"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 11 octobre 2014

Les cons n’en ratent pas Une !



Oui, Libé est bien un quotidien de référence et d’influence. Il nous en donne chaque jour la preuve. D’ailleurs, Laurent Joffrin est de retour et ça se voit.

Oui, dans la continuité de ses fondamentaux rédactionnels, héroïque résistant se consacrant à la défense et la conservation des dwoits acquis sédimentés dits de la Renaissance des Lumières en 68, Libé poursuit son plan de redressement en s’imposant par une nouvelle formule : Celle d’un support payant de communication commercial offrant gratuitement des espaces publicitaires à ses cauchemars.
 

 Impact attendu de son numéro de ce week-end :

- Hausse des ventes du journal en kiosque sur Paris-surface : + 20 ex (ou – 10, allez savoir…)

- Hausse des ventes du bouquin de Zemmour (libraires, Amazon, etc.) : + 500 ex

4 commentaires:

  1. Cette caricature de Zemmour ne rappellerait-elle pas les HLPSDNH ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on aurait effectivement pou voir cette une pour "je suis partout"

      Mais personne ne dit rien. "Minute" ferait la même...on aurait une levée de boucliers ventre immonde et fécond toussa toussa

      Popeye

      Supprimer
  2. Quotidien de référance, plutôt…

    RépondreSupprimer
  3. kobus van cleef16/10/2014 14:25

    Ha je l'ai lu libe ce ouiquende
    Enfin, lu est un grand mot
    Parcouru serait plus juste
    D'un derrière distrait
    Surtout qu'il était gratuit, offert si on peut dire, dans l'avion, zair vronze
    Gratuit n'est pas le mot puisque je, vous, nous l'avons payé avec nos impôts, du fait des subventions à la presseu écrite ( y en a une autre ? la presse parlée, hurlée, mimée ? chantée ? scandée ?) et de la participation de l'etat dans la compagnie que le monde entier nous envie
    J'ai appris que Zemmour était..... je me souviens plus ( j'ai largué le torchanus dans la 1ere poubelle) mais c'était pas reluisant
    Y avait même un zosiologue pour en causer ( lorsque les zosiologues deviennent critiques littéraires ,on est sauvés, la littérature française est en de bonnes mains)

    RépondreSupprimer