"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 16 avril 2014

Abdullah Abdullah, enfin et pourquoi pas…



Vous savez que l’Afghanistan compte pour moi. Je n’ai jamais pu me désintéresser du Royaume de l’insolence, comme les Anglais disaient autrefois, de la Terre de tous les temps… Nostalgie d’autrefois, presque d’une autre vie. C’est perso et vous vous en foutez mais c’est comme ça.

Les media s’en foutent aussi. Mais j’ai fini par repérer en bas de page sept de mon quotidien d’hier un entrefilet annonçant sans détails qu’Abdullah Abdullah était en tête de l’élection présidentielle. Du coup, j’ai débouché une bouteille de vin…

Selon AFP, qui fait référence à la Commission électorale indépendante, Abdullah Abdullah serait en tête du scrutin avec 41,9 % des voix. Ashraf Ghani (formé aux USA, chouchou donné favori par la presse occidentale) arriverait deuxième (37,6 %), un certain Zalmai Rassoul serait en troisième place (9,8%) et Abdul Rab Rassul Sayyaf, sorte de seigneur de la guerre cruel et redouté qui installa Oussama ben Laden en Afgha’ en 1996 serait loin derrière…

Bien sûr, je ne suis pas naïf et j’attends de voir. Pour tenir la corde, Abdullah Abdullah est forcément quelque part plus ou moins aussi tueur et corrupteur que les autres… Mais il faut respecter les différences culturelles… Et puis, c’est encore loin d’être joué : - Le dépouillement n’en est qu’au début, même s’il est déjà significatif et porte sur la totalité des 26 provinces. - La fraude est là-bas un sport national. – Et de toutes façons il y aura un 2° tour le 28 mai avec des coalitions hétéroclites à prévoir pour évincer tout candidat non 100% d’ethnie Pachtoune…

Au demeurant, j’ai un faible pour le Dr Abdullah Abdullah. Ophtalmologue de père Pachtoune et de mère Tadjik, déjà nommé sénateur du temps du roi Zaher, pendant cinq ans ministre des affaires étrangères sous Karzaï avant de rompre avec lui, parlant couramment français, il s’était présenté à la présidentielle de 2009 et c’était déjà mon candidat^^ Il était arrivé second au 1° tour avec 30% des voix (33% de participation) et s’était retiré vu le niveau des fraudes pro-Karzaï…
Cette fois-ci, il ferait presque 42% (avec 50% de participation et il y avait 11 candidats)
Je me souviens de sa gueule de bouledogue renfrogné dans les maquis du Panshir. Un homme qui fut un des trois plus proches conseillers d’Ahmad Shah Massoud, un homme en qui Massoud avait toute confiance ne peut pas être plus mauvais que les autres…

Bref, toussa pour vous dire que j’ai ouvert une bouteille de Côtes du Rhône, geste qui m’avait tant manqué chez ces gens-là 

Ah oui ! Quel que soit le résultat final de cet opéra-bouffe démocratique, c’est aussi l’occasion d’évoquer à nouveau la préciosité ridicule de nos journalistes et organes de presse : Lors des élections afghanes de 2009, nos braves petits marquis s’étaient gaussés de la non représentativité d’un scrutin avec 30% de participation… Aucun n’avait alors relevé que dans un pays où les massacres à la bombe, les attentats suicides et les balles perdues sont monnaies courantes dans les bureaux de vote, une participation de 30% était une grande victoire du civisme et de la volonté d’un peuple de survivre et de s’exprimer.

Imaginez que nos braves petits djihadistes de retour de Syrie décrètent nos prochains scrutins haram. Je demande à voir quel serait le taux de participation chez nous…
   
               

6 commentaires:

  1. J'ai un copain Ophtamo bien élu en Syrie très emmerdé par un politicien américain parlant couramment le français même si Nhollandia ne lui répond pas
    Les Djihadistes survivant toucheront ils comme avec Chirac les rouges d'Espagne la carte d'ancien combattant ??

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef17/04/2014 22:00

    J'espère bien que L'Afrance s'humiliera au point de leur accorder, et la carte d'Hancien combattant ( spécial casse dedi à Zao, griot sénégalais qui a fait sa réputation avec ce morceau) et la retraite à 60 ans ( l'égorgement de civils désarmés et de bonnes soeurs impuissantes, ça fatigue, quel que soit l'enthousiasme qu'on met à accomplir sa tâche)
    Tout sera dit lorsque un presiflan, en général de droite, dans 30 ou 40 ans, "réparera les injustices de l'histoire"
    En plus d'être hypodeveloppes, on sera mystifiés
    Logique, après tout

    RépondreSupprimer
  3. "Du coup, j’ai débouché une bouteille de vin…"
    Ah bin voilà !
    Tous les prétextes sont bons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef19/04/2014 17:57

      Encore une que manu n'aura pas.....
      Si d'aventure, c'était du bon ( terroir, millésime.....), on serait content pour vous...

      Supprimer
    2. @ Carine - Oui, tous les prétextes sont bons !
      @ Kobus - J'ai trop peu confiance dans l'avenir de l'Afgha', même avec Abdullah, pour avoir ouvert du Côte Rôtie. Mais ce soir, dès la tombée du jour, j'entendrai la pierre qui roule à l'entrée du Tombeau Vide et je me servirai un whisky ! (Highland Park 18 ans d'âge)^^

      Supprimer
    3. kobus van cleef19/04/2014 18:14

      Dans un jean raspail, le camp des saints, il me semble, oui c'est cui là, à l'annonce de la cata, le journalisse résistant ( ne riez pas, y en a eu, mais c'était avant) se saoule méthodiquement
      Il tourne le bouton de la radio ( aujourd'hui ce serait iou teub, pourvu que la connexion marche) et aux premiers mots du spiqueur, tend son verre à son assistant/stagiaire/disciple ( giton ? je crois pas, pas vraiment prisé par raspail ce genre de fantaisie) en intimant " julienas ! "
      Je me souviens du passage, ça m'avait marqué, venant d'une famille abstème et n'ayant donc aucune connaissance œnologique
      Depuis j'ai appris le nom des terroirs
      Tiens, celui là ; bourgueil, le sang de la France !
      Cet autre ; graves
      Cet autre encore ; côte rôtie

      Ne jamais céder à cette manie des peuples sans culture vigneronne qui, faute de terroirs reconnus, nomment leurs vins du nom du plant....
      Dans TOUS les romans policiers amerloques censés se situer dans un milieu "aisé" ,les protagonistes en viennent au bout d'un moment à boire un "verre de cabernet" de préférence bien frais....
      Un peu comme si tu pouvais tirer avantage de grimper dans une bagnole en aluminium
      Ou de serrer autour de ton corps athlétique/capiteux/enrobé/débordant/souffreteux ( au choix) un châle d'alpaga

      Supprimer