"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 15 octobre 2014

Fours de théâtre et puits sans fonds...



Voilà des nouvelles qu’il me plaît de mettre en miroir et ce n’est pas si tiré par les cheveux que ça...

 - Tout d’abord, j’apprends qu’Euro Disney va être recapitalisé pour la troisième fois en vingt ans. Chose dont nous avons d’autant moins à foutre que ce n’est pas notre pognon : Le groupe amerloque (en principe) devrait être le seul contraint à cracher au bassinet pour maintenir à flot ce complexe "parisien", toujours première destination touristique d’Europe. Conçu comme un instrument parmi d’autres de la colonisation culturelle et du désarmement intellectuel du Vieux Continent par le kitch de l’impérialisme US, le méga jardin d’enfants de Paris a encore perdu un million de visiteurs cette année. Euro Disney affiche une perte de plus de 110 millions, en hausse de 37% d’une année à l’autre et une dette de 1,7 milliards…  

- De son côté, en hausse de 10% avec deux millions de visiteurs, le parc bien-de-chez-nous du Puy du Fou a battu un nouveau record de fréquentation. Tout va bien pour lui et l’activité économique environnante…       

Dans un autre genre - mais p’t-être pas vraiment – j’apprends autre chose qui me réjouit :

- La pièce de théâtre de Béachelle dont le nom m’échappe va prématurément quitter l’affiche sur la pointe des pieds. Bénéficiant à la rentrée d’une ahurissante campagne médiatique (jusqu’à être un jour évoqué à deux reprises dans le même JT de 13 heures…), ce "One-man-Bosnie show" aussi boursouflé que d’une totale vacuité se joue au Théâtre de l’Atelier ; ce théâtre où, il y a 4 ans, Luchini a lu d’avril à décembre des textes de Murray… Prévues jusqu’à janvier prochain, les représentations de la pièce de Béachelle s’arrêteront mi-novembre faute de réservations…
Pourtant, ni Sarko, ni Hollande ni Valls n’avaient manqué d’aller l’applaudir ; la première semaine lorsque la salle n’était pas encore vide…
Faut dire qu’on a l’habitude et qu’on ne se fait pas de souci pour lui… En 1997, entre autre, il a commis un film ayant fait un flop retentissant. Qualifié par les Cahiers du Cinéma de "plus mauvais film français depuis 1945", il avait bénéficié de 3,5 millions de francs de la Commission d’avances sur recettes… Et en 2012, son opus d’auto-encensement sur la Lybie, projeté dans 15 salles, avait fait sur toute la première (et unique) semaine : … une moyenne de 98 spectateurs, non pas par séance, mais… par salle… [source]
Rassurez-vous, il est toujours là.

-  De son côté, pour cette dernière semaine, le livre d’Eric Zemmour s’inscrit second au palmarès des meilleurs ventes, laissant la première place au dernier Modiano boosté par le prix Nobel de littérature (et l’ex-sultane descend du podium…) [source]
  Bon, je vais me servir un whisky.         

2 commentaires:

  1. Il a herite de pres d'un milliard d'euros (sur les dos des noirs africaisn et de la deforestation).Il a les moyens de nous faire chier pour longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact sur le fait que la Becop, héritée de son père, margeait grave sur l'importation de bois africains. Des journalistes avaient fait sur place un reportage sur les conditions de l'exploitation ; reportage qui n'a jamais été publié sur intervention de Béachelle auprès de Lagardère proprio du journal...
      Ceci-dit, pour ce qui est du milliard d'euros, il a vendu Becop à Pinault en 1997. Valeur estimée alors à... 120 millions de francs.

      Supprimer