"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 17 juin 2014

On s’en fout !



Excusez-moi. Je ne peux pas m’empêcher de lui faire de la pub ; il le mérite.
Les Unes de Libé sont souvent riches d’enseignements. De sensations qui frisent parfois le ravissement (parfois…) Il ne faut jamais rater de jeter un œil distrait sur la Une de Libé 

En ces riches heures où les plus hautes autorités de l’Etat agitent leurs petits bras, confrontées qu’elles sont au pied du mur. Oui, au pied du mur. Le respect des ukases de Bruxelles, le pacte de responsabilité, le chômage, etc., toussa c’est de la gnognote ; on peut différer, tergiverser, discourir, attendre que ça s’arrange… En revanche, la surenchère de nègres dans un tunnel entre la CGT et Sud-rail et l’hystérie des intermittents d’estrades, c’est autre chose. Là, is no alternative ! Lâcher du lest, c’est envoyer un message tout de suite compris par tous et partout : toute la volonté de réforme à la déjà si faible crédibilité passe à la trappe sans retour possible pour au moins trois ans… Et l’exécutif n’a ni l’homogénéité ni la force morale nécessaires pour trancher… C’est LE sujet du moment… En ces très riches heures, aussi, le chaos balaye le Moyen-Orient en provoquant des changements de pied géopolitiques majeurs comme un rapprochement des amerloques avec l’Iran et une quasi-rupture des monarchies pétrolières avec les USA…

En ces riches heures de l’actualité, donc, quelles sont les nouvelles les plus importantes que Libé met aujourd’hui en exergue pour informer ses lecteurs ?

- En premier, ce qui compte le plus : "La gauche en péril" ! Ouawouh ! Ça au moins ça fait peur ! Voilà qui va intéresser son lectorat fidèle. Ça va sûrement booster les ventes, ça, Coco…
- Ensuite, une belle photo d’une œuvre de Lee Ufan qui nous pourrit la vue d’une allée au château de Versailles. Faut dire que Le Nôtre avait conçu son plan pour offrir de longues perspectives dans les allées, c’était vraiment nul. Lee Ufan, vous connaissez ? Non ? C’est pas grave. C’est un artiste et philosophe sud-coréen de 78 balais. Son travail de peintre porte sur la peinture monochrome. Comme sculpteur, il met en scène les matériaux façonnés par l'homme et les matières premières brutes au moyens de visuels censés illustrer les rapports intimes qui existent entre le naturel et l'artificiel… Versailles en profite enfin…
- Et puis, des fois que le lecteur bobo de la rive gauche s’inquiète pour l’avenir de l’encadrement des loyers en périphérie, il faut quand-même le rassurer : En dépit de Bouygues et de tout ce qu’on raconte, Matignon va tenir bon et ne changera rien à la loi Duflot.
- Enfin, un petit encart sur la baballe puisque l’Algérie va entrer sur la pelouse face aux bouffeurs de frites. On passera demain en page intérieures les dégâts à Bruxelles…

Bref, grâce à Libé, le torchon hors-sol, aujourd’hui encore vous aurez été informés.  

2 commentaires:

  1. Pour une fois que Libé titre sur une bonne nouvelle et sans en faire un jeu de mot idiot, il faut que vous critiquiez!

    RépondreSupprimer
  2. des rapports intimes entre le naturel et l'artificiel... c'est quoi ? le mariage pour tous ?
    perso je ne connais pas ce journal , quand j'étais au travail il était vendu dans les rues par des collègues
    en arret maladie
    en service
    piliers de reunions syndicales (ceux qui causent du boulot qu'ils font pas )
    alors je n'ai jamais eu envie de le lire .

    RépondreSupprimer