"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 28 juillet 2014

Rendez-nous Léon Zitrone !



Pour ceux qui s’en souviennent…

L’ami Corto nous a pondus hier un billet intitulé : "François Holland, le croque-mort républicain"… Venant à peine de le lire, je m’abstiens d’ajouter un commentaire trop tardif et superflu à ceux de ses nombreux lecteurs assidus. Au demeurant, j’y ai trouvé tout à la fois une satisfaction et une interrogation.

- La satisfaction, tout d’abord : Celle d’avoir été le premier à discerner quelle était la seule profession où ce personnage pourrait déployer l’ordinaire de ses rares talents sans risquer un retour chez Pôle-emploi pour insuffisance professionnelle grave avant la fin de sa période d’essai (abstraction faite, évidemment, de la fonction présidentielle qui est une profession protégée) J’aurais peut-être dû faire carrière dans l’orientation professionnelle… Dès le 4 juin 2012, en effet, j’écrivais : « Un commercial des Pompes Funèbres Générales ? Oui, c’est ça ! "- Pour la toilette mortuaire, vous prendrez la prestation complète ?", "- Le capiton du cercueil, vous prenez le rose fuchsia ou vous préférez l’arc-en-ciel ? Le rose est seyant mais l’arc-en-ciel est plus à la mode…", "- Le crucifix est en supplément et, vous savez, ça se fait de moins en moins…", "- Vous auriez dû attendre l’an prochain ; la levée du corps sera avec TVA minorée si le défunt est parti dans la dignité…" »…
Je le vois très bien dans la peau du fils du patron de l’entreprise funéraire du coin débarquant lors du décès de Madame Plouc. Mes enfants et moi avions eu un mal fou à ne pas nous étouffer de rire tant le mec était "trop" : Le type imbu de son importance, n’étant là que pour appliquer une routine vielle comme le monde mais avec la pleine conscience qu’on ne pouvait pas se passer de lui. Même pour dessiner le corbeau au teint de formol qui suivait Lucky Luke avec son mètre ruban, Goscinny n’aurait pas osé… Me revient aussi le souvenir d’un billet de Didier Goux évoquant les obsèques d’une de ses relations. Une sinistre cérémonie laïque précédant l’incinération en présence d’une assistance de parents et de proches se réduisant à quelques pelés : L’ordonnateur, l’homme de l’art, l’employé qui officiait lisait une succession de textes convenus en singeant inconsciemment une célébration religieuse : Le guignol faisait régulièrement se lever et s’asseoir les assistants, Dieu (sic) sait pourquoi… Le type était content de lui. Lui se comprenait, c’était l’essentiel ; et l’assistance allait s’exécuter sans oser lui demander pourquoi, en attendant sagement que ça se passe, qu’il ait fini de s’écouter parler et, surtout, sans l’envoyer se faire foutre. Ç’était surtout ça l’essentiel…
Oui, ordonnateur des pompes funèbres, c’est bien le job où il est sûr de faire une belle carrière : Il y aura toujours de la pratique et les clients se la bouclent…

- Une interrogation ensuite.  
Nombreux sont ceux – y compris l’ami Corto – qui observent que François II Pédalonaute consacre chaque jour une part de plus en plus prépondérante de sa fonction présidentielle et exécutive à commenter des évènements qui lui échappent, sur lesquels il n’a aucune prise. Sans pour autant négliger les occasions de jouer à l’ordonnateur de cérémonies à dimensions funéraires, avec ou sans reine d’Angleterre, discours dans les cimetières et de plus en plus souvent devant des familles éplorées, de préférence pimentées de diversité, il s’essaie désormais à la fonction principale de commentateur de tout ce qui lui passe aléatoirement sous le nez et qui ne relève surtout pas de son ressort…
Cela ne laisse pas de m’étonner et je m’interroge :
Tout d’abord, en cette période de chômage, n’est-il pas en train de priver d’emplois tous les malheureux localiers de la presse quotidienne régionale en leur retirant le pain de la bouche ? En s’appropriant l’annonce, l’analyse et le commentaire du moindre fait divers ? Et, ce faisant, ne va-t-il pas finir par se mettre à dos cette profession jusqu’alors si indulgente à son égard ?
Ensuite, au moins est-il bon dans cette spécialité ? Et est-ce là la vraie mission de son job ? Des gens aussi importants et indiscutables que Cambadélis, Valls, Fabius ou ses conseillers en communication paraissent penser que oui. Donc, ça doit être vrai…
Dès lors, il nous faut chercher d’urgence quels seront les meilleurs candidats à la fonction pour 2017 ! Il nous faudra un commentateur apte à passionner les foules !  

Léon Zitrone aurait été l’homme providentiel. Présentateur du journal télévisé durant plus de vingt ans, animateur de jeux télévisés, commentateur de 6 Tours de France, de 8 Jeux Olympiques, de 16 défilés du 14 juillet, de plusieurs concours Eurovision de la chanson, commentateur-clé d’une trentaine de grands événements, mariages, obsèques ou investitures des grands de ce monde, Il parlait un français cultivé, simple et littéraire. Et il était capable de prolonger ses commentaires plusieurs heures durant quand la  situation l'exigeait, sans monotonie ni répétition…

Mesuré à cet aune, l’actuel président commentateur en chef est nul… P’tain ! Trouvez-nous en un d’urgence !

4 commentaires:

  1. Et il ne parlait pas que français, contrairement au Droopy qui sévit aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Outre l'anglais, il maîtrisait parfaitement le russe et l'allemand...

      Supprimer
  2. je crois que pépère pleure sur ses échecs ...comme il ne peut le faire officiellement sur la courbe de chômage, il y pense très fort dès que le ciel ou la vie ou le hasard lui donne une occasion de faire le pingouin des pompes fufu....
    et si les cata manquent il les créa pour se faire une belle image tristouille et compassée, On vire pas a coup de pompes dans le cul un mec qui compatit aussi bien !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour le lien ! et ma colère est grande de ne pas avoir pensé en premier au talent de croque-mort de seconde zone de Président

    RépondreSupprimer