"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 16 septembre 2014

Minus quelque chose et autre anecdote…



J’apprends que "l’ONU se déploie à Bangui"… Doucement… Oui. Les premiers convois de casques bleus ont enfin débarqué pour, dit-on, se substituer dans ce bordel à l’armée française et aux troupes africaine de la Misca. Pour l’instant, ils prennent leurs quartiers… Pourquoi vous causer de ça ? Parce que ça s’appelle la "Minusca". C’est important les acronymes pour s’y retrouver. La Minusca, c’est, accrochez-vous :
"La Mission Intégrée Multidimensionnelle de Stabilisation des Nations Unies en Centrafrique"…

Ce nom, forgé par la résolution deux-mille-je-ne-sais-plus-combien du Machin, m’a mis en joie : Rendez-vous compte ! "Intégrée" et "Multidimensionnelle" à la fois, cette "force" a pour raison d’être annoncée de "mettre fin à l’anarchie qui règne dans ce pays livré aux groupes armés"… Et pour ce faire, son titre même lui assigne une seule mission résumée en un mot : "Stabilisation" !
C’est-à-dire faire en sorte que la situation se stabilise. Autrement dit agir pour geler les positions, pour qu’elles se coagulent, comme le sang… Suffit que ça ne coule plus… C’est exemplaire de cette volonté des ventres pleins qui veulent toujours éviter de traiter les situations de guerre autrement que comme de simples opérations de police. Et il n’y a qu’une explication à ça : le refus absolu de reconnaître la réalité de l’ennemi

Ce qui me ramène à mon billet précédent. Un lecteur me disait hier soir hors-blog qu’il trouvait excessive "l’addiction" de Carl Schmitt et de Julien Freund à la notion fondamentale de l’ennemi. Cela m’a donné l’envie de vous infliger ici une anecdote rapportée par Pierre-André Taguieff dans son ouvrage sur Julien Freund :

En 1965, Freund soutenait sa thèse de doctorat à la Sorbonne. Outre Raymond Aron, il y avait dans le jury Jean Hyppolite, grand spécialiste de Hegel, Collège de France, directeur de le rue d’Ulm, toussa. Bref, un de ces guignols comme on en fait plus hélas toujours…
Au cours de l’entretien de soutenance, Hyppolite dit carrément à Freund :
"- Sur la question de la catégorie de l'ami-ennemi, si vous avez vraiment raison, il ne me reste plus qu'à aller cultiver mon jardin." 
Freund répliqua :
"- (…) vous pensez que c'est vous qui désignez l'ennemi, comme tous les pacifistes. Du moment que nous ne voulons pas d'ennemis, nous n'en aurons pas, raisonnez-vous. Or c'est l'ennemi qui vous désigne. Et s'il veut que vous soyez son ennemi, vous pouvez lui faire les plus belles protestations d'amitiés. Du moment qu'il veut que vous soyez son ennemi, vous l'êtes. Et il vous empêchera même de cultiver votre jardin."
Ce à quoi Hyppolite fit cette réponse d’une sublime hauteur universitaire :
"- Dans ce cas, il ne me reste plus qu'à me suicider."

Selon P.-A. Taguieff, Raymond Aron aurait alors dit à Hyppolite :
"- Votre position est dramatique et typique de nombreux professeurs. Vous préférez vous anéantir plutôt que de reconnaître que la politique réelle obéit à des règles qui ne correspondent pas à vos normes idéales."

1 commentaire:

  1. Actuellement, de ce point de vue, nous avons des ennemis. Ils ont beau nous désigner chaque jour que Dieu fait, nous nous obstinons à vouloir "les traduire en justice"; après enquête d'un juge anti-terroriste bien sûr.

    RépondreSupprimer