"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 5 septembre 2015

Communication en temps de guerre…



C’est vrai que j’exagère, n’est-ce pas ? Nous ne sommes pas en guerre ! Juste en situation de Vigipirate renforcé. Bien sûr, il y a bien quelques opérations extérieures… loin ; mais ce ne sont guère que des opérations de police militarisées pour maintenir la paix… La preuve, c’est que la moindre bavure dans le feu de l’action de nos soldats est poursuivie avec célérité par la Justice compétente qui n’a que ça à faire.
Nous ne sommes en guerre avec personne, qu’on se le dise.

Et la Justice, hein, malgré son manque de moyens, elle a le temps de s’occuper à ne rien laisser passer. Normal puisqu’il ne se passe rien de grave hormis les dérapages verbaux de certains et les honteuses diffamations dont est victime Pierre Bergé.

C’est ainsi que le Parquet de Paris a consacré le temps nécessaire de magistrat, de secrétaire, etc. à l’ouverture d’un dossier préliminaire et le coût d’un affranchissement recommandé pour adresser à i>Télé un courrier officiel de "mise en garde". Pourquoi ?

Parce qu’i>Télé a montré Ayoub El-Khazzani, "auteur présumé" de l’attaque contre le Thalys Amsterdam-Paris, arrivant au palais de justice pieds nus, menotté, les yeux bandés et entouré de policiers,
Il est vrai que la loi sur la liberté de la presse interdit, au nom de la présomption d’innocence, la diffusion sans le consentement de l’intéressé, d’images d’une personne portant des entraves, tant que celle-ci n’a pas été condamnée. Certes, i>Télé avait veillé à flouter la visage et les menottes, mais cette précaution habituelle était emportée par le fait que le mis en examen avait été nommément cité dans le commentaire…
Sans envisager pour l’instant le ridicule de poursuites pénales, le Parquet a donc jugé utile, en ces temps de crise mais-d’Etat-de-droit, de mettre expressément la chaîne en garde contre toute récidive qui entrainerait automatiquement un signalement par la Justice au Conseil supérieur de l’audiovisuel…
Regardez cette image. Le nom, le prénom, le CV et la tronche d’El Khazzani traînait déjà dans tous les caniveaux (et organes de presse écrite et télévisuelle, précision inutile c’est pareil) mais dites-moi si cette image vous permettrait de le reconnaître dans la rue ? Est-ce une atteinte à son image ? D’autant que sa tronche piquée par les médias sur son profil fess-bouc ou je-ne-sais quel Instagram était déjà connue de tous…
Mais la publicité de sa bobine résultait du travail légitime d’investigation des journalistes. Là, en revanche, on a un visuel qui tombe sous le coup d’un alinéa d’une loi faite pour protéger la vie privée des honnêtes gens et ça ne peut pas passer !
En s’appuyant sur cette démarche d’enculeur de mouche du Parquet de l’ère Taubira, El Khazzani devrait pouvoir porter plainte contre i>Télé. Il a des sous à ce faire de ce côté-là pour améliorer son ordinaire en prison…

3 commentaires:

  1. Adoncques, le pédalonaute qui nous sert de président a décoré de la Légion d'honneur des gens qui ont tabassé un présumé innocent. Bel exemple pour la jeunesse !

    Le Nain

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef06/09/2015 12:21

    Si les militaires avaient été ruskoffs et non point américains, le casanis n'aurait pas eu l'opportunité de porter plainte contre I-Télé
    Ils l'auraient balancé sur les rails en beuglant "dourak" ou "ntoyou mat" puis auraient fêté l'événement à la vodka fre!atee ( l'autre est seulement bonne pour les touristes et les natures délicates )
    C'est sûr qu'il ne serait resté QUE les pieds à photographier ,le reste, lui ,n'étant plus trop photogénique

    RépondreSupprimer