"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 28 novembre 2014

Le bouffon magnifique et le fou à lier.



- Le bouffon magnifique, tout d’abord. Avec sa tronche de gendre idéal malgré son œil de (plus très) jeune coq avide de trousser les poulettes, avec sa suffisance, son arrogance et sa certitude d’être le seul avenir dont le futur a droit, Arnaud Montebourg de mes deux est un bouffon magnifique. Oui.
Pas un bouffon du roi, non. Quand je dis bouffons du roi, évidemment pas (ou plus) du roi qui procrastine dans notre château ; ces bouffons-là, on ne les évoque plus qu’à l’imparfait de l’indicatif. Mais des bouffons des rois, empereurs et sultans de l’Empire du Bien, il y en a à la pelle. Ce serait donc trop banal, Arnaud ne mange plus pas de ce pain-là.
Et pour remplir son office de bouffon, il n’a pas besoin de s’affubler de fripes d’Arlequin, de claquettes surdimensionnées, de nez rouge et de clochettes aux fesses, non. Être lui-même suffit. Il est le bouffon de lui-même. On pardonne beaucoup à ceux qui nous font rire, surtout quand leur performance dans le ridiculisme provient principalement, comme chez lui, du fait de ne pas se rendre compte à quel point il se caricature lui-même. Bien mieux que Bébel dans Le magnifique car lui, Arnaud, il ne joue pas un rôle, il "vit" son réel Et son ridiculisme en vérité fait oublier les répliques lourdingues et les effets néfastes de son socialisme sur-joué

Aujourd’hui donc, Arnaud a le plus sérieusement du monde pondu une tribune où il nous explique doctement que "(…) la politique, elle ne se rend plus elle-même compte de l'institutionnalisation de sa propre arrogance, matrice fondamentale de la décision erronée ou fautive."

Les indulgents diront peut-être qu’il commence à virer sa cuti dans le cadre de son business plan… Au demeurant, sortir ça le jour même où tombe l’annonce qu’après une ultime tentative suppliante auprès de Titan, il n’y a désormais et définitivement plus rien à faire d’autre que fermer Goodyear-Amiens, c’est magnifique !
Arnaud, ce n’est jamais qu’un petit marquis poudré qu’on a laissé monter en graine à force de lui passer ses caprices. Sous le costard et la mèche artistiquement bouclée, c’est resté un insupportable gamin narcissique en culotte courte. Il suffit de lui enlever les jouets qui ne sont pas de son âge ; c’est fait. Il ne peut plus blesser quelqu’un, casser la boutique ou nous faire pleurer mais il peut continuer à nous faire rire.

[pour rafraîchir la mémoire sur l’Affaire Goodyear, c’est ICI ]

- Le fou à lier, c’est autre chose. Béachelle, lui, est un bouffon sinistre, un fou dangereux à enfermer d’urgence (camisole, cellule capitonnée et sédation au Valium). Ce vautour ne jouit qu’à l’idée de déclencher des guerres, des bombardements, des affrontements et des massacres. Il bande à l’idée de pouvoir disposer de nouveaux tas de ruines qui feront un joli décor pour se faire prendre en photo. La Libye ça lui a plu. Bon, maintenant il vaut mieux ne plus en parler et passer à autre chose. C’est comme le Kosovo, ça lasse. Ah l’Ukraine ! Voilà un charnier chantier à sa mesure ! On va voir ce qu’on va voir !
Certes, une guerre on sait comment ça commence mais pas d’avance comment ça finit ; surtout que l’Ours n’a pas la même pointure que l’autre bédouin de Tripoli. Mais c’est sans importance !

Le 18 novembre dernier, Béachelle était à Kiev pour prononcer une allocution (pourquoi lui ? allez savoir…) lors de la remise de la médaille d’honneur Andrey Sheptytsky (métropolite orthodoxe d’Ukraine pendant la guerre mondiale) à Viktor Pinchuk (un oligarque triple milliardaire juif d’Ukraine). A cette occasion, construit comme le sont habituellement ses logorrhées, il a fait un discours absolument effarant. Pieusement publié par son site d’autopromotion La règle du jeu, il a été repris mot à mot (j’ai vérifié), décortiqué et commenté par le site Les crises où je vous invite de vous référer. C’est ni plus ni moins qu’un appel à la guerre contre la Russie, au réarmement à outrance du régime de Kiev avec intervention de l’OTAN, la France en tête !
Non seulement il y est dit que la France ne livrera jamais le Mistral à ce "minable petit officier du FSB () qui serait bien capable de l’acheminer devant Marioupol ou Odessa." mais aussi qu’il "y a la solution que j’ai proposée qui serait de vendre le navire à l’Ukraine moyennant un prêt de longue durée et à intérêt privilégié que lui consentirait l’Union Européenne"… [pas pour l’acheminer devant Sébastopol ?] Tout est à l’avenant…  
Ce type est plus qu’un fou dangereux fauteur de guerre, c’est déjà depuis la Libye un criminel de guerre et même déjà le commanditaire de crimes contre l’humanité ! Putain faites-le taire !

2 commentaires:

  1. J ai lu la dernière BHLerie restranscrite sur Les Crises, je crois que ce gars est fou , tout simplement. Fou à lier.

    RépondreSupprimer
  2. Un effet de la drogue qu'il consomme en permanence (dixit sa femme) ?

    RépondreSupprimer