"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 27 octobre 2014

Très sincèrement à toi…



Monsieur Sapin, il sait causer. C’est déjà ça. Il a répondu à Monsieur Jyrki Katainen (à vos souhaits) Ce sont des choses qui se font. Vite-fait finalement, vu que Monsieur Jyrki Katainen, comme son nom l’indique, va quitter ses fonctions dans neuf jours et passer le bébé à… Pierre Moscovici.

Monsieur Jyrki Katainen avait donc adressé l’autre jour un courrier à la France. Courrier sûrement fort civil dans sa forme mais, dit-on ici et là, probablement assez euh… ferme pour ce qui est du fond. Un courrier que l’on nous dit réclamant des précisions, des explications et des éclairages concrets sur divers points.de notre projet de budget. Du moins c’est ce qu’on soupçonne si l’on en croit ce que laissent entendre les entours de l’expéditeur, vu que le destinataire élyséen n’a pas estimé utile de nous la faire lire.
Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’une correspondance privée, j’admets pour ma part que, dans le cas d’espèce, le destinataire puisse ne pas estimer utile, ou souhaitable, de nous en communiquer l’intégralité. La raison d’Etat comme la confidentialité des négociations sont des choses nécessaires et la transparence à toutes les sauces une vaste connerie. Bon.

Mais alors comment se fait-il que le destinataire d’une lettre qu’il estime devoir rester confidentielle rende publique sa réponse ?  

Si on exclue l’hypothèse que le dit destinataire est totalement à côté de ses pompes (ce qui n’a pas lieu d’être mais reste hélas envisageable, semble-t-il…), il y a une seule explication possible ; et dans un monde cohérent il n’y en a pas d’autres :

- La réponse ne répond pas aux questions posées.

Non seulement elle n’y répond pas, mais elle ne les évoque même pas. Elle les ignore. Sinon une réponse publique aurait bestialement dévoilé le contenu du courrier reçu estimé confidentiel. Et la réponse a été voulue publique ; sinon le scan de celle-ci avec la belle signature de Sapin n’aurait pas été accessible au Plouc que je suis, gratos et le jour-même, en libre-service chez l’AFP et les sites des maisons de presse.

Donc, Monsieur Sapin a répondu à Monsieur Jyrki Katainen. C’est beau : Une page et demi,  A4 police 12, marges larges, quelque chose, allez, comme 4.000 signes et espaces. Un peu plus quand-même qu’un courrier navré éconduisant un demandeur d’emploi après un premier entretien.

Et il lui dit quoi à Monsieur Jyrki Katainen ? Il répète. Il répète qu’avec ça nous devrions rester dans les clous. Avec quoi ? Avec le… Pacte de Responsabilité ! Et en prenant en compte qu’un… changement de référence comptable européen dégrade facialement et transitoirement notre effort prévu en 2015 de… 0,1 point de PIB…
Pour faire patienter la bête, Sapin annonce quand même qu’il ajoute aussi sec 3,6 milliards de réduction du déficit budgétaire initialement prévu pour 2015. D’où viennent ces nouvelles diminutions de dépenses ou augmentations de recettes qu’il sort de son chapeau ?

1°- De… la baisse des taux d'intérêt qui allège le coût de la dette… en attendant qu’ils remontent.
2° - D’efforts structurels ! Lesquels se résument à… la lutte contre la fraude et à une optimisation fiscale…

Et après la formule de rigueur exprimant à Jyrki sa considération, il ajoute à la main :

"Très sincèrement à toi," (enfin c’est ce qu’on devine)

On attend la note attribuée à la copie.

Ce pays est foutu.

2 commentaires:

  1. c'est justement la saison des clowns

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef30/10/2014 16:17

    Comme Noël et ses sapins se rapprochent, faisons le paris de ne plus appeler le sinistre du budget que "plug Vendôme" pour les raisons suivantes
    - ceci est un sapin de Noël mais on peut y voir ce qu'on veut
    - il est gros
    - il n'est pas vert mais l'actu récente a prouvé qu'un sapin n'est pas forcément vert
    - on peut y suspendre des boules
    - ou pas

    RépondreSupprimer