"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 20 novembre 2014

J’y étais presque !



Le 4 juin 2012, je regardais la photo "officielle" du nouveau Président de la République Française ; celle offerte à notre dévotion, celle qui sert depuis à distraire les jeunes mariés de tous genres durant la barbante lecture des articles du Code Civil, ou à faire patienter les invités en visite protocolaire dans nos ambassades. Oui, c’est de celle-là que je parle.
Ce faisant, j’essayais de découvrir quel pouvait être le métier, le savoir-faire professionnel, voire la vocation profonde de ce type que l’on ne nous aurait jamais sorti du chapeau sans une contrariété inattendue quoique non improbable survenue l’année précédente outre-Atlantique et sans un forcing tous azimut où les fées Sofitel et Fouquet’s ont mouillé le chemisier main dans la main. Oui, parce que son CV, hein ? Je n’appelle pas ça un acquis professionnel   

Je m’interrogeais donc et, après d’autres hypothèses, ce 4juin de l’année où on a rallumé la lumière, je trouvais enfin quel était son job et j’écrivais ceci :

« - Un commercial des Pompes Funèbres Générales ? Oui, c’est ça ! "- Pour la toilette mortuaire, vous prendrez la prestation complète ?", "- Le capiton du cercueil, vous prenez le rose fuchsia ou vous préférez l’arc-en-ciel ? Le rose est seyant mais l’arc-en-ciel est plus à la mode…", "- Le crucifix est en supplément et, vous savez, ça se fait de moins en moins…", "- Vous auriez dû attendre l’an prochain ; la levée du corps sera avec TVA minorée si le défunt est partidans la dignité’…" »

Ben non. Ce n’était pas ça. Même sans avoir à traiter directement avec les bénéficiaires des prestations mais seulement avec la clientèle captive de leurs proches éplorés, la fonction commerciale au contact n’est pas de sa compétence. Vendeur c’est non. Incinérateur ? Embaumeur ? On aurait pu le croire deux ans durant. Mais même pas…

Il a fallu qu’il aille aux antipodes parler d’environnement pour que je réalise enfin quel est son métier ! Là-bas, loin des emmerdes d’ci, il a dû se sentir enfin un peu en vacances. Heureusement que le Figaro était là pour que je comprenne :
Il n’est que fossoyeur

Avouez quand-même que je n’en étais pas loin. J’avais trouvé la filière…

2 commentaires:

  1. Très bien vu ! J'ai vu une autre photo rigolote où il arrosait un jeune arbre il y a quelques mois: incapable de tenir un arrosoir.

    RépondreSupprimer
  2. Les deux derniers présidents français sont des peigne-cul.
    C'est ce que m'a sorti un ancien haut fonctionnaire du Département d'Etat cette semaine. Les Américains les prennent pour des minus, ne sachant ni s'habiller, ni calmer leurs pulsions, et politiquement incapables. Habillés pour l'hiver, certes, mais il nous reste deux ans et demi à souffrir des méfaits du système de sélection !!!

    RépondreSupprimer