"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 3 décembre 2014

Le Vacuum Award du jour…



(du jour seulement…)

Le Vacuum award est un prix virtuel décerné par ce blog. Sa direction me demande à ce propos de bien préciser que ça n’a rien à voir avec les pompes à faire le vide autour de certains membres plutôt que de gonfler des plugs. Bon, c’est dit. Le Vacuum Award, donc, est un prix qui récompense une phrase ou un discours dont la vacuité du contenu est particulièrement mise en valeur par sa richesse en mot-valise dépourvus de sens concret. Il est vrai que, de nos jours, il est plus aisé de trouver des lauréats que pour le Nobel de la Paix tant l’enchaînement des concepts vides et des mots creux fait florès. Ces petites perles de la rhétorique côtoient désormais de plus en plus souvent, au choix, le vide intergalactique ou les profondeurs abyssales des océans où le Cœlacanthe digère un reste de Somalien. Mais je m’égare…
Au demeurant, ce prix n’est attribué que lorsque les circonstances l’exigent. C’est-à-dire, n’ayons pas peur des mots, quand le taulier éprouve le besoin de meubler. D’ailleurs, le dernier lauréat (Jean-MarcAyrault, qui n’est pas venu chercher son prix) remonte à près d’un an, c’est dire…

Celui du jour sent un peu le sapin. Michel a déclaré hier, vous le savez, qui ne le sait :

"- Désormais, les seules contributions qui sont appelées à augmenter, le seront au titre des décisions déjà prises."

Que c’est beau ! Désormais… Le terme est suffisamment neutre pour que je fasse confiance à Wikipédia :

"Désormais est l'équivalent de dorénavant : à partir d'un instant déterminé, et pour toujours, ou en tout cas pour longtemps, pour une durée longue et indéterminée, jusqu'à nouvelle modification de la situation. Assimiler "désormais" à "maintenant" ou à "à présent", est un glissement tout à fait inapproprié, volontiers pratiqué par (…) de nombreux journalistes, et qui illustre très bien la regrettable tendance à imiter autrui sans réfléchir à ce qu'on dit. Exemple typique : "Vettel a désormais 14 points d'avance sur Alonso" !! (...désormais, jusqu'à la prochaine épreuve qui viendra probablement modifier ce classement dans les semaines suivantes !!)"

- Désormais, donc, les seules "contributions"… Le terme contribution est sûrement pesé ; il englobe tout : fiscalité directe et indirecte, budget de l’Etat et fiscalité locale, taxes parafiscales, toutes les contributions au forfait ou au pourcentage prélevées sur les consommations (énergie, eau, etc.)… "appelées à augmenter au titre des décisions déjà prises"…
- Au titre… de quoi ? Des multiples décisions déjà prises par le législateur, assurément. Mais aussi, n’en doutons pas, au titre de toutes les déclarations de consensus déjà actées par les Grenelle de ceci et autres Grenelle de cela, notamment en matière d’environnement… Dans "le seront au titre des décisions déjà prises", ne faut-il pas plutôt entendre "le seront par effet induit des orientations déjà envisagées" ?
Les composantes multiples et variées de la fiscalité locale, notamment, ne sont-elles pas appelées à augmenter au titre des décisions déjà prises en matière de dotation globale de fonctionnement ?   

En résumé, Sapin aurait pu se contenter de dire : "- D’ici 2017, on n’instaurera pas d’impôt sur les portes et fenêtres ni de taxe sur le port de la jupe par les femmes non ménopausées." On aurait compris.

Mais je réalise que j’ai eu tort de lui attribuer le Vacuum Award. En effet, son propos n’est pas vide ; il est même plein de sens.

"- Désormais, les seules contributions qui sont appelées à augmenter, le seront au titre des décisions déjà prises."

Il nous dit en toute franchise que, désormais, toutes les décisions sont déjà prises
Rendez-vous compte de ce que l’exécutif nous dit par sa bouche : C’est terminé, bouclé. Il n’y a plus rien à faire d’autre que de laisser ronronner le truc, que d’expédier les affaires courantes… Les décisions sont déjà prises, roule ma poule, on s’en tient là, rassure-toi, le quinquennat est terminé, y a plus qu’à attendre que ça se passe…

Dernière minute : Non, ils ont encore du boulot : Il leur faut remplacer Faouzi Lamdaoui…  
  

4 commentaires:

  1. Remplacer, ce n'est pas un problème !
    Plus compliqué, trouver quelqu'un qui ne traine pas de casseroles !

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef03/12/2014 20:58

    tiens , un autre proche de molleglande qui a trébuché....
    c'est ballot,hein gros?
    pris à ripouiller dans la caiise, et , selon l'expression consacrée "autorisé à disposer de son temps pour organiser sa défense" ce qui peut se traduire par "dégage connard, on avait dit discrétos , t'as été assez rapace pour attirer l'attention , va crever ailleurs et surtout oublie mon téléphone"
    à qui le tour ?

    RépondreSupprimer
  3. Cher Ploukem,
    HS mais je ne sais pas dans quel fil poser ma question : avez-vous remarqué la boule à facettes au dessus de la basilique de Fourvière (au dessus de la statue de l'archange Saint-Michel, pour être précis) ?J'ai cru mal voir tout à l'heure.
    Modernoeud ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît.
    Ça commence bien la fête des lumières.

    So

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ?? Pas passé bord de Saône ce soir. OK J'irai voir ça demain.

      Supprimer