"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 17 novembre 2014

Et le sexe des pendules, bordel !



Dans la série "Recueil des conneries symptômes psychiatriques accessoires" observés chez les résidents de l’immense asile pour malades mentaux qu’on appelle communément l’OCDE je crois, je suis tombé par hasard sur une de ces petites éruptions de pustules d’un genre devenu si banal qu’on ne les remarque plus. Pourtant, les diafoirus qui soignent les pensionnaires internés d’office semblent y voir un complément thérapeutique d’un grand intérêt et souhaiteraient en inoculer le germe à tous et partout.

Résumons. A Dortmund (580.000 habitants) dans la Ruhr, les élus socialistes et écologistes (plus de 60% des sièges au Stadtrat du Landkreis) veulent que… 50% des feux tricolores de la ville représentent désormais des femmes. Bien sûr, comme nous sommes modernes la chose n’est pas nouvelle ; elle s’est déjà répandue, çà et là et jusqu’en Nouvelle Zélande, mais toujours de manière ponctuelle au gré des occasions. Bien sûr aussi, pour faire avaler budgétairement la chose, nos Schleuhs roses et verts-rouges-dedans tolèrent que les oculaires des feux ne soient féminisés qu’en cas de réparations de l’existant et pour les installations nouvelles. Mais la mise en place de pictogrammes femelles sera systématique jusqu’à l’obtention d’une parité parfaite 50/50 du parc installé. Il est certain qu’en cas de nombre impair on investira dans un feu superflu de plus pour faire le compte, un peu comme pour les ministres du gouvernement français. Ou alors on confectionnera peut-être spécialement un exemplaire unique d’un personnage trans, bi, asexué ou que sais-je. Sauf que j’attends de voir comment ils s’y prendraient pour représenter "ça"…  Déjà que le "symbole" féminin retenu – avec tresse et jupette – va en scandaliser plus d’un(e). C’est déjà fait.
Notez que pour contourner cette contrariété de l’éventuel nombre impair, les Schleuhs savent faire. Sur leurs anciens (et peut-être futurs) billets en Deutsch-Mark, ils avaient pris soin d’alterner des portraits de personnalités mâles et femelles. Sauf que… il y en avait un nombre impair. Sur la plus grosse coupure (pas la plus petite, faut pas déconner), ils avaient donc mis… deux mecs. En l’occurrence les frères Grimm des contes bien connus. C’est vrai qu’ils étaient célibataires sans enfant et vivaient ensemble. Je dis ça, je dis rien…

Mais je m’égare. Revenons aux feux tricolores.   

En ces temps de crise, de déflation aux portes, de réchauffement climatique de colonisation barbue  d’immigration de travail, de guerre froide c’est-la-faute-à-Poutine, d’Ebola et Sida, pour le maire de Dortmund, c’est là un sujet prioritaire trrrès important. Interrogé par la presse sur ce qu’en pensent ses administrés, à la question de savoir si ça ne l’inquiétait pas, ce brave maire socialo a répondu "Bien sûr je suis inquiet" mais en ajoutant en substance à peu près ceci : "Ils ne se soucient de rien. Mais moi je me soucie pour eux tous, pour le bien de la communauté…" Tout est dit ; il est bien socialo. Ça rassure.

Dans la même série des pathologies mentales, pas au chapitre "Horizontalité du Fléau (de la balance)" mais plutôt dans celui "Pudibonderie préparatoire à la colonisation coranique", je relève aussi une autre éruption cutanée ; en Suède cette fois-ci : Je vous laisse aller la découvrir ici 

6 commentaires:

  1. Ce monde de paritaristes ( c'est comme islamiste mais pour les dingos de la parité ) devient complètement taré

    RépondreSupprimer
  2. La petite fille en vert me donne sévèrement l'impression de porter un gode ceinture. C'est grave, Docteur ?

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bine la version de gauche (pour une fois) à la suédoise. Un piéton qui dégage vite de ma route...

    RépondreSupprimer
  4. Il fut un temps, nos "Marianne" en mairies étaient des bustes de Brigitte Bardot (jeune) assez profondément décolletés. Je trouvais ça bien.
    Aujourd'hui, on voit tout et n'importe quoi. Sauf la parité en la matière.
    Je propose Jean-Pierre Coffe ou Jacques Attali.

    RépondreSupprimer
  5. Le sexe des pendules ?
    Faut leur couper la pendeloque !
    Question à régler au plus vite à Bruxelles (car notre parlement, n'est-ce pas...)

    RépondreSupprimer