"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 24 juin 2014

On a sauvé Picasso !



Oui ; on a sauvé Picasso ! (et ça doit nous coûter un bras…)
Non, je ne cause pas de Pablo Ruiz y Picasso soi-même (oui, le prénommé Pablo Diego José Francisco de Paula Juan Nepomuceno María de los Remedios Cipriano de la Santísima Trinidad Mártir Patricio pour l’état-civil, c’est bien celui-là si vous aviez des doutes) Lui, il y a bien quarante ans qu’on ne peut plus rien pour lui.
En revanche, on a sauvé sa mémoire ! Ou plutôt sauvé les fins de mois des quatre-vingt-dix guignols subventionnés par vous et moi qui se consacrent à la tâche essentielle de pérenniser sa mémoire. C’est un service public vous savez.

Vous qui êtes attentifs à la gravité de l’actualité, entre l’Irak et Bygmalion, entre l’Ukraine et le ballon rond, il ne vous a pas échappé que le torchon brûlait entre le personnel du Musée Picasso et la mère Baldassari, tenancière du lieu fermé depuis cinq ans. La divine Aurélie Filippetti vient enfin de trancher entre les partenaires sociaux : La Baldassari dont je ne sais rien a été virée du Musée qu’elle dirigeait avec passion (comme y cause le Monde) C’est donc le bon Laurent Le Bon qui a pris ses fonctions la semaine passée à la tête du musée. Oui, l’éclectique Laurent Le Bon (toujours comme y cause le Monde)…       

Interrogé par le quotidien de révérence, notre bon Le Bon nous rassure : "Après une semaine de mandat, mon état d'esprit est à la sérénité. Je rencontre peu à peu, individuellement, chacune des 90 personnes de l'équipe, et tout ce que j'ai proposé au ministère s'est fait avec l'accord de tous." Ouf !  Et si la réouverture du musée est reportée d’un mois, il précise : "J'ai proposé à Aurélie Filippetti la date du 25 octobre car c’est l'anniversaire de Picasso et le lendemain de l'ouverture de la fondation Vuitton. Il me semblait beau pour Paris que deux institutions, l'une privée, l'autre publique, ouvrent en même temps. Ce léger report nous permet en outre d'avoir un peu plus de mou pour l'installation dans les lieux…"

[NDLR : Le Monde précise alors aimablement "il vous reste 74% de l’article à lire" mais la suite est "réservée aux abonnés". Madame passera payer…] 

Malgré tout, le canard n’a pas voulu priver le grand public de l’info essentielle :
Laurent Lebon veut « apporter un regard contemporain sur Picasso »

Ce billet hautement essentiel ne vise pas seulement à meubler la rubrique "On s’en fout".
- D’abord, il veut vous tenir en haleine dans l’attente impatiente du 25 octobre, du dévoilement des cimaises et de la découverte de la relecture de l’œuvre du maître, de ses périodes bleu, rose, cubiste, toussa, au travers de l’ingénierie muséale renouvelée par ce cher Le Bon…
- Ensuite, c’est l’occasion de vous rappeler que Laurent Le Bon fut le grand ordonnateur d’une précédente édition de la Nuit Blanche chère à Delanoë. A cette occasion, il avait "tenté une approche plus "développement durable" et "regretté de n’être pas parvenu à faire fermer le périphérique comme il en rêvait" Surtout, il avait "conçu un parcours parallèle invisible où il n’y a rien à voir" et conclu en disant :
"C'est une œuvre totale. L'éparpillement dans la cohérence"…
- Enfin, ce peut être une source de méditation ; aussi bien sur l’emploi des fonds publics pour la pérennité de notre patrimoine culturel que sur l’accouplement commercial de la "fille aux pieds nus" et du sac Vuitton…

8 commentaires:

  1. c'est Lebon sur fond jaune cocu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, c'est Le Bon (en deux mots avec un B...) Celui-là, je n'allais pas rater l'occasion de ressortir sa tronche de poupon entarlouzé une deuxième fois** !

      ** http://leplouc-emissaire.blogspot.fr/2012/10/noctambulisme-et-vacuites-durables.html

      Supprimer
  2. Une grande nouvelle qui entrerait sans chausse pied dans la rubrique "On s'en fout" si cette mascarade n'était pas financée avec nos sous. Mais on ne s'en fout pas. Pour le prix que ça coûte, on devrait au moins avoir la possibilité d'entarter le responsable au cours de happenings festifs et citoyens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tâchez de vous trouver une invitation pour le 25 octobre et faites-vous plaisir.

      Supprimer
  3. des contes de ce style notre pays en produits 365 par an
    Fedinad Lopp était plus drôle plus imprévisible et il le faisait gratuitement

    De qui Le Bon est il le con ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef25/06/2014 19:24

      Réponse, c'est nous, cons de tribuables, qui sommes les cons de Le Bon
      Des bons cons, en somme

      Supprimer
  4. kobus van cleef29/06/2014 12:03

    En écrivant " l'éclectique Laurent Le Bon " le journalisse du monde.fr veut dire " pédéraste "?
    D'un autre côté, pas besoin de préciser, le mec porte ça sur sa figure....
    Une certaine forme d'honnêteté...
    C'est bien la seule
    Car TOUT, Habsolument Tout est faux dans la culture telle que les intelligences qui prétendent guider nos destins se la représentent
    Fausse, la notion de culture accessible à tous
    Fausse, la notion d'ascension zosiale par la culture
    Fausse, la croyance en une culture qui gommerait les différences, les tensions zosiales et ethniques ( ta mère)
    Fausse, la rétribution des" acteurs de la culture et du spectacle "( quelle périphrase à la con pour designer les profiteurs de la boitacon), et fausse, la vulgate récente attribuant à la" culture " une part supérieure à celle de l'industrie vronzaise.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef29/06/2014 21:01

      Dans le PIB ,je voulais dire
      Car depuis quelques temps, on n'entend que ça, la kultur, officielle, ça va sans dire ( avec saltin-branques demi nus eructeurs, bayadères de carnaval promptes à se desaper pour un oui ou pour un non, profiteurs pédérastes, dir cab' de différentes zinstitutions, gonflés de morgue, de cocaïne et de suffisance) a une part dans le PIB supérieure à celle de l'industrie totomobile
      Oui m'sieur
      Y a une étude très sérieuse de l'OCDE qui l'affirme
      Avec force
      Le fait qu'aucun journalisse de kultur ne puisse citer le moindre début de référence n'entre pas en ligne de compte
      Non plus que la négation de toute forme de calcul, d'étude ou d'évaluation par ceux là même qui ramènent cette seule étude à tout bout de champ
      Encore moins le fait que personne ne l'ai vue ou lue, ni n'ai étudié sa méthode et son matériel ( tous les articles scientifiques commencent par un paragraphe "matériel et méthode")

      Non

      Une étude a dit, un jour, que la part de la kultur était supérieure à celle de la totomobile dans le PIB vronzais
      C'est tout
      Y a pas à discutter, pigé ?

      Supprimer