"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 26 novembre 2015

Pavoiseries…



"Pavoiser", verbe transitif du premier groupe :
- "Garnir de drapeaux les édifices publics et les maisons à l’occasion d’une fête ou d’une cérémonie"
"Pavoiser", verbe intransitif :
- "Manifester une fierté ostentatoire ou de la joie à l’occasion d’une réussite"… 

François II Pédalonaute, le chef quoi ! (oui, le chef qu’il faut suivre puisque nous sommes en guerre), nous a demandé de pavoiser demain "en l’honneur des victimes du 13 novembre". Bon.
Bien entendu, personnellement je ne pavoiserai pas.

- De toute façon, étant dans mon douar d’élection, je n’ai pas ici ce qu’il faut. Je pourrais tout au plus sortir de la naphtaline le drapeau du Tibet ou (j’allais l’oublier) le bleu-blanc-vert de la Patagonie chère à Raspail. Il n’y a qu’à mon douar de cantonnement que j’ai un drapeau français. Mais comme je le tiens de la "Manif Pour Tous", l’idée de le ressortir à la demande de Hollande aurait été un truc à me faire péter un anévrisme ! 

- Surtout, je ne pavoiserai pas parce que je ne comprends pas cette appel solennel, cette démarche présidentielle qui vise à faire croire à une union nationale républicaine, à une unité de façade derrière des institutions qui n’ont plus de régaliennes que le nom, que nombre de nos concitoyens de papier récusent et dont nombreux aussi sont ceux d’entre nous qui n’en ont plus rien à foutre. Ou plutôt, je comprends trop bien qu’il ne s’agit que d’un de ses petits actes désespérés posés eu urgence, histoire de brasser de l’air,  d’avoir l’air d’exister et de faire quelque chose… Petits actes puérils posés au fil des semaines sous la pression des émotions suscitées au gré des évènements par ceux-là mêmes qui, au pire, conchiaient ouvertement le dit drapeau ou; au mieux, l’avaient remisé au grenier avec une condescendance amusée…
- D’ailleurs, ils sont tous gênés quelque part. Il suffisait d’entendre ce matin les chroniqueurs canal habituel de France Cul’ traiter le sujet du drapeau :
- "délaissé par la gauche"
- "usé par la droite"
- "sali par l’extrême droite"… Que c’était beau !
Et la péroraison de l’incontournable Duhamel glosant sur le patriotisme "ouvert" à ne pas confondre avec le nationalisme "fermé"…
Ecouter leurs contorsions au petit-déjeuner a été une friandise qui augurait bien de la journée…

- Et puis, je m’interroge sur l’adéquation de la chose aux circonstances. Certes, en payant pour écouter chanter "let's kiss the devil's ass !", les victimes du Bataclan étaient sans doute à leur manière, sinon des combattants, du moins des résistants en lutte contre l’obscurantisme de Daech. Euh… si on veut. Mais dans ces cas-là, au champ d’honneur ou au Mont-Valérien, on pousse la sonnerie aux morts et on met les drapeaux en berne  
Il est vrai que les guignols qui nous gouvernent et le premier d’entre eux, incultes qu’ils sont, ne peuvent faire que n’importe quoi. Et ils ne peuvent plus faire moins dès lors qu’ils en viennent à déplacer les plus hautes autorités de l’Etat avec tout le tremblement qui va avec pour aller honorer les victimes, réconforter les familles et assurer que toute la lumière sera faite lors d’un simple accident de la route…

- Et je m’interroge enfin (pas vraiment) : Le Pédalopractor nous demande de pavoiser. De manifester notre fierté ? OK. Notre joie et notre fierté de… quoi ? Non pas d’un succès, d’une réussite. Notre fierté d’être. D’être quoi ? Français me direz-vous. Z’êtes sûr ? Non, ce serait discriminer les autres… Il nous demande d’exprimer la fierté de notre mode de vie : Fierté de l’acuraba, de base, de l’Administré, du Consommateur, de l’Usager, du Résident, de l’Assujetti, du Bénéficiaire, de l’Ayant droit… Fierté du Vivrensemble™, du Mariage-pour-tous, de l’euthanasie prénatale et pré-tombale, du Je-suis-Charlie, du heavy-metal et du parce-que-je-le-vaux-bien… Toussa faussement cosmétiqué sous la douceur de vivre fantasmée du ballon de rouge à la terrasse du café… Et quand on se tord les mains de perplexité à ne plus savoir quoi faire devant le tragique du réel, après tout pourquoi ne pas ressortir de la naphtaline le drap de lit tricolore pour lequel tant de nos anciens sont morts et s’en servir pour représenter tout ça.

Je ne pavoiserai pas.

5 commentaires:

  1. kobus van cleef26/11/2015 22:02

    vous ne voulez pas pavoiser ?
    ho que c'est petit, que c'est vilain, en un mot que c'est anti-vronzais !
    mauvais citoyen, va !
    et ça vote !
    ne saviez vous pas que le chang'ment c'est maint'nant ?
    n'avez vous pas pigé que les conspueurs d'hier ( qui puent du con, si j'ai bien pigé ?) sont les laudateurs de demain?
    que la blicpurée a besoin de vous, de nous ?
    comme sur les affiches de recrutement de l'oncle sam?
    et vous resteriez sourd à cet élan, cette générosité qui sourd de la plèbe , comme les rivières de lait et de miel de la bible ? (mais il manque le prophète qui va nous y mener , en ce pays de canaan ....ha , on nous y conduit pas ? on y est déjà ? ben mon vieux....tu parles d'une contrée biblique ....)
    je vais poser innocemment la question à mon voisin , anar de gauche et zosialiste invétéré ....dis donc,t'as pas pavoisé ton clapier ? étonnant ....je suis sûr qu'il va me pondre une justification alambiquée qui va me ravir

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir le Plouc,
    Manque à la 1ère définition les bateaux (je ne suis pas sûr que mon canot puisse être considéré comme un bâtiment). Mais j'aurais plus tendance si j'étais en mer ou au port à mettre le pavillon en deuil qu'à sortir le grand pavois !
    Deux explications possibles :
    a) les communicants sont nuls
    b) ils ne savent pas ouvrir un dictionnaire (ni une grammaire quand on voit leur twitts avec confusion de participes passés et infinitifs)
    Dans leur cas le "ou" est inclusif et la réponse positive aux 2 termes de l'alternative.
    Je pense qu'ils testent une nouvelle méthode de psychothérapie post-traumatique de groupe : nous faire passer très rapidement de la peine à la honte (de leur récupération).
    Droopyx

    P.S. @Kobus : tu peux pavoiser en blanc (couleur de la Reine pour le deuil ) et expliquer à ton voisin :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais pour les bateaux. Le grand pavois de la marine est même sans doute le sens originel. J'ai failli l'ajouter. Et même été tenté de faire monter Hollande sur le pavois... Mais je m'égare trop souvent dans la tentation des digressions à rallonge... Faut raison garder et avoir pitié du lecteur^^.

      Supprimer
  3. Ah le temps ne fut pas très pavoisant ce jour !

    RépondreSupprimer
  4. kobus van cleef28/11/2015 15:21

    alors , vous avez vu beaucoup de drapeaux aux fenêtres?
    pas grand monde parmi la populace a obéi à notre pédalopractor .....
    pour les bobos , je dit pas...mais dans les kartchés immigris, pas un seul drapeau vronzais....la clientèle ne donne rien en échange , sont têtus , les bougres !

    RépondreSupprimer