"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 21 mars 2014

La traite orientale C21 (XXI century)



Copié-collé de l’interview de Xavier Raufer publié ce matin par Boulevard Voltaire :
__

- On a coutume de dire que le premier employeur d’immigrés clandestins serait le MEDEF, mais quelle est la part du crime organisé dans cette affaire ?

- Doucement, les basses. Hors des contes de fées, rappelons qu’entre l’auteur d’un crime et celui à qui ce crime profite, le lien est tout sauf mécanique. Secundo, le MEDEF rassemble d’abord des entreprises grandes et moyennes, contrôlées de toutes parts – leur patron et leur DRH risquant la prison pour emploi de main-d’œuvre illicite. Enfin, nombre de ces affaires impliquent de petites entreprises, souvent créées par des immigrés, employant « en douce » des compatriotes.

Au-delà, les trafics d’êtres humains sont vraiment la forme criminelle internationale la plus méconnue. À vrai dire, on ne sait quasiment rien. Migrants volontaires payant des passeurs pour gagner les pays riches… esclavage moderne… trafics sexuels multiples (prostitution de femmes, garçons et jeunes filles… « escortes » exotiques… personnel pour les vidéos porno, ou pour des « salons de massage »)… trafics sud-nord, ou sud-sud (esclavage agricole). Ajoutons-y des trafics d’organes eux-mêmes licites ou illicites – voire procédant d’homicides.

Là-dessus, l’ONU ne donne pas un chiffre sérieux. Combien d’individus concernés chaque année ? Qui vient d’où et qui va où ? Mystère. J’ai, voici peu, participé à une conférence internationale sur le sujet et ai vu, fasciné, l’ONU-Drogue & Crime (ONUDC), d’autres ONG et lobbies donner mille précisions sur le trafic de cigarettes… presque au mégot près – mais sur les trafics humains, ne rien dire de précis… On se dit alors que le lobby pro-migration dans l’omerta et celui du tabac dans le chiffrage indigné sont aussi forts l’un que l’autre…

- Officiellement aboli, l’esclavagisme se porte plutôt bien : voir qui circule dans les aéroports de Dubaï ou autres émirats suffit à l’établir. Comment en sommes-nous arrivés – ou plutôt retournés – là ?

- C’est la « face noire de la mondialisation ». Des bandes criminelles actives sur deux ou trois continents transportent des milliers d’individus (avec ou contre leur gré), après leur avoir promis monts et merveilles… Des « fourmis » passent deux ou trois personnes au travers d’une frontière, pour une aumône. Certains se débrouillent seuls, quitte à se noyer dans la Méditerranée ou à rôtir dans le désert. Et là-dedans, le gris (migrants économiques) est bien difficile à distinguer du noir (néo-esclaves).

- Cependant, on nous rabâche la « guerre contre le terrorisme », alors que le crime organisé prolifère. Encore une arnaque politico-médiatique ?

- Souvenons-nous de la boutade de Courteline : « Pourquoi irais-je payer un parapluie six francs, alors qu’un bock de bière coûte vingt-cinq centimes ? » Ne confondons pas tout. Aujourd’hui, le terrorisme – qui a traumatisé le monde par médias interposés, un demi-siècle durant – relève souvent de la persistance rétinienne : l’œil voit la tache noire bien après qu’il a fixé le soleil. Néanmoins, si le terrorisme est traumatisant – voir l’état dans lequel il a mis Washington et l’Amérique après le 11 septembre 2001 –, le crime organisé est mille fois plus meurtrier : le « 9/11 » fait environ trois mille morts, une seule fois ; alors que sur le seul continent africain, des activités clairement criminelles - trafic d’armes légères (utilisées par des guérillas tribales) d’une part, et trafics de médicaments contrefaits, de l’autre - provoquent un Hiroshima par an, soit dans les 125.000 morts !
__


Heureusement, nous a on Jean-Marc Ayrault, le pacte de responsabilité, le front républicain, toussa…
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire