ma fille, qui circule beaucoup en autolib, lesquelles autolib ne sont PAS produites par Heuliez....dans le genre soutien parigot à la production charentaise.... encore heureux que Zigoulaine est du même parti que de la noix....

    RépondreSupprimer