"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

lundi 16 novembre 2015

Full normal jacket…



Que voulez-vous que je vous dise ?

Un autre des "tueurs suicidaires" a été identifié comme on dit (je récuse le terme de "kamikaze", insulte à la mémoire des jeunes patriotes, soldats Japonais qui ne visaient que les combattants ennemis…) : Le brave garçon, natif-de-chez-nous au doux patronyme d’Amimour, honnête citoyen de la bonne ville de Drancy, avait été mis en examen en octobre 2012 pour association de malfaiteur à but terroriste. Bien entendu, laissé en liberté "sous contrôle judiciaire", il s’était illico évaporé dans la nature. D’où l’émission en 2013 de routine d’un "mandat d’arrêt international" venant s’ajouter dessus ou dessous la pile…

On se demandait où il était passé. On en a retrouvé les morceaux au Bataclan…

Bon. Il est possible mais incertain (le risque est quantifiable, l’incertitude non) que dorénavant, avec "l’Etat d’urgence", qu’au terme des gardes à vue les interpellations soient suivies plus qu’auparavant de mesures conservatoires plus contraignantes que la "mise sous contrôle judiciaire" pendant la durée de la procédure… Mais ce n’est pas certain… D’autant qu’il faudrait pour ça rouvrir les stades (on se comprend…)

L’état d’urgence décrété pour 10 jours, cébien. Et puis quoi ?

Etant un peu à la bourre aujourd’hui, allez donc lire, si ce n’est déjà fait, le papier du jour de HASHTABLE...


7 commentaires:

  1. Trois "tueurs suicidaires" qui se font sauter en faisant à eux trois un mort et un blessé...vous ne trouvez pas ça bizarre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas forcément. Ils ont foiré alors que ça devait être le principal objectif en résultat. Les trois types n’ont pas pu entrer dans le stade. Il y a toujours des "impondérables" comme disait Poulidor. Se voyant repéré comme suspect, un premier tire sur la chevillette et la bombinette sauta. Le second fit du coup de même à proximité et le troisième se carapate. Ne trouvant pas de cible, il finit par faire de même.

      Supprimer
    2. C'est l'explication "officielle"...

      Supprimer
    3. Il arrive que le hasard fasse que l’officiel rejoigne le réel… Le complotisme n’est pas un humanisme.
      En bonne logique, en se mettant à la place du "coordinateur de l’opération", le volet stade de France devait faire un gros boum en premier, suffisamment énorme et excentré pour mobiliser toutes les forces – de l’ordre et de secours – convergeant là-bas, laissant ainsi le champ libre à l’équipe du Bataclan ainsi qu’à l’équipe mobile sillonnant les rues pour faire un carnage encore bien supérieur à ce qu’il a été. Les horaires concordent.
      Coup de pot ça a foiré au stade. Point. Et tant mieux (les 7 mecs auraient pu faire plus de 1.000 morts…)
      Certes, ça permet de passer en loucedé le budget ni fait ni à faire, la loi sur la sécu, etc. peut-être de shunter les élections et d’occulter le futur fiasco du COP21, mais – comme d’hab’ chez nos gouvernants – c’est "sans faire exprès"…

      Supprimer
    4. Je trouve que votre explication ne colle pas avec ça :
      http://www.paulcraigroberts.org/2015/11/15/french-security-left-blind-during-paris-attacks-2/
      Et il reste que la puissance des explosifs de vos tueurs suicidaires était ridicule.

      Supprimer
  2. Amimour je suppose que c'est plutôt un prénom. Joli prénom en effet : ami/amour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben si c'est son nom. Il se prénomme Samy comme son non l'indique^^

      Supprimer