"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 12 octobre 2015

Petit retour en arrière…



La scène doit se passer dans le bureau présidentiel à l’Elysée :

« … ne comptez pas sur l’armée, monsieur le Président.
- Sur qui, alors ?
- Sur personne, monsieur le Président. La partie est perdue.
- Il y aura pourtant génocide, d’une autre façon, et c’est nous qui disparaîtrons.
- Je le sais, Monsieur le Président. Mais c’est une conviction que vous ne pourrez communiquer à personne, car personne n’est plus en état de la recevoir. Nous mourrons lentement, rongés de l’intérieur par des millions de microbes introduits dans notre corps. Cela durera longtemps. Sans souffrances apparentes. Il n’y aura pas de sang versé, là réside toute la différence. Mais il paraît qu’aux yeux des homuncules occidentaux, c’est devenu une question de morale et de dignité. Allez donc expliquer au peuple, sans compter l’opinion mondiale et la conscience universelle, qu’il faut le jour de Pâques massacrer un million d’immigrants à peau noire si nous ne voulons pas mourir à notre tour, mais plus tard, beaucoup plus tard…

(…)

- Moi aussi, monsieur Perret, coupa le Président, j’ai beaucoup réfléchi. Il m’est impossible, à long terme, d’autoriser le débarquement des faméliques sur notre territoire. Qu’on les interne dans des camps ou que l’on essaye de les assimiler, le résultat sera le même : ils resteront. Et comme nous auront ouvert notre porte et démontrer notre faiblesse, d’autres viendront, puis d’autres encore, le processus est déjà commencé…
- En effet, monsieur le Président, ils viendront de toute façon.
- Je le sais aussi. Mais… »

Jean Raspail – Le Camp des Saints –

(pages 255/256 de l’édition originale achevée d’imprimer le 13 décembre 1972)

Il y a 43 ans déjà…

Quelques remarques :
- Dans le contexte du réel de l’époque où Raspail écrit, l’Islam n’était encore "pas un problème". Les "soucis" d’alors sont la guerre du Vietnam, les attentats palestiniens,  de l’IRA, et autres choses de ce genre…
- Si les plus lucides avaient déjà compris, ils voyaient venir ça "sans souffrances apparentes ni sang versé". On va voir…
- Enfin, non seulement la lucidité n’encombre pas les ors de la République, mais elle est poursuivie avec ardeur par la Justice…     


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire