"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 16 septembre 2015

Concours de châteaux de sable…



- Bon. C’est ma photo du jour. On fait avec ce qu’on a.

L’utilisation faite par Charlie-Hebdo de l’image du petit Aylan a fait scandale, paraît-il. Normal, toussa c’est à Paris rive-gauche, hein.
Le pâté de sable ci-dessus, cépapareil. Regardez comme il est beau. Çà au moins ça t’interpelle vachement au niveau du vécu puisque il a été confectionné sur une plage où les acurabas locaux vont bronzer le vendredi à… Gaza.

- Ah oui ! Un autre château de sable :

On est enfin rassuré par une info glissée aujourd’hui dans la rubrique des Faits Divers :
Vous vous souvenez de Yassin Salhi. Le type avait décapité son patron à Saint-Quentin-Fallavier. Ce sont des choses qui arrivent… Accessoirement connu et fiché pour des liens avec la mouvance salafiste, il avait accessoirement accroché la tête de sa victime à un grillage entre deux drapeaux islamistes, pris un selfie avec le cadavre, accessoirement laissé traîner par là des… "inscriptions" comme il cause le Pédalonaute, avant de précipiter accessoirement son véhicule contre une usine de stockage de gaz.
Ben finalement, selon un rapport psychiatrique dont a eu connaissance RTL, Yassin Salhi n’aurait agi qu’à titre personnel "par vengeance personnelle" et son geste n'aurait finalement rien d'un acte terroriste.
Ouf ! Circulez, y a rien à voir.

Il est vrai qu’en soutien des efforts méritoires de Najat pour relever le niveau des écoles, la réduction drastique du nombre de mots du vocabulaire constitue une piste essentielle. Déjà, la fusion-absorption en un seul des mots clandestins, sans-papiers, migrants, réfugiés et   demandeurs d’asile représente une avancée considérable. Il est évident, cartésien même, que tous les actes terroristes perpétrés ici et là, un certain 11 septembre comme un certain 7 janvier, sont tous plus que quelque part des actes que leurs auteurs ont tous accomplis au premier chef par suite d’une conviction et d’une décision personnelle. On peut donc passer le mot terroriste sous le tapis. Ou sous le sable…. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire