"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 12 juillet 2014

De la protection des bambins majeurs…



A la suite d’une info publiée par Le Figaro, le porte-parole de la Chancellerie s’est fendu d’un démenti furieux : "- Ce n'est qu'un assemblage de morceaux de consultations et de bribes de débats, alors qu'aucune décision n'a été prise et qu'aucun texte n'a été arrêté. (…) Le journal  évoque même des pistes dont certaines ont déjà été abandonnées. (…) La Chancellerie n'a aucune réaction à donner ni commentaire à faire sur un texte qui n'existe pas, qui n'est pas prévu avant 2015…"

Bon. Ça n’existe pas ; circulez y a rien à voir ! Vous verrez bien l’an prochain. D’ici-là, la concertation se poursuit avec les consultations et conférences de consensus qui conviennent entre experts convenables…
On n’allait quand-même pas nous dire si tel ou tel projet évoqué par Le Figaro fait ou non partie des pistes envisagées dans les travaux préparatoires et surtout pas s’il fait partie de celles déjà abandonnées.  Avouez que comme démenti on fait mieux…

A l’instar de Benoît Hamon qui change l’emballage mais continue d’imposer, renforcer et étendre le contenu de l’ABCD de l’égalité, la mère Taubira continue tranquillement son entreprise de démolition :
Pour satisfaire une (quand-même) des promesses de campagne du Pédalonaute, le texte prévu pour 2015 prévoit déjà ouvertement la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs créés par l’infâme Sarkozy. Contre l’opinion des ¾ des français selon un récent sondage, les mineurs de plus de 16 ans poursuivis pour des délits commis en récidive et passibles d'au moins 3 ans d'emprisonnement auront donc à nouveau leur rond de serviette au Tribunal pour enfant…

Mais ce n’est pas tout.

Selon Le Figaro, notre garde des Sceaux allergique aux bananes projetterait pour le premier semestre 2015 d'étendre la justice des mineurs aux… 18-21 ans !
Il s’agirait d’adoucir les effets des diverses contraintes pénales pour ces jeunes. La réforme prévoirait que les juges des enfants seront seuls habilités à suivre ces jeunes adultes alors qu'ils relèvent aujourd'hui de la responsabilité des JAP, ces juges de l'application des peines compétents pour les adultes et si bien connus pour leur férocité. Rigolades à attendre dans les préaux de la détention…
Le couillon de jeune adulte de moins de 23 ans révolus, capable comme vous et moi de voter, s’engager par contrat, payer ses impôts et cotisations sociales sans faire chier le monde et de déposer plainte sans suites, lui, ne relève évidemment que du droit commun.

Cerise sur le gâteau, la Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse voudrait que tous les procès de mineurs se fassent en deux temps : "La reconnaissance de culpabilité au cours de laquelle seraient prises en compte les éventuelles demandes des victimes", puis "une audience de jugement au terme d'une période d'investigation sur la situation du mineur", le cas échéant après… "une mise à l'épreuve de six mois renouvelable une fois"… Rigolades à attendre dans les cages d’escalier…

Bien sûr, la réforme est toujours à l’état d’étude et donc "ça n’existe pas". Mais le démenti suffit pour comprendre que de tels projets sont très sérieusement mis sur la table par les experts agréés

Ce pays est foutu.  



1 commentaire:

  1. bordel voulu pour que chacun fasse sa justice dans son coin...sortir le fusil sera la seule défense des gens qui entretiennent( par leur travail et leurs impôts) tous ces" petits merdeux" !
    tuer les tous Taubira reconnaitra les siens !
    attention madame la ministre la campagne se prepare au deferlement de la racaille avec plus de bon sens que la ville ...vous créez des gros problème futurs a vos protégés...on ne laissera pas "egorger nos fils et nos compagnes" sans réagir efficacement ...comme dans la chanson !

    RépondreSupprimer