"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 26 juin 2014

Je lui dirai des mots doux…



"- Crotte ! " laissa échapper la baronne douairière. Sa longue main osseuse, pâle et décharnée au petit doigt levé avait un peu tremblée en approchant la tasse de porcelaine de ses lèvres en cul de poule. Une tasse du service "aux petits oiseaux" vouée à aller un jour où vont toutes choses ;  sans doute sans gloire par la maladresse d’une souillon à l’office, mais peut-être, qui sait, dans la dignité en étant euthanasiée par un de ces jeunes gandins attendant l’héritage, enthousiastes à l’idée de boire enfin dans de l’Ikea…
- Crotte avait-elle dit dans le silence gêné lorsque la goutte de thé s’esplartcha, arrogante et bien visible, sur le napperon au point d’ombre du guéridon…
"- Hum…" dit le nez de sa voisine… La veuve du notaire laissa échapper un soupir discret…

Elle ne pouvait pas dire merde comme tout le monde ?

De quoi je cause ? Toujours et encore de la même avancée continuelle du progrès nous guidant sur la voie de notre Salut, c’est-à-dire vers une sorte de sérénité bouddhique, un état où les contrariétés du réel n’auront enfin plus aucune prise sur nous. Bref, un état qui a quelque chose à voir avec la mort pour causer comme avant-hier soir, histoire de me faire comprendre des vivants (il en reste, semble-t-il)
Je cause donc des efforts considérables déployés pour tordre le sens des mots, pour les édulcorer, pour les remplacer dès lors que leur bestiale trivialité pourrait devrait nous épouvanter, ou nous perturber, ou tout simplement nous faire douter… Imaginez qu’un locuteur veuille exprimer une idée, une notion, un concept, un sens ayant un rapport concret avec le réel ; cela pourrait nous déranger ! Par principe de précaution, par correction, il est légitime de nous épargner une aussi insupportable agression !   
  
Aujourd’hui donc, ressorti de la naphtaline pour l’occasion, le déjà vu Dr Bernard Kouchner soi-même a été invité avec gourmandise à commenter pour France Inter le jugement d’acquittement de son confrère Bonnemaison, serial-killer éthique blancheur persil.
-       En incidence, je précise que si je me suis senti incapable d’y aller de mon propre commentaire ici, ce n’est ni par manque d’intérêt ni par "respect des décisions de justice", mais l’effet d’une grande lassitude… Il vous suffit d’aller lire le point de vue de Corto.
Histoire qu’on ne l’oublie pas, le ci-devant porteur de sac de riz (un seul, une fois, une minute, le temps de la photo) a donc demandé que le mot euthanasie ne soit plus utilisé car on y entend «nazi», «ce qui n’est pas gentil».
Et, après avoir qualifié "illégalités fécondes" les sept meurtres au compteur de l’urgentiste (c’est plus positif que médecin…), il a délayé la sauce :
 «N’employons plus jamais le mot "euthanasie". D’abord, il y a "nazi" dedans, ce n’est pas gentil. Et puis on a tout de suite l’impression d’une agression, vous voyez, qu’on va forcer les gens, comme le mot "ingérence". Il faut employer des mots qui sont doux, la fin de vie doit être quelque chose que l’on partage avec les siens et qui est un témoignage d’amour plus que de brutalité…»

Il s’emmerde pour pas grand-chose : Il suffit d’ajouter une légalité féconde à la loi Leonetti en insérant une ligne de plus (la dernière) à la nomenclature des protocoles de soins palliatifs.

Après tout, il ne s’agit jamais que d’une « IVG post-natale »… 

6 commentaires:

  1. Ne me dis pas qu il a vraiment dit çà le porteur de riz ?

    RépondreSupprimer
  2. Mon commentaire sera court, Kouchner est un connard.
    Notre pays est dans de bien mauvaises mains, les socialistes nous imposent une barbarie moderne, que faire?

    RépondreSupprimer
  3. Et je l'ai entendu dire les mêmes conneries ce soir sur LCP

    RépondreSupprimer
  4. kobus van cleef28/06/2014 18:12

    Mais l'IVG post natale, j'achète
    Comme expression, je veux dire
    Ou alors la CED, cessation d'existence déterminée ? Ou définitive ?
    Ou alors la EHARGI? Évolution habituelle après reprise de gestation interruptible ?
    Ça a de la gueule, ça, la EHARGI

    RépondreSupprimer
  5. Dans Kouchner, il y a couche… mais loin de moi l’idée qu’il en tienne une bonne.

    RépondreSupprimer