"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 7 mars 2014

Si tu sors ta kalasch’, je sors mon visa !



L’Europe l’Union Européenne s’est réunie hier en la forme solennelle d’un sommet extraordinaire consacré à la crise ukrainienne pour prononcer des sanctions contre la Russie. Cébien

Face à la gravité de la situation, les dirigeants européens ont annoncé les premières sanctions prises contre la Russie et menacé d’en prendre d’autres, notamment, euh… économiques, mais progressives, si la situation continuait à se détériorer…

C’est grave. En réunion exceptionnelle "au sommet", nos chefs d’Etat ont donc annoncé leur décision de prononcer la sanction suivante :

- L’U.E. va suspendre les négociations sur les visas avec Moscou…

Dur… Nul ne sait cependant si, en apprenant la nouvelle, Vladimir a imperceptiblement levé une paupière sur le son œil d’un bleu délavé par la mer Baltique ou s’il va prendre la fuite… Mais bon…

Et puis les pauvres Ukrainiens n’ont pas été oubliés. L’ectoplasme Herman van Rompuy leur a annoncé que Bruxelles signerait l'accord d'association avec Kiev. Et cela, comme par hasard, avant les élections du 25 mai en Ukraine. 
Ouais… José Manuel Barroso a quand-même ajouté que "ça concerne les principes généraux de la coopération, la coopération politique et en matière de politique étrangère et de sécurité"… Bref, ce qui ne mange pas de pain. Pour ce qui est de l’accord d’association économique, ruineux pour l’Ukraine et juteux pour l’Allemagne et les amerloques, on en reparlera plus tard, faut quand même pas trop énerver l’Ours (on aurait pu y penser avant…)

Ce qui n’empêche pas chacun de continuer de faire du bruit avec sa bouche :

Fabius : "- On ne peut pas faire un référendum pour modifier des frontières. Imaginez un département français qui demande son indépendance ! Et si cela se généralisait à d'autres Etats... Si c'est une manière de changer les frontières, cela pose problème…"
Obama : "- Toute discussion sur l'avenir de l'Ukraine doit inclure le gouvernement légitime"…

Z’avez qu’à demander aux Serbes…

Bon. Nos présidents et ministres des affaires étrangères respectifs vont nous régler toussa au mieux dans l'intérêt des peuples et des valeurs républicaines...
 

3 commentaires:

  1. Imaginez le Québec qui voudrait faire un referendum! Ou l'Ecosse! Ou le Timor oriental!
    Quelle cloche, ce Fabius!

    RépondreSupprimer
  2. Fabius : "- On ne peut pas faire un référendum pour modifier des frontières. et donc à contrario une frontiére c'est intangible = il y ceux dedans et ceux du dehors vive la votation suisse

    RépondreSupprimer
  3. "Obama : "- Toute discussion sur l'avenir de l'Ukraine doit inclure le gouvernement légitime"…"
    Ah oué ?
    Le gouvernement légitime que Obama, l'Otan, Israel et l'UE sont soi-disant aidé à dégommer ?
    Sont marrants, quand même...

    RépondreSupprimer