"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 30 avril 2014

Survivre en attendant l'avènement du "printemps européen"…



Sous ce titre, je lisais tout à l’heure sur RIA Novosti un billet somme-toute assez quelconque de Diana Gorchetchnikova pour la Voix de la Russie.

On comprend que par les temps qui courent les Russkofs ne se gênent pas de nous renvoyer dans nos buts et de nous mettre le nez dedans. Assez quelconque, disais-je, mais je retiens quand même son titre.

Car telle sœur Anne, elle guette la venue d’un hypothétique printemps européen qui nous changerait bien de ces printemps arabes dont on a brusquement cessé de nous saouler (bizarre, comme c’est bizarre…)

Mais elle n’y croit manifestement pas…

    

A l’approche des élections européennes, elle tire à la ligne pour rappeler qu’on a commencé par vouloir sauver les banques de la faillite. Puis sauver le budget. Puis sauver l’Euro… Car, comme le disait Merkel en 2011 : "La faillite de l’Euro signifie celle de l’Europe" L’Europe ne serait donc qu’une devise ; tout un symbole…

L’UE ne serait donc, depuis au moins six ans, qu’un administrateur judiciaire enchaînant les martingales pour éviter la faillite comptable…

Mais ce que cette dame Gorchetchnikova relève, ce qu’elle pointe comme étant le plus "épouvantable" pour l’Europe, c’est "la faillite de son capital humain."


Des taux de chômage des jeunes de 35 à 40 % comme en Italie ou au Portugal, de 50 à 60% en Grèce ou en Espagne, cela signifie la perte de toute une génération de spécialistes.



Ce n’est pas la mise en apprentissage des seniors chômeurs de longue durée et la formation d’hôtesses d’accueil des touristes en Fwance qui sauvera l’Europe de cette faillite-là.


Ni les guignols à élire ce mois-ci ; le départ en retraite de Cohn-Bendit sera remplacé…    

3 commentaires:

  1. on a vu Fabius en hotesse d'accueil a l'aéroport ...un sacré couac !

    RépondreSupprimer
  2. T'inquiète, Ploukèm !
    Quand le Printemps européen éclatera, tout le monde sera contre.
    Y compris la dissidentosphère.

    RépondreSupprimer
  3. on peut carrément dire la perte d'une génération ou deux, bien plus efficace qu'une bombe nucléaire pour renvoyer un pays à l'âge des conciliabules des Anciens sur la place du village en boubou peut-être ?

    RépondreSupprimer