"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 2 juin 2015

La pétrolisation des droits de l’homme…



Vous connaissez le Conseil des dwoits de l'homme des Nations unies ? Non ? C’est pas grave !
Sous l’honorable règne de Kofi Annan, sec’étaire gén’éwal du machin durant les riches années 1997-2005, on s’est rendu compte – comme c’est curieux – que les Etats qui cherchaient à se faire nommer à la Commission des droits de l’homme le faisaient le plus souvent surtout pour se soustraire eux-mêmes aux critiques tout en trouvant là une tribune pour critiquer les autres. Voyez-vous ça… Bref, ça "ternissait l’image" du Machin, ce qui ne pouvait durer.
Le temps de se mettre d’accord, la Commission fut remplacée en 2008 par un Conseil. Les membres en sont 47 Etats élus à la majorité absolue par l’Assemblée générale de l’ONU pour 3 ans, renouvelés par tiers. Un Etat ayant siégé six années consécutives doit au moins passer son tour durant un an avant d’y revenir. Pauvre chou. En outre, il y a un quota par blocs régionaux : 13 pour l’Afrique, 13 pour l’Asie, etc. Et la présidence annuelle du truc tourne entre les blocs en question… Avec ça, M’sieurs-Dames, on vous crédibilise l’action en faveur des droidlhomme™ que je vous dis pas… D’ailleurs, le bidule basé à Genève emploie suffisamment de fonctionnaires internationaux (j’en ai connu) pour qu’on y croie…  
    
Pourquoi vous causer de ça ? Pour cette année, la présidence est assurée par l’Allemand Joachim Rücker qui m’est aussi transparent que la brume matinale de mes montagnes et c’est très bien comme ça. Son mandat cherra le 31 décembre et, comme d’hab’, son successeur devrait être élu par les 47 en novembre prochain.
Figurez-vous que la règle des rotations veut que le prochain président du dit Conseil des droits de l’homme pour 2016 soit issu du bloc Asie dont les treize représentants se trouveront être alors l’Arabie saoudite, le Bangladesh, la Chine, les Émirats arabes unis, l’Inde, l’Indonésie, le Japon, le Kazakhstan, les Maldives, le Pakistan, la Corée du sud, le Qatar et le Vietnam. De toute façon, les 47 ne pourront désigner le prochain président que parmi les candidatures déclarées au sein de ce bloc de treize. D’ores et déjà, l’Arabie saoudite est en train de faire le forcing auprès des douze autres pays et de leur faire des chèques pour être leur champion. Et son représentant, Fayçal bin Hassan, a toutes ses chances…

Les Bisounours Européens vont sûrement tout tenter pour convaincre leurs collègues asiatiques de faire un autre choix. Relisez la liste : Comme le Japon et la Corée ont trop besoin de pétrole pour les contraindre de contrer Fayçal, tous les autres, sans exception, feraient des présidents très convenables pour manager la défense des dwoidlhomme™ !
Après tout, l’Arabie saoudite est membre à part entière du schmilblick, régulièrement élue par l’Assemblée générale planétaire. Du coup, dans les couloirs, les diplomates marmonnent "embarras", "malaise"… et, en off, se pissent dessus en parlant de "catastrophe" pour la crédibilité du machin dont dépendent leurs fins de mois…

Tant qu’à faire, perso, j’espère que Fayçal sera élu président ! Etant l’un des seuls huit pays n’ayant pas signé la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, l’Arabie saoudite se montre moins Tartuffe que beaucoup d’autres et est farpêtement qualifiée pour faire le job. Et au moins, chez eux, la peine de mort crée des emplois pour les non-qualifiés !   Hormis les "ONG" que-nous-connaissons-bien, on verra qui va s’indigner sur le papier. Une belle tranche de rigolade en perspective !

Las ! Faut pas rêver. Le réel prenant toujours le dessus, faute de pouvoir s’y opposer, on nous dira (c’est déjà fait) que "le rajeunissement à la tête du royaume, avec notamment la nomination d'un futur prince héritier de 30 ans, laisse présager de plus amples changements à l'intérieur du pays." Et que, bien entendu, cette présidence va dans le bon sens, gnagna, etc.
En outre, cette nomination de l’Arabie saoudite à la présidence du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU interviendra chez nous en pleine et enthousiaste fébrilité de la préparation du CAP21 qui doit sauver la planète. Autant dire que ça passera en page intérieure des faits divers…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire