"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 17 février 2015

Croissance et Vivrensemble ? Laïcité et loi Macron !!



On savait le projet de loi Macron être un fourre-tout servant-en-douce-à-tout. Il n’a pas seulement été raboté de jour en jour pour lui enlever tout soupçon de résidu de quelque chose pouvant contribuer par heureux hasard ou malchance à booster la croissance d’une fraction de dixième de pourcent. Il sert aussi en loucedé à supprimer au passage quelques traditions surannées héritées des zeurléplusombres qui font encore obstacles à une saine fluidité laïque, indispensable comme chacun sait au retour de la croissance et de la confiance dans une société apaisée.

C’est ainsi que Dame Ericka Bareigts, députée de la Réunion et accessoirement secrétaire nationale du Parti Socialiste aux Outre-mer, a déposé un projet d’amendement stipulant initialement que, sur décision préfectorale,  les jours fériés du lundi de Pâques, de l'Ascension, du lundi de Pentecôte, de l'Assomption et de la Toussaint puissent être remplacés par des "jours fériés locaux" dans les départements et régions d'outre-mer. Que n’y avait-on pas pensé plus tôt ! Du coup, le groupe socialiste a amélioré et étendu la cible de l’amendement. Et même ceux qui se battaient pour limiter le nombre de dimanches non chômés ont validé la nouvelle formulation de l’amendement : Pour rester laïcs il suffisait d’inverser la formulation, ce qui évitait de citer les fêtes susceptible de sauter : Tous les jours fériés peuvent être remplacés à l’exception des "jours fériés républicains" (1er et 8 mai, 14 juillet et 11 novembre) 

Selon Ericka Bareigts, "il existe un paradoxe de fait dans une République laïque [qui est de donner] un statut légal aux seules fêtes d'une religion, bien que celle-ci ait un caractère fortement majoritaire dans la population. Ce paradoxe est renforcé dans les départements d'outre-mer où le fait et l'histoire religieux sont parfois de nature bien différente".
"Ces jours fériés locaux feront l'objet d'une discussion entre les préfets de région et la société civile. Une négociation avec les partenaires sociaux sera ensuite nécessaire pour adapter les conventions collectives"

L’amendement a été voté et intégré au texte. Pour la première fois depuis longtemps, le gouvernement a sorti son 49.3 La loi sera adoptée dans la nuit de jeudi à vendredi, n’en doutons pas.

Et, entrefilet discret au milieu de ce fourre-tout à la con, l’amendement Bareigts prendra force de loi.

Dès lors, en Guadeloupe comme en Martinique où les confessions chrétiennes tiennent le haut du pavé ; en Guyane où, comme en Alsace-Moselle la loi de 1905 ne s’applique pas et où les curés sont payés par le Département ; à Saint-Pierre et Miquelon comme à Mayotte, on bossera ou non le jour de Pâques ou de Noël au gré des humeurs des satrapes locaux.

Les copains de Taubira pourront imposer au préfet de Cayenne de remplacer Pâques par une journée de mémoire de l’esclavage et Noël par une de repentance pour la colonisation. Ceux de Mayotte le 1° janvier par l’Aïd al Fitr (le 1° Muharam de leur année lunaire à la con n’est pas une fête chez ces gens…) Cinq ou six libres penseurs écolos invoquant la mémoire des morts en mer obtiendront peut-être qu’on remplace la Toussaint par une fête de la morue ; Les Kanaks de Nouvelle-Calédonie qu’on remplace Pentecôte par une journée Saint Eloi Machoro ; etc.

C’est normal, ce pays est foutu.

Dame Ericka Bareigts née Couderc

3 commentaires:

  1. Et dans le 18 eme et le 20 eme , on chômera le jour et ripaillera la nuit pendant le mois ad hoc avec vacances à la clé? ... J'ai comme un coup de barre là , tout soudain !
    Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer
  2. pas sur que cela passe au Conseil Constitutionnel.
    ceci dit, c'est un bon début, d'abord les dom-tom et puis après le 9/3 réclamera la même chose, puis PACA, puis le 9/5 etc...
    Quel bande de cons, c'est pas possible !

    RépondreSupprimer
  3. Chez Mâme Taubira, le pdt. du Conseil Général a refusé de payer le salaire des prêtres.
    "Alain Tien Liong a d’ors et déjà prévenu qu’il ne paierait pas quelles que soit les décisions de justice."
    Je n'ai pas trouvé de déclaration de Mâme Taubira rappelant que les élus doivent appliquer la Loi. Ceci ne s'applique peut-être qu'aux lois portant son nom...

    Droopyx

    RépondreSupprimer