"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 15 février 2014

Un bus de collégiens en sortie scolaire…



Après tout, couvrir le déplacement du pédalonaute célib’ en visite d’Etat aux USA, c’est un peu des vacances. On peut comprendre les journalistes ceux qui ont la carte professionnelle et le carton d’invitation : Il n’y aura pas de scoops et rien à en attendre ; juste à relater une soirée people et à en profiter pour visiter la Silicon valley. On pourra glander, quoi ! Il suffira de trouver une anecdote croustillante à raconter. D’ailleurs, quand Sa Normalitude insistera, alors qu’on ne lui demandait rien, sur la nécessité d’accélérer la signature de l’accord commercial transatlantique dont lui-même n’est pas autorisé par Bruxelles à connaître le contenu, ce ne sera même pas la peine de s’étendre puisque ça sautera à la mise en page. Bref, voilà un déplacement cool ! Un peu comme une sortie scolaire : Une journée sans interro écrite ni passage au tableau où on pourra faire la foire et draguer la copine au fond du car…

De quoi je cause, là ?

Ben de la meute de journalistes français accrédités conviée à accompagner notre pwésident dans ce déplacement essentiellement protocolaire en Sarko Hollande One.
Durant cette visite, l’amateurisme de notre exécutif a heureusement été un peu masqué par le comportement de ce qui nous tient lieu de journalistes d’information : des potaches immatures partant en colo, dans le genre Les bronzés font un voyage scolaire

Mais cela expliquant peut-être ceci (l’amateurisme présidentiel), les amerloques ne se sont pas privés de le relever en titrant sur les journalistes français :

"- Des touristes à la Maison blanche."…

En effet, ils s’y sont distingués par leur comportement particulièrement turbulent et adolescent. On a pu ainsi voir des journalistes aux airs de touristes, prenant des selfies (autoportraits réalisés avec un téléphone portable) dans le bureau ovale de la Maison Blanche en présence des deux chefs d’État...
- Thomas Wieder, journaliste politique au journal Le Monde chargé de l’Élysée et du gouvernement, s’est illustré sur Touïterr en postant, outre son seflie dans le bureau ovale, une photo de lui au pupitre de Barack Obama avec ce commentaire sérieux : « Bon les gars je change de job… Porte-parole de la Maison-Blanche, ça ne se refuse pas. »
- Valérie Nataf, journaliste au service politique de TF1, s’est également laissé aller à une « selfie » devant la Maison Blanche postée sur son compte Touïterr.

Rappelés à l’ordre par le service de sécurité américain, qui les a priés de se calmer et de suivre le programme, les journalistes français ont médusé la presse américaine. Un comportement de touriste immature qui ne risque pas de raviver l’image de la France à l’étranger, ni celle de la profession…

 


1 commentaire: