"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 1 avril 2014

Fake de responsabilité et pactole de solidarité sont sur un bateau…



Et autres considérations plus personnelles…

Non, je n’ai pas suivi le film. Hier soir je n’ai pas allumé le poste. Et aujourd’hui, j’étais à la campagne. Il faisait beau ; soleil qui cogne et petit vent frais. Réunion de potes, une grosse vingtaine, qui se voient rarement, venant pour la plupart de beaucoup plus au Sud. Des vrais potes, pas des relations mondaines… Le genre de ceusses avec qui on a fait des choses ensemble… Avec son lot de souvenirs genre anciens combattants, de complicités, de fraternité, de "on se comprend"… Beaucoup de couples blanchis sous le harnois, des veuves et des veufs aussi, de plus en plus… C’était bon.
Messe privée-rien-que-pour-nous dans la baraque avec l’homélie sur le paralytique et la piscine (on s’est tous compris…) Puis passer à l’apéro et banqueter ferme dans le jardin. Je n’ai pas compté les cadavres de bouteilles, on sait vivre.
Je n’ai pas voulu repartir sans qu’on prenne une photo de groupe, mais une spéciale rien que pour moi :
Une dont j’ai personnellement choisi les figurants à réunir autour de moi et du vieux curé de notre bande. Beaucoup d’hommes, moins de femmes, j’assume… Car, en fait, je voulais avoir une photo où il n’y aurait dessus que des gens que… mes enfants avaient bien connus.
Pourquoi ? Pour pouvoir leur montrer qu’il n’y a pas que moi qui vieillit !
(je crois que j’ai quand même dû vexer une ou deux nanas…)

Mais je m’égare.

Le pédalonaute a donc choisi Sa Mâchoire Manuel le chimique et des GAV réunis.
On va se marrer, autrement sans doute mais se marrer quand-même. Bon, je ne vais pas m’étendre sur la multiplication des pains pactes. Attendons déjà la composition de son gouvernement resserré, ramassé, à la ramasse. Belle construction de Lego en perspective…

En attendant, je ne ferai que deux remarques :

- Tout d’abord, c’est assez jouissif de voir comment les médias meublent cette attente angoissée : Les pronostics sur la cohésion ou non de la majorité parlementaire, ça va bien cinq minutes ; alors de quoi causer pour faire le quota de signes et espaces ? On ne va quand-même pas s’intéresser aux onze ans de gestion d’Evry par Manuel ! Ça ne se fait pas… Ben, comme on a la chance d’avoir un premier ministre issu de l’immigration, on tire à la ligne sur ses origines et on expédie même des envoyés spéciaux pour enquêter dans le village espagnol d’origine de ses aïeux. Imaginez que le pédalonaute nous ait sorti un gus issu d’une vieille famille de Pellouailles les Vignes ou de Montbéliard ! On n’aurait pas pu remplir avec ça ! Heureusement que le pédalonaute avait Sa Mâchoire en magasin ! Bartolone aussi aurait pu faire l’affaire. De mère Maltaise et de père issu d’une famille d'ouvriers agricoles d'origine sicilienne ayant émigré en Tunisie pour fuir le fascisme, ça aurait très bien pu le faire aussi. A ce propos, Manu peut pousser un ouf : Grâce aux soucis de transparence patrimoniales de Yamina Benguigui, il peut la virer sans être accusé de machisme, de xénophobie, toussa… Mais je m’égare encore.

- Ensuite, il me semble que, une fois encore, François II Pédalonaute n’a pas choisi. Scotché sur le papier tue-mouches, il ne fait qu’acter ce qui s’impose à lui. Et si dans ses discours laborieusement construits il ne se considère en rien responsable de la situation, ce n’est pas seulement une posture commandée par la langue de boa. Il croit encore vraiment être sur la bonne voie et que ça va marcher. "Parce que c’est mon droit, c’est mon choix et parce que je le vaux bien"…
Il n’en est donc pas encore au stade de ce dire que c’est foutu. Stade où, en bonne logique, il lui resterait l’option d’un gouvernement renversé par sa propre majorité avec la suite automatique : dissolution, , cohabitation pépère de vieux sage avec un gouvernement de drouâte ne pouvant que se planter et… des chances conservées d’être réélu en 2017… Non, il n’en est pas encore là.
Donc, il ne choisit pas et laisse les circonstances choisir pour lui. Et les circonstances sont cruelles. Il n’y a que deux hypothèses : Soit Sa Mâchoire se plante, soit elle réussit.
  Si Manu se plante, ce ne sera pas tout de suite. Il est suffisamment futé, politiquement et comme communicant, pour obtenir une majorité parlementaire et tenir la distance un bon moment. Donc, s’il se plante, ce sera trop tard pour profiter d’un blanchiment par cohabitation. Et ils seront balayés tous les deux en 2017.
  Soit Manu réussit et François est d’ores et déjà sûr qu’il devra lui céder la place en 2017…

Bref, hier François Hollande n’a pas choisi un Premier ministre. Non. D’un geste contraint et las, il a simplement signé le formulaire de l’ADMD pour qu’on le laisse finir dans la dignité

1 commentaire:

  1. c'est pas avec un torero de cet acabit qu'on va arrêter les corridas en France !et ça , cela me bouffe !
    pour la politique, même si je n'en ai pas rien à foutre,tout est foutu !
    nous allons à notre mort par famine , on bouffe plus qu'on ne produit, en clair heureusement que d'autres crèvent de faim ailleurs !
    nous pourrissons de l'intérieur par la pollution que nous créons
    nous mourons intellectuellement par manque de spiritualité ou d’idéaux nobles
    alors foutu l'un foutu l'autre ....

    RépondreSupprimer