"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 26 décembre 2014

Déstockage massif…



Hier, la journée du Ploukèm’ n’a guère été différente de celles de beaucoup d’autres bien-de-chez-nous qui se ressemblent. Rude :
Levé tôt, pose du Petit-Jésus dans sa mangeoire, descente au village acheter le pain et les pâtisseries avant la messe pour éviter la longue queue chronophage à la sortie d’icelle sur le trottoir devant la boulangerie. 9h30 Messe avec la moitié du Clan manageant les plus jeunes, puis "congratulations de parvis" avec la société indigène et queue chez le boucher pour récupérer la commande. Parallèlement, ayant été à la veillée et Messe de la nuit, l’autre moitié clanique s’activait au castel (mise en place des cadeaux, cuisine, etc.) Puis, après un temps de prière pour calmer un peu l’excitation, les 23 s’activèrent à ouvrir les cadeaux… Femmes, et pas seulement, gardant en même temps plus qu’un œil en cuisine, on pataugea alors une bonne heure durant dans un océan de papier-cadeau froissé, déchiqueté, de pièces de Lego, de livres et objets divers. Et de BD dont certains –parfois présumés adultes- ne pouvaient physiologiquement pas se priver d’entamer derechef la lecture avec cette sérénité que l’on trouve alors quand tout s’agite autour de nous. Je résume…
Même menu pour tous mais en deux services ­–faut pas déconner tout de même. Donc, première table de douze couverts plus deux chaises hautes. Nappe blanche, déco, etc. C’est fête. Tentative prématurée de démarrer l’apéro des "grands" avant la fin du premier service. On a préféré y renoncer jusqu’à ce que les convives du premier service regagnent, qui la salle de jeu, qui la sieste… Enfin ! Apéro, puis deuxième service de neuf couverts (changement de nappe, etc.) Puis café en prenant son temps…
Traditionnelle promenade digestive après les siestes de la petite classe, prolongée jusqu’à nuit noire…
A point d’heure, les adultes se sont enfin assis pour un dîner "buffet de restes et fromages" sans négliger d’ouvrir encore les bouteilles nécessaires sinon indispensables…

Pourquoi vous causer de ça qui n’a rien d’original ? Pour amorcer la suite, c’est-à-dire le retour dans le monde soi-disant réel : Avant de se coucher, le Ploukèm n’a pu s’empêcher d’allumer l’ordi ; juste pour voir si la planète existait encore. Ben oui :
Le 25 décembre n’avait pas encore cédé la place au 26 que les divers sites commerciaux que nous connaissons bien m’inondaient déjà de leurs propositions "de saison" : "déstockage massif à -50%" chez mon fournisseur de vin ; le désormais classique "revendez vos cadeaux sur e-bay", et, la nouvelle de l’année : "le produit miracle pour détacher la nappe" !

Mais toussa n’est rien.

La merveille de Noël des fêtes traditionnelles de fin d’année ; la kolossale surprise propre à enchanter l’acuraba le plus déculturé ; le cadeau à la fois le plus inattendu, le plus utile ; le présent dont on sent qu’il n’est pas une bestiale suggestion commerciale venant au secours de celui qui n’a pas d’idée de cadeau, mais qu’il a été réfléchi et pensé pour vraiment faire plaisir et répondre aux attentes les plus inespérées de celui qui va le recevoir, le cadeau par excellence, donc, eh bien il nous est fait par le Gouvernement !
Oui ! C’est le gadget à la fois le plus ridicule et le plus odieux que même le Ravi de la Crèche que la maison Carbonnel fabrique en série n’aurait pas pu imaginer dans ses mythomanies les plus arrosées !

Ce cadeau au pied de nos sapins leurs plugs verts se compose de deux boîtes que je vous invite à ouvrir, j’insiste, pour vous plonger avec ravissement dans leurs contenus :

- La première est un jeu. Oui, c’est écrit dessus. C’est un jeu de questions-réponses pour jouer en famille et avec les amis pendant les repas de fête. Ça s’appelle Bingo-Repas Famille, c’est édité par Matignon soi-même et à vos frais. Un vrai kit de survie pour vos potes socialos. Ne vous en privez pas !
En retournant les cartes, vous aurez les réponses aux questions. Par exemple, en retournant la carte "les résultats sont où?" vous saurez que "le coût du travail dans l’industrie est maintenant moins cher qu’en Allemagne" et "qu’à partir du 1° janvier, l’indemnité minimum [minimale ?] des stagiaires de plus de deux mois [z’embauchent jeunes…] sera revue à la hausse de plus de 15%"... Ou encore, en retournant la carte "Le gouvernement n’aime pas les familles", vous lirez : "sécurisation des droits des enfants vivant dans des foyers homoparentaux", "aide au répit pour les aidants familiaux en cours de création"…  

- Et ce n’est pas tout ! Comme pour nos vieilles boîtes Meccano, après la boîte n°1, il faut acheter la boîte n°2. Ouvrez-donc la boîte Agenda-réformes. Il y a 155 pièces dedans. Sur l’agenda, vous trouverez la 155° à la date de "avril 2017" ; elle s’appelle "programme d’investissements d’avenir"…

- La vie du Clan m’appelle en ces jours bénis et je m’arrête... Mais je suis heureux de vous avoir offert ces deux boîtes de construction. Si vous les avez en double, j’en suis désolé car je crains qu'elles ne valent rien à la revente sur e-bay.  Pour vous consoler, lisez au moins le papier de Sophie de Menthon sur Atlantico.

2 commentaires:

  1. Le bingo du gouvernement est affligeant de bêtise. Nos princes croient que le peuple qu'ils méprisent est encore plus bête qu'eux.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le Bingo.
    Un grand moment de rigolade (ou de désespoir) pour les fêtes !
    En plus quand je clique sur leurs belles images (de maternelles), il ne se passe rien ! Serait-ce un symbole de leur efficacité ?
    Trop tard pour vous souhaiter un joyeux Noël (d'ailleurs l'Elysée a oublié aussi) donc tous mes voeux de survie en Socialie pour 2015.
    Droopyx

    RépondreSupprimer