"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 17 avril 2014

Gerson. Au secours ! La pieuvre est parmi nous !



C’est vrai : c’est écrit dans le journal !

Ça, Coco, ça mérite de tirer à la ligne ! C’est autre chose que la rumeur ABCD, etc.
En général, sur Google actualité, Yahoo actualité et autres synthétiseur de l’info-en-continu-que-c’est-important, ce genre de fait-divers ne reste pas en tête de gondole plus de trente-six heures. Là, c’est suffisamment grave pour y être encore au bout de quatre jours avec toutes les chaînes télé sur le pont pour traiter le sujet

Rendez-vous compte ! Ça se serait c’est passé dans le groupe scolaire Gerson. Un établissement catholique privé du 16e arrondissement, qui dit mieux !
Bref, le ministère de l'éducation par la voix du ministre Benoît Hamon soi-même a fait savoir que cet établissement accusé de dérives "intégristes" sera soumis à une inspection et qu’on allait voir ce qu’on allait voir. La Mairie de Paris en frétille et réclame l'ouverture d'une enquête administrative en dénonçant « une guerre idéologique d'un autre temps » imposée aux élèves de ce groupe scolaire…

Je ne connais pas cette boîte parisienne dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Et je précise que, perso, j’ai fait toute ma scolarité "dans le Public" (mais ce n’était pas hier…) ; tous mes enfants dans le "privé catholique sous contrat" ; et que, à ce jour, mes petits-enfants sont harmonieusement répartis entre du "privé hors contrat", du "public" tenant à peu près la route et du "privé sous contrat"…
Pourtant, là, la coupe déborde. Elle déborde des déjections produites par la masturbation hystérique des  journalistes. Et, plus précisément de soi-disant journalistes ne sachant pour justifier leurs salaires qu’exploiter jusqu’à l’os en racontant n’importe quoi un petit fait non avéré dans un domaine où ils n’en connaissent pas plus que leurs naïfs lecteurs, c’est-à-dire rien…

L’utilisation de l’émotionnel savamment téléguidé par une idéologie officielle usée jusqu’à la corde pour désinformer et reformater le peuple à sa main atteint un stade que c’en est à vomir.

Que dire du cas d’espèce ? Rien d’autre que vous inviter à aller lire le papier de Pascal-Emmanuel Gobry publié aujourd’hui sur Atlantico. C’est un peu long mais tout est dit.       

4 commentaires:

  1. Les hystériques de gauche auraient adoré mettre au pas complètement les écoles privées, vous vous rendez compte, des lieux ou l'enseignement peut parfois échapper à la pensée unique? Ces écoles sont pour l'immense majorité d'entre elles, sous contrat, cela veut dire que les programmes de l'EN sont strictement suivis, mais ne général, les profs, sans être toujours des cathos, ont une morale humaine (chrétienne).

    L'humanisme de ces écoles, leurs valeurs morales attirent bien des parents. Mes enfants sont allés dans une école privée sous contrat où il y avait au moins un enfant handicapé par classe, parfois deux, mais les classes qui devaient gérer trois gros problèmes d'handicaps, moteur ou mental étaient vaiment difficiles à gérer.

    Etre socialiste veut dire être humaniste? Vraiment....
    Etre humaniste implique de considérer toute vie humaine comme unique et essentielle, protéger donc tout enfant à naitre. J'aurais pu dire que l'avortement est un enfanticide précoce, en soulignant que les femmes qui y ont recours sont souvent pas aidées et ne pas toujours conscientes de ce qu'elles font.
    Est il normal de rembourser à 100% les IVg et pas les contraceptifs?
    Il y a plus de 320 000 IVG par an, nombre à mettre en comparaison avec les 3 000 morts sur la route. Rien pour prévenir ces drames, plus de 30% des femmes en France subiront un IVG ou plus, elles resteront souvent traumatisées, hantées par ces bébés qui auraient du naître.
    Il est urgent qu'au delà de l'idéologie l'état élabore des plans de prévention. La loi Viel est bonne, si elle était appliquée entirèrement, j'ai lu dans "Une vie" que Simone Veil espérait que le nombre d'IVG réduirait.
    Je précise que j'ai haï les établissements religieux débiles que j'ai fréquenté enfant, ma mère choisissait les plus anti-déluviens de la terre, mes enfants ont été surtout dans le public, sauf dans l'extrême sud où la violence qui régnait dans les écoles dont je dépendais, m'ont fait faire d'autres choix.

    Sur 15x7 années de scolarité de mes 7 enfants, soit 105 années(?) 2+ 7+9+10+5, soit 33 années ont été dans des établissements privés. Je ne suis donc pas une raide dingue du privé, je privilégie le public dans la mesure où cela est possible.

    Les familles ne sont pas aimées par ce gouvernement, surtout les familles traditionnelles, et encore moins les familles cathos. Je doute fort qu'ils puissent allumer la guerre scolaire. Sinon? Cela sera la guerre, je me mobiliserai comme contre le mariage dit pour tous, croyez vous qu'ils en souhaitent encore une couche????

    RépondreSupprimer
  2. mes 5 enfants sont allés dans le privé, les quelques essais que j'ai fait du public on été des catastrophes, j'ai pas insisté, les garçons chez les frères Maristes, les filles chez les soeurs Alsaciennes, quand nous en parlons, ils en ont tous d'excellents souvenirs, parmi mes petits enfants, certains sont dans le privé d'autres dans le public, tout dépends de leur lieux d'habitation également et du niveau des établissements,
    si effectivement la guerre scolaire se rallumait, je serai aussi de nouveau dans la rue comme pour le mariage zinzin , ils peuvent toujours essayer, ils s'y sont cassé les dents en 84
    ah évidement, la vraie morale et l'éducation sérieuse ça les gênent, ils ne peuvent pas les embrigader ces enfants là !

    RépondreSupprimer
  3. Ma descendance fera ses humanités dans une école privée sous contrat.
    Malheureusement, il n'y a pas de hors-contrat dans leur coin.
    Mais bon, c'est mieux que rien.
    Et s'ils étaient près de moi, ça serait direct de l'enseignement à la maison.

    RépondreSupprimer
  4. tous les établissements publics ne sont pas fréquentables et , à cause de la carte scolaire tu dois aller dans le truc de ton secteur géographique , parfois a trois kilomètres de chez toi, alors qu'il y a une école devant ta porte mais sur une autre commune.si la route est la frontière entre deux communes .
    quand j'ai voulu faire inscrire en cours d'année une de mes petites filles qui venait de d’emménager nous sommes allés dans le collège de notre secteur ...un enfant voulait la chaise tournante de la proviseur pour sa mère (t'es raciste mdame tu veux pas mla donner) la pionne passait avec un coutelas de 50cm qu'elle venait de confisquer,(si tu mle rends pas mon frère va venir te casser la gueule fais gaffe toi)
    deux grands couillons essayaient de peloter ma petite fille malgré la présence de mon mari qui faisait barrage de son corps (on était DANS le bureau de la proviseure)
    on a foutu le camp aussi sec dans le privé !

    RépondreSupprimer